Microsoft SQL Server/Version imprimable

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nuvola-inspired File Icons for MediaWiki-fileicon-ps.png

Ceci est la version imprimable de Microsoft SQL Server.

  • Si vous imprimez cette page, choisissez « Aperçu avant impression » dans votre navigateur, ou cliquez sur le lien Version imprimable dans la boîte à outils, vous verrez cette page sans ce message, ni éléments de navigation sur la gauche ou en haut.
  • Cliquez sur Rafraîchir cette page pour obtenir la dernière version du wikilivre.
  • Pour plus d'informations sur les version imprimables, y compris la manière d'obtenir une version PDF, vous pouvez lire l'article Versions imprimables.


Microsoft SQL Server

Une version à jour et éditable de ce livre est disponible sur Wikilivres,
une bibliothèque de livres pédagogiques, à l'URL :
https://fr.wikibooks.org/wiki/Microsoft_SQL_Server

Vous avez la permission de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la Licence de documentation libre GNU, version 1.2 ou plus récente publiée par la Free Software Foundation ; sans sections inaltérables, sans texte de première page de couverture et sans Texte de dernière page de couverture. Une copie de cette licence est incluse dans l'annexe nommée « Licence de documentation libre GNU ».

Sections

Introduction

Présentation[modifier | modifier le wikicode]

Microsoft SQL Server (alias MSSQL) est un système de gestion de base de données (SGBD) développé par la société Microsoft.

Son extension du langage SQL est appelée Transact-SQL (T-SQL).

Installation du serveur[modifier | modifier le wikicode]

Connexion de SQL Server Management Studio à une base SQLExpress.
Menu avec une base SQL Compact puis une SQLExpress.

Ce logiciel initialement disponible que sur le système d'exploitation Microsoft Windows depuis 1989, est installable sur Linux depuis mars 2016[1], voire sur Mac OS avec la version Docker[2].

  1. La version gratuite s'appelle SQL Server ExpressTélécharger (anciennement Microsoft SQL Server Desktop Engine (MSDE). Elle permet de créer et manipuler des bases de 2 Go maximum, et de se connecter à d'autres serveurs de base de données existants[3].
  2. La version payante nécessite d'acheter soit une licence pour le serveur (à partir de 900 €) plus une par ordinateur client (autour de 15 €), soit une licence par processeur à partir de 4 000 €[4]. Elle permet d'utiliser des bases jusqu'à 16 To avec des tables à 30 000 colonnes[5].
    Remarque : il existe aussi une édition compacte encore plus limitée (ex : aucune option de de sécurité).

Pour PC[modifier | modifier le wikicode]

Attention !
link={{{link}}}

SQL Server se lance ensuite automatiquement à chaque démarrage de la machine, ce qui la ralentit significativement.

Pour éviter cela, exécuter services.msc, puis passer le service MSSQL$SQLEXPRESS en démarrage manuel. Ensuite pour lancer le service à souhait (en tant qu'administrateur), créer un script SQL_Server.cmd contenant la ligne suivante :

net start "MSSQL$SQLEXPRESS"


PHP[modifier | modifier le wikicode]

On distingue plusieurs pilotes PHP pour MS-SQL Server :

  • mssql (désuet en PHP7).
  • sqlsrv
  • PDO

Windows[modifier | modifier le wikicode]

Pour se connecter au serveur MS-SQL à partir d'un tout-en-un comme EasyPHP, il suffit de télécharger les pilotes .dll[6] correspondant à sa version de PHP, puis d'indiquer leurs chemins dans le PHP.ini :

  • Sous PHP 4, copier le fichier php_mssql.dll dans les extensions.
  • Pour PHP 5.4 :
    1. Télécharger les .dll SQL30
    2. Les copier dans C:\PROGRA~2\EasyPHP\binaries\php\php_runningversion\ext
    3. Les ajouter dans C:\PROGRA~2\EasyPHP\binaries\php\php_runningversion\php.ini via les lignes suivantes[7] :
      extension=php_sqlsrv_54_ts.dll
      extension=php_pdo_sqlsrv_54_ts.dll
  • Dans PHP 5.5 on obtient toujours Fatal error: Call to undefined function sqlsrv_connect(), donc upgrader ou downgrader PHP.
  • Dans PHP 7 : cela fonctionne.

Pour vérifier l'installation, redémarrer le serveur Web, puis vérifier que la ligne pdo_sqlsrv s’est bien ajoutée dans la configuration (ex : http://127.0.0.1/home/index.php?page=php-page&display=extensions).

Linux[modifier | modifier le wikicode]

Pour se connecter au serveur MS-SQL, il suffit de télécharger les pilotes .so[8] correspondant à sa version de PHP, puis d'indiquer leurs chemins dans le PHP.ini[9] :

extension=php_pdo_sqlsrv_7_nts.so
extension=php_sqlsrv_7_nts.so

Pour vérifier l'installation, redémarrer le serveur Web, puis vérifier que la ligne pdo_sqlsrv s’est bien ajoutée dans la configuration (ex : php -r "phpinfo();" |grep sql).


Sinon, voir Internet Information Services.

ODBC[modifier | modifier le wikicode]

En lançant %windir%\system32\odbcad32.exe il est possible de configurer une liaison vers le serveur MS-SQL dans l'onglet "Source de données système".

Hiérarchie des objets[modifier | modifier le wikicode]

Chaque serveur en SQL Server peut contenir plusieurs types d'objets, dont voici la hiérarchie[10] :

  1. Connexion (LOGIN) : plusieurs comptes utilisateurs peuvent utiliser la même connexion au serveur.
  2. Base de données (DATABASE).
    1. Rôle (ROLE).
    2. Utilisateur (USER).
    3. Schéma (SCHEMA).
      1. Table (table).
      2. Vue (view).
      3. Fonction (FUNCTION).
      4. Procédure stockée (PROCEDURE).
      5. ...
    4. ...
  3. Point de terminaison (ENDPOINT) : élément permettant de communiquer avec le serveur, précisant par exemple le protocole et l'adresse. Visibles avec select * from sys.endpoints.

L'interface SQL Server Management Studio[modifier | modifier le wikicode]

Menu travaux contenant plusieurs jobs dans SSMS 2008.
Rechercher et remplacer dans SSMS 2016.

La version 2016 de Server Management Studio (SSMS) peut se télécharger en même temps que le logiciel SGBD, ou individuellement sur https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/mt238290.aspx.

Lancer depuis le menu démarrer le programme SQL Server Management Studio.

Le logiciel a ensuite besoin de se connecter au serveur de base de données (ex : localhost), avec mot de passe.

Navigation[modifier | modifier le wikicode]

Le logiciel permet de créer et faire dérouler tous les éléments de chaque base grâce à son explorateur d'objet sur la gauche :

  • Base1
    • Tables
    • Procédures stockées
  • Base2

...

Attention !
link={{{link}}}

Copier une base de données remplace le propriétaire de l'originale par AUTORITE NT / SYSTEM. Il faut ensuite lancer une commande ALTER AUTHORIZATION[11] pour rétablir l'initial.

