Les systèmes d'exploitation/Les systèmes de fichiers

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Le système de fichiers est la portion du système d'exploitation qui s'occupe de la gestion des mémoires de masse. Il prend en charge le stockage des fichiers sur le disque dur, le rangement de ceux-ci dans des répertoires, l'ouverture ou la fermeture de fichiers/répertoires, et bien d'autres choses encore. La gestion des partitions est aussi assez liée au système d'exploitation.

Partitions[modifier | modifier le wikicode]

Illustration du partitionnement d'un disque dur

Avant d'installer un système d'exploitation sur un disque dur, celui-ci doit être partitionné, du moins sur les PC actuels. Partitionner un disque dur signifie le diviser en plusieurs morceaux, qui seront considérés par le système d'exploitation comme autant de disques durs séparés. Les informations sur les partitions sont mémorisées dans une table des partitions, qui stocke la taille et le premier secteur de chaque partition, ainsi que quelques informations complémentaires.

Master Boot Record[modifier | modifier le wikicode]

Sur les PC actuels, on a vu que cette table est stockée dans le Master Boot Record. Celui-ci peut contenir 4 partitions. Les informations de chaque partition sont codées sur 16 octets, de la manière indiquée ci-dessous. La partition correspond évidemment à un bloc de secteurs consécutifs. Vu que la taille d'une partition est codée sur 32 bits, la taille d'une partition ne peut pas dépasser les 4 Giga-secteurs. Sur les mémoires de masse qui ont des secteurs de 512 Kio, cela correspond à une capacité totale de 2,2 Téraoctets.

Flag qui indique si la partition est bootable ou non Adresse CHS du début de la partition Type de la partition Adresse CHS de la fin de partition Adresse LBA du début de la partition Taille de la partition en nombre de secteurs
1 octets 3 octets 1 octets 3 octets 4 octets 4 octets
Extended Boot Record.

Afin de dépasser la limite de 4 partitions, il est possible de subdiviser une partition en sous-partitions, appelées partitions logiques. Pour cela, la partition subdivisée doit être définie comme une partition dite étendue dans le MBR (le type de la partition doit avoir une valeur bien précise). Les informations sur une partition logique sont mémorisées dans un secteur situé au début de la partition logique, dans une structure appelée Extended Boot Record. Celui-ci a une structure similaire au MBR, à quelques détails près. Premièrement, seules les deux premières entrées de la table des partitions sont censées être utilisées. La première indique l'adresse de la prochaine partition logique (ce qui fait que les EBR forment une liste chainée), tandis que la seconde sert pour les informations de la partition logique proprement dite. De plus, la place normalement réservée au chargement de système d'exploitation est remplie de zéros.

Tables GUID[modifier | modifier le wikicode]

GUID Partition Table Scheme

Afin de faire face aux limitations de ce système, le MBR est progressivement remplacé par des table de partitionnement GUID. Celle-ci permet de gérer des partitions de plus de 2,2 Téra-octets, sans problèmes. Avec elle, la table des partitions peut contenir 32 partitions différentes. La table des partitions contient donc 32 entrées, une pour stocker les informations sur chaque partition. Ces entrées sont précédées par un en-tête, qui contient des informations générales permettant au système de fonctionner. Cet en-tête est lui-même précédé par un MBR tout ce qu'il y a de plus normal, pour des raisons de compatibilité.

Les adresses de chaque partition sont des adresses LBA codées sur 8 octets (64 bits), ce qui permet de gérer des partitions plus grandes qu'avec le MBR. Voici à quoi ressemble une entrée de la table des partitions.

Type de la partition Identifiant GUID Première adresse LBA Dernière adresse LBA Attributs de la partition Nom de la partition
16 octets 16 octets 8 octets 8 octets 8 octets 72 octets

Fichiers[modifier | modifier le wikicode]

Les données sont organisées sur le disque dur sous la forme de fichiers. Ce sont généralement de simples morceaux d'une mémoire de masse, sur lesquels un programme peut écrire ce qu'il veut. Le système de fichiers attribuent plusieurs caractéristiques à chaque fichier.

