Méthode pour scander un hexamètre dactylique

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Voici une méthode pour scander un hexamètre dactylique. On se reportera aux articles voulus pour les notions fondamentales telles que le vers rythmique (ainsi que le mètre et le pied), la scansion et la constitution d'un hexamètre dactylique. On considérera que le lecteur connaît déjà ces notions pour qu'il comprenne ce qui suit. L'exemple est ici en latin. Le vers grec suit des règles parfois différentes.

La méthode de scansion est simple : il suffit de suivre les étapes suivantes, dans l'ordre indiqué. Soient les hexamètres dactyliques suivants :

Spem sine corpore amat, corpus putat esse quod unda est.
Adstupet ipse sibi vultuque inmotus eodem
Hæret, ut e Pario formatum marmore signum.
Ovide, Métamorphoses, livre III, « Narcisse »

Traduction : « Il aime une illusion sans corps ; ce qu'il croit être un corps n'est fait que d'eau. Il s'extasie de lui-même et reste saisi par son propre visage, immobile tel une statue faite du marbre de Paros. »

Élimination des voyelles élidées[modifier | modifier le wikicode]

Spem sine corpor(e) amat, corpus putat esse quod und(a) est.
Adstupet ipse sibi vultuqu(e) inmotus eodem
Hæret, ut e Pario formatum marmore signum.

On les remplacera maintenant par l'apostrophe.

Repérage des quantités vocaliques et syllabiques[modifier | modifier le wikicode]

Cette phase est importante : plus on repère de syllabes, plus le découpage en pieds sera aisé.

Syllabes longues[modifier | modifier le wikicode]

  • Les diphtongues sont longues :
Spem sine corpor' amat, corpus putat esse quod und' est.
Adstupet ipse sibi vultuqu' inmotus eodem
Hǣret, ut e Pario formatum marmore signum.
  • Les syllabes fermées suivies d'une consonne sont longues :
Spēm sine cōrpor' amāt, cōrpūs putat ēsse quod ūnd' ēst.
Ādstupet īpse sibi vūltuqu' īnmotus eodem
Hǣret, ut e Pario fōrmatūm mārmore sīgnum.

Syllabes brèves[modifier | modifier le wikicode]

  • Vocalis ante vocalem corripitur :
Spēm sine cōrpor' amāt, cōrpūs putat ēsse quod ūnd' ēst.
Ādstupet īpse sibi vūltuqu' īnmotus ĕodem
Hǣret, ut e Parĭo fōrmatūm mārmore sīgnum.
  • Une voyelle finale d'un mot polysyllabique suivie d'une seule consonne autre que -s est brève :
Spēm sine cōrpor' amāt, cōrpūs putăt ēsse quod ūnd' ēst.
Ādstupĕt īpse sibi vūltuqu' īnmotŭs ĕodem
Hǣrĕt, ut e Parĭo fōrmatūm mārmore sīgnum.

On pourrait aussi noter la quantité des syllabes contenant une voyelle dont on sait qu'elle est longue ou brève par application d'autres règles mentionnées dans l'article Scansion. On se limitera ici au minimum à savoir.

Découpage en pieds[modifier | modifier le wikicode]

Isolement du dernier pied[modifier | modifier le wikicode]

Le dernier pied est toujours un spondée ou un trochée : l'avant-dernière syllabe est donc toujours longue. Si on ignore la quantité de la dernière syllabe, il suffit de la noter comme anceps (ou indifférenciée, c'est-à-dire longue ou brève, peu importe. Pour des raisons techniques, la syllabe anceps est ici marquée par le tilde alors que le symbole habituel est un macron surmonté d'une brève) :

Spēm sine cōrpor' amāt, cōrpūs putăt ēsse quod | ūnd' ēst.
Ādstupĕt īpse sibi vūltuqu' īnmotŭs ĕ|ōdẽm
Hǣrĕt, ut e Parĭo fōrmatūm mārmore sīgnũm.

Isolement de l'avant-dernier pied[modifier | modifier le wikicode]

Celui-ci est dans l'écrasante majorité des cas un dactyle. On peut encore compléter les quantités manquantes :

Spēm sine cōrpor' amāt, cōrpūs putăt | ēssĕ quŏd | ūnd' ēst.
Ādstupĕt īpse sibi vūltuqu' īnm|ōtŭs ĕ|ōdẽm
Hǣrĕt, ut e Parĭo fōrmatūm | mārmŏrĕ sīgnũm.

