Cours de voile/L'air qui nous pousse

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cours de voile
L'air qui nous pousse
Modifier ce modèle

Mouvement des masses d'air[modifier | modifier le wikicode]

Le réchauffement de la surface terrestre par le rayonnement solaire dépend entre autres de l'inclinaison de ce rayonnement lorsqu'il frappe le sol. Une même quantité de rayonnement devra réchauffer plus de surface s'il arrive de manière inclinée au sol que s'il arrive à la verticale. L'équateur, où les rayons sont presque verticaux, est donc plus chauffé que les pôles. Si aucun autre phénomène ne venait contrebalancer cette tendance, la différence de température entre l'équateur et les pôles serait de plusieurs dizaines de degrés supérieure à ce qu'elle est en réalité.

Heureusement pour nous, l'atmosphère terrestre permet de rééquilibrer les températures grâce à un courant de convection à très grande échelle. Une vision caricaturale du phénomène est de dire qu'en gros l'air chaud (plus léger que l'air froid) s'élève à l'équateur, voyage jusqu'aux pôles en se refroidissant en chemin, redescend aux pôles puis retourne à l'équateur où le cycle recommence. En réalité, l'organisation de cette convection est plus complexe : la chaleur est en réalité transmise entre l'équateur et les pôles par plusieurs cellules de convections cylindriques (chacune ayant sa propre circulation d'air).

Ces circulations d'air à grande échelle restent relativement lentes et ne sont pas ressenties directement, mais elles sont à l'origine des anticyclones (lieux où l'air est subsident, descendant) et des dépressions (où l'air est ascendant). Ce sont ces différences de pressions qui sont directement à l'origine du vent météo.

Vent météo[modifier | modifier le wikicode]

Les différences de pression atmosphérique sont à l'origine du vent à l'échelle synoptique. Le gradient de pression atmosphérique est le moteur qui pousse les particules d'air des zones de hautes pressions (anticyclone) vers les zones de basse pressions (dépressions). La force de coriolis agit alors sur ces particules en mouvement en les déviant vers la droite (dans l'hémisphère nord). A l'équilibre, la force de coriolis s'oppose exactement à la force de pression, elle est donc perpendiculaire aux lignes isobares et dirigée des basses pressions vers les hautes pressions. La force de coriolis étant par ailleurs par définition perpendiculaire à la trajectoire, on peut en déduire que la trajectoire des particules d'air est parallèle aux isobares.

Le vent météo souffle donc le long des lignes isobares, son intensité dépendant de l'intensité du gradient de pression. De plus on déduit de la déviation vers la droite (force de coriolis dans l'hémisphère nord)) que le vent tourne dans le sens horaire autour des anticyclones et dans le sens contraire des aiguilles d'une montre autour des dépressions. Toutefois, ce parallélisme des vents et des isobares est pris en défaut dans deux situations: d'une part au voisinage de l'équateur (entre les vingtièmes parallèles N et S), où la force de Coriolis est faible, et d'autre part au voisinage du sol, où la présence de frottements fait que le vent "rentre" vers le centre de la dépression et "sort" du centre de haute pression. Cet angle entre isobares et vent est de l'ordre de 20° sur la mer, et peut atteindre 40° sur la terre ferme.


Brises littorales[modifier | modifier le wikicode]

Lors d'une journée ensoleillée, en cas de vent météo faible, la brise va prendre le dessus à proximité des rivages. La brise est un mouvement d'air d'origine thermique qui se produit en présence d'un contraste de surface. Le contraste qui nous intéresse plus particulièrement et qui est à l'origine des brises littorales est celui entre la terre et la mer. En effet, les deux surfaces réagissent différemment en présence du rayonnement solaire : la terre, qui a une inertie thermique faible, se réchauffe rapidement alors que l'océan, dont l'inertie thermique est beaucoup plus importante, absorbe le rayonnement et le transmet par des courants marins de convection. De cette manière la surface de l'océan subit de très faibles variations de température.

En journée, l'air chauffé au contact du sol va devenir plus léger que l'air frais ambiant et s'élever. Un appel d'air est alors créé et cet air chaud sera remplacé par de l'air froid (plus lourd) qui va à son tour se réchauffer. Sur le littoral, cet air froid va venir de l'océan et souffler vers les terres. C'est ce qu'on appelle une brise de mer.

La nuit, les terres se refroidissent rapidement (absence du rayonnement solaire) alors que la mer conserve une température à peu près constante. La température de la surface terrestre va très vite devenir inférieure à la température de l'océan. Le phénomène va alors s'inverser : l'air froid des terres va souffler vers l'océan pour se réchauffer à sa surface et s'élever. C'est ce qu'on appelle la brise de terre.

Ce phénomène se produit également à des échelles plus réduites sur les grands lacs (brise de lac). On a alors un vent qui souffle de manière concentrique depuis ou vers le centre du lac.

Le temps qu'il fera[modifier | modifier le wikicode]

Voir et comprendre le ciel[modifier | modifier le wikicode]

Les bulletins météorologiques[modifier | modifier le wikicode]

Que ce soit à la VHF ou bien même à la capitainerie, le bulletin météorologique est donné dans un certain ordre. Dans le cas de la VHF, si l'« annonceur » peut parler lentement, il peut aussi être relativement rapide. C'est pour cela qu'on peut préparer sa feuille selon la phrase: « Va Me Hisser Ta Voile », qui correspond à l'ordre d'annonce des différents éléments :

  • Vent (ex : « Vent 3 à 4 Beaufort de Nord Nord-Est »)
  • Mer (ex : « Mer belle à peu agitée »)
  • Houle (ex : « Houle de 0,5 à 1 m »)
  • Temps (ex : « Nuageux »)
  • Visibilité (ex : « Visibilité 3 à 4 milles, localement réduite à moins de 1 mille par effet de brume »)

Sur la VHF, la météo est diffusée à plusieurs moment de la journée, le plus tôt étant 7h : sur le canal de veille (canal 16), on annonce le canal sur lequel il faut se rendre pour écouter la météo.

Interpréter les cartes isobariques[modifier | modifier le wikicode]