  • Chaque fichier reçoit un nom de fichier, qui permet de l'identifier et de ne pas confondre les fichiers entre eux. L'utilisateur peut évidemment renommer les fichiers, choisir le nom des fichiers, et d'autres choses dans le genre.
  • En plus du nom, le système d'exploitation peut mémoriser des informations supplémentaires sur le fichier : la date de création, la quantité de mémoire occupée par le fichier, et d'autres choses encore. Ces informations en plus sont appelées des attributs de fichier.
  • Il existe des normes qui décrivent comment les données doivent être rangées dans un fichier, suivant le type de données à stocker : ce sont les formats de fichiers. Le format d'un fichier est indiqué à la fin du nom du fichier par une extension de fichier. Généralement, cette extension de nom commence par un ".", suivi d'une abréviation. Par exemple, le .JPEG, le .WAV, le .MP3 ou le .TXT sont des formats de fichiers. Ces formats de fichiers ne sont pas gérés par le système d'exploitation. Tout ce que peut faire l'OS, c'est d'attribuer un format de fichier à une application : il sait qu'un .PDF doit s'ouvrir avec un lecteur de fichiers .PDF, par exemple.

Clusters[modifier | modifier le wikicode]

Pour rappel, toutes les mémoires de masse sont découpées en secteurs de taille fixe, qui possèdent tous une adresse. Les systèmes de fichiers actuels ne travaillent pas toujours sur la base des secteurs, mais utilisent des clusters, des groupes de plusieurs secteurs consécutifs. L'adresse d'un cluster est celle de son premier secteur. La taille d'un cluster dépend du système de fichiers utilisé, et peut parfois être configuré. Par exemple, Windows permet d'utiliser des tailles de clusters comprises entre 512 octets et 64 kilooctets.

La taille idéale des clusters dépend du nombre de fichiers à stocker et de leur taille. Pour de petits fichiers, il est préférables d'utiliser une taille de cluster faible, alors que les gros fichiers ne voient pas d'inconvénients à utiliser des clusters de grande taille. En effet, un fichier doit utiliser un nombre entier de clusters. Illustrons la raison par un exemple. Si un fichier fait 500 octets, il utilisera un cluster complet : seuls les 500 octets seront utilisés, les autres étant tout simplement inutilisés tant que le fichier ne grossit pas. Si le cluster a une taille de 512 octets, seuls 2 octets seront gâchés. Mais avec une taille de cluster de 4 kilooctets, la grosse majorité du cluster sera inoccupé. La même chose a lieu quand les fichiers prennent un faible nombre de clusters. Par exemple, un fichier de 9 kilooctets n'utilisera pas d'espace inutile avec des clusters de 512 octets : le fichier utilisera 18 clusters au complet. Mais avec une taille de clusters de 4 Ko, trois secteurs seront utilisés, dont le dernier ne contiendra qu'1 Ko de données utiles, 3 Ko étant gâchés.

En comparaison, le débit en lecture et écriture sera nettement amélioré avec des clusters suffisamment gros. Pour comprendre pourquoi, il faut savoir que le débit d'un disque dur est le produit de deux facteurs : la taille d'une unité d'allocation (ici, un cluster) multiplié par le nombre d'opérations disque par secondes. Ces opérations disque correspondent à une lecture ou écriture de cluster. Chaque opération d'entrée-sortie utilise un peu de processeur, vu qu'il s'agit d'un appel système. Cela peut se résumer par la formule suivante, avec D le débit du HDD, IOPS le nombre d'opérations disque par secondes, et la taille d'un cluster : . Pour un débit constant, augmenter la taille d'un cluster diminue le nombre d’opérations disque nécessaires. Le débit maximal est donc plus stable, beaucoup de disques durs ayant une limite au nombre d’opérations disque qu'ils peuvent gérer en une seconde. Expérimentalement, on constate que le débit en lecture ou écriture est meilleur avec une grande taille de cluster, du moins pour des accès à de gros fichiers, dont la lecture/écriture demande d’accéder à des secteurs/cluster consécutifs.

Allocation des secteurs[modifier | modifier le wikicode]

Le système d'exploitation doit mémoriser pour chaque fichier, quels sont les secteurs du HDD qui correspondent (leur adresse). Cette liste de secteurs est stockée dans une table de correspondance, située au tout début d'une partition : la Master File Table. Celle-ci contient, pour chaque fichier, son nom, ses attributs, ainsi que la liste de ses clusters. Avec un système de fichiers de ce type, chaque partition est décomposée en quatre portions :

  • le secteur de boot proprement dit, qui contient le chargeur de système d'exploitation ;
  • la Master File Table, qui contient la liste des fichiers et leurs clusters ;
  • et enfin, les fichiers et répertoires contenus dans le répertoire racine.
Opération de défragmentation

