Pôles d'éco-citoyenneté/Les principaux Pôles d'éco-citoyenneté dans le Nord-Pas-de-Calais/Le Conservatoire botanique national de Bailleul

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le lieu en résumé
Type de structure Association
Appartenance à un réseau Non renseigné
Eco-citoyenneté comme activité principale Non
Type de services Connaître et conserver la flore et ses milieux naturels du nord de la France. Assistance et conseil dans les politiques et dispositifs d’aménagement du territoire et de conservation du patrimoine naturel végétal. L’éducation, la formation, l’information autour des notions de biodiversité et de gestion des habitats naturels
Domaine de compétence La flore et ses milieux naturels
Amplitude d'accueil Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 18h00
Capacité d'accueil Importante, site de 25 hectares
Fréquence des événements Toute l'année
Impact environnemental du lieu Non renseigné

Introduction et généralités[modifier | modifier le wikicode]

Type de structure[modifier | modifier le wikicode]

Le Conservatoire Botanique National de Bailleul ou CBNBL est une association régit par la loi de 1901 (sans but lucratif) regroupant des acteurs publics territoriaux tels que la Région Nord Pas-de-Calais, le Département du Nord, le Département du Pas-de-Calais et la ville de Bailleul. Le CBNBL est situé à Bailleul, entre Lille, Bruxelles et Dunkerque. Par son agrément, l’association est également compétente en Haute-Normandie et en Picardie. Le CBNBL est soutenu par les Régions Picardie et Haute-Normandie ainsi que par les Départements de l’Aisne, de l’Eure, de l’Oise, de la Seine-Maritime et de la Somme. L’équipe du CBNBL est composée de 50 salariés, répartis en départements à Bailleul ainsi que sur les antennes de Picardie et Haute-Normandie.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

L’histoire commence en 1970 lorsque les professeurs Jeanne GÉHU-FRANCK et Jean-Marie GÉHU s’installent dans une ancienne ferme à Bailleul dans l’optique d’accueillir des chercheurs du monde entier autour d’une science : la phytosociologie. Cette dernière étudie les rapports entre les individus, ces espèces végétales, et leur habitat.
Peu à peu, au fil des années 1980, les connaissances s’affinent, les réseaux se structurent, et la ferme de Bailleul devient progressivement une référence en terme de documentation spécialisée sur la phytosociologie. En 1987, l’association de chercheurs devient officiellement « Centre Régional de Phytosociologie » (CRP). Ceci offre une plus grande visibilité à cette discipline, qui nourrit progressivement des concepts plus larges comme l’écologie.

Dans la continuité des objectifs initiaux, le CRP se fixe comme mission de favoriser à l’échelle régionale, nationale et internationale la connaissance de la flore et de la végétation, notamment au moyen de la phytosociologie.

En 1991, le CRP est agréé « Conservatoire Botanique National » par le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire pour le territoire du Nord - Pas-de-Calais, de la Haute Normandie et de la Picardie. Il élargit ainsi ses missions initiales à la connaissance, à la conservation et à l’information des publics sur la flore et la végétation.

Activités de la structure[modifier | modifier le wikicode]

Objectifs de la structure[modifier | modifier le wikicode]

Le Conservatoire botanique national de Bailleul a pour ambition de connaître et conserver la flore et ses milieux naturels du nord de la France. En effet, depuis sa création, le CBNBL œuvre pour une étude des espèces végétales, il travaille dans le domaine de la phytosociologie. Cette science s’appuie sur la botanique et permet de nous faire comprendre le comportement des espèces en fonction de leur environnement. L’objectif du CBNBL est de fournir une expertise unique pour la préservation de la biodiversité.

Les activités principales[modifier | modifier le wikicode]

Afin d’atteindre ses objectifs, le CBNBL assure quatre grandes missions :

  • La connaissance, l’inventaire :

Il s’agit d’identifier, d’analyser et de confronter les connaissances relatives à la flore et aux habitats naturels. La flore du nord de la France ne présente pas d’espèces inconnues pour la science, mais la répartition et la fréquence des plantes sont beaucoup moins bien connues et évoluent perpétuellement en relation avec l’évolution des paysages.
Afin d’évaluer ces modifications, le Conservatoire botanique réalise des inventaires qu’il publie sous forme d’atlas. Sur ce vaste territoire, un inventaire mené depuis plus de 30 ans a permis de repérer et suivre plus de 1 500 espèces de plantes, puis d’analyser l’évolution de leur répartition. Les objectifs de ces inventaires sont de recenser l’ensemble des espèces végétales sauvages présentes sur un territoire, de dresser des cartes de répartition géographique des espèces et d’évaluer la rareté et les menaces qui pèsent sur ces plantes.
Le travail d’inventaire permet de constituer des cartes actualisées de répartition des plantes sauvages, la réalisation de catalogues floristiques et de « livres rouges » où sont recensées toutes les espèces menacées d’extinction. Certaines plantes font l’objet de recherches plus poussées afin de comprendre leurs modes de vie et adapter en conséquence les méthodes de gestion de leur habitat naturel pour en assurer la conservation. Le Conservatoire botanique réalise des suivis de végétation et des cartes de végétation afin d’évaluer l’évolution des milieux naturels et conseiller les gestionnaires. Il intervient à la demande de l’Etat et des collectivités en tant qu’expert pour la flore et la végétation du nord de la France, notamment dans les commissions consultatives de l’environnement.


