Parc National des Cévennes

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Cévennes sur la carte de France

Avant-propos
Ce livre vise à présenter au plus grand nombre (habitants, botanistes, étudiants, promeneurs…) le Parc national des Cévennes (situé en France, dans le Sud-Est du pays, dans une zone encore relativement épargnée par l'érosion de la biodiversité) ainsi que ses alentours plus ou moins proches.

Il comprend un début d'inventaire réalisé dans le cadre d'un projet d'excursion dans le Sud de la France initié en 2018 par un petit groupe d'étudiants bénévoles du Master Ecologie Opérationnelle (à l'Université Catholique de Lille) avec l'aide de Wikimédia France et de guides passionnés.

L'inventaire a été réalisé de façon partielle, par conséquent certaines espèces animales, végétales, fongiques ou autres ont échappé aux prospections. Si vous êtes naturalistes professionnels, amateurs ou éclairés et souhaitez contribuer à notre ouvrage, merci de les signaler dans celui - ci (ou sa page de discussion) et au Parc National qui pourra remonter l'information auprès des instances spécialisées (Muséum, Conservatoire botanique national, Agence nationale de la biodiversité, Observatoire de la biodiversité…). Vos photos (à légender) peuvent être téléversées dans Wikimédia Commons pour compléter ou illustrer le présent ouvrage.

Vue depuis le bord du Causse Méjean, Florac, le Bougès dans la vallée de la Mimente dans le Parc national des Cévennes, en Lozère (France)

Objectifs
Ce livre apporte de l'information sur la biodiversité du Parc national, ses paysages, son histoire (pour ce qu'on en connaît), les moyens de reconnaître certaines espèces, les relations entretenues par l'homme avec des espèces, actuellement ou dans le passé, leur place dans les paysages et les écosystèmes.


Les auteurs espèrent que ce livre pourra aussi contribuer à la préservation de la biodiversité, selon les objectifs "Stopper la perte de biodiversité" de l'ONU, de l'Europe, de la France et de la région, engagement confirmé par le Grenelle de l'environnement.

Gorges de la Jonte et route départementale D996

Pré-requis

Pour contribuer au contenu scientifique de ce document, des connaissances de bases (ou élaborées pour les parties les plus techniques) en botanique et biogéographie sont recommandées, ainsi qu'en matière d'écologie du paysage, et tout particulièrement en matière de naturalité, mais toute aide pertinente est bienvenue (voir plus bas).
Pour faciliter la lecture par les non-spécialistes, les noms scientifiques et techniques sont ici réduits au strict nécessaire.
Des schémas et illustrations, ainsi que des liens bibliographiques et des liens vers des articles de wikipédia (reconnaissables à leur couleur plus claire) aideront le lecteur qui veut en savoir plus.

Comment participer et collaborer à la rédaction de ce livre ?
Chacun peut contribuer à ce projet, par exemple :

  • comme rédacteur ;
  • comme relecteur/correcteur ;
  • comme « discutant » dans la page de discussion (il en existe une pour le livre et une par chapitre et page) ;
  • comme photographe (photos à déposer dans la catégorie de Wikimédia commons consacrée au Parc ou dans l'une de ses sous-catégories) ;
  • comme graphiste, illustrateur ou pour la mise en page ;
  • comme coordinateur du travail fait ou à faire autour d'un chapitre, d'un thème particulier.

Ce livre, en cours de construction, est un projet collaboratif. Si vous y trouvez des erreurs, corrigez les directement à l'aide des liens « Modifier » sur chaque page, ou posez des questions et apportez vos remarques et susggestions en laissant un nouveau message sur la page de discussion de ce livre. Toute question ou participation est bienvenue !

Dans tous les cas :

  • il est utile de préalablement vous créer un compte (pour dialoguer avec les autres contributeurs) puis d'utiliser la page de discussion du projet ;
  • merci d'utiliser un point de vue neutre, de toujours utiliser des ressources libres de droit et, dans la mesure du possible, de citer vos sources afin que d'autres puissent vérifier, améliorer ou compléter votre travail conformément à la charte pédagogique de Wikilivre. Merci de ne pas insérer de messages publicitaires ou personnels dans ce livre. Ils en seraient retirés ;
  • si sous débutez sur les wiki, voir la page d'aide pour la syntaxe ;
  • il est souvent plus facile de préalablement copier un texte (à partir de votre navigateur) puis de le coller sur votre éditeur favori (Word par exemple) qui vous permettra de le compléter ou vérifier les erreurs typographiques ou grammaticales plus aisément ; puis de recopier le tout dans le navigateur, avant une dernière prévisualisation et sauvegarde. Vous pouvez ainsi garder votre propre version de sauvegarde, ou au moins une version vous permettant de travailler hors-ligne.


Sections

Sommaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Remerciements
  2. Introduction
  3. Présentation du Parc National des Cévennes
    1. Géologie
    2. Géographie
      1. Climat
      2. Relief et hydrographie
      3. Entités éco paysagères, habitats
      4. Occupation du sol
  4. Jour 1 - Les Gorges du Tarn
  5. Jour 2 - Le Mont Aigoual
  6. Jour 3 - Le Causse Méjean, nocturne au Mont Aigoual
  7. Jour 4 - Le Pic Saint Loup
  8. Jour 5 - L'abîme de Bramabiau et la rivière de la Brèze
  9. Jour 6  - Le Villaret sur le Causse Méjean
  10. Bibliographie
  11. Contributaire

Remerciements[modifier | modifier le wikicode]

Tout d'abord, ce projet n'aurait pas existé sans le financement de certaines personnes et entités.

Un grand merci donc à Wikimédia qui a rendu ce projet possible, à Monsieur Florent Lamiot pour son soutien et son implication exceptionnelle à ce projet mais aussi à l'Université Catholique de Lille.

Merci à nos professeurs et relecteurs que sont Monsieur Pascal Raevel et Monsieur Florent Lamiot qui ont contribué à l'amélioration de chaque détail de ce compte rendu.

Un merci solidaire à chaque étudiant ayant participé aux longues heures de rédaction de cet ouvrage. (voir contributaire)

Et enfin, de très grands remerciements à chaque encadrant qui, bénévolement, nous ont permis d'étudier sur le terrain chaque dimension de l'écosystème et ainsi d'améliorer nos connaissances:

  • Pascal Raevel - ornithologue indépendant ;
  • Jean-Pierre Vigouroux - botaniste et directeur d'Histoire Naturelle ;
  • Bruno Descaves - garde moniteur au Parc National des Cévennes ;
  • Juliette Outrebon - technicienne accueil et sensibilisation Parc National des Cévennes ;
  • Jocelin Fonderflick - chargé de mission faune au Parc National des Cévennes ;
  • Bruno Righetti - Directeur de l'institut d'éducation à l'agro-environnement de Florac (Montpellier SupAgro)

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Parc National des Cévennes[modifier | modifier le wikicode]

Présentation générale[modifier | modifier le wikicode]

Panorama du Parc National des Cévennes

Le premier Parc National, celui de la Vanoise, fut créé en 1960 à la suite de la loi n°60-708 du 22 juillet 1960 relative à la création des Parcs Nationaux. Celui des Cévennes ne tardera pas à voir le jour en 1970. Au total, 10 Parcs Nationaux sont présents sur le territoire français, dont 3 dans les DOM TOM (Guyane, Guadeloupe et la Réunion) et 7 en France métropolitaine, en dessous de la Loire.

Les Parcs Nationaux se distinguent par leur sigle arborant une spirale composée d’éléments apparentés à la faune, à la flore, ainsi qu’à la géologie. Ce logo est un signe d’identité permettant au acteurs ainsi qu’aux touristes de facilement reconnaitre la structure.  

Les Parcs Nationaux sont structurés en deux zones : la zone coeur où la législation est plus restrictive, ainsi qu’une zone d’adhésion des communes, plus souple en terme de réglementation.

Le Parc National des Cévennes est organisé en 4 antennes/massifs sur lesquels sont présents une dizaine d’employés :

Il est aussi structuré en différents pôles : urbanisme, sensibilisation, agriculture, forêt ainsi que veille et connaissance. Ses différentes missions sont la connaissance et la protection du territoire, l’amélioration du procédé du développement durable dans le périmètre protégé et la zone d’adhésion et l’accueil et la sensibilisation du public.

Un territoire ayant l’appellation de Parc National possède une faune et une flore exceptionnelle et caractéristique. On retrouve au Parc National des Cévennes plus de 2500 espèces de plantes (40% de la flore française) ainsi que 319 espèces de vertébrés (45% des espèces françaises) et enfin plus de 2 000 espèces d’invertébrés avérées. Parmi celles-ci, on retrouve :

Aspect climatique[modifier | modifier le wikicode]

Le massif des Cévennes se trouve dans un contexte climatique montagnard avec une influence méditerranéenne. L’expédition sur le Pic St Loup nous a permis d’identifier quelques espèces caractéristiques du climat méditerranéen. Les espèces s’adaptant aux contraintes de la montagne ont quant à elles été caractérisées par les expéditions dans les Cévennes.

