Les animaux parlent/Les sept mercenaires

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

J'ai rencontré deux familles de colverts , à la roseraie du parc de la Tête d'or. Au début, ils étaient onze. Deux mères. Six et cinq canetons. Le jour suivant ils n'étaient plus que dix. L'une des deux mères m'a averti. Elle a crié et m'a montré le déversoir, vers les égouts, où son caneton était tombé. J'ai replacé la grille dans une position qui ne laissait plus tomber les canetons et elle s'est allongée, satisfaite d'avoir été entendue. Le jour suivant, ils n'étaient plus que sept. La grille avait été déplacée. La mère la plus protectrice gardait toujours l'œil sur ses petits, mais l'autre mère semblait ne pas beaucoup s'en soucier.

J'ai longuement regardé et filmé le septième caneton. J'ai donné aux sept mercenaires des pains aux chocolat, sous les yeux de leurs mères. Ils ont adoré. Je les ai adoptés et ils m'ont adopté, et leurs mères aussi, et tous les oncles, les tantes, et tous les autres. Si je veux faire la fête, je n'ai qu'à aller les voir, et leur donner des pains au lait. C'est une salaire bien mérité pour mes acteurs préférés.

Mais le septième caneton, Toshiro n'est jamais revenu. Je l'ai appelé ainsi parce qu'il avait le regard de Toshiro Mifune dans Les sept samouraïs de Akira Kurosawa. Je ne sais pas ce qu'il est devenu.

Les six autres mercenaires sont restés près de leur mère, pendant plusieurs semaines. Je ne l'ai jamais vue s'éloigner d'eux. Même pour faire la sieste, elle ne les laisse pas hors de sa vue. Désormais ils ne sont plus que cinq. Je ne sais pas où est passé le sixième. Peut-être est-il, ou elle, assez grand pour vivre sa vie.