Mozilla Thunderbird/Installer et bien configurer Thunderbird

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La configuration du client de messagerie Mozilla Thunderbird a lieu lors du premier démarrage de l'application après son installation.
Des modifications ultérieures peuvent se faire via les menus "outils/Paramètres de comptes" et "Outils/Options".

Toutes les données de configuration sont stockées dans un fichier de configuration appelé Prefs.js.

Les fichiers de configuration[modifier | modifier le wikicode]

Fichier prefs.js[modifier | modifier le wikicode]

Le fichier prefs.js est le fichier de configuration principal où sont stockées les préférences personnelles de l'utilisateur du courrielleur. L'extension .js de ce fichier montre qu'il s'agit d'un fichier programme écrit en langage JavaScript. Il est stocké dans le profil de messagerie de l'utilisateur.

Il contient les caractéristiques des différents comptes de messagerie ajoutés :

Il contient aussi différentes préférences :

et d'autres paramètres :

Le fichier est lu, normalisé, modifié et réécrit par le programme au cours d'une session afin d'y reporter les modifications de préférences faites par l'utilisateur via l'interface graphique. Il ne doit pas pas être modifié manuellement si Thunderbird est lancé.

Composition du fichier[modifier | modifier le wikicode]

Le prefs.js est un fichier que l'on peut ouvrir avec un éditeur de texte. Il est composé d'un en-tête à ne pas modifier, d'un espace et d'un ensemble de lignes de code. Chaque ligne correspond à une instruction de configuration, bien que certaines configurations demandent plusieurs lignes d'instruction. Une ligne standard est architecturée autour d'une fonction Javascript, d'une clef de configuration et de la nouvelle valeur de cette clef.

Voici l'exemple de configuration d'un carnet d'adresses appelé Collègues et dont le nom de fichier est abook-3.mab :

user_pref("ldap_2.servers.Collgues.description", "Collègues");
user_pref("ldap_2.servers.Collgues.dirType", 2);
user_pref("ldap_2.servers.Collgues.filename", "abook-3.mab");
user_pref("ldap_2.servers.Collgues.isOffline", false);

Il est possible de remplacer le texte dans le fichier prefs.js. Par exemple on peut remplacer abook-3.mab par collègues.mab, après renommage dudit fichier dans le répertoire du profil utilisateur. Ceci permet de repérer immédiatement le fichier de carnet d'adresses des collègues.

Les lignes sont classées par ordre alphabétique. Le fichier de configuration de Thunderbird n'est lu qu'au démarrage du logiciel et il est ensuite mis à jour directement par le courrielleur en cours de session. Cette mise à jour directe est nécessaire afin d'éviter toute perte de consignes de configuration; cela n'implique pas pour autant la prise en compte active de la configuration souhaitée car certaines clefs nécessitent le redémarrage du logiciel.

Pour les personnes connaissant la syntaxe de JavaScript, l'extension ChromEdit Plus permet de modifier ce fichier prefs.js à partir de Thunderbird même.

Fichier user.js[modifier | modifier le wikicode]

Le fichier user.js est similaire en tout au fichier prefs.js sauf pour deux choses :

  1. il est lu après le fichier prefs.js dont il modifie les clefs qui leurs sont communes avec ses propres valeurs
  2. il n'est jamais modifié par le courrielleur qui se contente de le lire et d'en appliquer les ordres, sauf pour les clefs du prefs.js qui auraient été administrativement verrouillées. De fait, il n'existe pas si l'utilisateur ne le crée pas lui-même à l'aide d'un éditeur de texte dans son profil de messagerie.

Autoconfiguration[modifier | modifier le wikicode]

Méthode standard[modifier | modifier le wikicode]

Dans le cadre d'un usage de masse en entreprise, le courrielleur permet de voir son fichier de configuration principal (prefs.js) généré à chaque lancement à partir d'un fichier qu'il télécharge depuis un espace réseau. Cette fonctionnalité permet à l'administrateur d'avoir une configuration des courrielleurs dynamique et unifiée. Cela lui permet aussi de pouvoir verrouiller certaines clefs de configuration afin qu'elles ne puissent être modifiées par l'utilisateur. Aucun développement n'est nécessaire à sa mise en oeuvre.

Cette fonctionnalité d'entreprise, héritée de Netscape Communicator Pro sous la désignation "Mission Control Desktop" (MCD), est aussi présente dans Mozilla Firefox. De par son intégration native dans un produit multi-plateformes, elle est peu sensible à l'hétérogénéité d'un parc informatique.

Depuis le version 1.5, les archives de Mozilla Thunderbird produites par la fondation Mozilla contiennent cette fonctionnalité. Antérieurement, il fallait recompiler le programme pour y avoir accès.

Ordre d'application des fichiers de configuration[modifier | modifier le wikicode]

  1. lecture du fichier prefs.js
  2. lecture et application des valeurs et consignes du fichier d'autoconfiguration
  3. s'il existe, lecture du fichier user.js et application des valeurs sauf pour les clefs verrouillées

Limites actuelles de la méthode standard[modifier | modifier le wikicode]

  • ne permet pas la gestion des extensions ni des thèmes
  • ne permet pas la modification de l'interface utilisateur.

Méthode alternative par réécriture externe du fichier prefs.js ou user.js[modifier | modifier le wikicode]

Il est possible de réécrire les clefs du fichier prefs.js ou du fichier user.js d'un profil utilisateur de thunderbird à l'aide d'un script ou d'une application dont l'administrateur aura à charge le développement et la maintenance.

Par exemple, sous Microsoft Windows, un script Visual Basic ou un programme en C# peut, par exemple, réécrire les clefs concernant l'utilisateur à partir de données issues d'un annuaire LDAP Active Directory. Cette méthode externe au courrielleur peut aussi prendre en charge d'autres fonctions administratives tel que joindre des carnets d'adresses générés automatiquement.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Sites officiels[modifier | modifier le wikicode]

  • (anglais) Page sur le Mozilla Developer Center décrivant la mise en oeuvre de la fonction d'autoconfiguration par la méthode standard.