Dans cet environnement, tous les 100 m d’altitude, la température diminue de 0,5°C. Dans ces conditions, il est assez évident que les espèces y vivant ont besoin de s’adapter[1].

Différents étages de végétation en contexte montagnard - Cas des Alpes applicable pour les Cévennes

La montagne se divise en différentes zones, ou différents étages.

Dans les Cévennes, un étage se trouve encore sous le Collinéen, c’est l’étage mésoméditerranéen. Il se situe en dessous de 500 m d’altitude du versant Nord (Ubac), et est constitué de Chêne vert (Quercus ilex), ou de Châtaignier (Castanea sativa) ainsi que quelques Pins de Salzmann (Pinus nigra subsp. salzmannii). Ces espèces se retrouvent lorsque le climat est chaud et sec. En effet, à ce niveau il y a une forte influence du climat méditerranéen sur la végétation.

L’étage collinéen est constitué d’espèces sous l’influence du climat méditerranéen, assez ensoleillé. Ce sont donc des Chênaies pubescentes à Buis sur les sols calcaires ou alors des Chênaies pubescentes à Châtaignier et à Pin sylvestre sur silice.[2]

L’étage montagnard est constitué d’une Hêtraie Sapinière. Le climat est caractérisé par des précipitations à hauteur de 1000 mm d’eau par an et beaucoup de vent.

Enfin, le massif des Cévennes n’ayant pas une altitude moyenne très élevée, les étages alpin et nival ne sont pas représentés. Le Mont Aigoual et le Mont Lozère atteignent à peine l’étage sub-Alpin et leurs pelouses ne sont pas représentatives des pelouses de hautes montagnes. Cependant, elles sont quand même riches en espèces intéressantes pour décrire ce niveau telles que le Genévrier nain (Juniperus communis var. saxatilis), la Callune vulgaire (Calluna vulgaris), la Myrtille arbustive (Vaccinium corymbosum) et des pelouses à Nard raide (Nardus stricta). Il y a aussi des espèces comme la Pulsatille du printemps (Pulsatilla vernalis) et le Jonc trifide (Juncus trifidus).

Notons aussi que le climat Cévenole est connu pour ses orages violents. L’essentiel de la pluviométrie est atteinte lors de ces épisodes pluvieux alors que le reste du temps, le climat est plutôt sec. Enfin, l’image des Cévennes en hiver est celles de paysages enneigés avec des congères importantes. Cela se retrouve particulièrement sur les Causses, ces plateaux Calcaires en altitudes qui sont exposés aux conditions les plus rudes l’hiver, et à un vent très important toute l’année.[3]

Aspect géologique[modifier | modifier le wikicode]

Chaos

La région Causses et Cévennes est une zone de transition entre les garrigues du Bas Languedoc et le Plateau Central. Au Précambrien, entre -500 millions d’années et -300 millions d’années, la région était recouverte d’un vaste océan. Pendant des centaines de millions d’années, ce sont déposés au fond de l’eau, de grandes épaisseurs de vases argileuses, de marnes, de sables et de boues calcaires. Aujourd’hui, l’épaisseur de ces sédiments (roches argileuses, marnes, grès, calcaires) est de plusieurs kilomètres.

Le magma granitique à 6 km de profondeur remonte vers la surface avec des roches plus lourdes ce qui a permis la formation granitique des Mont Lozère et Mont Aigoual

Ainsi, les roches sédimentaires présentes initialement sont transformées, par forte pression et chaleur, en roches métamorphiques : gneiss et micaschiste. Ce sont des massifs granitiques hercyniens qui constituent les plus hauts sommets et sont reliés par un faisceau de microgranites.

Ces changements se font sur plusieurs milliers d’années durant lesquelles le sommet des montagnes nouvellement formées s’érode et les matériaux sont déposés dans des zones plus creuses. Ce phénomène est à l’origine des bassins houillers du Massif Central et les Causses. Ces derniers sont constitués d’une série de micaschistes métamorphiques gris ou verdâtres d’apparence très monotone.

Il y a 250 millions d’années, la mer submerge de nouveau la région et y dépose de nouveaux sédiments : notamment du calcaire mais aussi des grès, des sables et des marnes. Plus de 100 millions d’années plus tard, un léger soulèvement de la plaque provoque le retrait de la mer progressivement jusqu’au Garrigues du Languedoc puis la vallée du Rhône.

Par la suite, la création des Pyrénées provoque des mouvements de la plaque tectonique et entre autre une surrection de la région. Une multitude de plis et de failles de compression sont liés à une poussée du Sud qui écrase les couches sédimentaires contre les chaînons granitiques. Ces failles, situées au Nord et à l’Ouest, vont créer les premiers volcans de la région.

L’aspect actuel de la région est défini par l’érosion qui découpe en milliers de vallons et de crêtes les Cévennes. L’érosion a aussi découpé des gorges profondes dans le plateau Calcaire pour former plusieurs Causses. La région a récemment été un important centre d’extraction de minéraux en France (XIXème jusqu’au milieu du XXème siècle). Le plomb et le zinc étaient très demandés par l’industrie française pendant la 1ère guerre mondiale impliquant la création de nombreuses mines dans le massif. On trouve aussi les minéraux suivant dans les régions du massif ou il y a eu des intrusions granitiques hercyniennes : orthose, micas (biotite et muscovite), tourmaline noire, rubellite et l’or natif.[4]

Jour 1 - Les Gorges du Tarn[modifier | modifier le wikicode]

Dimanche 16/09/2018 : Ornithologie le long du Tarn[modifier | modifier le wikicode]

Encadrant : Pascal Raevel

Conditions météorologiques : entre 14°C et 28°C, ciel dégagé, nuages intermittents. Vents : 10km/h

Les Gorges du Tarn forment un canyon entre le Causse Méjean et le Causse du Sauveterre. Comme son nom l’indique, ce canyon profond de 400 à 600 mètres est parcouru sur 53 kilomètres par le Tarn qui prend sa source sur le mont Lozère. Les roches creusées au fil de son ruissellement sont calcaires et datent du Bajocien pour la base jusqu’au Jurassique supérieur pour les hauteurs.

Site 1 : ruisseau de Lévéjac (affluent de la rivière du Tarn) sur la commune de Saint-Rome-du-Tarn[modifier | modifier le wikicode]

Nous sommes arrivés sur le site aux alentours de 9h10. Nous avons rapidement pu observer une Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea) ainsi que deux Bergeronnettes grises (Motacilla alba). Des fientes de Moineaux domestiques (Passer domesticus) étaient présentes sous un Platane commun (Platanus x hispanica), traduisant un dortoir à cet endroit. Il y avait aussi, proche du parking, un regroupement d’une vingtaine d’Hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum) avec des jeunes encore au nid.

Le ruisseau de Lévéjac le long duquel nous avons commencé nos observations, descend en cascade de la ville de St-Rome-du-Tarn. Il prend sa source à un kilomètre et demi en amont du village, traverse ce dernier avant de constituer une première cascade d’environ huit mètres, puis se jette dans le Tarn par une dernière cascade de dix-huit mètres face à la pile de l’ancien pont roman. Ce ruisseau constitue au long de son passage des pétrifications de tuf en raison de sa forte teneur en calcaire.

En bas de la cascade du village, des plantes communes de la région ont été inventoriées. En dehors du roncier (Rubus sp), caractéristique des friches, le Sureau noir (Sambucus nigra), le Figuier (Ficus carica), et le Saule blanc (Salix alba) se partagent l’espace. Au pied des maisons en contrebas, de nombreuses plantes hydrophytes se développent.

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum)

Un peu plus loin, le long d’une route, nous avons constaté la présence d’une centaine d’Hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum) volant autours de 12 nids. L’ensemble du groupe préparait l’émancipation des jeunes en les incitant à voler. A proximité du rassemblement, le chant d’un Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) est perçu, sont également  observés :

Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca)

Plus bas, nous avons également observé  30 Hirondelles des rochers (Ptyonoprogne rupestris) chassant autour de bâtiments hauts, probablement sur un site de nidification. Le long de la route menant au ruisseau des Rebouisses, dans la ripisylve, plusieurs espèces ont été vues ou entendues : Mésange bleue (Cyanistes caeruleus), Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), Sittelle torchepot (Sitta europaea), Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla), Corneille noire (Corvus corone) et Pic vert (Picus viridis). Nous avons également observé des espèces migratrices en halte : Gobemouche gris (Muscicapa striata), Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca), Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) et Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla).

D’un point de vue entomologique, nous avons pu observer la Pyrale du buis (Cydalima perspectalis) en très grande quantité.

En botanique, nous avons pu observer le Calament népéta (Clinopodium nepeta), reconnaissable en particulier par son odeur forte, la Centaurée à tête ronde (Centaurea sphaerocephala), la Luzerne cultivée (Medicago sativa), une espèce de Clématite cf brûlante (Clematis cf. flammula), la Saponaire officinale (Saponaria officinalis) ainsi que de nombreuses autres plantes, en particulier des Poacées.