Ses fonctions de recherche sont limitées à l'option "filtrer" (icône d'entonnoir). On peut lancer un rechercher/remplacer dans les onglets ouverts, mais pour rechercher une table dans plusieurs bases ou une chaine de caractères dans plusieurs tables ou procédures stockées, il faut donc entrer une requête SQL (voir chapitres suivants).

Le menu "Travaux" situé sous les bases permet de programmer des tâches planifiées (ex : troncature de logs ou de tables).

Selon l'emplacement courant, certaines barres d'outils s'affichent ou se masquent automatiquement.

Schémas de données[modifier | modifier le wikicode]

Interface d'ajout de relation

On distingue deux types d'objets appelés "schémas" : les schémas de base de données et les schémas de sécurité qui seront abordés dans le chapitre sur la gestion des utilisateurs.

Chaque base de données peut contenir plusieurs schémas de base de donnée : les diagrammes de classes. En effet, SSMS permet d'y afficher les tables existantes avec leurs champs, et d'y ajouter des index et des relations.

Pour créer une liaison entre deux tables, faire un clic droit sur l'une, puis "Relations". Dans la fenêtre apparue, cliquer sur "Ajouter". Une relations temporaire apparait alors et il convient de la modifier[12] :

  • Cliquer sur les points de suspension de la ligne "Spécification de tables et colonnes", pour sélectionner les clés à relier.
  • Si le lien est simplement créé pour les besoins du dessins, passer le champ "Appliquer la contrainte de clé étrangère" à "Non".

Critiques[modifier | modifier le wikicode]

Par ailleurs, cette interface a été critiquée car contrairement à phpMyAdmin par exemple, elle ne permet ni de copier des bases ou des tables, ni d'insérer des lignes dans des tables de plus de 200 lignes, ni de rechercher des champs ou des valeurs (le code pour rechercher est publié dans les chapitres suivants).

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. https://docs.microsoft.com/en-us/sql/linux/quickstart-install-connect-ubuntu
  2. https://docs.microsoft.com/en-us/sql/linux/quickstart-install-connect-docker
  3. http://technet.microsoft.com/fr-fr/library/bb967613.aspx
  4. http://blogs.developpeur.org/christian/archive/2011/09/12/Prix-sql-server-en-france-pour-SQL-Server-2008-R2.aspx
  5. http://technet.microsoft.com/fr-fr/library/ms143432.aspx
  6. http://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=20098
  7. http://www.php.net/manual/fr/ref.pdo-sqlsrv.php
  8. https://docs.microsoft.com/en-us/sql/connect/odbc/linux-mac/installing-the-microsoft-odbc-driver-for-sql-server
  9. https://www.barryodonovan.com/2016/10/31/linux-ubuntu-16-04-php-and-ms-sql
  10. http://www.exacthelp.com/2014/12/understanding-sql-server-security.html
  11. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms187359%28v=SQL.120%29.aspx
  12. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms189049%28v=sql.120%29.aspx?f=255&MSPPError=-2147217396

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]


Bases de données

Bases de données système[modifier | modifier le wikicode]

Après installation, le serveur fournit quatre bases de données système, indispensable à son bon fonctionnement :

  1. master : enregistre les informations du serveur SQL dans des vues du système.
  2. model : modèle pour créer des bases vierge.
  3. msdb : stocke les tâches planifiées.
  4. tempdb : ressources temporaires, utilisables pas tous les utilisateurs.

Elles peuvent donc servir à l'administration. Par exemple, pour lister toutes les bases de données du serveur avec leurs tailles, on passe par master[1] :

EXECUTE master.sys.sp_MSforeachdb 'USE [?]; EXEC sp_spaceused'

ou avec leurs tailles et dates de backup :

select *
FROM master.sys.databases db
LEFT OUTER JOIN msdb.dbo.backupset b ON db.name = b.database_name

On peut aussi voir les paramètres de configuration de SQL Server :

SELECT * from master.sys.configurations order by NAME

Création[modifier | modifier le wikicode]

Pour créer une base de données il faut définir le fichier dans lequel elle sera stockée :

CREATE DATABASE [MaBase] ON  PRIMARY 
( NAME = N'MaBase', FILENAME = N'D:\MSSQL10.MSSQLSERVER\MSSQL\DATA\MaBase.mdf' , MAXSIZE = UNLIMITED, FILEGROWTH = 1024KB )
 LOG ON 
( NAME = N'MaBase_log', FILENAME = N'D:\MSSQL10.MSSQLSERVER\MSSQL\DATA\MaBase_log.ldf' , MAXSIZE = 2048GB , FILEGROWTH = 10%)
GO

Lecture[modifier | modifier le wikicode]

Ensuite pour la sélectionner, il faut soit le faire en début de script :

USE MaBase;
SELECT * FROM MaTable;

Soit appeler tous les objets par leur chemin absolu, ex :

SELECT * FROM [MaBase].[dbo].[MaTable];

Déplacement[modifier | modifier le wikicode]

Pour déplacer une base de données, il faut préalablement la détacher, puis ultérieurement la rattacher :

USE master
GO
EXEC sp_detach_db 'MaBase', 'true';  
GO
-- Déplacement
EXEC sp_attach_db
    @dbname = 'MaBase',
    @filename1 = N'D:\MSSQL10.MSSQLSERVER\MSSQL\DATA\MaBase2016.mdf',   
    @filename2 = N'D:\MSSQL10.MSSQLSERVER\MSSQL\DATA\MaBase2016.ldf';
Attention !
link={{{link}}}

Depuis MSSQL 2005 il est préférable d'altérer la base au lieu de la détacher et rattacher[2].

ALTER DATABASE MaBase SET OFFLINE;
ALTER DATABASE MaBase MODIFY FILE (
  NAME='D:\MSSQL10.MSSQLSERVER\MSSQL\DATA\MaBase.mdf',
  FILENAME='D:\MSSQL10.MSSQLSERVER\MSSQL\DATA\MaBase2016.mdf'
);
ALTER DATABASE MaBase SET ONLINE;

Références[modifier | modifier le wikicode]


Gestion des utilisateurs

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

On distingue les comptes de connexions au serveur, de ceux des utilisateurs stockés dans chaque base et qui en contiennent les permissions.

On peut assigner aux premiers des "Rôles du serveur" et aux seconds des "Rôles" propres à leur base de données.

Plusieurs comptes utilisateurs peuvent utiliser la même connexion au serveur.

SSMS[modifier | modifier le wikicode]

Connexions[modifier | modifier le wikicode]

Pour chaque connexion, il y a deux types d’authentification possibles : par le compte Windows ou par un login propre à SQL Server (en en spécifiant le mot de passe).

Le premier menu au démarrage de SSMS utilise d'ailleurs une connexion existante, et peut en créer d'autres avec des droits plus limités sur certaines bases.

Toutefois en production il est plutôt prévu que l'application ne passe pas par SSMS ou la même connexion que son administrateur, mais se connecte avec d'autres droits, directement au serveur SQL par le port 1433 en TCP, par exemple par l'intermédiaire des pilotes de langages tiers comme PHP ou Java.