  • La conservation:

Au-delà de l’observation et la compréhension des modes de vie des plantes sauvages, il s’avère nécessaire d’assurer la conservation d’espèces menacées ou en voie d’extinction. Le Conservatoire botanique national de Bailleul récolte et conserve les semences des plantes menacées de disparition imminente dans le nord de la France. Chaque espèce menacée fait l’objet de suivis. L’ensemble des informations collectées est diffusé aux organismes ayant en charge la gestion des milieux naturels et aux propriétaires des lieux afin de mettre en oeuvre un programme de sauvegarde.

Il existe deux méthodes de conservation :
La conservation « in-situ » : il s’agit ici de garantir que le cycle de vie complet de la plante pourra s’effectuer, afin de permettre la reproduction, voire la diffusion de l’espèce. Cela permet notamment de ré-introduire des espèces en voie d’extinction sur un site précis ou de redynamiser sa présence dans un écosystème. Ce mode de conservation s’effectue dans le milieu naturel, même s’il est parfois reconstitué.
La conservation « ex-situ»  : par la congélation ou la dessiccation partielle, des semences sont maintenues en état stationnaire de développement. Leur cycle de vie pourra être ré-enclenché plus tard. Le CBNBL stocke 30 millions de graines, représentant plus de 420 espèces. Ce mode de conservation est totalement détaché de l’habitat des espèces concernées.


  • L’assistance et le conseil:

Cette troisième mission consiste à accompagner les décideurs et les acteurs du territoire dans leurs politiques et dispositifs d’aménagement du territoire et de conservation du patrimoine naturel végétal. Le CBNBL intervient en tant qu’expert sur la flore et la végétation auprès de l’Etat et de ses différentes délégations (Directions régionales de l’environnement, Directions départementales de l’agriculture et de la forêt), des collectivités et organismes publics (Conseils Régionaux, Conseils Généraux, Parcs naturels régionaux, Office National des Forêts.).

Pour ce faire, il alerte les pouvoirs publics sur les menaces qui pèsent sur la flore sauvage et les habitats naturels, il conseille les gestionnaires d’espaces pour préserver les richesses et les ressources du patrimoine végétal sauvage et il informe l’administration sur l’évolution du patrimoine naturel (flore et végétation) et sur les besoins vis-à-vis de sa conservation. Grâce à cette expertise, il est souvent impliqué dans de grands projets d’aménagement tels que le dispositif Trame verte qui constitue un exemple d’intervention conséquente du CBNBL auprès des aménageurs. Pour ce projet, il a notamment assuré en amont un travail important de cartographie puis a émis des préconisations.


Plus globalement, dans un contexte de développement important de politiques environnementales, à toutes échelles, le CBNBL apporte et diffuse les connaissances nécessaires à leur efficacité. Par exemple, à travers d’une politique de reboisement, l’introduction d’une espèce dans un certain milieu peut entraîner la disparition d’autres espèces. Il est donc nécessaire pour les acteurs publics de l’aménagement, de disposer des connaissances qui permettent de mener à bien de telles politiques.

Le CBNBL est également consulté dans les le cadre de la politique des réserves régionales, de la conservation de certaines espèces comme la Violette de Rouen en Normandie, de la politique liée aux espaces naturels sensibles pour les départements, etc. Mais le conservatoire intervient aussi sur des projets d’aménagement d’espaces, par exemple via des conventions avec des Parcs naturels régionaux, des conservatoires de sites, des agglomérations qui essaient de préserver des espaces comme des zones humides.


  • L’éducation, la formation, l’information:

Il s’agit ici de sensibiliser, former et de professionnaliser autour des notions de biodiversité et de gestion des habitats naturels. C’est une mission qui permet à un public très large de bénéficier des expertises du CBNBL et des espaces proposés sur le site. Le CBNBL propose des visites libres, semi-guidées ou guidées pour tous les publics.