Site 2 : le ruisseau de Rebouisses sur la commune de Saint-Rome-de-Tarn[modifier | modifier le wikicode]

Ce site se trouve en bord de route, entouré par une pâture et le ruisseau de Rebouisses. Ce dernier est bordé notamment par une espèce exotique envahissante : l’Ailante glanduleux (Ailanthus altissima).

Nous avons pu y observer et/ou entendre les espèces d’oiseaux suivantes :

Nous avons également aperçu un Lièvre d’Europe (Lepus europaeus) ainsi que ses fèces.

Les insectes suivants ont pu être observés et entendus :

Le ruisseau était bordé par une végétation dense. Un roncier était mêlé avec du Lierre grimpant (Hedera helix) et de la Vigne (Vitis sp.).

Des Phanérophytes étaient aussi présents :

La friche séparant le ruisseau de la route était aussi riche en végétation :

Site 3 : rive gauche artificielle de la rivière du Tarn[modifier | modifier le wikicode]

La rivière du Tarn

A 11h, nous sommes arrivés au niveau de la rive gauche du Tarn sur un secteur assez artificialisé avec la présence d’un camping, d’un parking, d’un restaurant et d’une zone de pêche.

Cette rive était plantée d’arbres, entre autre de Charme commun (Carpinus betulus), de Peuplier noir (Populus nigra), d’Erable champêtre (Acer campestre), de Robinier faux acacia (Robinia pseudoacacia), de Noyer (Juglans regia), de Tilleul (Tilia sp.), d’Aulne glutineux (Alnus glutinosa), de Saule blanc (Salix alba) et d'Érable sycomore (Acer pseudoplatanus). La pelouse de la berge était constituée de nombreuses espèces, la liste non exhaustive est la suivante :

Nous avons pu observer et/ou entendre :

Au niveau de l’ichtyofaune présente dans le Tarn, un pêcheur local nous a listé les espèces suivantes :

Grenouille verte (Pelophylax sp)

Au niveau herpétologique, nous avons observé une Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus), un Lézard des murailles (Podarcis muralis) ainsi qu’une Grenouille verte (Pelophylax sp).

L'étude entomologique a permis d'établir une très belle liste d’espèces :

Des traces de Ragondin (Myocastor coypus), adulte et jeune, ont été observées sur les berges à plusieurs endroits.

L’excursion s’est terminée en face d’une Phragmitaie où une Rousserolle sp (Acrocephalus sp) se déplaçait.

Site 4 : friche bordée par une bande de Pommier[modifier | modifier le wikicode]

Cuivré commun (Lycaena phlaeas)

Cette friche était constituée de nombreuses plantes pionnières, mais particulièrement des Amaranthes (Amaranthus sp.) et des Cirses des champs (Cirsium arvense).

Ensuite, outre la Vergerette du Canada (Conyza canadensis), il y avait du Chénopode blanc (Chenopodium album), de la Luzerne cultivée (Medicago sativa), du Trèfle rampant (Trifolium repens), du Liseron des champs (Convolvulus arvensis), et de la Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare). Enfin, l’ensemble était complété de quelques Poaceae et Asteraceae.

Plusieurs insectes étaient présents :  

Nous avons également observé une Argiope frelon (Argiope bruennichi).

Pyrale du buis (Cydalima perspectalis) et Scolie hirsute (Scolia hirta)sur un Cirse des champs (Cirsium arvense)

Le bord de la friche voyait sa flore changer légèrement, il y avait alors de la Clématite cf. brûlante (Clematis flammula), de l’Asperge (Asparagus officinalis), de la Vigne (Vitis sp.) et enfin de la Germandrée scorodoine (Teucrium scorodonia).

Site 5 : rive gauche naturelle de la rivière du Tarn[modifier | modifier le wikicode]

A 13h50 nous sommes allés sur un chemin plus sauvage de la rive gauche du Tarn, proche d’une station d’épuration. Nous y avons vu :

Nous avons également rencontré plusieurs insectes tels que :

Quelques nouvelles plantes ont pu être identifiées:

Site 6 : point de vue au Puech Gazal sur la commune de Saint-Rome-de-Tarn[modifier | modifier le wikicode]

Le Puech Gazal

A 16h30, nous nous sommes rendus au Puech Gazal, pour observer le paysage et les écosystèmes depuis un point de vue sur le plateau dominant de Saint-Rome-de-Tarn ainsi que le Tarn.

Là - bas, quelques insectes ont pu être identifiés :

Site 7 : Barrage de Pinet[modifier | modifier le wikicode]

Barrage de Pinet (Aveyron)

Pour finir la journée, nous nous sommes rendus vers 17h plus en aval du Tarn au niveau du barrage de Pinet. Cette structure d’une hauteur de 40 mètres a été construite entre 1927 et 1929 afin de répondre aux besoins en électricité de l’agglomération de Millau (Source : EDF,  panneau d’information sur le site). Cette centrale hydroélectrique est gérée par Electricité De France (EDF).

Pour la faune vertébrée, de nombreux Poissons (espèces non identifiées) ont été observés en aval et en amont du barrage.

Le Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros), l’Hirondelle de rochers (Ptyonoprogne rupestris) et la Buse variable (Buteo buteo) ont été notés à proximité du site.

Deux lépidoptères diurnes ont été observés, à savoir le Paon-du-jour (Aglais io) et le Machaon (Papilio machaon).

Sur la route du retour vers Meyrueis, nous avons pu observer une femelle de Chevreuil (Capreolus capreolus) avec deux grands faons ainsi qu’une compagnie de Perdrix rouges (Alectoris rufa).

Jour 2 - Le Mont Aigoual[modifier | modifier le wikicode]

Lundi 17/09/2018 : Botanique au Mont Aigoual[modifier | modifier le wikicode]

Encadrant : Jean-Pierre Vigouroux

Conditions météorologiques : entre 17 et 23°C, ensoleillé, vents inférieurs à 20 km/h

Les Cévennes sont constitués d’une mosaïque de formations géologiques avec les plateaux tabulaires calcaires des Causses, les formations schisteuses (facilement érodables avec la structure en feuillets) des ravins et les monts formés de granites. Il y a aussi quelques affleurements de grès et gneiss. Le Mont Aigoual est formé de granite d’âge paléozoïque. Le sud du massif est granitique avec des affleurements de micaschistes alors que le sommet est composé uniquement de micaschistes. Le mont est traversé par une faille Est-Ouest dans laquelle est creusée l’Abîme de Bramabiau.

Le Mont Aigoual, s’élevant à 1 565 m d’altitude, a la particularité d’héberger à son sommet une des dernières stations météorologiques habitées en Europe.


Localisation du Mont Aigoual. Coordonné GPS: 44,120906 ; 3,581285. Source : Données cartographiques : © IGN, FEDER, Région Occitanie, Préfecture de la région Occitanie.

Le massif forestier présent sur l’Aigoual résulte d’un programme de restauration du massif mené au XIXe siècle par l’administration forestière. Ce programme a été mis en place suite à la dégradation des espaces de pâturage et des milieux forestiers pour le bois d’oeuvre, le charbonnage et la verrerie. Charles Flahaut et Emile Deuxdeniers ont initié les travaux de plantation sur la partie lozérienne. Actuellement, le massif forestier de l’Aigoual s’étend sur 15 000 hectares.

Le climat est montagnard avec une influence méditerranéenne marquée. Il y a une grande amplitude thermique au cours de l’année, les vents peuvent être violents et les précipitations sont d’environ 2 000 mm/an (pluvieuses et neigeuses). D’ailleurs, le nom “Aigoual” provient de “aïgue” et de “aqua” (eau), l’Aigoual étant l’endroit le plus pluvieux de France.

Le contexte montagnard s’exprime particulièrement sur le Mont Aigoual. Dans ce climat, l’étage montagnard est caractérisé par une hêtraie sapinière.

Site 1 : Hêtraie sapinière[modifier | modifier le wikicode]

A partir de 1 000 m d’altitude, le Mont Aigoual est dominé par la forêt montagnarde. C’est une forêt jeune qui doit son expansion aux efforts de reboisement du XIXe siècle, ainsi qu’à la déprise agricole. Les principales essences dominantes sont le Hêtre commun (Fagus sylvatica) et le Sapin pectiné (Abies alba). L’ombre de ces derniers limite fortement la présence de plantes de sous-bois, seules les plantes vernales ayant leur cycle de développement avant la feuillaison parviennent à prospérer. Ce type d’habitat héberge une faune et une flore particulières, typiquement forestières, comme par exemple le Pic noir (Dryocopus martius), la Rosalie des Alpes (Rosalia alpina), la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus), le Sanglier d’Europe (Sus scrofa) et le Cerf élaphe (Cervus elaphus). Sur le chemin menant à l’Hort de Dieu, nous avons pu constater la présence de :

Pour la strate arborescente,

Genêt purgatif (Cytisus oromediterraneus)

pour la strate arbustive,

pour la strate herbacée,

Nous avons également pu entendre les cris et le chant de la Mésange noire (Periparus ater) et du Pic noir (Dryocopus martius).

