Utilisateur:Jean-Jacques MILAN/Maximes

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quelques maximes que volontiers je fais miennes[modifier | modifier le wikicode]

  • La parole vaut l'homme, sinon l'homme ne vaut rien (auteur inconnu).
  • Je suis inculte parce que je n'en pratique aucun, et insecte, car je me méfie de toutes (Raymond Queneau)
  • La bourse est un endroit où les riches se volent entre eux, il ne faut surtout pas que les pauvres s'en mêlent (Michel Charasse)
  • Entre le fort et le faible, c'est la liberté qui opprime et la loi qui libère (Henri Lacordaire)
  • Les amis de la vérité sont ceux qui la cherchent et non ceux qui se vantent de l'avoir trouvée (Condorcet).
  • Le silence des pantoufles est toujours plus redoutable que le bruit des bottes ...
  • Il n'est pas admissible que la pensée soit aux ordres de l'argent (André Breton).
  • Tu es le lien que tu tisses avec les autres (Albert Jacquard).
  • S'occuper des choses les plus sérieuses du monde n'est possible qu'à condition de comprendre aussi les choses les plus dérisoires (Winston Churchill).
  • Le sommeil n'est pas un lieu sûr (Jean Cocteau).
  • Lorsque tout le monde pense la même chose, c'est que personne ne pense beaucoup (Walter Lippmann).