Pour créer une autre connexion :

  • Menu "Sécurité" du serveur (en bas à gauche pas défaut, ne pas prendre le menu "Sécurité" d'une base).
  • Connexions.
  • Clic droit, "Nouvelle connexion...".
  • Dans "Général", indiquer le nom du compte et la base par défaut.
  • Dans "Rôles du serveur", cocher les droits sur le serveur entier.
  • Dans "Mappage de l'utilisateur", cocher les bases de données à rendre accessibles, avec leur utilisateur et schéma associés.

Connections en cours[modifier | modifier le wikicode]

Un clic droit sur une base permet d'afficher l'option Moniteur d'activité. Ce menu affiche en temps réel les connexions et performances de la base. Il est donc possible d'y forcer l'arrêt des connexions, par exemple avant de supprimer une base (car son utilisation empêche toute suppression).

Schémas[modifier | modifier le wikicode]

Les schémas (de sécurité) sont visibles dans le menu "Sécurité" de chaque base de données. Ils permettent de gérer les permissions des utilisateurs pour des groupes de tables, vues ou codes stockés.

Par défaut, SQL Server en propose une dizaine tels que dbo et sys que l'on retrouve souvent en préfixe des tables dans le code SQL, ou encore db_accessadmin.

Pour modifier leurs autorisations, faire un clic droit puis "Propriétés".

Utilisateurs[modifier | modifier le wikicode]

Les utilisateurs sont visibles dans le menu "Sécurité" de chaque base de données.

Lors de leur création, on peut leur affecter une connexion et un schéma par défaut, ainsi que des clés d'authentification.

Au niveau de chaque table, on peut ensuite définir quels utilisateurs ou rôles auront le droit d'insérer, de mettre à jour, de supprimer ou de sélectionner les enregistrements.

Rôles[modifier | modifier le wikicode]

Rôles d'une base et du serveur.

Les rôles sont visibles dans le menu "Sécurité" de chaque base de données.

Par défaut, SQL Server en propose une dizaine tels que public.

Lors de la création d'un nouveau rôle, il faut choisir s'il appartient à la base ou à l'application, puis à quel schéma il est rattaché.

SQL[modifier | modifier le wikicode]

LOGIN[modifier | modifier le wikicode]

Les connexions et utilisateurs peuvent aussi être gérés en SQL :

 CREATE LOGIN Connexion1 WITH PASSWORD = 'test' 
 USE MaBase;

Inventaire des connexions :

SELECT loginname FROM master.dbo.syslogins

La liste des connexions en cours est listable par la commande sp_who[1].

SCHEMA[modifier | modifier le wikicode]

Une base de données peut contenir plusieurs schémas, qui peuvent eux-mêmes contenir plusieurs tables ou vues, afin de leur appliquer les mêmes permissions.

  • create schema[2]
  • alter schema
  • drop schema
  • alter authorization[3]

Exemple :

CREATE SCHEMA schema1 AUTHORIZATION Utilisateur1  
    CREATE TABLE Table1 (ID int)
    DENY SELECT ON SCHEMA::schema1 TO Utilisateur2
    GRANT SELECT ON SCHEMA::schema1 TO Utilisateur3;
GO

USER[modifier | modifier le wikicode]

 CREATE USER Utilisateur1 FOR LOGIN Connexion1;
 exec sp_addrolemember 'public', 'Utilisateur1' --ajoute l'utilisateur comme membre du rôle "public"

Inventaire des utilisateurs de la base courante :

 SELECT name FROM sys.database_principals where (type='S' or type = 'U')

Utilisateur courant :

 SELECT CURRENT_USER;

ROLE[modifier | modifier le wikicode]

Microsoft recommande toutefois d'utiliser ALTER ROLE au lieu de sp_addrolemember[4] :

  • CREATE ROLE[5], ex : CREATE ROLE Role1 AUTHORIZATION db_securityadmin.
  • ALTER ROLE[6], ex : ALTER ROLE Role1 ADD MEMBER Utilisateur1.
  • DROP ROLE.

Pour réactiver une connexion :

 ALTER LOGIN Connexion1 ENABLE

Pour la débloquer :

 ALTER LOGIN Connexion1 WITH PASSWORD = 'test' UNLOCK

Références[modifier | modifier le wikicode]


Variables

Déclaration et affectation[modifier | modifier le wikicode]

Tout nom de variable commence par un arobase.

  • Opération sur des entiers (integer) :
declare @i int
set @i = 5

declare @j int
set @j = 6

print @i+@j -- affiche 11
  • Opération sur des caractères (character) :
declare @k char
set @k = '5'

declare @l char
set @l = '6'

print @k+@l -- affiche 56

Types[modifier | modifier le wikicode]

Les types de variables possibles sont les mêmes que ceux des champs des tables[1] :

Caractères[modifier | modifier le wikicode]

Ceux qui commencent par "n" sont au format Unicode. char est une abréviation de character (caractère).

char, nchar, nvarchar, ntext, text, varchar.

Pour gagner un peu de place en mémoire, il est possible de limiter leurs tailles à un certain nombre de caractères. Ex :

varchar(255)

La taille maximale pour un varchar (variable of characters) est de 2 Go[2] :

varchar(MAX)

Nombres[modifier | modifier le wikicode]

decimal, int (tinyint, smallint, bigint), float, money, numeric, real, smallmoney.

Dates[modifier | modifier le wikicode]

date, datetime, datetime2, datetimeoffset, smalldatetime, time.

Types personnalisés[modifier | modifier le wikicode]

En plus des types natifs, il est possible de créer ses propres types de données avec CREATE TYPE.

Détermination du type[modifier | modifier le wikicode]

La fonction SQL_VARIANT_PROPERTY renvoie le type d'un champ donné[3]. Exemple :

SELECT SQL_VARIANT_PROPERTY(Champ1, 'BaseType')
FROM table1

Opérateurs[modifier | modifier le wikicode]

  • <> et != signifient "différent de".

Références[modifier | modifier le wikicode]


Tables

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Les langage de définition et de manipulation de données (LDD et LMD) respectent la norme SQL-86. Toutefois, en plus des requêtes SELECT, UPDATE, INSERT on trouve MERGE depuis la version 2008[1].

Créer une table[modifier | modifier le wikicode]

Dans SSMS, un clic droit sur le dossier "Tables" d'une base permet d'en ajouter.

Sinon en SQL il faut taper[2] :

CREATE TABLE [dbo].[table1] (
	[Nom] [varchar](250) NULL,
	[Prénom] [varchar](250) NULL,
	[identifiant] [int] IDENTITY(1,1) NOT NULL)

Un clic droit sur une table existante permet au choix de :

  1. Modifier sa structure (ajouter une colonne, modifier un type).
  2. Sélectionner ses 1 000 premiers enregistrements.
  3. Éditer ses 200 premiers.