Reste que lors de la création ou de l'agrandissement d'un fichier, l'O.S doit lui allouer un certain nombre de secteurs. Pour cela, il existe diverses méthodes d'allocation. La première méthode est celle de l'allocation contiguë. Elle consiste à trouver un bloc de secteurs consécutifs capable d'accepter l'ensemble du fichier. Repérer un fichier sur le disque dur demande simplement de mémoriser le premier secteur, et le nombre de secteurs utilisés. Cette méthode a de nombreux avantages, notamment pour les performances des lectures et des écritures à l'intérieur d'un fichier. C'est l'ailleurs la voie royale pour le stockage de fichiers sur les CD-ROM ou les DVD, où les fichiers sont impossible à supprimer. Mais sur les disques durs, les choses changent. A force de supprimer ou d'ajouter des fichiers de taille différentes, on se retrouve avec des blocs de secteurs vides, coincés entre deux fichiers proches. Ces secteurs sont inutilisables, vu que les fichiers à stocker sont trop gros pour rentrer dedans. Une telle situation est ce qu'on appelle de la fragmentation. Le seul moyen pour récupérer ces blocs est de compacter les fichiers, pour récupérer l’espace libre : c'est l'opération de défragmentation.

Exemple d'allocation contiguë.

Sur d'autres systèmes de fichiers, les clusters d'un fichier ne sont donc pas forcément consécutifs sur le disque dur. Le système d'exploitation doit garder, pour chaque fichier, la liste des clusters qui correspondent à ce fichier. Cette liste est ce qu'on appelle une liste chainée : chaque cluster indique quel est le cluster suivant (plus précisément, l'adresse du cluster suivant). L'accès à un fichier se fait cluster par cluster. L'accès à un cluster bien précis demande de parcourir le fichier depuis le début, jusqu'à tomber sur le cluster demandé. Avec cette méthode, la défragmentation reste utile sur les HDD, vu que l'accès à des secteurs consécutifs est plus rapide. On parle d'allocation par liste chainée.

Allocation par liste chainée.

On peut améliorer la méthode précédente, en regroupant toutes les correspondances (cluster -> cluster suivant) dans une table en mémoire RAM. Cette table est appelée la FAT, pour File Allocation Table. Avec cette méthode, l'accès aléatoire est plus rapide : parcourir cette table en mémoire RAM, est plus rapide que de parcourir le disque dur. Malheureusement, cette table a une taille assez imposante pour des disques durs de grande capacité : pour un disque dur de 200 gibioctets, la taille de la FAT est de plus de 600 mébioctets. On parle d'allocation indexée, ou allocation par FAT.

Allocation indexée.

Une autre méthode consiste à ne pas stocker les correspondances (cluster -> cluster suivant), mais simplement les adresses des clusters les unes à la suite des autres : on obtient ainsi un i-nœud. C'est cette méthode qui est utilisée dans les systèmes d'exploitation UNIX et leurs dérivés (Linux, notamment). Sous Linux, la table des adresses de cluster a cependant une taille limitée. Pour gérer des fichiers de taille arbitraire, il est possible d'utiliser plusieurs tables d'i-noeuds par fichier. Ces tables sont reliées sous la forme d'une liste chainée, chaque table d'i-noeud indiquant la suivante. Dans certains cas extrêmes, cette organisation en liste chainée disparait au profit d'une organisation partiellement arborescente, certaines tables contenant plusieurs pointeuyrs vers les tables suivantes (tables doublement indirectes).

Allocation par i-noeud.

Répertoires[modifier | modifier le wikicode]

Sur les premiers systèmes d'exploitation, on ne pouvait pas ranger les fichiers : tous les fichiers étaient placés sur le disque dur sans organisation. De nos jours, tous les systèmes d'exploitation gèrent des répertoires. Ceux-ci sont représentés sur le disque dur par des fichiers, qui contiennent des liens vers les fichiers contenus dans le répertoire. Le fichier répertoire mémorise aussi toutes les informations concernant les fichiers : leur nom, leur extension, leur taille, leurs attributs, etc. Ces informations sont rarement stockées dans le fichier lui-même. Ainsi, quand vous ouvrez un répertoire ou que vous consultez les propriétés d'un fichier, ce fichier n'est jamais ouvert : ces informations sont récupérées dans le répertoire.

Codage des répertoires[modifier | modifier le wikicode]

Ce schéma illustre l'entrée d'un fichier (dans un répertoire) telle qu'elle est codée avec les systèmes de fichier FAT 12 et FAT 16. La FAT-32 utilise un système quasiment identique, sauf pour l'adresse du premier cluster, qui est codée sur 4 octets.

