Aller au contenu

Pôles d'éco-citoyenneté/Les principaux Pôles d'éco-citoyenneté dans le Nord-Pas-de-Calais/Les Maisons de l'Environnement/La Maison de l'Environnement de Calais

Un livre de Wikilivres.
Le lieu en résumé
Type de structure Non renseigné, pas encore construite, encore en projet
Appartenance à un réseau Non renseigné
Eco-citoyenneté comme activité principale Non
Type de services Accueil tous publics (en particulier les scolaires pour les classes vertes), information et sensibilisation (fonctions et usages de l'eau, découverte des milieux humides...)
Domaine de compétence Non renseigné
Amplitude d'accueil Non renseigné
Capacité d'accueil Assez importante (salles de réunions, locaux associatifs, une salle d'exposition...)
Fréquence des événements Non renseigné
Impact environnemental du lieu Non renseigné

Introduction et généralités[modifier | modifier le wikicode]

La maison de l’environnement de Calais n’est pas encore construite, elle n’en est qu’au stade de projet. Ce dernier devrait arriver à son terme d'ici une vingtaine d'années. Mais le chantier de réhabilitation du site a commencé à la fin de l'année 2010.

Elle se positionnera sur le site du Colombier Virval qui dispose d’une superficie de 110 ha (dont 9ha de zone protégée). C'est un ancien site industriel qui est situé au bord des autoroutes A16 et A26 et à l’entrée de la ville de Calais. Il s’agit de faire de ce site un pôle nature touristique et de loisirs important. La requalification du site du Colombier-Virval en zone dédiée à l'écologie est une idée née au début des années 90. C'est l'architecte paysagiste calaisien Gilles Noyon qui travaille sur l'aménagement du site depuis 2004.

Ce projet comporte plusieurs phases.
La première concerne un terrain de 45 ha sur lequel se situent le plan d’eau existant et une friche. Des zones engazonnements et des plantations seront réalisés, des zones humides seront recréées, un petit plan d’eau sera creusé tout spécialement pour l’école de pêche et des aménagements pour l’accueil du public (petits parkings intégrés au paysage, chemins de promenade…) devraient voir le jour. Il s'agit également de créer un vaste espace naturel ludique et de détente pour des pratiques sportives et récréatives de plein air.

La deuxième phase est la création d'une maison du Parc organisée sous la forme d'une ferme traditionnelle. Elle y accueillera tous publics, en particulier les scolaires dans le cadre de classes vertes et d'associations. Elle comprendra plusieurs salles de réunions, des locaux associatifs, une salle d'exposition, une ferme animalière, un verger conservatoire ainsi que des ateliers pour l'entretien du site.

La phase 3 concerne la construction d'une Maison de l'eau et de la Nature. Il s'agirait d'un véritable espace muséographique, pédagogique et scientifique. C'est un lieu qui permettrait d'aborder l'ensemble des fonctions de l'eau et son utilisation à travers les activités humaines, la découverte des milieux humides et les enjeux globaux de préservation. Ce site comprendrait également un centre pour l'information et l'éducation à l'environnement.

Enfin, la dernière phase constituera à réaliser un écoparc paysager et pédagogique articulé autour de la thématique des zones humides et de la transformation de la ferme dite du Colombier en ferme pédagogique couplée d'un relais équestre.