Pour sélectionner d'autre fractions de la table, utiliser TOP :

SELECT TOP 100 * FROM table1                  -- Les 100 premiers
SELECT TOP 100 * FROM table1 ORDER BY id DESC -- Les 100 derniers
SELECT TOP (10) PERCENT * FROM table1         -- Les 10 premiers pourcents

Collation[modifier | modifier le wikicode]

On peut préciser la collation des champs avec le mot COLLATE[3]. Par exemple pour que le "é" soit classé entre le "e" et le "f" (et pas après le "z") :

CREATE TABLE [dbo].[table2] (
	[Nom] [varchar](250) COLLATE French_CI_AS NOT NULL)

Remplir une table[modifier | modifier le wikicode]

Remplissage des premières colonnes[4] :

INSERT INTO table1 VALUES ('Doe', 'Jane', 1), ('Doe', 'John', 2)

Pour certaines colonnes ciblées il faut préciser les champs. Par exemple en ne remplissant que le prénom, le nom de famille sera nul :

INSERT INTO table1 (Prénom, identifiant) VALUES ('Jane', 3)

Depuis une autre table :

INSERT INTO table1 (Prénom, identifiant)
SELECT Prénom, ID FROM table2

Mise à jour :

UPDATE table1
SET Prénom = 'Janet'
WHERE ID = 3
UPDATE table1
SET Prénom = t2.Prénom, Nom = t2.Nom
FROM table1 t1
INNER JOIN table2 t2 on t1.ID = t2.ID_t1

Créer un index[modifier | modifier le wikicode]

L'abréviation PK du logiciel signifie "primary key" (clé primaire).

Pour créer une clé étrangère, dérouler la table, dans le menu Clés, clic droit, nouvelle clé étrangère..., la liste de toutes les clés étrangères de la table apparait dans une petite fenêtre (baptisées par défaut "FK_..." pour "foreign key" : clé étrangère).

Dans Général, Spécification de tables et colonnes, cliquer sur "..." pour sélectionner la table et son champ à lier.

Si ensuite l'erreur suivante survient :

Les colonnes de la table ne correspondent pas à une clé primaire existante ou à une contrainte UNIQUE

Il faut définir une contrainte d'unicité[5] sur les valeurs du champ. Ainsi toutes ses valeurs seront différentes (sauf les null) et l'utilisateur sera averti d'une erreur s'il tente d'insérer un doublon.

Ajouter un identifiant unique[modifier | modifier le wikicode]

Normalement chaque table doit posséder au moins un identifiant unique (clé primaire). Or, il est impossible de modifier une colonne existante pour lui attribuer la propriété AUTOINCREMENT nécessaire à une telle clé.

Il faut donc en ajouter une :

ALTER TABLE table1 ADD id int NOT NULL IDENTITY (1,1) PRIMARY KEY

Copier une table[modifier | modifier le wikicode]

La sélection ci-dessous clone une table avec les mêmes tailles de champs :

SELECT * INTO table2 FROM table1

Sachant que la table spt_values de la base système master fournit déjà des numéros séquentiels via son champ number, il devient possible de générer des tables préremplies avec le compteur :

SELECT DISTINCT number 
FROM master.dbo.spt_values
WHERE number BETWEEN 2 AND 10

D'où :

SELECT DISTINCT 'Ligne ' + convert(varchar, number, 112) as No into #TableVierge
FROM master.dbo.spt_values
WHERE number BETWEEN 2 AND 10

SELECT * from #TableVierge
No
Ligne 10
Ligne 2
Ligne 3
Ligne 4
Ligne 5
Ligne 6
Ligne 7
Ligne 8
Ligne 9

Importer une table[modifier | modifier le wikicode]

Soit un tableau (Excel ou Calc) converti par exemple en CSV encodé en PC DOS, pour l'importer en tant que nouvelle table[6] :

CREATE TABLE Tableau_to_Table (
  [Champ1] [varchar](500) NULL,
  [Champ2] [varchar](500) NULL,
  [Champ3] [varchar](500) NULL
)
GO
BULK INSERT Tableau_to_Table
FROM 'C:\Users\superadmin\Desktop\Tableau1.csv'
WITH (
  FIELDTERMINATOR = ';',
  ROWTERMINATOR = '\n'
)
GO
-- Affiche le résultat
SELECT * from Tableau_to_Table
GO
Attention !
link={{{link}}}

Si la table possède un ID en autoincrémentation, le contenu du CSV s'ajoutera à la suite. Pour éviter cela, utiliser DBCC CHECKIDENT[7].

Supprimer une table[modifier | modifier le wikicode]

Pour supprimer toute la table (données et structure) :

DROP TABLE table1

Pour tronquer une table, c'est-à-dire ne conserver que les en-têtes et types des colonnes, en retirant tous les enregistrements :

TRUNCATE TABLE table1
--ou
DELETE table1

Pour supprimer certaines lignes d'une table :

DELETE table1 WHERE Condition
 en ajoutant OUTPUT deleted.* avant le WHERE, on obtient le contenu supprimé au lieu du nombre de lignes supprimées.


Rechercher une table[modifier | modifier le wikicode]

Pour rechercher une table dont on connait le nom exact, dans toutes les bases de données du serveur :

sp_MSforeachdb 'USE ?
IF EXISTS (SELECT * FROM dbo.sysobjects WHERE id = OBJECT_ID(N''[MaTableConnue]'') AND OBJECTPROPERTY(id, N''IsUserTable'') = 1)
BEGIN
  PRINT ''Table trouvée dans la base : ?''
END'

Rechercher dans toutes les tables[modifier | modifier le wikicode]

SSMS 10 ne propose pas de fonction de recherche de table, champ ou valeur, comme on en trouve dans phpMyAdmin pour MySQL par exemple.

Recherche d'une table[modifier | modifier le wikicode]

Ce script parcourt chaque base de données pour y récupérer les tables dont les noms contiennent une chaine de caractères spécifiée (à la fin).

ALTER Proc FindTable
@TableName nVarchar(50)
As
/*
Purpose : Search for a Table in all databases
Author : Sandesh Segu
Date : 17th July 2009
Version : 1.0
More Scripts  : http://sanssql.blogspot.com
*/
ALTER Table #temp (DatabaseName varchar(50),SchemaName varchar(50),TableName varchar(50))

Declare @SQL Varchar(500)
Set @SQL='Use [?] ;
if exists(Select name from sys.tables where name like '''+@TableName+''') 
insert into #temp 
Select ''?'' AS DatabaseName ,SS.Name AS SchemaName ,ST.Name AS TableName from sys.tables as ST , sys.schemas SS 
where ST.Schema_ID=SS.Schema_ID and ST.name like '''+@TableName+''''

EXEC sp_msforeachdb @SQL

Select * from #temp

Drop table #temp
GO

EXEC FindTable '%Chaine à rechercher%'

Recherche d'une valeur[modifier | modifier le wikicode]

La recherche d'une valeur de champ dans toutes les tables prend un certain temps[8] :

CREATE TABLE #result(
  id      INT IDENTITY,
  tblName VARCHAR(255),
  colName VARCHAR(255),
  qtRows  INT
)
go