Il y a plusieurs jardins à vocation pédagogique : le Jardin des plantes médicinales et le Jardin des plantes sauvages. Ces deux jardins s’étendent sur un parc de 25 hectares. Ils permettent de mieux connaître la flore que l’on côtoie quotidiennement ou que l’on utilise dans l’alimentation (les préparations médicales). On peut découvrir ces deux jardins via des visites libres ou des jeux et des ateliers de découverte de la botanique.
Le jardin des plantes médicinales présentent des plantes qui ont des vertus thérapeutiques, des « principes actifs».
Le jardin des plantes sauvages compte 1000 plantes et fleurs rassemblées sur un espace de 9000 m2 et est organisé autour d’une vingtaine de parcelles thématiques. Des animateurs nature ou éducateurs à l’environnement du CBNBL sont présents pour accueillir les visiteurs.

Egalement des conférences, ateliers et des temps de formation/sensibilisation, à destination de tout public sont organisés par le CBNBL. Ces animations sont à destination des scolaires, des professionnels de l’environnement, des agents de la fonction publique, des responsables associatifs, et bien d’autres.

Par ailleurs, le CBNBL publie régulièrement des ouvrages, une lettre semestrielle professionnelle «  Le Jouet du Vent », une lettre d’informations électronique et d’autres documents encore. En ce qui concernent les ouvrages , il s’agit notamment d’un guide des végétations des zones humides de la région Nord-Pas de Calais, de l’atlas de la flore sauvage de la Flandre française, du guide des plantes protégées et menacées de la région Nord - Pas de Calais et du guide des plantes protégées de la région Picardie. La lettre semestrielle professionnelle « le jouet du vent » est tiré à 2500 exemplaires et est diffusée à l’ensemble des partenaires techniques et scientifiques.

Enfin, le CBNBL permet à chacun l’accès au centre de ressources. C’est une bibliothèque riche de 50 000 références et quelque 700 périodiques et qui dispose d’une cartothèque, et d’un accès à la base de connaissances Digitale 2. Le Conservatoire assure la collecte, la gestion, la conservation et la diffusion d’informations sur les plantes et la végétation, principalement dans le nord-ouest de la France.
Cette mission s’appuie sur des outils et des services que sont la Bibliothèque botanique et phytosociologique de France, Digitale2, système d’information sur la flore et la végétation et l’herbarium (source de données historiques et taxonomiques pour la connaissance de la flore d’un territoire). Elle permet de réaliser des référentiels et des outils de saisie, des publications scientifiques, des dossiers pédagogiques et la lettre d’information semestrielle (le Jouet du vent). Le catalogue de la bibliothèque est consultable en ligne.
Digitale 2 est une grande base de données concernant les végétaux, enrichie de fonctionnalités et d’interfaces de cartographie qui permettent aux professionnels comme aux particuliers de connaître et suivre l’évolution d’espèces ou familles végétales. Toutes les données disponibles pour une espèce sont synthétisées. C’est une véritable encyclopédie vivante du monde végétal sauvage.


Les activités pédagogiques[modifier | modifier le wikicode]

Le CBNBL organise toute l’année des animations éducatives destinées spécifiquement aux jeunes à destination des scolaires ou des centres de loisirs. Ces animations sont adaptées aux âges et aux différents programmes scolaires. Ce sont des activités qui leur permettent de se familiariser avec les plantes et de mieux comprendre le monde végétal et l’environnement.

Pour les scolaires, des ateliers thématiques leur sont proposés de la maternelle aux études supérieures. Ces animations se présentent sous la forme de visites guidées ou d’ateliers nature et permettent d’aborder des thèmes variés.

Des activités éducatives et récréatives de découverte sont également proposées spécifiquement aux centres de loisirs toute l’année. Il s’agit également de visites guidées, mais également de visites thématiques et de jeux interactifs avec les jardins et les plantes (par exemple : semer ses petites graines et les regarder pousser à la maison, questions et épreuves pour découvrir la flore de notre région ou l’initiation à la botanique)

Les partenaires[modifier | modifier le wikicode]

  • L’Union Européenne [1]
  • La Région Nord - Pas-de-Calais [2]
  • La Région Picardie [3]
  • La Région Haute-Normandie [4]
  • Le Département du Nord [5]
  • Le Département du Pas-de-Calais [6]
  • Le Département de la Somme [7]
  • Le Département de l’Aisne [8]
  • Le Département de l’Eure [9]
  • Le Département de l’Oise [10]
  • Le Département de la Seine-Maritime [11]
  • La Ville de Bailleul [12]
  • Le Ministère du Développement Durable [13]