Introduire la biodiversité dans la construction et l'urbanisme/Où, quand et comment intégrer la biodiversité dans et autour du bâti ?/Éclairage (intérieur et extérieur) et biodiversité

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vidéo : Groupe de moineaux actifs, sous un éclairage au néon
Outre qu'ils perturbent la faune et la flore, certains éclairages gaspillent l'énergie. Ici deux lampes encastrées dans le sol éclairent en grande partie et inutilement le ciel. Elles sont encore allumées alors qu'il fait déjà clair, et utilisent une lampe très consommatrice d'électricité à mauvais rendement (la perte de chaleur, ici perceptible par l'évaporation de la pluie est également un gaspillage)

L'éclairage permanent doit être réduit au strict nécessaire, pour limiter la pollution lumineuse et moins perturber la faune nocturne et l'environnement nocturne, mais également comme pour ne pas perturber la partie de la faune diurne qui y est également sensible, et dont les rythmes hormonaux, circadiens et chronobiologiques peuvent être perturbés par l'éclairage nocturne]]

Mappage des halos lumineux vus de satellite (NOAA/NASA) sur la carte des Pays-Bas. Ce type de carte permet de mieux tenir compte du contexte en matière d'environnement nocturne

Éclairage intérieur et extérieur[modifier | modifier le wikicode]

Ils sont souvent distingués car ayant des fonctions, et des réseaux électriques différents. Ils peuvent cependant tous deux affecter la faune, et - au moins indirectement - la flore (par exemple avec un retard des chutes de feuilles et en réduisant les populations de certains pollinisateurs nocturnes).

Il sera plus ou moins utile pour la sécurité, et/ou plus ou moins nuisant pour la faune (terrestre et aquatique) en fonction de divers facteurs ;

  • sa nature (composition en UV, infrarouge, couleurs du spectre visible..) ;
  • son intensité ;
  • la température de la lampe (qui peut littéralement brûler des insectes et d'autres invertébrés) dans le cas des halogènes ;
  • sa durée et les heures de fonctionnement (de nombreux organismes aquatiques sont les plus actifs 2 h après le coucher du soleil, et 2 h avant son lever) ; heures où l'on éclaire le plus ;
  • son caractère continu, ou au contraire clignotant, stroboscopique... (les oiseaux pour des raisons mal comprises sont moins attirés par une lumière stroboscopique) ;
  • sa directionnalité (de haut en bas, de bas en haut) ;
  • le halo provoqué, la réflexion des matériaux adjacents ;
  • sa situation de visibilité et co-visibilité et sa situation dans l'environnement (en hauteur, dans une vallée, dans un corridor de migration, au dessus ou à proximité de l'eau ou d'une zone naturelle, etc.)

Dans les constructions modernes, l'éclairage intérieur diffuse également fréquemment vers l'extérieur via les ouvertures (portes transparentes ou translucides), fenêtres, hublots, fenêtres de toitures, toitures de verre (type serre, véranda), etc. La lumière artificielle interagit avec de nombreuses espèces nocturnes (les papillons sont les plus connus, mais bien d'autres dont les lucioles sont victimes directes ou indirectes de l'éclairage).

la lumière artificielle ou les halos ou la réflexion d'une lumière sur un miroir ou une paroi très réfléchissante attire ou repousse la plupart des espèces. De très nombreux oiseaux meurent ainsi

La domotique intérieure ou certains matériels extérieurs (minuteries, détecteurs de présence) permettent de mieux éclairer, uniquement là où il faut et quand il faut. Mais ils sont à ce jour très peu utilisés.

Bibliographie

  • Les oiseaux, le verre et la lumière dans la construction,
    Auteur : Schmid, H., P. Waldburger & D. Heynen (2008) (Adapté en français par Eva Inderwildi):
    Éditeur : Station ornithologique suisse ; Sempach, FSC Verweis, 2008.
  • CD Rom, "Éclairage des bâtiments et biodiversité" ;
    Guide technique biodiversité et bâti, fiche 15
    Ligue pour la protection des oiseaux Isère (Grenoble) / 2012.