Discussion:Initiatives éco-citoyennes/Green Bird

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mes remarques sur votre travail[modifier le wikicode]

(remarque préliminaire pour les lecteurs de ces pages de discussion : les pages initiales de ce wikibook ont été réalisées par des étudiants dans le cadre de leur cours sur l’énergie et les déchets. Etant leur professeur sur ce sujet, je me permets d’apporter ici mes remarques et critiques sur leur travail, ce qui peut expliquer certaines critiques un peu plus fortes que ce que recommande habituellement l’esprit wiki. J’ai souhaité néanmoins faire ces remarques au sein même des pages de discussion, en considérant que ceux qui voudront contribuer à améliorer cet ouvrage pourront s’en inspirer).

Je vais être un peu dur, mais j’ai tapé quelques mots clés, et en cliquant sur 4 liens de la première page de google, et en moins de 3 minutes, je suis tombé sur le rapport d’activité de green bird Paris, avec des infos qu’il aurait été intéressant de reprendre. Même avec la mise en page très aérée donnée lors de l’aperçu avant impression, cet article ne fait que 3,5 pages, dont 1 carte Japon et 0,5 de biblio, soit 2 pages réelles de texte. Oserai-je appeler ça le « service minimum » ?

--F Moreau Lille3 11 février 2010 à 00:26 (CET)

Réponse à vos remarques[modifier le wikicode]

Je suis navré d'être en total désaccord avec vous. Passer des heures à traduire le site officiel en japonais avec l'aide de logiciels pour avoir le plus d'informations pertinentes possibles sur le fonctionnement de l'association, ce n'est pas du "service minimum". Tenter de recenser tous les endroits du monde, mais surtout du Japon, où l'association s'est implantée, ce n'est pas du "service minimum". Utiliser les moteurs de recherche avec tous les mots-clés possibles et imaginables, et lire les 100 derniers renvois à chaque fois, ça non plus ce n'est pas du "service minimum". Si cet article ne fait que 3 pages et demi, c'est tout simplement parce que je ne souhaitais pas donner des informations redondantes. Bien évidemment, je suis tombé aussi sur le ledit rapport, mais je n'y rien relevé de nouveau vis-à-vis de ce que j'avais déjà marqué auparavant, hormis quelques fulgurances bien-pensantes visant à donner mauvaise conscience. Avec tout ce que j'avais amassé en termes d'infos, j'aurais pu faire 10 pages certes, mais ça aurait apporté quoi aux lecteurs de passage ? Rien. En tout cas, c'est ce le sentiment que j'ai eu au moment de l'écriture de cette page.

Aymeric Pontier