Programmation C-C++/La bibliothèque standard/Les locales

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Modèle:Programmation C-C++/C++ : La bibliothèque standard/Les locales

Il existe de nombreux alphabets et de nombreuses manières d'écrire les nombres, les dates et les montants de part le monde. Chaque pays, chaque culture dispose en effet de ses propres conventions et de ses propres règles, et ce dans de nombreux domaines. Par exemple, les Anglo-saxons ont pour coutume d'utiliser le point (caractère '.') pour séparer les unités de la virgule lorsqu'ils écrivent des nombres à virgule et d'utiliser une virgule (caractère ',') entre chaque groupe de trois chiffres pour séparer les milliers des millions, les millions des milliards, etc. En France, c'est la virgule est utilisée pour séparer les unités de la partie fractionnaire des nombres à virgule, et le séparateur des milliers est simplement un espace. De même, ils ont l'habitude d'écrire les dates en mettant le mois avant les jours, alors que les Français font l'inverse.

Il va de soi que ce genre de différences rend techniquement très difficile l'internationalisation des programmes. Une solution est tout simplement de dire que les programmes travaillent dans une langue « neutre », ce qui en pratique revient souvent à dire l'anglais puisque c'est la langue historiquement la plus utilisée en informatique. Hélas, si cela convenait parfaitement aux programmeurs, ce ne serait certainement pas le cas des utilisateurs ! Il faut donc, à un moment donné ou à un autre, que les programmes prennent en compte les conventions locales de chaque pays ou de chaque peuple.

Ces conventions sont extrêmement nombreuses et portent sur des domaines aussi divers et variés que la manière d'écrire les nombres, les dates ou de coder les caractères et de classer les mots dans un dictionnaire. En informatique, il est courant d'appeler l'ensemble des conventions d'un pays la locale de ce pays. Les programmes qui prennent en compte la locale sont donc dits localisés et sont capables de s'adapter aux préférences nationales de l'utilisateur.

 le fait d'être localisé ne signifie pas pour autant pour un programme que tous ses messages sont traduits dans la langue de l'utilisateur. La localisation ne prend en compte que les aspects concernant l'écriture des nombres et les alphabets utilisés. Afin de bien faire cette distinction, on dit que les programmes capables de communiquer avec l'utilisateur dans sa langue sont internationalisés. La conversion d'un programme d'un pays à un autre nécessite donc à la fois la localisation de ce programme et son internationalisation.

Si la traduction de tous les messages d'un programme ne peut pas être réalisée automatiquement, il est toutefois possible de prendre en compte les locales relativement facilement. En effet, les fonctionnalités des bibliothèques C et C++, en particulier les fonctionnalités d'entrée / sortie, peuvent généralement être paramétrées par la locale de l'utilisateur. La gestion des locales est donc complètement prise en charge par ces bibliothèques et un même programme peut donc être utilisé sans modification dans divers pays.

 en revanche, la traduction des messages ne peut bien évidemment pas être prise en charge par la bibliothèque standard, sauf éventuellement pour les messages d'erreur du système. La réalisation d'un programme international nécessite donc de prendre des mesures particulières pour faciliter la traduction de ces messages. En général, ces mesures consistent à isoler les messages dans des modules spécifiques et à ne pas les utiliser directement dans le code du programme. Ainsi, il suffit simplement de traduire les messages de ces modules pour ajouter le support d'une nouvelle langue à un programme existant. Le code source n'a ainsi pas à être touché, ce qui limite les risques d'erreurs.

La gestion des locales en C++ se fait par l'intermédiaire d'une classe générale, la classe locale, qui permet de stocker tous les paramètres locaux des pays. Cette classe est bien entendu utilisée par les flux d'entrée / sortie de la bibliothèque standard, ce qui fait que vous n'aurez généralement qu'à initialiser cette classe au début de vos programmes pour leur faire prendre en compte les locales. Cependant, il se peut que vous ayez à manipuler vous-même des locales ou à définir de nouvelles conventions nationales, surtout si vous écrivez des surcharges des opérateurs de formatage des flux operator<< et operator>>. Ce chapitre présente donc les notions générales des locales, les différentes classes mises en oeuvre au sein d'une même locale pour prendre en charge tous les aspects de la localisation, et la manière de définir ou de redéfinir un de ces aspects afin de compléter une locale existante.