La Reliure d'Art/Les Différentes Reliures

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Reliures en peau[modifier | modifier le wikicode]

  • Les reliures pleine peau. Le plein est la reliure par excellence, il est nommé par le mot plein suivi de la matière qui forme la couvrure. On a donc des plein-maroquins, plein-veaux, plein-buffles…
    Plein veau à dos lisse (sans nerf) réalisé sur ruban

Le plein se caractérise par le fait que la matière de la couvrure reprend en une seule pièce les plats et le dos du livre.

Le plein peut être agrémentée de :

    • nerfs (obligatoire lors d’une couture sur ficelle[1]),
    • charnières (à l’intérieur pour une meilleure ouverture du livre),
    • coffret ajusté qui protège la peau des coups et du soleil,
    • dorures sur le dos (Titre, nom de l’auteur, année de parution, nom de l’illustrateur, filets, fleurons, dessins… )
    • dorures sur les plats (filets, fleurons, illustration… )
    • mosaïque incrustée dans la peau…

Si la mise en place de la peau est plus délicate que pour les demi-reliures, cette reliure a l’avantage de demander moins de finition que les demi-reliures. C’est la reliure la plus onéreuse et cela augmente avec le prix de la peau.


  • Les demi-reliures, simples, à coins ou à bande
    Demi-veau à nerfs et à coins avec un papier caillouté

Demi-buffle à dos plat

Les demi-reliures sont des reliures où la peau ne recouvre que le dos et le début des plats. La part du cuir ne doit pas être trop importante pour que la reliure soit élégante. Les couleurs de la peau, du papier et du livre (illustration ou thème) doivent être assorties. Les bords des plats peuvent être protégés par des coins, des bandes (sur le plat en regard de la peau ou sur les trois côtés du plat pour former un encadrement). Ces protections sont des morceaux de cuirs taillés dans la même peau que le dos à la taille et forme voulue et collés sur les plats.

Les demi-reliures peuvent avoir un dos plat ou des nerfs ainsi que les agréments du plein, il y a seulement moins d’espace pour les éventuelles dorures.


Fichier:Reliure coiffe.jpg
Coiffe de reliure
  • Lorsque l’on parle de reliure et quelque-soit la matière de la couvrure, la reliure (cartons et couvrure) est reliée au livre (ensemble des pages) par les ficelles ou les rubans qui sont cousus sur le livre et insérés dans les cartons. Lorsque le livre et la reliure sont reliés par les pages de garde (les pages de gardes sont cousues avec le livre) qui sont collées sur les cartons, on parle de bradel ou de cartonnage.
  • On peut noter que les reliures en peau possèdent des coiffes. La coiffe est la forme que l’on fait prendre à la peau en haut et en bas du dos. La peau doit être travaillée pour recouvrir la tranchefile sans la masquer (les couleurs doivent être assorties).






Les Reliures en toile[modifier | modifier le wikicode]

Trois reliures en toile, recouvertes d’un papier évidé pour former les coins, de pièce de titre en cuir et dorée et collée sur le dos.
  • Les reliures en toile : les reliures en toile sont en général des pleines toiles qui sont souvent recouvertes en partie de papier pour la décoration. On peut trouver des cas particuliers où la toile ne recouvre qu’une partie des plats (pour des bradels ou de la réparation) mais c’est exceptionnel. La reliure en toile recouvre donc tout l’ouvrage (les plats et le dos) et le papier qui décore est collé sur la toile. Si la toile est réputée plus aisée à réaliser que les peaux, c’est un ouvrage qui demande beaucoup de propreté car les taches de colle ne peuvent pas être lavées comme sur la peau.

La toile peut être agrémentée :

  • d’une pièce de titre collée sur le dos
  • de papier ou de décor du livre photocopié et collé sur les plats. Dans le cas où l’on reprend un décor, il peut être mis en valeur dans un relief créé dans la toile (morceau de carton collé sur le plat) …

Les Bradels[modifier | modifier le wikicode]

  • Les reliures Bradel : autrefois réalisée comme reliures d’attente, les Bradels sont devenus des reliures de plus en plus complexes et ornées, permettant de très jolis rendus notamment sur des ouvrages peu épais ou des livres d’école. Il est reconnaissable à la gorge qui est à la jointure du dos et des cartons. Cette reliure ne sera pas adaptée pour des ouvrages lourds et très souvent manipulés car le livre et sa reliure ne sont attachés que par les pages de garde du livre, collées sur les cartons de la couverture. Ces pages de garde, si le livre est manipulé sans soin peuvent se déchirer.

Les cartonnages[modifier | modifier le wikicode]

  • Les boites et étuis : on peut les réaliser pour collections de livre à conserver ensemble, des documents précieux qui ne peuvent être reliés, des suites de gravures.
  • Divers : la papèterie, les registres de mairie…



  1. à vérifier