Site 2 : L’arboretum de l’Hort de Dieu[modifier | modifier le wikicode]

C’est dans le cadre du programme de plantations évoqué précédemment que cet endroit a été créé. Il s’inscrit également dans le cadre de la création d’un réseau d’arboretums, afin d’étudier le comportement des espèces vis-à-vis de différentes conditions écologiques.

L’Hort de Dieu a été créé par Charles Flahault (celui-là même qui a écrit la préface de la flore de l’Abbé Coste et qui a formé J. Braun-Blanquet, père de la phytosociologie). En amont de l’arboretum, une stèle a été érigée par ce dernier à la mémoire des botanistes de la renaissance, ses prédécesseurs.

L’Hort de Dieu se situe à une altitude de 1 300 mètres, au carrefour des influences méditerranéennes, montagnardes et océaniques. Les arbres sont confrontés à des conditions climatiques difficiles, ce qui en fait un site exceptionnel d’étude. Actuellement, 75 espèces sont présentes sur le site, parmi lesquelles :

pour la strate arborescente,

Sapin douglas (Pseudotsuga menziesii)
Renouée de Sakhaline (Reynoutria sachalinensis)

pour la strate arbustive :

pour la strate herbacée :

Parmi les Insectes présents sur le site, les espèces suivantes ont pu être identifiées :

Site 3 : Jardin alpin[modifier | modifier le wikicode]

A 11h30, nous avons visité le jardin alpin se situant aux coordonnés GPS (44,116730 ; 3,584020). Le jardin a été réalisé par Charles Flahault qui l’utilisait à titre expérimental. Il l’a entretenu personnellement jusque dans les années 1920. Ce site a ensuite évolué naturellement jusqu’à la fin du XXe siècle. Le jardin contient près de 300 espèces introduites provenant des Alpes, des Cévennes et des Pyrénées (principalement herbacées et arbustives). Aujourd’hui il ne reste qu’un tiers des espèces introduites à l’origine, les espèces héliophiles sont celles qui ont principalement disparu. Désormais, le jardin est géré par l’Office National des Forêts (ONF) qui cherche principalement à garder les plus belles espèces. Au pied du jardin alpin, nous notons la présence du Saule marsault (Salix caprea), du Marronnier d'inde (Aesculus hippocastanum) et d’une Matricaire (Matricaria sp.).

Les premières espèces visibles dans le jardin sont le Lys des Pyrénées (Lilium pyrenaicum) et le Chardon bleu des Pyrénées (Eryngium bourgatii). On aperçoit ensuite les espèces introduites suivantes :

Au sein du jardin alpin, les espèces autochtones suivantes se sont développées :

Site 4 : Observatoire météorologique du Mont Aigoual - Pelouse alpine[modifier | modifier le wikicode]

Observatoire météorologique du Mont Aigoual

A 13:30, nous sommes arrivés au sommet du Mont Aigoual (44°07'19.5"N 3°34'42.4"E). Un détour par la station météorologique et son observatoire au sommet nous a offert un panorama impressionnant sur le massif des Cévennes.

Cette station (gérée par Météo France) permet d’observer et de prévoir le temps sur le massif de l’Aigoual. Pour se faire, plusieurs instruments électroniques mesurent en continu plusieurs données :

  • la température (thermomètre et thermosonde) ;
  • la pression atmosphérique (baromètre) ;
  • la direction et la vitesse du vent (girouette et anémomètre) ;
  • l’humidité de l’air (psychromètre et hygrographe) ;
  • les hauteurs de pluie (pluviomètre) ;
  • le rayonnement solaire (pyranomètre) ;
  • l’insolation (héliographe) ;
  • la hauteur des nuages (télémètre).

Toutes ces informations sont centralisées dans la station automatique et permettent d’alimenter les messages d’observation sur le réseau météo international.

Ce site développe également des activités dans le domaine de l’expérimentation de matériel industriel en milieu naturel depuis quelques années. Des entreprises peuvent ainsi bénéficier de ces installations pour réaliser des tests en conditions climatiques extrêmes (résistance aux intempéries d’armoires électriques, mesures et détection du givre sur les ailes d’avion, etc.).

Au moment où nous nous sommes dirigés vers les pelouses demi landes alpines, nous avons observé de près la remontée d’un Vautour fauve (Gyps fulvus) sous un ciel se couvrant de nuages.

Les pelouses étaient riches en espèces végétales nanifiées. En effet, du fait des conditions climatiques particulières au sommet du mont, à savoir les multiples contraintes dues à la force et la permanence du vent et celles liées aux hivers rudes, à la couche de neige importante sur les pelouses (120 jours / an). Celles-ci causent la nanification de la végétation.

Cette pelouse est caractérisée par un recouvrement peu important et une faible hauteur de la végétation. L’allure de landes est représentée majoritairement par la Callune (Calluna vulgaris) et le Genêt poilu (Genista pilosa). D’autres plantes étaient présentes :

Diverses espèces d’oiseaux ont été vues ou entendues comme le Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros), la Mésange noire (Periparus ater), le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) et le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus).

Nous avons également pu observer les insectes suivants :

Site 5 : Tourbière de Trévezel[modifier | modifier le wikicode]

Localisation de la Tourbière de Trévezel. Coordonnées GPS: 45,294744 ; 4,47991. Source : Données cartographiques : © IGN, FEDER, Région Occitanie, Préfecture de la région Occitanie.
Tourbière du Trévezel

A 15h30 nous nous sommes rendus à la tourbière de Trévezel,  située à 1 289 m d’altitude sur les flancs du Mont Aigoual.

Une tourbière est une zone humide où la matière organique s’est accumulée. Or le milieu, rendu anaérobie par la présence d’eau, ne permet pas la décomposition de la matière organique, entraînant la formation de tourbe. Une autre conséquence de ce milieu est la rupture du cycle de l’azote, diminuant grandement les quantités d’azote assimilable par les plantes. Cela se conclut par une végétation spécifique et des espèces associées telles que :

Les Bryophytes[modifier | modifier le wikicode]
Les Phanérogames[modifier | modifier le wikicode]
Andromède à feuilles de podium (Andromeda polifolia)

Le site a la caractéristique d’avoir un gradient hygrométrique en raison de la pente. Par conséquent la végétation est différente d’une extrémité à l’autre. Il est également traversé par un ruisseau dont le cours est retenu par un barrage. Ce barrage accentue la stagnation de l’eau sur le site où sont présentes :

En plus de cette diversité végétale nous avons pu observer les espèces suivantes :

Jour 3 - Le Causse Méjean, nocturne au Mont Aigoual[modifier | modifier le wikicode]

Mardi 18/09/2018 : Ornithologie sur le Causse Méjean & sortie nocturne[modifier | modifier le wikicode]

Encadrant : Pascal RAEVEL.

Conditions météorologiques : entre 8 et 21°C, ensoleillé (2/8 à 4/8), vents inférieurs à 20km.

Site 1 : le Causse Méjean[modifier | modifier le wikicode]

Avec le causse Sauveterre, le causse Méjean est la zone la plus haute de l’ensemble dit des “grands causses” qui comprend aussi le causse Noir et le causse du Larzac, ce dernier ne faisant pas partie du Parc national des Cévennes.

Le Causse Méjan s’étale entre 1 028 m et 1 200 m d’altitude. Le sol est un grand ensemble de roches à dominantes calcaires et les paysages sont constitués de mosaïques de pelouses sur dalles et débris rocheux ; ainsi que de pelouses sèches d’allures steppiques. Ces milieux sont dominés par les graminées et les fétuques.

Malgré cela, la végétation est diversifiée. Les paysages de pâturage sont entrecoupés de pierriers de calcaires, de petits hameaux et de haies. Quelques bosquets de conifères se trouvent ici et là ; mais ils ne sont pas majoritaires. Les pelouses sont essentiellement pâturées. Dans les pelouses sèches, nous avons vu majoritairement des graminées desséchées en cette fin de saison. Dans les dépressions calcaires, nous avons vu une végétation encore verte, formée majoritairement de Trèfle des prés (Trifolium pratense).

D’un point de vue de la gestion humaine, les Causses sont utilisés principalement pour le pâturage ovin, bovin et, dans une moindre mesure, équin.

A 9h, nous avons commencé par réaliser un transect de 500m en 30min le long de la route D63 en observant principalement l’avifaune et la flore.

Il s'agit d'une carte issue de Géoportail montrant l'emplacement du début du transect concernant un relevé faune et flore sur le Causse Méjean. Coordonnées GPS : 44,2461 ; 3,4187. Source carte : Données cartographiques : © IGN, FEDER, région Occitanie, préfecture de la région Occitanie.

