Utilisateur:Savant-fou/L'Escalade/Chapitre I/Vocabulaire

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Modèle:Escalade Bouton escalade.jpg

En escalade, si vous ne connaissez pas un minimum de vocabulaire, vous risquez de ne rien comprendre ! C'est pourquoi voici un petit lexique non-exhaustif (de nouveaux termes apparaissant de temps en temps).

A[modifier | modifier le wikicode]

Ancrage
Système métallique de fixation au rocher permettant de poser un amarrage. Il existe essentiellement les goujons, les pitons, les chevilles et les broches scellées.
Après travail
La voie a été passée/enchaînée après étude de la voie et après plusieurs tentatives. Se note AT.
Artif' ou escalade artificielle
Opposée à l'escalade libre. Escalade où des points d'ancrages sont utilisés comme prise. Pour faciliter la progression, on peut y accrocher des sangles ou des étriers.
Assurer
Gérer la corde utilisée par le grimpeur pour assurer sa sécurité.
À vue
On ne dispose d'aucun renseignement sur les mouvements et aucune reconnaissance de la voie n’a été faite avant de s’y engager pour la première fois. Se note AV.

B[modifier | modifier le wikicode]

Baudrier
Ensemble de sangles enserrant la taille et les cuisses permettant de s'attacher à une corde.
Bac
Grosse prise confortable sur laquelle on tient aisément. (Un bac pour les pieds s'appelle une marche...)
Bloc
Voie escaladée sans baudrier (donc sans être assuré) contenant quelques prises, qui ne s’élève que de quelques mètres. Un matelas (crash-pad) peut être posé en dessous de la voie.
Bouteilles
Se dit des avant-bras d'un grimpeur lorsque, saturés par l'acide lactique à cause de l'effort, ils deviennent lourds, durs et douloureux.

C[modifier | modifier le wikicode]

Chaussons
Nom donné aux chaussures d’escalade, dotés d’une semelle en gomme afin d’augmenter l’adhérence, ils doivent bien tenir le pied afin d’en augmenter la précision. L’utilisation intensive des chaussons d’escalade pendant de nombreuses années peut entraîner une déformation et une atrophie des orteils.
Cheville
Pièce métallique à pas de vis femelle destiné à recevoir une plaquette. Les chevilles autoforeuses peuvent être placées sans matériel motorisé.
Coinceur
Pièce généralement métallique permettant de créer un point d'assurage récupérable, grâce aux fissure de la roche.
Corde
La corde est un enchevêtrement de brins textiles qui permet de s'assurer.
Croix
Faire des croix signifie réussir des voies et... faire une petite croix à côté de celles-ci dans le topo !
Croute
Se dit d'une prise assez mauvaise, souvent petite et fuyante.
Crux
Le crux d'une voie correspond au passage clé, au mouvement le plus difficile ou le plus aléatoire.

D[modifier | modifier le wikicode]

Dalle
Type de mur n'allant pas au-delà de la verticale, très lisse et ayant pour seules prises des grates et autres « chiures ». Une dalle est souvent inclinée dans le « bon » sens, ce qui rend les chutes très râpeuses...
Dégaine
Une dégaine est constituée de deux mousquetons reliés par une sangle.
Dévers
passage dont l'inclinaison est au-delà de la verticale.
Descendeur
Objet généralement en métal, permettant de descendre le long d’une corde en double ou en simple grâce à l'effet de freinage modulable qu'il permet d'obtenir sur le défilement de la corde. Il existe de nombreuses sortes de descendeur, le plus connu est le « huit ». Certains d'entre eux peuvent être utilisés pour assurer un grimpeur.
Un dièdre
Dièdre
Falaise ou mur où deux pans verticaux se rejoignent à la façon d'un livre ouvert.
Dynamique
Assurage dynamique par opposition à l'assurage statique ou « sec ». Lorsque le grimpeur chute, celui qui l'assure doit le dynamiser afin qu'il ne subisse pas une secousse trop brutale. Lorsque quelqu'un n'assure pas dynamique, on dit qu'il « sèche »... et ce n'est pas un compliment.
Dynamiser
Dynamiser un mouvement d'escalade en prenant un élan ou en exploitant un balancement du corps pour atteindre une prise.

E[modifier | modifier le wikicode]

Enchaîner une voie
Passer la voie dans son intégralité, sans tomber et sans repos sur la corde. Une voie peut être enchaînée « à vue », « flash » ou « après travail ».
Etienner
Tirer sur un des brins de la corde lorsqu'elle passe dans un des maillons rapides du relais pour la faire redescendre.