DECLARE @toLookFor VARCHAR(255)
SET @toLookFor = '%Chaine à rechercher%'

DECLARE cCursor CURSOR LOCAL FAST_FORWARD FOR
SELECT
  '[' + usr.name + '].[' + tbl.name + ']' AS tblName,
  '[' + col.name + ']' AS colName,
  LOWER(typ.name) AS typName
FROM
  sysobjects tbl
    INNER JOIN(
      syscolumns col
        INNER JOIN systypes typ
        ON typ.xtype = col.xtype
    )
    ON col.id = tbl.id
    --
    LEFT OUTER JOIN sysusers usr
    ON usr.uid = tbl.uid

WHERE tbl.xtype = 'U'
  AND LOWER(typ.name) IN(
        'char', 'nchar',
        'varchar', 'nvarchar',
        'text', 'ntext'
      )
ORDER BY tbl.name, col.colorder
--
DECLARE @tblName VARCHAR(255)
DECLARE @colName VARCHAR(255)
DECLARE @typName VARCHAR(255)

DECLARE @sql  NVARCHAR(4000)
DECLARE @crlf CHAR(2)

SET @crlf = CHAR(13) + CHAR(10)

OPEN cCursor
FETCH cCursor
INTO @tblName, @colName, @typName

WHILE @@fetch_status = 0
BEGIN
  IF @typName IN('text', 'ntext')
  BEGIN
    SET @sql = ''
    SET @sql = @sql + 'INSERT INTO #result(tblName, colName, qtRows)' + @crlf
    SET @sql = @sql + 'SELECT @tblName, @colName, COUNT(*)' + @crlf
    SET @sql = @sql + 'FROM ' + @tblName + @crlf
    SET @sql = @sql + 'WHERE PATINDEX(''%'' + @toLookFor + ''%'', ' + @colName + ') > 0' + @crlf
  END
  ELSE
  BEGIN
    SET @sql = ''
    SET @sql = @sql + 'INSERT INTO #result(tblName, colName, qtRows)' + @crlf
    SET @sql = @sql + 'SELECT @tblName, @colName, COUNT(*)' + @crlf
    SET @sql = @sql + 'FROM ' + @tblName + @crlf
    SET @sql = @sql + 'WHERE ' + @colName + ' LIKE ''%'' + @toLookFor + ''%''' + @crlf
  END

  EXECUTE sp_executesql
            @sql,
            N'@tblName varchar(255), @colName varchar(255), @toLookFor varchar(255)',
            @tblName, @colName, @toLookFor

  FETCH cCursor
  INTO @tblName, @colName, @typName
END

SELECT *
FROM #result
WHERE qtRows > 0
ORDER BY id
GO

DROP TABLE #result
go

Pour rechercher dans toutes les vues, remplacer tbl.xtype = 'U' par tbl.xtype = 'V'[9].

Créer une vue[modifier | modifier le wikicode]

Pour créer une vue :

CREATE VIEW vue1
AS
SELECT DISTINCT champ1
FROM table1;
 dans SSMS, l'affichage d'une telle vue n'est pas plus rapide que la requête l'ayant générée, sauf si elle a un index cluster[10].

Dans ce cas, la différence de temps d'affichage est très significative :

CREATE VIEW vue1 WITH SCHEMABINDING
AS
SELECT COUNT_BIG(*) as Compte, champ1
FROM dbo.table1
group by champ1;

SELECT champ1 FROM vue1 WITH (NOEXPAND);

Retrouver la requête générant une vue[modifier | modifier le wikicode]

Dans l'interface graphique, clic droit dessus, Générer un script de la vue en tant que, CREATE TO.

En lignes de commande :

EXEC sp_helptext ma_vue;

Jointures[modifier | modifier le wikicode]

  1. inner join : jointure interne
  2. left join : jointure à gauche
  3. right join : jointure à droite
  4. full outer join : jointure externe
  5. apply[11] : intra-jointure
    1. cross apply
    2. outer apply

Références[modifier | modifier le wikicode]


Procédures stockées

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Ajout d'un serveur lié, il peut être de plusieurs types dont Oracle Database.
Fournisseurs de connexions.

Les procédures stockées sont des ensembles de requêtes SQL enregistrés dans les bases de données. Dans SSMS, on les trouve dans le menu du même nom à côté de celui des tables.

En effet, d'un point de vue de l'architecture logicielle d'une application, comme les longues suites de requêtes avec des structures de contrôles sont propres à leur SGBD, il est préférable de les grouper avec les données, pour permettre de passer d'un SGBD à l'autre sans redévelopper le module de formulaire d’interaction avec l'utilisateur (ex : un site Web peut ainsi passer de MySQL à MSSQL sans être repris intégralement, car il invoque une procédure stockée de même nom, avec les mêmes entrées et sorties, dans les deux SGBD).

Les procédures stockées servent généralement à manipuler les tables de la base où elles se trouvent, mais peuvent également interagir avec celles d'autres bases (dont les noms sont placés en préfixe) du même serveur, ou de serveurs liés. Pour créer un serveur lié dans SSMS, se rendre dans le menu "Objets serveur", puis "Serveurs liés", et remplir le compte à utiliser pour s'y connecter (ou utiliser sp_addlinkedserver[1] où "sp" signifie "stored procedure").

Exemple de jointure entre deux serveurs :

select *
from table1 t1
inner join [serveur2].[base2].[dbo].[table2] t2 on t2.id = t1.t2_id

Syntaxe[modifier | modifier le wikicode]

Le langage T-SQL de Microsoft contient quelques améliorations par rapport à la norme SQL :

  • Par défaut, les guillemets ont un rôle différent des apostrophes qui servent à créer des chaines de caractères. Pour les utiliser de la même façon (par exemple pour les imbriquer), il faut donc lancer SET QUOTED_IDENTIFIER ON.
  • Dans SSMS, une requête SQL peut être exécutée de trois façons :
  1. Soit directement dans une fenêtre blanche apparaissant quand on clique sur "Nouvelle requête". On peut en sauvegarder le contenu en .sql, pour pouvoir la rouvrir plus tard.
  2. Soit en stockant la requête dans une variable chaine, avant d'exécuter cette dernière avec sp_executesql[2]. Ce qui a l'avantage de pouvoir y incorporer des variables (ex : nom d'une base de données), mais l'inconvénient de supprimer la coloration syntaxique, l'autocomplétion (IntelliSense[3]) et le débogage SSMS. Ex :
     DECLARE @Requete1 NVARCHAR(MAX)
     DECLARE @MaTable1 NVARCHAR(MAX)
     SET @MaTable1 = 
     SET @Requete1 =  'SELECT * FROM ' + @MaTable1
     EXECUTE sp_executesql @Requete1
    
  3. Soit en exécutant une procédure stockée dans une base de données (à côté des tables), dans laquelle on a enregistré une requête. Ex :
     EXEC [MaBase1].[dbo].[MaProcédure1]
    

Cet appel peut être suivi d'arguments, comme une procédure ou fonction en programmation impérative.