Nous avons observé et/ou entendu au niveau de la faune :

Pipit rousseline (Anthus campestris)

Au niveau de la végétation, sur les bords de la route nous avons découvert une flore ligneuse minoritaire :

La végétation était dominée par des plantes à fleurs :

Les insectes suivants ont pu être observés :

Exemple d'une lavogne sur le causse du Larzac

Site 2 : Lavogne du Bufre à Hures-la-Parade[modifier | modifier le wikicode]

Nous nous sommes engagés dans un chemin caillouteux sur lequel nous avons pu voir de nombreuses plantes non ligneuses, dont les mêmes Poaceae desséchées et le Trèfle des prés (Trifolium pratense). Mais également les espèces suivantes :

Ce chemin était aussi entouré par deux haies, formées par les espèces suivantes :

Sur notre gauche, en partant nous avons pu apercevoir un regain de Trèfle des prés (Trifolium pratense) et Coquelicot (Papaver rhoeas) sur une culture de céréales récoltée mais non déchaumée.

Ensuite, nous avons fait une halte à la lavogne du Bufre. Les lavognes sont des dépressions naturelles, constituant des zones humides très rares sur les causses. Les pratiques agro-pastorales ont contribué au maintien et à la sauvegarde de ces points d’eau vitaux pour le bétail en milieu xérique. Les lavognes constituent, de ce fait, des écosystèmes appréciés de la faune sauvage. Les Insectes, les Oiseaux et les Mammifères viennent notamment y boire ou chasser.

Avant d’atteindre la lavogne nous avons emprunté un chemin bordant des pâtures où nous avons pu observer plusieurs espèces d’oiseaux :

En arrivant sur le bord de la lavogne, il y avait une espèce de Jonc indéterminé (Juncus sp.) en touffe, de l'Agrostide stolonifère (Agrostis stolonifera) et du Grand plantain (Plantago major). Sur les berges de la lavogne, nous avons pu remarquer la présence d’empreintes de Mammifères dont le Chevreuil européen (Capreolus capreolus) et le Blaireau européen (Meles meles).

Nous avons également pu observer des espèces d’autre groupes comme un Triton palmé (Lissotriton helveticus) juvénile ou encore une plumée toute fraîche de Grive musicienne (Turdus philomelos).

Mante religieuse (Mantis religiosa) au Causse Méjean

Pour le groupes des Insectes, les espèces suivantes furent observées sur le site :

Sur le chemin du retour, nous avons observé un Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus) en chasse aux Reptiles sur un coteau calcaire.


Site 3 : arrêt pour l’observation d’un groupe de vautours[modifier | modifier le wikicode]

Vautour fauve (Gyps fulvus)
Carte montrant la position pour l'observation d'un groupe de Vautour Fauve en vol en septembre 2018 sur le Causse Méjean. Coordonnées GPS : 44,2934 ; 3,4396. Source : Données cartographiques : © IGN, FEDER, Région Occitanie, Préfecture de la région Occitanie.

A 10h30, nous avons observé un groupe de Vautour fauve (Gyps fulvus) en vol, composé de 17 individus.

En ce qui concerne l’entomofaune, les espèces suivantes ont été observées :

A 12h00, en se rendant au lieu-dit Le Villaret, un Milan royal (Milvus milvus) a été observé en train de chasser dans une prairie.

Site 4 : Lieu-dit Le Villaret à Hures-la-Parade[modifier | modifier le wikicode]

A 12h30, nous nous sommes arrêtés sur la commune de Hures-la-Parade, au lieu-dit Le Villaret (coordonnées GPS : 44,2518 N / 3,4397 E). Nous y avons observé les chevaux de Przewalski (Equus ferus przewalski). Ce sont des chevaux sauvages d’origine mongole, présents en Europe depuis 20 000 ans. Ils sont de petite taille (120 cm à 135 cm) et de couleur sable avec les crins noirs, des zébrures noires sur les membres et une raie de mulet brune.

L’espèce est considérée comme l’une des plus menacées au monde. Cette espèce a disparu à l’état sauvage depuis 40 ans et a été ré-introduite dans son milieu d’origine grâce aux efforts d’une association Takh sur la base d’individus qui avaient été maintenus en vie dans les zoos. Cette station est la seule en France où ces chevaux sont observables en semi-liberté.

Un premier troupeau de 11 chevaux y a été introduit en 1993. La réserve compte aujourd’hui 30 individus répartis en plusieurs groupes. Chaque groupe est constitué d’un étalon et de ses juments. Les jeunes et vieux mâles forment un groupe à part.

Ce jour, nous avons observé un troupeau familial de 13 individus dont 2 juments suitées de poulain de l’année ainsi qu’un yearling.

De plus, le milieu est constitué d’une flore rare et typique des steppes continentales ainsi qu’une faune diversifiée avec notamment 80 espèces d’oiseaux recensées sur le site. Nous avons vu et/ou entendu les espèces suivantes :

Pour les Insectes recensés au niveau de ce site :

Sortie nocturne sur les flancs du mont Aigoual à la recherche du Cerf élaphe (Cervus elaphus), de la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) et du Loup (Canis lupus) :

Le Cerf élaphe (Cervus elaphus) étant classé comme gibier, il peut donc être chassé. Selon l’UICN, le Cerf est classé en préoccupation mineure (LC). Certaines sous-espèces de Cerf élaphe (Cervus elaphus) sont strictement protégées comme le Cerf élaphe de Corse (Cervus elaphus corsicanus) inscrit depuis 2000 sur la Liste rouge des espèces menacées de l’UICN.

Les femelles et les jeunes ayant moins de 3 ans forment des hardes menées par une biche âgée. Les biches sont des animaux fidèles à leur lieu d’origine, tandis que la plupart des jeunes mâles l’abandonnent. Ils quittent le groupe vers l’âge de 2 ans.

Les vieux mâles sont solitaires, les plus jeunes vivent en petits groupes.

Pendant le brame en septembre-octobre, le mâle dominant se constitue un harem de biches et le défend contre les rivaux. Le reste de l’année, mâles adultes et femelles vivent sur des territoires différents.

C'est un animal territorial. Il existe différents modes de communication permettant de marquer et défendre son territoire : sonore, visuel, chimique, par marquage de supports. Le cri du cerf est appelé le brame ou le raire. On dit qu'il brame (cri guttural) pendant la période de reproduction et qu'il rait le reste de l'année.

Son territoire vital est composé de grandes forêts (500-2 000 ha pour les biches ; 1 000 ha à 5 000 ha pour les mâles), avec des fourrés et des clairières/prairies. On le trouve en plaine, en montagne jusqu'à 2 500 m et dans les landes et tourbières (Ecosse). Auparavant, le Cerf vivait en milieu ouvert, mais la chasse et les pressions anthropiques l'ont poussé à trouver refuge dans les forêts. En effet, bien qu'il soit écologiquement adapté aux milieux ouverts, le Cerf est aujourd'hui inféodé au milieu forestier. Le Cerf recherche un habitat à forte valeur alimentaire et la biche, qui exploite des surfaces plus petites, privilégie des habitats fermés offrant un abri diurne et une protection maximale. La présence de l'eau est primordiale toute l'année pour boire et se souiller.

La Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) est une espèce de petit rapace nocturne de la famille des Strigidae. Selon l’UICN, le statut de menace de l’espèce est de préoccupation mineure. C’est un oiseau qui mesure 25cm et qui a une envergure de 52 cm. Ce rapace ressemble à la Chevêche d’Athéna (Athene noctua) ; cependant sa tête est plus volumineuse. Elle se distingue de cette dernière par son bec de couleur ivoire et son habitat forestier.

La Chouette de Tengmalm est protégée à l’échelle européenne par l’annexe I de la Directive Oiseaux. Elle est aussi protégée sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981.

Elle affecte les milieux forestiers composés essentiellement de conifères et de forêts mixtes. Elle utilise les trous de Pic noir (Dryocopus martius) pour nicher. Son aire de répartition suit d’ailleurs celle du Pic noir. Elle est notamment présente dans le Sud - Ouest de la France jusqu’aux Pyrénées et dans le Sud - Est de la France jusqu’en Grèce.

Le Loup gris (Canis lupus) est la seule espèce de loup présente en Europe. Autrefois présent sur l’ensemble de la métropole, la population du Loup a été progressivement éliminée par l’homme au cours des siècles. En France, 250 à 300 individus ont été dénombrés en 2017, et il ne subsiste aujourd’hui que dans les grands massifs montagneux. Des indices de présence du Loup ont récemment été observés dans le Parc National des Cévennes, mais aucune zone de présence permanente n’est actuellement connu sur ce territoire. L’espèce est considérée comme vulnérable en France et figure sur la liste des Mammifères terrestres protégés.

Le Loup gris est un animal social vivant en meute, dont les individus communiquent par des vocalisations (cris, grognements, plaintes, hurlements…). Le hurlement du Loup lui permet de communiquer sur de grandes distances et peut parfois être entendu sur plus d’une centaine de kilomètres. Cette sortie nocturne était donc l’occasion de l’entendre, afin de préciser la présence du Loup dans les Cévennes.

