Utilisateur:Dr.mbl/Brouillon/Sociobiologie. Une introduction/Chapitre 6 - État de la question

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Depuis l'apparition de la sociobiologie dans les années 1970, Ullica Segerstråle, sociologue et historienne réputée de la sociobiologie, en suit l'évolution de près. En 2000, elle rapporte que le groupe de gauche Science for the People est encore actif car il agit avant tout au niveau politique. Aujourd'hui (2000), cependant, la violence n'est plus au rendez-vous. Or, aux yeux de Segerstale, cette paix relative nuit à la compréhension du branle-bas explosif provoqué par la sociobiologie. Et d'expliquer :

« Le conflit soulevé par la sociobiologie est à considérer comme une bataille interminable sur la question de savoir ce qu'est une « bonne science » quant à la responsabilité sociale des scientifiques [unité de la connaissance, nature de l'homme, libre arbitre, déterminisme ...] Wilson est tombé de plain pied dans ce nid de guêpe, là où nichent des revendications, réclamations, contre-réclamations, des préoccupations morales, des croyances métaphysiques, convictions politiques, hommes de paille, faux-fuyants, potins et ragots, ragots, ragots » [1].

Quant aux ambiguïtés de la sociobiologie au regard de la science, elles demeurent encore et toujours discutées et discutables.

En 2006, malgré tout, l'emprise contemporaine des idées de E.O. Wilson sur la sociobiologie est mise de l'avant durant une entrevue avec E.O. Wilson parue dans le Magazine Discover, Science for the Curious . Cet état de fait « surprendrait vos contestataires des années 1970 », avance son intervieweur sur un ton inquisiteur [2] . Ce à quoi Wilson explique « l'opposition est devenue pour ainsi dire silencieuse [...] La plupart des contestations provenait des sciences sociales où la question était viscérale et quasiment universelle. » [3]

En 2007, D.S. Wison et E.O. Wilson constatent que la sociobiologie baigne dans un désordre théorique remarquable. Ce qui, selon eux, s'explique par la diversité de ses cadres de références notamment médiocrement reliés entre eux. [4]

À l'heure actuelle (2018), une multitude de disciplines scientifiques étudient les comportements sociaux dans le cadre de la théorie moderne de l'évolution dont, entre autres, anthropologie évolutive, anthropologie évolutive des comportements humains [5], éco-anthropologie et ethnobiologie [6] , biologie de l'évolution, biologie des populations, écologie comportementale, éthologie évolutive, éthologie, éthologie humaine, évolution socioculturelle, génétique des populations, philosophie éthique, philosophie morale, sociologie de l'évolution [7], [8].

Anthropologie : vers une intégration possible[modifier | modifier le wikicode]

  • Chapais, Bernard, « Anthropologie et sociobiologie : les fondements d'une possible intégration », dans Anthropologie et Sociétés. L’héritage évolutif : Primatologie, Sociobiologie et Comportement, vol. 12, 1988, p. 175-191 [texte intégral]
    Dans cet article, nous comparons les épistémologies respectives de la sociobiologie et de l'anthropologie afin de situer leurs points d'articulation et d'établir les fondements de leur éventuelle intégration. Ces deux perspectives nous paraissent se rejoindre en ce qu'elles supposent toutes deux l'existence d'une unicité psychique humaine organisant la variabilité culturelle. Elles diffèrent toutefois au niveau des chemins qu'elles empruntent pour caractériser cette unicité et arriver à des théories du social. Nous mettons en lumière les faiblesses inhérentes à chacune de ces perspectives prises isolément et nous suggérons, au-delà de la polarité réductionnisme/" irréductionisme ", une intégration disciplinaire de type vertical, telle qu'elle se pratique couramment dans le monde scientifique. 

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. The conflict over sociobiology is best interpreted as a drawn-out battle about the nature of good science and the social responsibility of the scientist, while it touches on such grand themes as the unity of knowledge, the nature of man, and free will and determinism. The author has stepped right into the hornets nest of claims and counterclaims, moral concerns, metaphysical beliefs, political convictions, strawmen, red herrings, and gossip, gossip, gossip Segerstråle. 2001|Quatrième de couverture; Turner, 2013 Chapitre
  2. Coniff, Richard (Intervieweur) et Wilson, Edward Osborne Wilson (Interviewé), Discover Interview. E.O. Wilson. Biology's chief provocateur explores the evolutionary origins of cooperation, warfare, and the tribal mind : Dans Discover Magazine. Science for the curious, (lire en ligne)
  3. R.Coniff : Your adversaries from the 1970s would be appalled by how much your ideas about sociobiology have taken hold. - EO Wilson : The opposition has mostly fallen silent … Most of the opposition came from the social sciences, where it was visceral and almost universal
  4. « Current sociobiology is in theoretical disarray, with a diver sity of frameworks that are poorly related to each other. Wilson et Wilson. 2007. Abstract.
  5. Anthropologie évolutive des comportements humains [1]
  6. Éco-anthropologie et ethnobiologie[2]
  7. Éthologie évolutive
  8. évolutionnisme (éthologie), Évolutionnisme (anthropologie)