En effet, on en distingue deux sortes de variables dans les procédures stockées :

  1. Si elles le sont avec le mot Declare, elles sont privées.
  2. Sans ce mot, elles représentent les variables externes de la procédures, à préciser lors de son exécution :
@DateDebut varchar(8)       --Variable publique obligatoire comme argument
@DateFin varchar(8) = null  --Variable publique facultative
if @DateFin is null set @DateFin=convert(varchar,@DateDebut+1,112)
Declare @Nom varchar(50) --Variable privée

Pour créer une nouvelle procédure stockée :

CREATE PROCEDURE [dbo].[MaProcédure1]

Pour enregistrer une procédure stockée existante, il faut exécuter :

ALTER PROCEDURE [dbo].[MaProcédure1]

Idéalement cette instruction sera présente au début de la procédure stockée suivie de AS, dont exécution aura donc pour effet de l'enregistrer (et pas d'en exécuter le contenu). Pour obtenir son résultat, il faut effectuer un clic droit dessus, puis choisir "Exécuter la procédure stockée..." : cela génère une autre requête SQL qui s'ouvre dans un nouvel onglet au-dessus du résultat, appelant la procédure stockée avec ses paramètres.

Attention !
link={{{link}}}

SSMS ne tolère pas qu'on sauvegarde une procédure stockée avec des erreurs de compilation. En cas de besoin il faut donc commenter le code en erreurs, ou passer par un fichier .sql (temporaire).

Attention !
link={{{link}}}

Les messages d'erreur communiquent un numéro de ligne décalé par rapport à celui numéroté par l'interface. Il faut y soustraire le nombre de lignes présentes avant le dernier GO.

Par la suite, ces procédures stockées peuvent ensuite être appelées dans des programmes dans des langages qui contiennent un pilote SQL Server, tels que PHP ou VB, qui en présenteront les résultats.

PRINT[modifier | modifier le wikicode]

Cette commande affiche des caractères (variables ou constantes) dans l'onglet Messages, contrairement au SELECT qui remplit l'onglet Résultats.

Exemples :

print 'Hello World ! ' -- Affiche Hello World !

declare @n int
set @n = 5

print 'la valeur est : ' + cast(@n as varchar)

Conditions[modifier | modifier le wikicode]

IF[modifier | modifier le wikicode]

if @x=1 begin
  print 'x = 1'
end else if @x=2 begin
  print 'x = 2'
end else begin
  print 'x <> 1 et 2'
end
 le begin et le end peuvent être facultatifs.

CASE[modifier | modifier le wikicode]

set @Saison = case 
 when @Datejour = '20110918' then 'été'
 when @Datejour = '20110922' then 'automne'
 else 'autre saison'
end

Pour ajouter une condition WHERE uniquement si une valeur est présente, il faut que dans le cas contraire, la deuxième condition soit toujours vraie (ex : Champ1 = Champ1) :

declare @Colonne int = null
select Champ1
from Table1
where Champ1 = case when isnull(@Colonne,'')<>'' then @Colonne else Champ1 end

A noter que l'exemple ci-dessus serait plus simple avec where Champ1 = isnull(@Colonne,Champ1).

Boucles[modifier | modifier le wikicode]

WHILE[4][modifier | modifier le wikicode]

La boucle "while" utilise une condition pour s'arrêter, par exemple un compteur :

DECLARE @i int
WHILE @i <= 10
BEGIN
    UPDATE table1
    SET champ2 = "petit" WHERE champ1 = @i
    SET @i = @i + 1

    IF (@i = 100)  
        BREAK; 
END

CURSOR[modifier | modifier le wikicode]

Un curseur permet de traiter un jeu d'enregistrements ligne par ligne, chacun étant stocké dans les variables suivant le INTO, et réinitialisé après le NEXT[5]. Toutefois il est relativement lent est doit être remplacé par d'autres techniques quand c'est possible[6].

On peut par exemple ajouter des caractères sur certaines :

USE Base1
declare @Nom varchar(20)
DECLARE curseur1 CURSOR FOR SELECT Prenom FROM Table1
OPEN curseur1

/* Premier enregistrement de la sélection */
FETCH NEXT FROM curseur1 into @Nom
print 'Salut ' + @Nom

/* Traitement de tous les autres enregistrements dans une boucle */
while @@FETCH_STATUS = 0
  begin
    FETCH NEXT FROM curseur1 into @Nom
    print 'Salut ' + @Nom
  end

CLOSE curseur1;
DEALLOCATE curseur1;

Exécution de procédures depuis d'autres[modifier | modifier le wikicode]

Tout comme dans l'environnement de développement intégré Visual Basic, il existe un mode d'exécution pas à pas : en pressant F11 à chaque arrêt il est possible de suivre le lancement du programme, tout en surveillant les valeurs des variables en bas à gauche.

Les points d'arrêt sont également disponibles pour personnaliser les pas.

Toute modification de la procédure stockée pendant ce débogage s'affichera, mais ne sera pas pris en compte par le processus.

Pour exécuter une procédure stockée depuis une autre :

ALTER PROCEDURE [dbo].[MaProcédure1]
DECLARE	@resultat int
EXEC	@resultat = [dbo].[MaProcédure2] @Parametre1;
if @resultat = 0 begin
 ...
end

Exceptions[modifier | modifier le wikicode]

Apparue avec SQL Server 2005, la gestion d'exceptions se présente ainsi :

-- Début de la transaction
BEGIN TRAN
  BEGIN TRY
   -- Exécution
   INSERT INTO Table1(Nom1) VALUES ('ABC')
   INSERT INTO Table1(Nom1) VALUES ('123')
   -- Soumission de la transaction
   COMMIT TRAN
  END TRY
BEGIN CATCH
 -- Annulation de la transaction si erreur
 ROLLBACK TRAN
END CATCH

Recherches[modifier | modifier le wikicode]

Pour obtenir la liste des procédures stockées contenant une chaine particulière :

SELECT name
FROM sysobjects syso
INNER JOIN syscomments sysc
ON syso.id = sysc.id
WHERE
(syso.xtype = 'P' or
syso.xtype = 'V')
AND
(syso.category = 0)
and text like '%Chaine à rechercher%'
group by name

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms190479.aspx
  2. https://msdn.microsoft.com/en-us/library/ms188001.aspx?f=255&MSPPError=-2147217396
  3. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/hcw1s69b.aspx?f=255&MSPPError=-2147217396
  4. http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms178642.aspx
  5. http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms180169.aspx
  6. http://sqlpro.developpez.com/cours/sqlserver/MSSQLServer-avoidCursor/


Fonctions

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

On distingue deux types de fonctions :

  1. scalaire : renvoie n'importe quel type de données applicables aux champs, hormis text, ntext, image, cursor et timestamp[1].
  2. table : renvoie une table.