Nous avons réalisé une écoute dans un paysage semi-ouvert composé de prairies et de lisières boisées le long de la D53 menant au Mont Aigoual. En attendant la tombée de la nuit et le démarrage du brame, nous avons vu ou entendu :

Aux alentours de 20h45, le brame d’un premier individu de Cerf élaphe (Cervus elaphus) a été entendu. Trois autres individus seront entendus jusque 22h30.

Le Loup gris (Canis lupus) et la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) n’ont pas été entendus.

En remontant au Mont Aigoual, ont été aperçus une biche ainsi que son jeune (Cervus elaphus), un Renard roux (Vulpes vulpes) et deux Lièvres d’Europe (Lepus europaeus).

Une deuxième station d’écoute a été réalisée aux alentours de 23h00 à la station météorologique du Mont Aigoual. Deux Cerfs élaphes (Cervus elaphus) ont de nouveau été entendus en contrebas, de même que le chant d’une Chouette hulotte (Strix aluco) et une Alouette des champs (Alauda arvensis) en vol migratoire. De nouveau, aucun Loup (Canis lupus) et aucune Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) n’ont été entendus.

Sur la route descendant à la station de ski du Prat Peyrot, un Renard roux (Vulpes vulpes) en train de consommer une proie et un Lièvre d’Europe (Lepus europaeus) ont été vus.

Une dernière session d’écoute a été réalisée au niveau de la station de ski du Prat Peyrot, où au moins trois individus de Cerf élaphe (Cervus elaphus) ont été entendus. Un cri social de Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis) a été entendu plusieurs fois, il s’agissait d’un individu probablement en transit. Aucun Loup (Canis lupus), ni aucune Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) ne seront entendus.

Cette sortie nocturne a permis d’écouter deux espèces d’Orthoptères actives au crépuscule : la Grande Sauterelle verte (Tettigonia viridissima) et le Grillon d'Italie (Oecanthus pellucens). Avant le coucher du soleil, un Azuré bleu-céleste (Lysandra bellargus) a également pu être observé.

Jour 4 - Le Pic Saint Loup[modifier | modifier le wikicode]

Mercredi 19/09/2018 : botanique au pic Saint-Loup[modifier | modifier le wikicode]

Pic Saint Loup

Encadrant : Jean-Pierre VIGOUROUX

Conditions météorologiques : entre 21°C et 30 °C, temps ensoleillé, vent inférieur à 10 km/h avec des rafales jusqu’à 33 km/h.

Nous sommes arrivés en bas du pic Saint-Loup à 10h. Avant de commencer notre ascension, nous nous sommes arrêtés pour resituer le contexte dans lequel nous étions. En effet, le pic Saint-Loup se trouve dans un contexte climatique de type méditerranéen. Géographiquement, il se trouve au sud du massif des Cévennes, entre le causse de l’Hortus et la plaine littorale de Montpellier.

Le climat méditerranéen se caractérise par des étés chauds et secs, et des hivers doux et secs. La pluviométrie y est très variable et représente 750 mm d’eau par an. En comparaison, les précipitations de la ville de Lille sont d’environ 650 mm d’eau par an et donc moins importantes.

Les périodes les plus humides sont l’automne et le printemps où des épisodes pluvieux peuvent être très violents et denses (épisodes cévenols). Il existe également une période de sécheresse en été entre les mois de juin et août autour de la méditerranée. Elle peut-être plus ou moins longue selon un gradient décroissant vers le nord (cf diagramme ombrothermique de Montpellier). La courbe ombrothermique du diagramme visible sur le lien précédent représente la température (courbe rouge en °C ou en °F) et la pluviométrie (bâtons bleus en mm) en fonction des mois. Lorsque la courbe de température se trouve supérieure à la pluviométrie, c’est une période de sécheresse.

Concernant les températures, elles sont douces pendant la majorité de l’année, même si le gel est possible. La neige quant à elle reste exceptionnelle. Les jours de pluie sont rares en raison des forts vents du mistral et de tramontane qui chassent les nuages. Le mistral balaye la zone rhodanienne tandis que la Tramontane balaye la partie occidentale de la côte française. Le vent du sud apporte ce que l’on nomme les entrées maritimes, c’est à dire la pluie due à l’évapotranspiration de la mer Méditerranée. Bloqués par les reliefs, les nuages permettent au causse de l’Hortus d’être protégé des pluies mais aussi des courants d’air chaud, créant ainsi un climat à part sur ce lieu. Une autre caractéristique du climat autour de Montpellier est la forte luminosité due à un ensoleillement important.

Au niveau du substrat, le calcaire est dominant sur la partie collinéenne où se situe le pic Saint-Loup ainsi que les zones de garrigue. Sur d’autres massifs comme les Pyrénées orientales ou provençales, les schistes et les grès offrent une niche écologique et une végétation très différente. Quelques espèces de ces milieux plutôt acides sont particulièrement caractéristiques comme le Chêne liège (Quercus suber).

Outre le caractère basique du sol, le calcaire contribue à l’aridité. En effet, l’eau s’infiltre en profondeur dans les nombreuses fissures de ce type de roche et est peu retenue dans le sol qui est peu épais. Ce phénomène est appelé la perméabilité en grand et forme des galeries, grottes en profondeur, aussi appelés reliefs karstiques.

Le sol est squelettique, voire absent, dans certains endroits. Ceci est la conséquence de la présence humaine sur le territoire durant de nombreux siècles. Les activités anthropiques telles que la coupe de bois pour le charbon de bois (charbonnières), le bois d’oeuvre et de chauffage ainsi que l’agriculture ont empêché l’évolution naturelle de cette garrigue vers la forêt. Sur le pic Saint Loup, l’activité la plus importante était celle du charbonnage. Mais depuis les années 1950, l’exode rural et la déprise agricole ont permis la reforestation naturelle et la reconstitution des sols. Cela a eu pour conséquence la fermeture des milieux ouverts, entraînant une uniformisation des paysages et des milieux et par conséquent la diminution des espèces faunistiques et floristiques inféodées aux zones ouvertes, par simplification et banalisation des écosystèmes.

Toutes ces caractéristiques physiques ont entraîné l’installation et la composition d’une végétation adaptée. De nombreuses plantes sont sclérophylles et sempervirentes, elles possèdent donc un feuillage persistant composé de petites feuilles rigides, avec une cuticule plus prononcée. La dominance est marquée par les Chênes verts (Quercus ilex). Cette stratégie de feuillage sempervirent permet à la végétation de profiter de chaque instant de l’ensoleillement pour assurer un maximum d’activité photosynthétique toute l’année. Pour autant, quelques arbres à feuilles caduques occupent notamment le fond des dépressions et les ripisylves.

La pilosité marquée en zone inférieure des feuilles permet également de retenir de l’humidité pour les stomates. Les plantes des garrigues possèdent souvent des organes épineux pour lutter contre les herbivores. Il y a aussi beaucoup de végétaux aromatiques : le caractère volatile des essences permet de faire baisser la température à proximité de la plante.

Sur ce site nous avons noté, notamment, la présence de :

Lors de notre ascension nous nous sommes arrêtés vers 10h50 pour voir les espèces suivantes :

Un peu plus haut, nous nous sommes arrêtés dans une Chênaie verte gérée en taillis. Nous avons vu le Fragon faux-houx (Ruscus aculeatus) et la Grande euphorbe (Euphorbia characias) qui sont des plantes typiques de la région méditerranéenne.  

Sur le bord du chemin, il y avait un Pistachier lentisque (Pistacia lentiscus), un Genêt épineux (Genista scorpius) et la Rue des jardins (Ruta graveolens).

Au sommet du pic Saint-Loup, nous avons vu un Érable de Montpellier (Acer monspessulanum) et la Buplèvre indéterminée (Bupleurum sp.).

À 14h00 nous avons réalisé une lecture écologique du paysage au nord du pic Saint-Loup depuis son sommet. Cet exercice avait pour but d’observer les interactions entre les différents éléments du milieu : le minéral, le végétal, l’eau et les activités humaines.

Le minéral : dans un premier temps, nous avons pu observer les falaises soumises à l’érosion, des éboulis (conséquences de la gélifraction et/ou de l’infiltration des racines) et une crête majoritairement calcaire. Le pic Saint-Loup se compose de calcaire du Jurassique supérieur. Les roches du Crétacé n’ont pas été affectées par le plissement de la croûte terrestre au moment de la formation des Pyrénées, elles composent ainsi le causse d’Hortus. Certaines roches affleurantes observées correspondent à des calcaires lacustres (dûs au retrait de la mer), contenant de nombreux  fossiles de Planorbes (Planorbidae).