F[modifier | modifier le wikicode]

Escalade dans une fissure sur un bloc.
Fissure
Structure du rocher dans laquelle s'effectuent des coincements de doigts, mains, poings, poignets, coudes, pieds et genoux.
Flash
On a observé un autre grimpeur dans la voie avant de s’y engager pour la première fois ou des indications ont été fournies.
Friend
Type de coinceur à cames permettant de créer un point d'assurage récupérable dans une fissure.

G[modifier | modifier le wikicode]

Gaz
Le « vide ». Une voie très aérienne est dite gazeuse.
Goujon
Système métallique à filetage mâle destiné à recevoir une plaquette.
Gouille
Mare, trou avec un peu d'eau. Terme suisse romand.
Grigri
Système d’assurage autobloquant qui, en cas de chute du grimpeur, bloque la corde sans demander d'effort à l’assureur. Le grigri est un modèle de la marque Petzl, très largement utilisé, mais il existe d'autres produits similaires.
Graton (ou grat’)
Petite prise que l'on ne peut pas « crocheter », de part sa déclivité. On la tient par l'adhérence du pied ou de la main.
Greule (la)
Tremblement provoqué par la fatigue. D'où l'expression : "chopper la greule" venant du patois Rivellic.

H[modifier | modifier le wikicode]

Baudrier Corax.
Harnais
Ensemble de sangles enserrant la taille, les cuisses et le torse permettant de s'attacher à une corde. Nom donné au baudrier dans les notices techniques et directives réglementaires européennes.
Huit
Descendeur en forme de « 8 », comprenant un gros trou pour la corde et un petit pour le mousqueton. De nombreuses variantes existent, s'écartant plus ou moins de la forme simple à deux trous ronds (trou carré, ergots sur les bords, trous sur deux plans orthogonaux, etc.).

I[modifier | modifier le wikicode]

Inverse
Prise qui se prend par le bas, les doigts plus bas que la paume.

J[modifier | modifier le wikicode]

Jeter
Mouvement qui consiste à aller chercher une prise éloignée en tirant avec les bras et en poussant avec les pieds de façon à décoller de la paroi, au moins les pieds(une main pouvant rester sur la prise d'origine), et à monter pour aller chercher la prise éloignée voulue. En général la prise n'est pas accessible sans décoller de la paroi. S'appelle aussi « jump ».

K[modifier | modifier le wikicode]

L[modifier | modifier le wikicode]

Lolotte
Mouvement qui consiste à se placer de profil et à poser un pied derrière soi pour pousser plus dessus. Permet d'attraper des prises un peu éloignée en poussant assez haut sur le pied lorsqu'on ne peut pas se mettre de face.


M[modifier | modifier le wikicode]

Magnésie
Poudre blanche synthétique dont on enduit les doigts afin d’améliorer l’adhérence des mains au rocher par absorption de la sueur. Il s’agit en fait de carbonate de magnésium basique Mg(OH)2. 3MgCO3. 3H2O.
Manip'
Manipulation de la corde servant à préparer la descente en moulinette au relais.
Mono ou Monodoigt
Prise où l’on ne peut introduire qu’un seul doigt. Il existe des bi, des tri...
« Mou (du) ! »
Lorsque celui qui monte en tête réclame du mou, cela signifie qu'il veut mousquetonner et a besoin de plus de longueur de corde. L'assureur doit toujours être attentif et prévenir le besoin de mou de son leader afin de ne pas lui faire perdre de temps et d'énergie, ni de le tirer en arrière!
Mousqueton
Un mousqueton est un anneau de métal fermé par un doigt amovible. Quand ce doigt est protégé par une vis, le mousqueton est appelé mousqueton à vis ou mousqueton de sécurité.

N[modifier | modifier le wikicode]

P[modifier | modifier le wikicode]