Environnement SERVERPROPERTY[modifier | modifier le wikicode]

La fonction suivante permet de récupérer le nom du serveur courant :

SELECT SERVERPROPERTY('MachineName')

Condition ISNULL[modifier | modifier le wikicode]

Cette fonction ne renvoie pas vrai si la variable est nulle, comme dans d'autres langages de programmation, mais plutôt son second paramètre, un substitut à NULL obligatoire. Ceci permet de lever les exceptions sur les variables nulles directement dans les requêtes, sans ajout de ligne supplémentaire.

Voici un exemple où Les NULL sont traités comme les vides :

select Champ1 = case when isnull(@Colonne,'')='' then '*' else @Colonne end
from Table1

Extrémums : MIN, MAX[modifier | modifier le wikicode]

Les fonctions Min() et Max() renvoient respectivement le minimum et le maximum d'une liste de champs.

select min(Date) from Calendrier where RDV = 'Important'

Conversions : CAST et CONVERT[modifier | modifier le wikicode]

CAST modifie le type d'une variable :

 cast(Champ as decimal(12, 6)) -- sinon '9' > '10'

CONVERT modifie le type d'une variable en premier paramètre, et sa longueur en second.

 convert(varchar, Champ1, 112)
 convert(datetime, Champ2, 121)       -- sinon impossible de parcourir le calendrier (ex : J + 1)
Attention !
link={{{link}}}

Tous les types de variable ne sont pas compatibles entre eux[2].

Exemple de problème :

 select Date1
 from Table1
 where Date1 between '01/10/2013' and '31/10/2013'

Les dates ne sont pas forcément reconnues sans utiliser convert. La solution est donc de stocker les dates si possible dans le format datetime :

 select Date1
 from Table1
 where Date1 between convert(varchar,'20131001',112) and convert(varchar,'20131031',112)

Si par contre la date du paragraphe ci-dessus est stockée en varchar avec des slashs, il devient obligatoire de la reformater pour pouvoir la comparer.

De nombreux formats de dates sont disponibles[3].

Arrondis : FLOOR, CEILING, ROUND[modifier | modifier le wikicode]

Pour arrondir un nombre :

  • A l'inférieur : floor(nombre).
  • Au supérieur : ceiling(nombre).
  • Au nombre de chiffres précisé : round(nombre, chiffres). Ex :
    round(499, -3) = 0.
    round(500, -3) = 1000.
    round(0.45, 1) = 0.50.
    round(0.44, 1) = 0.40.
Attention !
link={{{link}}}

Pour arrondir une opération sur un entier (ex : COUNT), il faut le convertir sinon il s'arrondit à l'inférieur. Ex :

SELECT ceiling(13 / 12) // = 0
SELECT ceiling(convert(decimal(12, 6), 13) / 12) // = 1

Troncatures : LEFT, RIGHT, et SUBSTRING[modifier | modifier le wikicode]

Permettent de découper des chaines de caractères selon les positions de leurs caractères[4].

 select substring('13/10/2013 00:09:19', 7, 4) -- renvoie les quatre caractères à partir du septième, soit "2013"

Par exemple dans le cas de la date avec slashs vue dans le paragraphe précédent :

 select Date1
 from Table1
 where right(Date1, 4) + substring(Date1, 4, 2) + left(Date1, 2) between convert(varchar,'20131001',112) and convert(varchar,'20131031',112)

Recherche CHARINDEX[modifier | modifier le wikicode]

Pour rechercher la position d'un mot dans une chaine de caractères[5] :

select CHARINDEX ('table2', 'table1 table2 table3');
-- égal 8

Manipulations : REPLACE et STUFF[modifier | modifier le wikicode]

Permettent de remplacer des caractères dans une chaine selon leur valeur[6] : rechercher et remplacer.

Par exemple pour mettre à jour le chemin d'un répertoire renommé[7] :

update Table1
SET Champ1 = replace(Champ1,'\Ancien chemin\','\Nouveau chemin\')
where Champ1 like '%\Ancien chemin\%'

Dates[modifier | modifier le wikicode]

Format date[modifier | modifier le wikicode]

La fonction GETDATE est utilisée pour la date courante. Pour obtenir plutôt la date d'un jour donné au format date, il faut utiliser CONVERT :

select convert(smalldatetime, '2016-01-02', 121)

Découpage[modifier | modifier le wikicode]

La fonction DATEPART extrait une partie de date sans avoir besoin de son emplacement[8].

Toutefois, trois fonctions permettent d'accélérer l'écriture de ce type d'extractions :

-- Jour
select day(getdate())
-- Mois
select month(getdate())
-- Année
select year(getdate())
-- Année précédente
select getdate(), 'Année précédente : ' + str(year(getdate()) - 1)

Noms[modifier | modifier le wikicode]

La fonction DATENAME()[9] permet d'obtenir les noms des éléments d'une date. Ex :

select datename(month, '20160712')   -- affiche "juillet"
select datename(weekday, '20160712') -- affiche "mardi"

Addition et soustraction de jours[modifier | modifier le wikicode]

Voici deux fonctions de manipulation de dates[10] :

  • DATEDIFF calcule l’intervalle entre deux dates[11].
  • DATEADD retourne la date issue d'une autre plus un intervalle[12].
-- Dernier jour du mois précédent
SELECT DATEADD(s,-1,DATEADD(mm, DATEDIFF(m,0,GETDATE()),0))
-- Dernier jour du mois courant
SELECT DATEADD(s,-1,DATEADD(mm, DATEDIFF(m,0,GETDATE())+1,0))
-- Dernier jour du mois prochain
SELECT DATEADD(s,-1,DATEADD(mm, DATEDIFF(m,0,GETDATE())+2,0))

Exemple :

SELECT DATEADD(s,-1,DATEADD(mm, DATEDIFF(m,0,'20150101'),0)) as date

donne :

date
2014-12-31 23:59:59.000

Divers[modifier | modifier le wikicode]

COALESCE[modifier | modifier le wikicode]

Ce verbe anglais signifie "fusionner". La fonction affiche la première colonne en paramètre, puis si elle est nulle la deuxième, et ainsi de suite.

Exemple :

SELECT Champ1, Champ2, Champ3
FROM Table1
/* Affiche :
1 NULL NULL
NULL 2 NULL
NULL NULL 3
*/

SELECT COALESCE(Champ1, Champ2, Champ3)
FROM Table1
/* Affiche :
1
2
3
*/

RAND[modifier | modifier le wikicode]

Abréviation de random (aléatoire), génère un nombre au hasard entre zéro et un[13].

Exemple :

SELECT rand(), rand()
-- 0,733812301862999        0,043991986929891

Personnalisée[modifier | modifier le wikicode]

On peut aussi créer ses propres fonctions avec CREATE FUNCTION[14], qui sont stockées dans un menu séparé à côté des tables et des procédures stockées.

CREATE FUNCTION MaFonction1(@Paramètre1 varchar) returns varchar AS
BEGIN
  return 'Hello ' + @Paramètre1
END

Triggers[modifier | modifier le wikicode]

Les triggers sont des scripts qui se déclenchent selon certains évènements, et sont créés avec CREATE TRIGGER[15]. Dans SSMS, on les trouvent dans le menu Déclencheurs de base de données.