Le végétal : cet élément est une composante importante du paysage. Ici le massif forestier représente une grande partie de la végétation observable à cette échelle. Des cultures sont également présentes mais de façon minoritaire avec des vignes, des vergers et des plantations céréalières. Ces cultures sont séparées par des linéaires d’arbres. La présence de vignes est rendue possible grâce à un sol argileux avec des marnes. Une structure végétale bien présente dans le paysage est une forêt de Pin d’Alep (Pinus halepensis), c’est une héliophile qui possède un grand pouvoir de colonisation et qui apprécie fortement les terrains marneux. Ce type de forêt est un stade de transition vers une Chênaie où l’on retrouve du Chêne vert (Quercus ilex) ou du Chêne pubescent (Quercus pubescens) si le sol est suffisamment humide. Malgré le fait que le paysage paraisse sec et sans cours d’eau visible, des ripisylves sont présentes et trahissent la présence d’un réseau hydrographique. Bien que majoritairement forestier, le paysage est recouvert par plusieurs milieux ouverts qui se referment progressivement par la colonisation du Genévrier cade (Juniperus oxycedrus) et du Buis (Buxus sp.).

Barrage de Lamalou

L’eau : nous avons pu observer un plan d’eau dans la vallée avec une végétation traditionnellement associée à ce type de milieu. Ce plan d’eau résulte de la construction d’un barrage il y a une vingtaine d’années au niveau d’un cours d'eau (Le Lamalou). Il s’agit du seul plan d’eau visible, principalement parce que la nature des sols facilite grandement l’infiltration de l’eau.

Les milieux anthropisés : l’Homme est également un acteur important du paysage. Toutefois, très peu de routes sont visibles dans le paysage, fragmentant peu ce dernier. Le causse de l’Hortus est relativement peu occupé, avec quelques habitations et installations agricoles isolées et quelques lignes électriques.

Point de vue depuis le pic Saint-Loup

Le Mas-de-Londre est un village plus important en taille comparé à ceux autour. Nous avons noté une certaine homogénéité au sein des villages, les parties anciennes ressemblant fortement aux construction récentes. On note cependant la présence de villas assez récentes en périphérie des bâtiments avec des toits plus sombres vers le centre du village, témoignant des installations plus anciennes. Nous y avons également retrouvé des cultures, notamment des vignes, ainsi qu’une importante exploitation forestière.

Sur le rebord de la falaise sommitale, nous avons observé les deux espèces suivantes

En redescendant du pic Saint-Loup, nous avons rencontré d’autres espèces végétales :

Ces pelouses xérophiles peuvent également abriter plusieurs plantes géophytes telles que des Narcisses (Narcissus sp.), des Orchidées (Orchidaceae), des Asphodèles (Asphodelus sp.).

De plus, nous avons vu les restes d’une charbonnière (terre noire), zone où le charbon de bois été fabriqué par cuisson à l’étouffée de la “meule” de bois.

Au niveau de l’entomofaune, nous avons pu observer :

Jour 5 - L'Abîme de Bramabiau et la rivière de la Brèze[modifier | modifier le wikicode]

Jeudi 20/09/2018 : visite de l’Abîme de Bramabiau

Conditions météorologiques : 10°C à l’intérieur de la grotte

A 10h15, nous nous sommes rendus à l’Abîme de Bramabiau afin d'assister à la visite guidée de la grotte, qui suit un parcours de 800 mètres sur 90 mètres de dénivelé.

Cadre présent devant l'entrée de l'Abime de Bramabiau

La grotte de Bramabiau est traversée par une rivière nommée Le Bonheur, qui change de nom à la sortie de la grotte pour devenir le Bramabiau dont ce terme fait référence au beuglement d'un boeuf ou d'un taureau. La rivière coule en surface sur du granite avant de se perdre dans la grotte. L’eau est à une température de 6 degrés, et la température ambiante de la grotte fluctue entre 8 et 10 degrès. Dans les zones où l'eau est calme, la profondeur peut atteindre 2.5 mètres. Sous le plateau, le Bonheur a creusé 11 km de galeries dans toutes les directions mais seul le bras actif est en eau. Avec l’érosion de la grotte, la rivière a changée 3 fois de direction. Des travaux à la dynamite ont d’ailleurs été réalisés afin de déboucher l’une des anciennes galeries, après que cette dernière ait été comblée par les sédiments.

A l’entrée de la grotte, la falaise s'élève jusqu’à 100 mètres de haut. Celle-ci s'est formée par accumulation de sédiments marins, dus à la présence de lagunes à cet endroit dans le passé. L’entrée de la grotte se situe à 38 mètres de profondeur.

Le spéléologue Félix Mazauric (instituteur à Saint-Sauveur-Camprieu), a découvert la grotte en 1890 après Monsieur Édouard-Alfred Martel. Ce dernier était le premier spéléologue à avoir visité l'Abîme de Bramabiau les 27 et 28 juin 1888.

Tous les 10 ans, des crues importantes se manifestent lors des épisodes cévenoles. Plusieurs dates ont ainsi marqué l'histoire récente :

  • en novembre 1994,  la grotte à connue sa crue la plus importante ;
  • en 2003  la grotte a connue une succession de 2 crues, l'eau dépassait  la passerelle de visite de près d'un mètre cinquante ;
  • en 2014 l'eau a monté de un mètre au dessus des installations, submergeant entièrement certaines galeries.

Toute la structure de la grotte est le résultat de l'érosion de l'eau. Ce travail a notamment créé des marmites au niveau des zones où l'eau tourbillonne. Aussi, des stalactites sont apparentes mais elles sont peu nombreuses, car la grotte est ouverte et de l'air circule provoquant son assèchement. Il faut savoir qu’un centimètre de stalactite se forme en un siècle. Au printemps et à l'automne, l'eau s’infiltre du plateau jusque dans la grotte en 24 heures. La fraîcheur des galeries est dûe à la condensation, résultat de la chaleur des étés. Le taux d’humidité y est de 95%.

Nous avons pu observer une diaclase, terme géologique désignant une fissure dans la roche sans déplacement des deux blocs formés. Mais nous avons aussi vu un bloc de calcaire maintenu dans le vide qui s’est décroché de la paroie suite à une crue. Ce dernier est condamné à tomber. Dans la galerie figure également un minerai très dur : le barite, aussi appelé le sulfate de baryum.

Une brèche d’effondrement témoigne du point le plus haut de la grotte. Les blocs sont soudés entre eux par de la calcite est là où se trouvait l’ancien lit de la rivière. C’est une zone unique en Europe de par sa dimension.

A l'intérieur de la grotte, il n’y a pas de chutes de pierre car la température reste constante, ce qui n’engendre pas de dilatation des roches. En revanche, avec l'érosion naturel de la roche, le “plafond” va s’effondrer et la grotte sera à l’air libre.

Bien que la faune y soit peu diversifiée, on peut y rencontrer plusieurs espèces de chiroptères :

En 1984, des traces d’hommes préhistoriques ont été trouvés sur le site durant des études topographiques. Ces derniers utilisaient la grotte comme une zone de sépulture.

Au sein d’un tunnel, nous avons observé des couches superposées de calcaire, une couche de marne, ainsi que des traces de dinosaures dont les individus mesuraient 2,5 mètres. Ces derniers se sont enfoncés dans le sol lorsqu’ils passaient en migration. Si les empreintes d’origine ont aujourd’hui disparues, des contres empreintes sont toujours visibles à l’intérieur de la grotte. Nous avons notamment vu le bout des doigts datant de 190 à 200 millions d'années. Sur le plateau, plus de 500 empreintes de dinosaures auraient été recensées.

La visite s’est terminée à 11h40 avec une arrivée sur le plateau, à la sortie de la grotte.

Jeudi 20/09/2018 : le cours d’eau de la Brèze

Encadrant : Bruno RIGHETTI

Conditions météorologiques : 30°C,ensoleillé, vents : 0 km/h

À 14h30, nous avons rencontré Bruno RIGHETTI, Directeur adjoint de SupAgro de Florac, université rattachée à Montpellier. Nous étions sur la commune de Meyrueis et plus précisément sur la route passant au-dessus de la Brèze.

Au cours de quelques explications à propos de la géologie en Lozère, M. Righetti nous a présenté les différents types de roches observables : les roches du bassin versant sont grossières, peu usées, à dominante de granite issu du Mont Aigoual. On y trouve également du schiste provenant des argiles du Précambrien, ainsi que du calcaire, et plus rarement de la kersantite.

Un rapide coup d’oeil sur un Buddleia de David (Buddleja davidii) à proximité de notre point de rendez-vous nous a permis d’observer les lépidoptères suivants :

Nous nous sommes ensuite rendus sur la Brèze.

Cette rivière karstique fait 15,1 km de long et prend sa source à 1423m d’altitude pour se jeter dans La Jonte à 694 m d’altitude au niveau de la commune de Meyrueis.

Cincle plongeur Cinclus cinclus

Dès notre passage sous le pont traversant la Brèze, nous avons observé un Cincle plongeur (Cinclus cinclus) et une écrevisse.