Un répertoire contient une liste de fichier. Pour chaque fichier, il mémorise son nom, ses attributs, ainsi que la liste des clusters qui lui sont attribués. Les attributs sont stockés dans une structure de taille fixe, le nombre des attributs par fichier étant connu à l'avance. Mais la liste des clusters et les noms des fichiers n'ont pas de taille fixée à l'avance. Cela ne pose pas de problème pour la liste des clusters, contrairement à ce qu'on a pour les noms. Généralement, les répertoires mémorisent les noms des fichiers qu'ils contiennent, avec leurs attributs. Ceux-ci sont donc placées dans un bloc de taille fixe, un en-tête.

Contenu d'un fichier de répertoire.

La gestion des noms de fichiers peut se faire de plusieurs manières. Avec la première méthode, on limite la taille des noms de fichiers. On peut alors réserver une taille suffisante dans le fichier répertoire pour stocker ce nom. Par exemple, sur les premiers systèmes de fichiers FAT, les noms de fichiers étaient limités à 8 caractères (plus 3 pour l'extension de fichier). Le répertoire allouait 8 octets pour chaque nom de fichier, plus 3 octets pour l'extension. La taille utilisée était alors limitée. Cette méthode, bien que simple d'utilisation, a tendance à gâcher de la mémoire si de grands noms de fichiers sont utilisés. Et si de petits noms de fichier, l'espace utilisé sera faible, mais les utilisateurs pourront se sentir limités par la taille maximale des noms de fichier.

On peut aussi utiliser des noms de fichiers de taille variable. La solution la plus simple consiste à placer ceux-ci à la suite de l'en-tête (qui contient les attributs). Cette méthode a cependant un désavantage lors de la suppression du fichier : elle génère de la fragmentation assez facilement. Pour éviter cela, on peut placer les noms de fichier de taille variable à la fin du fichier répertoire, chaque en-tête pointant vers le nom de fichier adéquat (Linux).

Hiérarchie de répertoires[modifier | modifier le wikicode]

Sur les premiers systèmes d'exploitation, tous les fichiers étaient placés dans un seul et unique répertoire. Quand le nombre de fichier était relativement faible, cela ne posait pas trop de problèmes. L'avantage de cette méthode était que le système d'exploitation était plus simple et qu'il n'avait pas à gérer une arborescence de répertoire sur le disque dur. Mais l'inconvénient se faisait sentir quand les fichiers devenaient de plus en plus nombreux. Cette organisation est encore utilisée sur les baladeurs et appareils photo numériques.

Illustration d'une hiérarchie de répertoires.

De nos jours, les répertoires sont organisés en une hiérarchie de répertoire : un répertoire peut contenir d'autres répertoires, et ainsi de suite. Évidemment, cette hiérarchie commence par un répertoire maître, tout en haut de cette hiérarchie : ce répertoire est appelé la racine. Sous Windows, on trouve une seule et unique racine par partition ou disque dur : on en a une sur C : , une autre sur D : , etc. Sous Linux, il n'existe qu'une seule racine, chaque partition étant un répertoire accessible depuis la racine : ces répertoires sont appelés des points de montage. Sur Windows, ce répertoire est noté : soit \, soit nom_lecteur : \ (C:\, D:\). Sous Linux, il est noté : / .

Reste que savoir où se trouve un fichier demande de préciser quel est le chemin qu'il faut suivre en partant du répertoire maître : on doit préciser qu'il faut ouvrir tel répertoire, puis tel autre, et ainsi de suite jusqu’au fichier. Ce chemin, qui reprendre le chemin de la racine jusqu’au fichier, est appelé le chemin d'accès absolu. Sous Windows, les noms de répertoires sont séparés par un \ : C:\Program Files\Internet Explorer. Sous Linux, les noms de répertoires sont séparés par un / : /usr/ast/courrier. Les chemins d'accès relatifs sont similaires, sauf qu'ils ne partent pas de la racine : ils partent d'un répertoire choisit par l'utilisateur, nommé répertoire courant. Dans les grandes lignes, l'utilisateur ou un programme choisissent un répertoire et lui attribuent le titre de répertoire courant. Généralement, chaque processus a son propre répertoire de travail, qu'il peut changer à loisir. Pour cela, le programme doit utiliser un appel système, chdir sous Linux.

Linux a une particularité : il normalise la place de certains répertoires bien précis du système d'exploitation. L'arborescence des répertoires est en effet standardisé par le Filesystem Hierarchy Standard, la dernière version datant de juin 2015.

Hiérarchie de répertoires standard de Linux.