Construire sa maison/Installation électrique

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

<< La ventilation | Sommaire général | Mobilier fixe >>

La réalisation d’une installation électrique domestique ne réclame pas de don particulier. Il suffit d’apprendre les gestes élémentaires, d’avoir suffisamment de bon sens et de bien connaître les règles. On trouvera en librairie un petit vade-mecum et un bon ouvrage d’initiation qui apportera l’essentiel. Cette section n’a pas d’autre prétention que d’attirer l’attention de l’électricien-amateur sur cet essentiel.

La sécurité[modifier | modifier le wikicode]

Toute intervention doit se faire hors tension. Coupez l'alimentation secteur et onduleur (ordinateur éolienne...). Prenez l'habitude de raccorder vos installations en partant du point le plus éloigné de l'alimentation. Le raccordement à l'alimentation se faisant que lorsque tout les autres sont terminés et toujours disjoncteurs ouverts. Les normes NF C 15-100 et NF C 14-100 définissent les règles d'installation des circuits électriques (protection, répartition, diamètre des fils, prise de terre, ...).

Les besoins[modifier | modifier le wikicode]

On commencera par recenser tous les points d’utilisation potentiels de la future construction en commençant par les prises de courant :

  • Extérieur : prises pour outillage électroportatif de jardinage, bricolage... Ces prises doivent pouvoir être coupées de l’intérieur de la maison, et doivent disposer de leur propre circuit muni d’un conducteur de protection vers le tableau électrique. Penser à tirer les gaines avant l’isolation thermique,.
  • Garage : une prise tous les deux mètres de chaque côté de l’aire de rangement des véhicules.
  • Atelier : une à deux prises par mètre au-dessus de l’établi, prises sous l’établi, prises au plafond, éclairage puissant au-dessus des lieux de travail.
  • Cave : une prise et une lampe (interrupteur avec témoin situé à l’extérieur du local.
  • Chaufferie : prises pour la chaudière, le chauffe-eau électrique...
  • Cellier : prises pour le congélateur.
  • Buanderie : prises pour le lave-linge, sèche-linge.
  • Lingerie : une ou deux prises par mètre au niveau des plans de travail (machine à coudre, fer à repasser...) éclairage puissant au dessus des plans de travail.
  • Salle-de-bain : normes particulières. Prises protégées par disjoncteur différentiel sensible. Prises pour rasoir, sèche-cheveux, chauffage d’appoint, sèche-serviettes...
  • Cuisine : une prise par mètre derrière les meubles pour les appareils fixes (lave-vaisselle, réfrigérateur, terminal pour four et plaques de cuisson, four à micro-ondes. Plusieurs prises au-dessus des plans de travail pour appareils électroménagers.

norme :6 prises dont 4 à répartir au dessus des plans de travail (mais pas au dessus de l'évier ou des plaques de cuisson). Gros électroménager : minimum 3 prises dédiées et sur circuits séparés (lave-linge, lave-vaisselle, congélateur). 1 circuit doit être prévu pour chaque gros appareil électroménager supplémentaire ;

  • Salon, salle à manger, chambres, bureau : deux prises par mur plus une à l’entrée de chaque pièce pour l’aspirateur.

Norme: diviser par 4 la surface (m²) de la pièce pour avoir le nombre minimum de prises (5 prises pour les séjours de moins de 20 m²) ; Chambres : 3 prises minimum ; Couloir et autres locaux > 4 m2 : une prise minimum ; Une prise électrique à proximité de chaque prise communication (téléphone, télévision) ; Un point d'éclairage au minimum par pièce, entrée principale, entrée de service.

  • Salle de jeu : comme pour les chambres mais appareillage sécurisé pour les enfants.

plusieurs prises dans un même boitier, sont décompté comme : une prise pour un boîtier comprenant 1 à 2 prises ; 2 prises décomptées pour un boitier en comprenant 3 à 4 ; et enfin 3 prises décomptés pour les boîtiers au delà de 4 prises.

Faire l’inventaire des besoins en fonction des appareils connus et des acquisitions prévisibles. Tenir compte des différentes possibilités d’aménagement des pièces. Le nombre de prises peut sembler énorme et pourtant il se révélera immanquablement insuffisant dans certains cas particuliers. Le dimensionnement des prises dépend de la puissance qui leur sera demandé. Les circuits du chauffage électrique sont à distinguer de ceux des prises banales.

Les tableaux[modifier | modifier le wikicode]

Le tableau électrique est le point de convergence de tous les circuits élémentaire de la maison. Si le nombre de circuits dépasse une douzaine on aura intérêt à installer des sous-tableaux qui faciliteront le câblage et le dépannage. L’entrée du tableau principal est reliée directement au compteur par l’intermédiaire d’un disjoncteur différentiel. La section des fils utilisés doit être choisi en conséquence (par ex. 6 mm²).

