Lire et écrire le japonais sous Mandriva

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

La plupart des programmes cités fonctionnent sous d'autres distributions. Le problème de l'encodage.

Etapes préliminaires[modifier | modifier le wikicode]

Si vous n'avez pas sélectionné le japonais en tant que langue principale ou langue supplémentaire lors de l'installation, ils vous faudra installer des paquetages supplémentaires (polices de caractères et méthode d'entrée).

Installation des fontes[modifier | modifier le wikicode]

Afin d’être en mesure d'afficher les caractères japonais, il faut disposer des fontes kochi-mincho et kochi-gothic. Pour les installer exécutez les commandes suivantes :

      urpmi fonts-ttf-japanese fonts-ttf-japanese-extra

Installation des locales[modifier | modifier le wikicode]

Il vous faut également installer la locale japonaise :

      urpmi locales-ja

Si vous voulez les traductions, il faut soit avoir choisi le japonais à l'installation, soit installer kde-i18n-ja, koffice-i18n-ja, ...

Changement de locale et sélection d'une méthode d'entrée[modifier | modifier le wikicode]

Lancez localedrake, soit depuis le centre de contrôle Mandriva, soit depuis le menu Système / Configuration / Autre / Localedrake (Utilisateur), soit depuis la ligne de commande :

      localedrake

Sélectionner le japonais comme langue puis France comme pays. Localedrake préselecte la méthode d'entrée SCIM par défaut. Attention : le japonais devindra la langue utilisée pour le compte courant ! Une fois vos choix accepté, localedrake vous proposera de vous déconnecter afin de vous reconnecter au système, mais dans un environnement japonais.

Localedrake installera les paquetages scim-anthy et scim-input-pad si vous acceptez SCIM (ceci sous Mandiva Cooker; Si vous utilisez Mandriva Linux 2005 Limited Edition, les paquetages suivants seront installés : scim-anthy, scim-uim, uim-anthy et scim-input-pad). Alternativement, vous pouvez utiliser l'une de ces méthodes d'entrée :

  • Ami (coréen uniquement)
  • chinput (chinois uniquement)
  • fcitx
  • gcin (chinois uniquement)
  • iiimf (seulement sous Mandriva Cooker)
  • im-ja
  • kinput2
  • nabi (coréen uniquement)
  • scim
  • scim+uim
  • skim
  • uim
  • xcin (chinois uniquement)
  • x-unikey (vietnamien uniquement)

Une fois ceci fait et après avoir relance X, il suffit alors de faire la combinaison SHIFT-ESPACE pour passer du français au japonais. Ceci devrait marcher avec n'importe quelle application. De plus, sous Gnome et sous KDE-3.4, vous aurez un menu en cliquant sur une zone de texte avec le bouton droit de la souris. Ce menu permet de choisir dans quelle langue vous voulez écrire.

Les paragraphes suivants détaillent les méthodes d'entrée majeures :

Utiliser kinput2 et canna[modifier | modifier le wikicode]

Si vous choisissez d'utiliser kinput2, n'oubliez pas de l'installer car localedrake n'installe pas les paquetages requis pour cette méthode d'entrée:

      urpmi kinput2-wnn

Si vous désirez utiliser canna avec kinput2, installez-le également: urpmi canna

Utiliser UIM[modifier | modifier le wikicode]

Une autre méthode consiste à utiliser l'application UIM en liaison avec le serveur anthy. UIM est un peu plus récent que canna, et permet de changer facilement de méthode de saisie par l'intermédiaire d'un menu qui apparaît lors d'un clic droit de la souris.


Utiliser UIM avec SCIM[modifier | modifier le wikicode]

Enfin, il est possible d'utiliser SCIM par dessus UIM, afin d'avoir de jolies fenêtres lors du choix des caractères, etc. Ceci se fait en sélectionnant la méthode d'entrée SCIM+UIM.

Utiliser SCIM[modifier | modifier le wikicode]

SCIM est une plate-forme d'entrée supportant de très nombreuses méthodes d'entrée. Vous pouvez installer des méthodes d'entrée supplémentaires pour SCIM en installant l'un des paquetages suivant, soit avec urpmi en ligne de commande, soit avec rpmdrake :

  • scim-anthy
  • scim-canna
  • scim-chewing
  • scim-fcitx
  • scim-hangul
  • scim-input-pad
  • scim-m17n
  • scim-pinyin
  • scim-prime
  • scim-qtimm
  • scim-skk
  • scim-tables
  • scim-uim

Interface graphique[modifier | modifier le wikicode]

KDE[modifier | modifier le wikicode]

L'équipe de KDE fait de gros efforts pour fournir une version japonaise de ce gestionnaire de fenêtres : traduction des barres des menus, des messages dans kmail,etc.

Pour installer l'ensemble des traductions en japonais des applications KDE, exécutez :

     urpmi kde-i18n-ja

Pour basculer toutes les applications KDE en japonais, il suffit alors d'aller dans le Centre de configuration et de modifier la langue dans la rubrique Régionalisation (si vous ne l'avez pas déjà effectué via localedrake).


Navigateur[modifier | modifier le wikicode]

  • La barre des tâches et les menus dans Galeon sont traduits en japonais. Vous pouvez simplement écrire en japonais dans un formulaire, comme ceux du wikipedia. Il suffit d'appuyer sur shift+espace.

Néanmoins, il faut d'abord avoir configuré les locales (voir plus haut).


Editeurs et traitement de texte[modifier | modifier le wikicode]

Pour installer :

     urpmi yudit
  • LyX

Messagerie instantanée[modifier | modifier le wikicode]


Console (mode texte de Gnu/linux)[modifier | modifier le wikicode]

  • kanji terminal, aussi appelé kterm
     urpmi kterm
  • konsole (Terminal KDE)
     urpmi konsole
  • rxvt
     urpmi rxvt-ml


manuels[modifier | modifier le wikicode]


Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]