Deux espèces de ce crustacé sont présentes en Lozère : l’Écrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes), espèce autochtone et patrimoniale, en constant recul dû à des pressions anthropiques telles que la pêche intensive, la dégradation de la qualité de l’eau et des habitats. Ce recul est également dû à la présence d’une espèces introduite, l’Écrevisse américaine (Orconectes limosus), porteuse de la peste de l’écrevisse.

Sur les berges, deux espèces de Rhopalocères ont été vues : le Vulcain  (Vanessa atalanta) et l’Agreste  (Hipparchia semele). Quelques individus de Caloptène italien (Calliptamus italicus) ont été aperçus sur les roches affleurantes du cours d’eau. A proximité, la Grande Sauterelle verte (Tettigonia viridissima) et le Criquet pansu (Pezotettix giornae) ont également étaient recensés.

Sous le pont à Meyrueis, nous avons trouvé plusieurs fèces de Loutre d’Europe (Lutra lutra). Ce mammifère est un très bon indicateur de la qualité de l’eau, car celui-ci très intolérant aux micropolluants. Contrairement aux idées reçues, la présence de la Loutre d’Europe est très bénéfique pour les populations de poissons car celle-ci va éliminer les individus morts ou malades.

En milieux aquatiques, les habitats se caractérisent à la fois par le substrat (sable, graviers plus ou moins grossiers) ainsi que par le faciès d’écoulement (rapide, moyen ou faible). L’ensemble substrat/vitesse permet donc d’appréhender la faune invertébrée du milieu.

Dans la portion du cours d’eau étudiée, le substrat dominant est grossier : dalles et blocs. Nous avons également retrouvé des zones de graviers fins/sables et des amas de feuilles mortes, qui sont les habitats les plus intéressants en terme de richesse spécifique et d’effectif.

Au contraire, les dalles sont des habitats pauvres, mais ici, ils sont les plus représentatifs de la station.

Ainsi, par binôme/trinôme, nous avons réalisé des échantillonnages au niveau des différents habitats :

  • courant lent sur substrat fin (graviers, sables) ;
  • courant lent sur amas de matière organique (feuilles mortes) ;
  • courant moyen sur dalles ;
  • courant rapide sur blocs grossiers.

Chaque habitat comporte une faune spécifique, adaptée à son milieu. Pour cet échantillonnage, l’identification des larves se fait à l’Ordre.

Courant lent sur substrat fin (graviers, sables) :

Courant lent sur amas de matière organique (feuilles mortes) :

Courant moyen sur dalles :

  • Diptères (Diptera), et plus précisement une larve de Taon, prédatrice ;
  • Trichoptères sans fourreau (Trichoptera), qui tisse une toile pour attraper sa nourriture. Cet insecte se retrouve exclusivement dans les courants moyens.
  • Plécoptères (Plecoptera).

Courant rapide sur blocs grossiers :

  • Ephémères (Ephemeroptera) ;
  • Diptères (Diptera) ;
  • Plécoptères (Plecoptera) et plus précisément Perla marginata qui est un insecte polluo-sensible. Sa présence nous renseigne donc sur la bonne qualité chimique du cours d’eau. Il est principalement retrouvé dans les courants forts puisqu’il craint le manque d’oxygénation dissout dans l’eau. Il fait circuler l’eau à travers ses branchies abdominales. Ainsi, nous l’avons observé faire “des pompes” pour s‘oxygéner.
  • Trichoptères à fourreau (Trichoptera).
Couleuvre vipérine (Natrix maura)

En fin de la journée, une prospection complémentaire à été effectuée dans la Jonte. Nous y avons observé une Couleuvre vipérine (Natrix maura) ainsi qu’une Écrevisse du Pacifique (Pacifastacus leniusculus).

La Breze abrite également plusieurs espèces de poissons comme :

Jour 6  - Le Villaret sur le Causse Méjean[modifier | modifier le wikicode]

Vendredi 21/09/2018 : les méthodes d’inventaires du Parc National des Cévennes[modifier | modifier le wikicode]

Encadrant : Bruno DESCAVES

Conditions météorologiques : 28°C, temps ensoleillé, vent faible

Le Parc National des Cévennes s’intéresse depuis peu aux Orthoptères. En effet, la refonte de tous les protocoles en 2014 a permis la création de nouveaux groupes d’études faunistiques dont le groupe des Orthoptères. Aucun suivi n’ayant été réalisé auparavant, il s’est avéré essentiel de réaliser des phases d’inventaire afin de connaître les espèces présentes ainsi que leur répartition. La stratégie scientifique mise en place par le Parc National consiste actuellement à noter la présence et l’absence des espèces communes par zone biogéographique. Sur le territoire du Parc National, cinq zones géographiques ont été définies : le Mont Aigoual, le mont Lozère, les basses Cévennes, les causses ainsi que les gorges. Les inventaires sont réalisés par échantillonnage au filet, par l’écoute des chants et éventuellement au parapluie japonais pour inventorier les espèces plus arboricoles.

Des espèces patrimoniales ont été définies sur le territoire du parc. Sur les 80 espèces connues, une dizaine ont été retenues en raison de leur faible distribution, de leur rareté, de l’état de leur habitat et de leur niveau de spécialisation vis à vis de l’habitat. Ces espèces bénéficient d’un inventaire particulier avec un effort de prospection plus précis. Le territoire du parc a été délimité par des mailles de 1 Km², et la présence ou l’absence de chaque espèce est précisée sur ces différentes mailles. Comme certaines espèces ont des habitats très spécifiques, les mailles qui ne s’avèrent pas favorables ne sont pas prospectées.

Les Orthoptères, fortement liés à la notion d’habitats, peuvent être catégorisés de la même manière que la phytosociologie décrit les cortèges de végétaux. Cette méthodologie d’étude est appelé l’entomocénotique, et les peuplements des Orthoptères définies de cette manière sont appelés les synusies Orthoptériques.

Dans un écosystème, ils forment une biomasse essentielle à l’avifaune comme le Pluvier guignard (Charadrius morinellus). Certains rapaces comme le Faucon crécerellette (Falco naumanni) s’en nourrissent également, et se rassemblent vers le Villaret lors des grosses périodes d’émergence des Orthoptères.

L’après-midi, un inventaire des Orthoptères a été réalisé sur le hameau du Villaret, à Hures la Parade. Sur ce site, deux espèces ont un enjeu particulier : Le Criquet marcheur (Podisma pedestris) et le Barbitiste à bouclier (Polysarcus scutatus). Il s’agit de reliques glaciaires, originaires des Alpes, des Pyrénées et du Massif central. Ces deux espèces bénéficient d’une cartographie très fine qui a permis de constater que le boisement d’un secteur a fragmenté la population. Des travaux co-financés par le Parc National et l’Office National des Forêts ont alors pu être entrepris pour reconnecter les populations.

Dectique des brandes (Gampsocleis glabra)

On trouve également sur le site l’Oedipode caussenarde (Celes variabilis) et l’Arcyptère caussenarde (Arcyptera microptera carpentieri), espèces liées aux zones steppiques avec une végétation relictuelle. Enfin, une dernière espèce patrimoniale, le Dectique des brandes (Gampsocleis glabra), est également présente sur ce site. Cette espèce, bien plus commune que les précédentes, a quand même été définie comme patrimoniale en raison de sa régression en France,  principalement dû à la raréfaction de son habitat.

Lors de cette sortie sur le terrain nous avons pus observées les espèces d’Orthoptère suivante :

Au sujet des Reptiles et des Amphibiens, le Parc National des Cévennes disposait déjà de beaucoup de données qui ont été collectées dans le cadre de l’atlas régional publié en 2010. L’enjeu était donc différent et orienté sur l’aspect recherche et suivi lié aux maladies émergentes, comme la Chytride apparue depuis 2000 dans les Alpes. Mais également le Ranavirus, apparu dans le Mercantour depuis quelques années sur les Grenouilles rousses (Rana temporaria). Pour leur étude, un maillage a été établi avec cinq points majeurs pour la reproduction des amphibiens. Deux passages sont réalisés tous les ans.

Le Lézard ocellé (Timon lepidus), qui bénéficie d’un plan national d’actions, ainsi que la Vipère péliade (Vipera berus), le Lézard des souches (Lacerta agilis) et le Lézard vivipare (Zootoca vivipara) sont particulièrement surveillés.

Enfin, concernant les Vautours, le suivi de la population repose sur un partenariat entre le Parc National, la LPO Grands causses, le CNRS et le Muséum nationale d'histoire naturelle de Paris. On trouve dans le territoire du parc 625 couples de Vautour fauve (Gyps fulvus), 25 couples de Vautour moine (Aegypius monachus) et 2 couples de Vautour percnoptère (Neophron percnopterus). Pour le moment, aucun Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) ne s’est reproduit sur le parc, mais sa réintroduction est en cours.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Contributeurs[modifier | modifier le wikicode]

Ce wikilivre porte l'indice CDU suivant :