Goélette Cardabela/Présentation

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les couleurs choisies
Le choix des couleurs.

But de la construction :

Naviguer en haute mer et remonter les grands fleuves : le Nil, la Casamance, l'Amazone. Certains de ces cours d'eau coulent dans des pays maintenant peu fréquentables. Il y a cependant encore des possibilités sur le fleuve Amazone en ce début d'année 2012 ; le voyage de 2011 au sud de la Colombie, était plutôt rassurant, bien que loin de la mer.

Aucun navire de plaisance n'avait été construit pour supporter les risques de collision dans les grands fleuves qui charrient toutes sortes d'objets, surtout des végétaux et des arbres. Par conséquent, la goélette Cardabela a été conçue pour supporter ces chocs violents sur son avant grâce à son bulbe d'étrave qui peut éclater et absorber une énergie importante. Des cloisons étanches ont été construites à l'étrave et à la poupe avec un remplissage en mousse expansée de polyuréthane.

La construction est de conception entièrement amateur : plans, construction, aménagements. Les plans ont été élaborés en partie sur le plateau du Larzac où poussent des chardons au ras du sol les Cardabelles, Cardabela en occitan. En 1976 le programme de navigation de cette goélette était de remonter les fleuves et les rivières, d'où son faible tirant d'eau (0,80 m) et la possibilité de coucher les mâts sans trop de difficultés afin de passer les obstacles aériens. La construction du prototype a commencé en 1979 pour se terminer en 1999 avec le passage aux douanes, et par les Affaires maritimes pour obtenir la première catégorie de navigation.

Choix des matériaux :

  • La fibre de verre imprégnée de résine polyester pour la coque avec un renfort de la structure par du balsa "fibre bois de bout", le "nid d'abeille" n'existait pas encore.
  • Le contreplaqué frêne de qualité marine garanti sans défaut pour les cloisons,
  • Le bois Kotibé pour les aménagements, les portes de cabine et l'épontille du mât d'artimon,
  • L'Iroko pour l'épontille du mât de misaine,
  • Le liège pour les surface de pont et des cabines (Ce choix s'est fait tardivement, en remplacement des lattes de teck).

Choix des couleurs :

  • Extérieur : (Exposé au soleil)
    • Bleu marine Atlantide pour la coque. (Laque Bleu-Atlantide polyuréthane bi-composants)
    • Teck pour les boiseries (listons, panneaux de cabine)
    • Blanc ou sable clair pour le rouf, table de cockpit. (Laque polyuréthane mono-composant)
  • Intérieur :
    • Frêne vernis pour les cloisons et quelques aménagements.
    • Couleur du bois vernis (Kotibé, Iroko) pour les structures des aménagements.