Un circuit est formé d’un conducteur de phase et d’un conducteur de neutre complété d’un conducteur de terre. Comme le circuit doit pouvoir être totalement isolé du réseau, il est obligatoire de couper la phase et le neutre avec un porte-fusible (ou mieux : un petit disjoncteur, plus cher mais bien plus pratique). Actuellement les deux dispositifs de coupure (phase et neutre) sont réunis dans un seul module. Sur le tableau, chaque disjoncteur sera repéré par un numéro correspondant à la description du circuit sur un schéma placé à proximité du tableau.

Les tableaux pourront être placés dans un placard ou dans une gaine technique pourvu qu’ils soient facilement accessibles. Prévoir des tableaux suffisamment grands pour permettre des extensions futures. Un témoin au néon indiquera sur chaque tableau la présence de l’électricité.

Circuits électriques[modifier | modifier le wikicode]

Un circuit est un ensemble de prises OU de points d’éclairage. Le nombre de points d’utilisation d’un circuit est limité a 8. Un circuit de prises comprendra le conducteur de protection à la terre. Le circuit est protégé par un fusible ou mieux, par un disjoncteur modulaire placé sur le tableau d’où part le circuit. Cette protection peut aussi être un disjoncteur différentiel, c’est-à-dire coupant le circuit lorsqu’une fuite électrique est détectée.

La section des fils utilisés dépend de la nature du circuit : pour des prises de courant ordinaires on utilisera du fil de 2,5² pour un circuit de 8 prises et 1,5² pour un circuit de 5 prises, pour un circuit de 8 points d’éclairage on utilisera du fil de 1,5². De même la section des fils d’alimentation d’une plaque de cuisson est 6² et de 2,5² pour le gros électro-ménager.

La couleur des fils est normalisée, la phase (rouge ou noir), le neutre (bleu) et le conducteur de terre (vert-jaune), le fil de retour d’un interrupteur (navette) sont de couleurs différentes. On évitera de passer des fils de couleurs identiques dans la même gaine. Lors du câblage on aura intérêt à mettre des étiquettes numérotées sur chaque fil, sur chaque gaine et à laisser un petit schéma dans la boîte de dérivation ou le tableau concerné pour faciliter la maintenance éventuelle. Les boîtes de dérivation doivent être facilement accessibles, suffisamment vastes et repérées sur le schéma général de l’installation.

Le raccordement des fils se fait sur l’appareillage, sur les bornes ou disjoncteurs du tableau ou encore à l’aide de « dominos ». Dénuder précautionneusement les fils et veiller à bien serrer les vis.

Voir aussi : canalisations électriques.

Appareillage[modifier | modifier le wikicode]

L’appareillage est constitué principalement de :

  • interrupteur simple - un circuit d’allumage de lampe, par exemple,
  • commutateur à deux positions - pour un allumage «va-et-vient»,commander un circuit d’éclairage par deux point
  • bouton poussoir - pour un circuit temporisé (minuterie) ou un télérupteur,
  • interrupteur à 2 positions - commande électrique de volet roulant, de store, etc.,
  • prises de courant,
  • borniers de raccordement,
  • télérupteur, minuterie, horloge, etc.

Recette (réception) de l’installation[modifier | modifier le wikicode]

Pour être raccordée au réseau général de distribution d’électricité, l’installation domestique doit répondre à la norme NF C 15-100. La vérification de la conformité à ces normes est effectué par un organisme qui enverra un inspecteur contrôler que la résistance de la prise de terre n’est pas trop élevée, que l’appareillage électrique est normalisé, que chaque prise est correctement câblée... Un particulier qui a réalisé lui-même son installation sera systématiquement inspecté. En France, le nom de l'organisme qui inspecte l'installation et donne le feu vert pour le branchement s'appelle le Consuel ([1]). On peut le contacter par téléphone pour poser des questions tout le long des travaux et pour s'assurer que tel ou tel point de l'installation est conforme à la réglementation. Il existe aussi un excellent petit livre intitulé "Locaux d'habitation, installation électrique" et édité par Promotélec ([2]), qui répertorie l'essentiel des normes en vigueur. Le certificat délivré est valable pour l’installation en l’état où elle se trouvait le jour de la recette.(ou réception en France)

Au Canada, un entrepreneur électricien est le seul autorisé à effectuer la demande d’inspection et de raccordement. Le bricoleur doit donc s’entendre avec un entrepreneur avant de débuter ses travaux car autrement l’entrepreneur peut refuser de cautionner tout travail qu’il n’aura pas fait lui-même.

Installation antivol[modifier | modifier le wikicode]

<< La ventilation | Sommaire général | Mobilier fixe >>