Japonais/Prononciation

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Progress-0250.svg

Cet article sert d'introduction au cours. Il ne contient aucun kana ou kanji et ne présente que des points de vocabulaire et de grammaire basiques.

L'article qui suit essaye de présenter l'ensemble des sons existants en japonais et d'expliquer à des lecteurs francophones comment les prononcer. Des explications linguistiques plus précises sont disponibles dans l'article Prononciation du japonais. Il est recommandé d'étudier la prononciation du japonais en même temps que l'écriture hiragana. Il est en effet plus facile de comprendre la prononciation du japonais grâce à ces caractères spécifiques qu'avec les caractères latins (rōmaji).

Guide de prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Le japonais est une langue syllabique, ce qui signifie qu'une consonne est toujours accompagnée d'une voyelle (ex : ka, sa, ta) à l'exception du « n » qui peut ne pas être accompagné par une voyelle (ex : nihon (Japon)) ; on ne combine jamais plusieurs consonnes différentes (sauf pour « tsu »). Par contre une consonne peut être doublée afin de marquer un arrêt de souffle (comme dans « gakkō »).

Les consonnes se prononcent comme en français :

  • Le s se prononce comme dans « saucisson ».
  • Le z se prononce comme dans « zen ».
  • Le g se prononce comme dans « guitare ».
  • Le sh se prononce « ch ».
  • Le j se prononce « dj » au début d'un mot et « j » à l'intérieur d'un mot.
  • Le ch se prononce « tch ».
  • Le h est toujours aspiré. Ceci est généralement le détail qu'omettent les étrangers désirant apprendre le japonais. Faites donc attention à bien le prononcer.
  • Le r se prononce comme un l français un peu forcé.
  • Le n final ou devant une autre consonne est articulé « n », et se prononce « m » devant un m, un p ou un b (ex : sanpo se prononce « sa-m-po »)
  • Une consonne géminée se prononce comme si vous essayiez de prononcer les deux d'un coup. (ex : sekken, se prononce « sek'ken »)

Le japonais ne comprend que cinq voyelles de base : a, e, i, o, u, qui existent aussi en version longue : ā, ē, ī, ō, ū.

Les voyelles écrites ensembles se prononcent séparément. ai se prononce donc « a-i ».

  • Deux voyelles identiques à la suite, aussi notées comme une voyelle avec un accent circonflexe ou un macron, se prononcent comme une seule voyelle deux fois plus longue.

(ex : kaasan, kâsan ou kāsan : se lit « kaassa-n » avec un a long). Il faut noter que :

  • Le u peut servir à doubler la voyelle o et ou se prononce donc « oo ».
  • Le i peut servir à doubler la voyelle e et ei se prononce donc « éé ». Dans le cas particulier de l'écriture katakana, qui utilise le chōon pour doubler les voyelles, ei est prononcé « é-i ».
  • Le e se prononce « é ».
  • Le u : il s'agit, en japonais, de l’équivalent de notre voyelle muette e. Vous serez donc plus proche de la prononciation exacte en faisant une voyelle entre eu et ou. Par exemple, toutes les formes verbales se terminant par un su (ex : kaimasu) ne réarticulent pas la voyelle finale (ex : ka-imass’)
  • La prononciation du kana hu a évolué vers fu qui est prononcé « fou ».
  • Les voyelles i et u sont généralement atténuées après les consonnes suivantes : ch, h, k, p, s, sh, ts (desu se prononcera dés’).

Accent[modifier | modifier le wikicode]

En japonais, l'accent se manifeste à travers un système de hauteur de sons, parfois appelé par les linguistes, accent de hauteur. Il existe deux hauteurs de sons, en général qualifiées de haut et de bas. La description et la maîtrise de cet accent n'est pas nécessaire dans la majorité des cas, mais il est essentiel pour une prononciation parfaite du japonais. Il est parfois recommandé aux débutants en japonais de ne pas trop s'en préoccuper, mais cela peut générer de mauvaises habitudes, dures à rattraper par la suite ; et il sera alors nécessaire de réapprendre l'ensemble du vocabulaire avec cette variable pour la personne voulant se perfectionner en japonais. Il faut simplement savoir que cet accent :

  • A un aspect sémantique ; il peut donc changer le sens du mot et créer des faux-amis, mais les cas utiles sont peu fréquents, le contexte aidant à le comprendre dans le cas où un étranger parle japonais et ne maîtrise pas cet aspect de la langue.
  • Peut dans certains cas permettre de distinguer le découpage des mots dans la phrase.
  • Varie d'une région japonaise à l'autre.

Un Japonais vous comprendra même si vous n'avez aucune connaissance de l'accent. L'accent est parfois indiqué dans les manuels avec un trait au-dessus des syllabes hautes. Dans les manuels chinois d'apprentissage du japonais, ils sont indiqués par des numéros faisant référence à une séquence de montées / descentes plus ou moins espacés. La langue chinoise étant tonale, une attention particulière est généralement portée à cet aspect du japonais. Cette difficulté est donc plus facilement surmontable par les sinophones et les populations parlant des langues à ton, comme les langues d'Afrique de l'Ouest.

Exemples sonores[modifier | modifier le wikicode]

Pour vous aider, voici quelques exemples de prononciation :

Noms de villes

Autres