Discussion:Livre d'humour/Contrepèteries

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
l'Art de décaler les sons que ma bouche débite est arrivée sous la plume de Luc Étienne, qui l'avait lui-même peut-être reprise d'un prédécesseur, bien avant l'arrivée de Joël Martin. Jean-Jacques MILAN 9 janvier 2007 à 14:45 (CET)

Vraiment désolé : mais Joël Martin lui même précise que Luc Etienne, de son vivant, avait avalisé comme inédit le sous-titre du bouquin Manuel de contrepet, l'art de déCaler les Sons...que débite notre bouche. Livre paru chez Albin Michel en 1986. (Référence Dico de la Contrepèterie, page (rose)206. Max, le 9 Janvier 2007

Joël Martin, le Grand Maitre es-contrepèteries (Album de la Comtesse sur le Canard Enchainé, Dico de la Contrepèterie, La Bible du Contrepet) a défini, justement dans la Bible du Contrepet, les différentes classifications et compositions des contrepèteries. Petit rappel :

Contrepèteries "simples" de Consonnes

D'abord les trocs simples, en début de mots

- Troc de consonnes simples, exemple : Apprenez a distinguer le poncho de la Castille !

- Troc de consonnes simples, puis doubles, exemple : Il tient des propos fumeux sur la Bresse !

- troc de consonnes doubles, puis simples, exemple : Des brutes paillardes !

- troc de consonnes doubles, exemple : Trop de flics !

Ensuite trocs de consonnes placées au début, puis à l'intérieur ou a la fin des mots

- troc de consonnes simples, exemple : Ces ventouses sont bien serties.

- Troc de consonnes simples, puis doubles, exemple : On la sentait bien, la pêche du patron fluet !

- troc de consonnes doubles, puis simples, exemple : Ta prêtresse est émouvante !

- troc de consonnes doubles, exemple : L'amiral examine comment ses flottes sont ancrées !

Puis trocs de consonnes placées à l'intérieur ou a la fin, puis au début des mots

- troc de consonnes simples, exemple : L'abysse tue !

- Troc de consonnes simples, puis doubles, voire triples : Ces vieux boucs ne plaisent pas au gratin.

- troc de consonnes doubles, puis simples, exemple : Des biologistes étudient la prospection de germes.

- troc de consonnes doubles, exemple : Le psychanaliste entra dans le flou !

Enfin troc de consonnes à l'intérieur des mots

- troc de consonnes simples, exemple : Le mousse tripote les cordages de façon incessante.

- Troc de consonnes simples, puis doubles, exemple : Cette Belgique, quel entrain !

- troc de consonnes doubles, puis simples, exemple : L'astuce de la vénale.

- troc de consonnes doubles, exemple : Le géologue laisse traîner un abricot sur son schiste.

Contrepèteries de Voyelles

- troc de voyelles simples, exemple : L'éclusière en a vu passer, des bricks !

- troc de voyelles simples et composées, exemple : Ce barbu fait des effets d'annonce.

- troc de voyelles composées, exemple : La minette tend ses sous au petit matin.

- troc de voyelles simples et diphtongues, exemple : Ce vieux distingue mal les puys des Causses !

- troc de voyelles composées et diphtongues, exemple : Les Messins scrutent les cieux !

- troc de diphtongues, exemple : Le père Noël passe ses nuits dans la soie !

Contrepèteries de Syllabes ex : En voilà des tas de virés !

Contrepèteries portant sur des morceaux de mots

- Troc de consonnes avec des fractions de mots, ex : La détenue avait plein de poux dans son cachot.

- Troc de voyelles avec des fractions de mots, ex : Quel don, ce pistard.

- Troc de morceaux de mots (l'un peut être une syllabe), ex : Les Perses se disputent !

Contrepèteries irrégulières

- double croisement de consonnes, ex : Oh ! la botaniste, t'a pris cette tige épanouie !

- double croisement de voyelles, ex : Votre Rostand n'est pas Coulomb !

- Permutations circulaires (consonnes ou voyelles), ex : Ce jeune danse comme un ballot.

- Contrepèteries par déplacements (consonnes, voyelles, syllabes ou bouts de mots), ex : On voit le pneu du résident.

Contrepèteries internes à des mots, ex : Bardot, Bijouterie, Viroflay, sanglier...

Contrepèteries enchevêtrées, ex : L'aspirant habite Javel

Contrepèteries avec soudures, cassures et liaisons., ex : Que de troncs à couper !

--Curtane 9 janvier 2007 à 18:09 (CET)


Bonsoir,
La référence de Joël Martin est fausse car la contrepèterie l'Art de décaler les sons que ma bouche débite était connue bien avant 1986 ; je la connaissais personnellement déjà lorsque j'était étudiant, au moins 20 ans avant. Peut-être faut-il aller la rechercher chez Louis Perceau ou chez d'autres auteurs encore plus anciens. De toute manière l'origine de la plupart des contrepèteries est à la fois floue et très ancienne, sauf bien sûr pour celles qui font référence à des événements ou à des personnages récents. C'est vrai qu'il y a trois siècles personne ne pouvait deviner qu'un jour un certain Giscard reviendrait de la République Centre-Africaine avec des diapos plein les manches.
Quant à Joël Martin, habile échangeur de sons par ailleurs, je trouve que ses écrits manquent beaucoup de poésie et il n'est pas mon contrepéteur préféré ...
Jean-Jacques MILAN 9 janvier 2007 à 23:12 (CET)