Construire sa maison/La ventilation

Un livre de Wikilivres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

<< Le chauffage | Sommaire général | Installation électrique >>

La ventilation des locaux est non seulement souhaitable mais réglementée. Avec l’isolation thermique des bâtiments, la lutte contre les entrées d’air indésirables a rendu obligatoire un système de ventilation contrôlée. Les locaux dans lesquels des fuites de gaz ou de production de vapeurs sont possibles doivent être ventilées par extraction. La cuisine ou la buanderie peuvent être équipées de groupe de ventilation particuliers. La mise en place des gaines de ventilation est évoquée dans le chapitre Gaines et canalisations.

Naturelle ou mécanique[modifier | modifier le wikicode]

Les constructions anciennes comportent beaucoup d’entrées d’air incontrôlées qui assurent la ventilation de la maison, surtout en période de grand vent... En temps normal un système de ventilation mécanique par extraction ou insufflation n’est pas nécessaire car si l’air passant sous les portes ne suffit pas on peut toujours ouvrir la porte ou la fenêtre. La réduction des dépenses de chauffage a obligé à traiter les fuites des portes et fenêtres en ajoutant des joints dans les feuillures. Comme la plupart des êtres vivants (animaux et végétaux) consomment de l’oxygène et rejettent du gaz carbonique (et bien d’autres gaz produisant des mauvaises odeurs) il est nécessaire de renouveler l’air mais en en contrôlant le flux.

Du simple flux au double flux avec échangeur[modifier | modifier le wikicode]

En général, un système de ventilation à simple flux se limite à l’extraction de l’air vicié dans les pièces les plus polluées (toilettes, cuisine, salle de bain). Mise à part les toilettes, ces pièces sont aussi celles où l’air est le plus chaud (four, cuisinière...). Il peut être intéressant de récupérer les calories de l’air extrait pour tempérer l’air neuf (prélevé à l’extérieur) insufflé dans les autres pièces (chambres, salon...). Pour cela un système de ventilation à double flux avec échangeur est nécessaire. Il n’est pas obligatoire ni souhaitable (à cause du bruit) d’insuffler dans chaque chambre. Une bouche d’aération par étage dans un couloir peut suffire à créer une circulation d’air. Un espace d'une dizaine de millimètres en bas de chaque porte intérieure favorise la circulation d'air d'une pièce à l'autre.

L’échangeur est constitué généralement de plaques séparant le flux d’air extrait (en principe chaud et humide) du flux d’air entrant (normalement plus froid mais en été ce peut être le contraire et l’air entrant est alors « rafraîchi » par l’air extrait). Lors du refroidissement de l’air extrait il peut se produire de la condensation qui doit être évacuée par un petit tuyau. La prise d’air frais peut être effectuée dans les combles. Un grillage fin et robuste sera placé à l’extrémité de chaque entrée ou sortie d’air pour empêcher les insectes et rongeurs de s’immiscer dans les gaines de ventilation.

Hotte et groupe d'extraction[modifier | modifier le wikicode]

Comme tout local où peut se produire l'émission de fumées, vapeurs et gaz inopportuns, le coin cuisson de la cuisine doit être équipée d'un dispositif d'extraction et de rejet à l'extérieur de l'air pollué. Un avaloir ou une hotte doit être installée au dessus du plan de travail comportant les appareils de cuisson (plaques chauffantes, fourneau, four...). L'air pollué est aspiré au sommet de la hotte par un goupe d'extraction d'un débit suffisant. La canalisation d'évacuation doit être équipée d'un dispositif de sécurité anti-feu et d'un clapet anti-retour pour éviter les entrées d'air parasite quand le groupe d'extraction est à l'arrêt. On a généralement intérêt à installer un groupe d'extraction indépendant du système de ventilation mmécanique central (VMC).


<< Le chauffage | Sommaire général | Installation électrique >>