Initiatives éco-citoyennes/Green Bird

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Green Bird est une association japonaise qui a été créée à Tokyo en Janvier 2003, dont la devise est : "Garder propre, garder vert, nous sommes les oiseaux verts".

Organisation et objectifs[modifier | modifier le wikicode]

Cette organisation à but non lucratif est ouverte à tous (bien que la très grande majorité des participants soient japonais), l'idée étant de se faire la promesse de ne jamais jeter de déchets dans la rue, voire de ramasser ceux qui ont été jetés par des passants indélicats. Présente surtout dans les grandes villes du Japon, cette association regroupe des volontaires dont l'objectif est de nettoyer les rues de leur ville et de faire prendre conscience à la population locale de la chance de pouvoir se promener dans des lieux propres, en espérant qu'elle sera incitée à respecter davantage l'environnement et à participer activement à sa protection.

Le nettoyage régulier des rues (au minimum deux fois par mois, et jusqu'à deux ou trois fois par semaine selon les équipes), ou d'un quartier spécifique, se fait par équipe. Les équipes ne sont pas figées et évoluent en fonction des jours, elles sont généralement composées de plus de deux tiers d'étudiants. Le matériel nécessaire au ramassage des déchets étant prévu au départ, il n'est pas nécessaire d'apporter quoi que ce soit, hormis sa bonne volonté.

Il n'y a pas besoin de s'enregistrer pour pouvoir participer à une équipe déjà en place, il suffit de prévenir par courriel [1] (afin que les organisateurs aient une idée du nombre de bras disponibles) et de se rendre aux points de rendez-vous indiqués sur le site de Green Bird. En revanche, il est indispensable de déclarer la création d'une nouvelle équipe au sein d'une ville ou d'un quartier qui n'était pas nettoyé(e) jusqu'ici, et ceci dans le but de pouvoir recenser toutes les initiatives sur le site internet et faciliter la coordination.

Les moyens financiers de l'association, qui servent à financer tout le matériel adéquat, ainsi qu'à payer le nom de domaine et l'hébergement du site Internet, proviennent majoritairement de dons de particuliers ou de sponsors, par exemple des marques comme Coca-Cola ou Nike [2].

Historique et état actuel du mouvement[modifier | modifier le wikicode]

Le mouvement est principalement implanté au Japon, mais il commence à essaimer ailleurs dans le monde, en particulier en France et au Sri Lanka. Il semblerait que d'autres villes [3] dans le monde soient concernées (Londres, Genève ou Berlin pour citer quelques exemples), mais elles ne sont pas répertoriées sur le site commun. Il s'agirait donc de groupes distincts qui ne sont pas membres de l'association. L'ensemble du mouvement compterait en tout près de 15 000 participants [4].

Au Japon[modifier | modifier le wikicode]

C'est dans ce pays que tout a commencé, et c'est donc là-bas que l'association s'est le plus développée.

La toute première équipe est créée en Septembre 2003 à Shimo-Kitazawa, un des quartiers de l'arrondissement de Setagaya. Un autre quartier de cet arrondissement, Komazawa, aura sa propre équipe dès Avril 2004. Setagaya est ce que l'on appelle un arrondissement spécial de Tokyo, et constitue à ce titre une municipalité propre (capable d'élire un maire), tout en faisant partie intégrante de la capitale administrative du Japon, Tokyo, mégalopole qui s'étend sur plus de 2000 km².

C'est donc à Tokyo que se situe le lieu de naissance de l'association Green Bird, et c'est également dans cette ville que se trouve son siège social. Au fil du temps, d'autres quartiers ou arrondissements de Tokyo vont être conquis par les "oiseaux verts" : Kichijōji et Shibuya en Décembre 2005, Kabukichō en Août 2006, et enfin Akasaka et Omotesandō en Juillet 2008.

La deuxième équipe s'est formée en Octobre 2003 à l'autre bout du pays dans la ville de Fukuoka. Elle concentre ses efforts dans l'arrondissement de Chūō-ku situé en plein centre de la ville sur le bord de mer. Du fait de son ancienneté, elle a son propre siège dans cette ville, ainsi qu'un blog spécifique.

Par la suite, le développement du mouvement se fait surtout au sein de Tokyo. Entre 2003 et 2007, seules deux villes rejoignent la liste des converties :

  • En Octobre 2005, la ville de Kamakura, où le nettoyage des plages est la priorité.
  • En Octobre 2007, c'est au tour de Nagasaki d'avoir sa propre équipe.

Ce n'est qu'à partir de l'année 2008 que le mouvement décolle véritablement. En deux ans, c'est plus 15 villes qui sont conquises, rien qu'au Japon. Elles sont assez bien réparties sur l'ensemble de l'archipel : les quatre îles principales, et même l'île d'Okinawa, sont concernées.


Carte du Japon avec les principales villes où l'association Green Bird est implantée

En France[modifier | modifier le wikicode]

Pour la toute première fois, en Janvier 2007, une équipe est créée en dehors du Japon ! C'est en France, et plus précisément à Paris la capitale, que les "oiseaux verts" décident de se poser. Une fois encore, l'équipe est composée principalement de japonais.

Quel est leur but exactement ? Ils cherchent essentiellement à toucher la population de touristes, Paris étant une ville fortement attractive qui accueille près de 30 millions de touristes étrangers chaque année [5], dans le but de les convaincre d'appliquer quelques principes respectueux du paysage urbain aussi bien chez eux qu'à l'étranger. Mais ils veulent également sensibiliser les passants français qui ont selon eux un bien piètre comportement citoyen vis-à-vis de leur ville, et qui sont les principaux responsables de la pollution de la ville. Ils estiment en outre que tout un chacun se doit de veiller à ce que l'image de Paris reste intacte aux yeux du reste du monde. Pour la plupart de ces japonais, l'arrivée à Paris fut un véritable choc, ils n'imaginaient pas que la ville dont ils avaient tant rêvé puisse être aussi "sale". C'est de là qu'ils tirent leur motivation.

Ainsi, chaque mois, l'équipe parisienne choisit un site emblématique, comme la Tour Eiffel ou encore la Cathédrale Notre-Dame de Paris pour enlever les mégots de cigarettes, les traces de Chewing-gum sur le sol, ou les détritus. Le nombre de membres à Paris aurait dépassé les 150 personnes [6].

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. japonais Page de contact
  2. japonais Page des supporters
  3. français Article de Dominique Chabrol (AFP)
  4. français Le Journal de Cassandre
  5. français Paris, leader international du Tourisme
  6. anglais Les japonais donnent une leçon de propreté à paris

Sources principales[modifier | modifier le wikicode]

japonais Le site de Green Bird
français L'article Wikipédia de l'association