Déductions[modifier | modifier le wikicode]

Le reste du découpage en pieds est plus difficile. Il faut en effet tâcher de déduire, au moyen des indices que l'on a trouvés, quelle est la solution possible : il reste quatre pieds à trouver. Pour ce faire, il convient de partir de la fin du vers, en retenant que :

  • en toute logique, une syllabe longue située en fin de pied ne peut être que dans un spondée : celle qui précède est donc longue ;
  • la première syllabe de tout pied est nécessairement longue ;
  • entre une syllabe longue et une brève ne peut se trouver qu'une brève pour former un dactyle (_ ? U = _UU).

Au fur et à mesure que l'on remonte dans le vers, si rien ne permet de supposer quelle est la quantité d'une syllabe, il faut tenter les différentes configurations jusqu'à ce que l'on obtienne six pieds. Le dictionnaire ─ qui indique parfois les quantités syllabiques ─ peut aider. La connaissance de la quantité des désinences est aussi très utile.

Ainsi obtient-on :

Spēm sĭnĕ | cōrpŏr' ă|māt, cōr|pūs pŭtăt | ēssĕ quŏd | ūnd' ēst.
Ādstŭpĕt | īpsĕ sĭ|bī vūl|tūqu' īnm|ōtŭs ĕ|ōdẽm
Hǣrĕt, ŭt | ē Părĭ|ō fōr|mātūm | mārmŏrĕ sīgnũm.

Placement de la césure[modifier | modifier le wikicode]

Rappelons que dans la poésie latine, c'est la penthémimère qu'on utilise le plus, puis la triple césure trihémimère - trochaïque - hepthémimère, qu'un même vers peut comporter plusieurs césures possibles et qu'une césure ne peut couper un mot.

La penthémimère est-elle possible ?[modifier | modifier le wikicode]

Spēm sĭnĕ | cōrpŏr' ă|māt //, cōr|pūs pŭtăt | ēssĕ quŏd | ūnd' ēst.
Ādstŭpĕt | īpsĕ sĭ|bī // vūl|tūqu' īnm|ōtŭs ĕ|ōdẽm
Hǣrĕt, ŭt | ē Părĭ|ō // fōr|mātūm | mārmŏrĕ sīgnũm.

Oui dans ces trois vers.

L'hepthémimère est-elle possible ?[modifier | modifier le wikicode]

Spēm sĭnĕ | cōrpŏr' ă|māt //, cōr|pūs // pŭtăt | ēssĕ quŏd | ūnd' ēst.
Ādstŭpĕt | īpsĕ sĭ|bī // vūl|tūqu' // īnm|ōtŭs ĕ|ōdẽm
Hǣrĕt, ŭt | ē Părĭ|ō // fōr|mātūm | mārmŏrĕ  |  sīgnũm.

Oui, sauf dans le dernier vers.

Les hexamètres sont maintenant scandés.

Méthode empirique alternative[modifier | modifier le wikicode]

On part du début du vers ; on place -au juger- la penthémimère ; le premier hémistiche sera facile à scander :

2 premiers pieds, 6 syllabes = 2 dactyles
2 premiers pieds, 4 syllabes = 2 spondées
2 premiers pieds, 5 syllabes ; on s'aide de la prosodie.

Ensuite, après avoir mentalement isolé les 5 dernières syllabes, on scande le deuxième hémistiche ; la détermination du quatrième pied étant, à l'expérience, parfois un peu délicate.

Si la penthémimère n'est pas possible (2 fois sur 10 environ chez Virgile) on essaie la coupure trochaïque.

Avantages :

a) on aborde le vers de façon naturelle ;
b) mais surtout, dès qu'un pied a été isolé, on connaît la quantité de la syllabe qui suit.


Ltspkr.png Écouter une possible lecture qui tente de respecter la prononciation latine restituée ; noter à cet égard la légère nasalisation des voyelles après un /m/ final ainsi que la lecture du digramme gn en /ŋn/.