Paire
Voir dégaine. Exemple d'usage : « poser les paires ».
Pan
Un pan d'escalade est une salle de bloc en intérieur. Le terme vient du fameux pan Güllich, instrument d'entraînement inventé par le grimpeur du même nom.
Panier
Voir tube.
Parpiner
se dit d'une paroi de roche friable d'où s'échappent facilement des pierres. Ex: « ne pas descendre par là, ça parpine dur ».
PA
Terme utilisé pour parler des chaussons de grimpe.
Plaquette
morceau de métal vissé sur un spit et donc ancré sur le rocher, pouvant recevoir une dégaine ou, doublé avec un autre amarrage, une chaîne pour faire un relais.
Pof
Produit naturel. Résine de pin séchée (colophane) en poudre enfermée dans un petit sac de toile qui améliore l'adhérence des mains et des chaussons mais qui contrairement à la magnésie n'absorbe pas la transpiration. Quand on tape le rocher avec un pof pour en faire sortir la résine ça fait Pof ! Néanmoins aujourd'hui la plupart des grimpeurs désignent la magnésie par le terme pof.
Poutre
Sorte de grosse prise en résine de forme oblongue dans laquelle se trouvent des prises allant des gratons aux bacs, pour entraîner les doigts et les bras. Sert à l'entraînement chez soi.
Prussik
Anneau de cordelette utilisé pour l’assurage autonome en rappel. La cordelette est enroulée sur la corde de rappel par un nœud prussique et reliée au baudrier, et sert d’autobloquant si le grimpeur lâche son descendeur (peut être remplacé par des autobloquants mécaniques).
Point de progression
Ancrage unique sur lequel on a installé une dégaine.

R[modifier | modifier le wikicode]

Rappel
Moyen de descente rapide auto-assuré sur une corde.
Descente en rappel
Réglette
Petite prise très mince et allongée sur laquelle on peut poser l'extrémité des doigts, qu'il faut arquer.
Relais
Étape au milieu ou au sommet d’une falaise, constitué de plusieurs ancrage reliés entre eux. Nécessaire lors du parcours de grandes voies où la progression s’effectue de relais en relais. Le premier grimpeur atteint le premier relais, est rejoint par son second, puis il atteint le second relais et ainsi de suite.

S[modifier | modifier le wikicode]

SAE ou Structure Artificielle d'Escalade
Pan d'escalade artificiel constitué d'un mur sur lequel sont fixées des prises en résine. Souvent en intérieur.
« Sec ! »
Cri du grimpeur trop au taquet dans une voie et qui sent qu'il va tomber. S'il est juste au dessus d'un point ou au-dessous et qu'il demande à son assureur de le tenir sec, cela veut dire qu'il va s'asseoir dans son baudrier pour se reposer.
Site d’escalade
Lieu naturel dans lequel on peut pratiquer l’escalade, souvent pré-équipé d’ancrage/spits (plaquettes, broches voire piton) et souvent entretenu par les membres de clubs locaux.
Secteur
Partie d’un grand site qui rassemble plusieurs voies.
Solo
Se dit d'une voie réalisée seul. Le solo peut être réalisé au moyen de technique d'assurage autonomes (le grimpeur s'assure lui-même), ou sans aucun assurage (on parle alors de solo intégral). Vivement déconseillé.
Spit
À l’origine Spit était la seule marque à distribuer des chevilles autoforeuses. Le nom a été étendu aux chevilles en général. Les chevilles, comme les goujons, sont des ancrages métalliques enfoncés dans le rocher sur lesquels sont vissées les plaquettes.

T[modifier | modifier le wikicode]

Toit
Passage où la roche est horizontale, tournée vers le bas.
Topo
Relevé topographique de la falaise, du canyon ou de la cavité (spéléo) permettant d'avoir de l'information sur les difficultés, la progression, les points de repères, etc. . Y sont indiquées les cotations, ce qui permet au sportif de savoir si le parcours est de son niveau ou pas, les particularités, ou le temps nécessaire. La plupart des topos contiennent également des conseils, photos.... Le genre du terme est masculin en escalade, mais féminin en spéléo (une topologie).
Toronnage de la corde
Lorsque la corde passe dans un huit ou prend la forme d'un demi-cabestan pour l'assurage, elle s'entortille, fait des boucles. Cela abîme la corde et peut faire perdre du temps à cause des boucles qui s'emmêlent.
Tube
Aussi appelé panier, ce type de frein d'assurage est très facile à utiliser et ne toronne pas la corde comme un huit.

V[modifier | modifier le wikicode]

Voie artificielle d'escalade.
Voie
Cheminement à suivre sur une paroi. Chaque voie a une cotation et un nom.
Vol
Chute (assurée) du grimpeur de tête. Se dit aussi « plomb », « fly », « cagette »…
Vacher
Synonyme générique de fixer, attacher. Une vache est généralement une sangle reliée au pontet du baudrier par un nœud en tête d'alouette et au bout de laquelle est fixé un mousqueton, généralement à vis. Cette vache est utilisée pour s’accrocher au relais (la personne est vachée lorsqu'elle a clipé le mousqueton de sa vache dans le relais) pouvant ainsi se reposer et procéder tranquillement au passage de la corde dans le relais (la « manip »).