Par exemple pour afficher un texte à chaque création de base :

CREATE TRIGGER MonTrigger1
ON ALL SERVER 
FOR CREATE_DATABASE 
AS
BEGIN
  PRINT 'Une base a été créée.'
END

Parmi les évènements disponibles, on trouve :

  1. FOR CREATE_DATABASE
  2. IF UPDATE
  3. IF INSERTED

Les actions à entreprendre peuvent être :

  1. INSTEAD OF INSERT : l'action du trigger remplace une insertion.
  2. INSERT AFTER
  3. UPDATE AFTER

EVENTDATA[modifier | modifier le wikicode]

EVENTDATA est une fonction qui renvoie une valeur XML[16] si elle est référencée dans un trigger.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. https://technet.microsoft.com/fr-fr/library/ms177499(v=sql.105).aspx
  2. man CONVERT
  3. http://stackoverflow.com/questions/74385/how-to-convert-datetime-to-varchar
  4. man SUBSTRING
  5. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms186323.aspx
  6. man STUFF
  7. man REPLACE
  8. man DATEPART
  9. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms174395.aspx
  10. http://blog.sqlauthority.com/2007/08/18/sql-server-find-last-day-of-any-month-current-previous-next/
  11. man DATEDIFF
  12. man DATEADD
  13. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms177610.aspx
  14. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms186755(v=sql.120).aspx
  15. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms189799(v=sql.100).aspx
  16. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms173781.aspx


Bases de données spatiales

Principe[modifier | modifier le wikicode]

GeospatialSQLServer2008 SpatialDataTypes Diagram.jpg

Lors du typage des champs, certains représentent des objets graphiques, et sont donc considérés comme étant de catégorie "Spatial" (base de données spatiales). Par conséquent, ils se manipulent par des requêtes différentes que pour le texte.

On distingue cinq types de champs[1] :

  1. CircularString
  2. CompoundCurve
  3. LineString
  4. Point
  5. Polygon

Et 11 types de relations entre eux[2] :

  1. STEquals
  2. STDisjoint
  3. STIntersects
  4. STTouches
  5. STOverlaps
  6. STCrosses
  7. STWithin
  8. STContains
  9. STOverlaps
  10. STRelate
  11. STDistance

Requêtes[modifier | modifier le wikicode]

CREATE TABLE Districts 
( DistrictId int IDENTITY (1,1),
DistrictName nvarchar(20),
DistrictGeo geometry);
GO

CREATE TABLE Streets 
( StreetId int IDENTITY (1,1),
StreetName nvarchar(20),
StreetGeo geometry);
GO

INSERT INTO Districts (DistrictName, DistrictGeo)
VALUES ('Downtown',
geometry::STGeomFromText
('POLYGON ((0 0, 150 0, 150 150, 0 150, 0 0))', 0));

INSERT INTO Districts (DistrictName, DistrictGeo)
VALUES ('Green Park',
geometry::STGeomFromText
('POLYGON ((300 0, 150 0, 150 150, 300 150, 300 0))', 0));

INSERT INTO Districts (DistrictName, DistrictGeo)
VALUES ('Harborside',
geometry::STGeomFromText
('POLYGON ((150 0, 300 0, 300 300, 150 300, 150 0))', 0));

INSERT INTO Streets (StreetName, StreetGeo)
VALUES ('First Avenue',
geometry::STGeomFromText
('LINESTRING (100 100, 20 180, 180 180)', 0))
GO

INSERT INTO Streets (StreetName, StreetGeo)
VALUES ('Mercator Street', 
geometry::STGeomFromText
('LINESTRING (300 300, 300 150, 50 51)', 0))
GO
SELECT ...

Références[modifier | modifier le wikicode]



Performances

Optimisation de requêtes[modifier | modifier le wikicode]

Les hints ou indicateurs permettent d'optimiser les transactions pour arriver au même résultat plus rapidement avec moins de ressources.

Pour comparer ceux-ci, il suffit de lancer dans le menu Requête, Afficher le plan d'exécution estimé.

Lors d'une exécution via SQL Studio, le bouton "include le plan d'exécution réel" permet de voir si l'ordre des opérations est le plus judicieux (généralement on procède par projection, puis sélection et jointure). Ce plan peut être enregistré en XML, au format .sqlplan.

Les hints sont stipulés à la fin de la requête, avec les clauses WITH ou OPTION entre parenthèses[1].

Plan d'exécution[modifier | modifier le wikicode]

Le plan d'exécution d'une requête peut s'affiche sous son résultat en l'activant ainsi :

SET STATISTICS PROFILE ON

Index[modifier | modifier le wikicode]

Il existe plusieurs types d'indexation des tables sur MSSQL[2] :

  • index unique : index appliqué sur une clé candidate. On le crée avec la clause CREATE UNIQUE INDEX ;
  • index non-cluster : index par défaut si aucun n'est précisé (CREATE INDEX = CREATE NONCLUSTERED INDEX) ;
  • index cluster : particularité de Microsoft SQL Server[3] qui stocke les données dans les feuilles de l'arbre. L'ordre physique correspond donc à l'ordre logique des enregistrements ;
  • index XML primaire : pour les balises XML ;
  • index spatial : pour les bases de données spatiales ;
  • index columnstore.

Pour savoir quel sont les index d'une table :

sp_helpindex  table1

Création[modifier | modifier le wikicode]

Par convention on nommera les index avec un préfixe "IX_" :

CREATE INDEX IX_Date   
ON MaBase.table1(Champ_Date);

Pour le type de données XML, il existe aussi CREATE XML SCHEMA COLLECTION[4].

Utilisation[modifier | modifier le wikicode]

Pour permettre à l'optimiseur de requêtes un élagage rapide des enregistrements à ne pas parcourir lors d'une sélection, il faut utiliser le ou les index les plus appropriés par rapport aux conditions (WHERE) :

SELECT *
FROM table1 WITH (INDEX(IX_Date))
WHERE Champ_Date between '20150101' and '20150131'

Suppression[modifier | modifier le wikicode]

DROP INDEX MaBase.table1.IX_Date

Group by[modifier | modifier le wikicode]

GROUP BY avec ROLLUP, CUBE et GROUPING SETS[5].

Réplication[modifier | modifier le wikicode]

Pour répliquer une base de données sur un autre serveur, il faut configurer une mise en miroir sur au moins trois serveurs : le principal, le miroir, et le témoin pour les contrôler. Il est déconseillé d'héberger l'instance du témoin sur les mêmes machines que les deux premiers[6]. Toutefois si cela arrive, il faudra lui spécifier un port différent de celui par défaut (5022).

Partitionnement[modifier | modifier le wikicode]

CREATE PARTITION SCHEME[7].

Haute disponibilité[modifier | modifier le wikicode]

Audits[modifier | modifier le wikicode]

Prévoir un audit trimestriel pour déterminer les requêtes les plus consommatrices[8].

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms187713%28v=sql.100%29.aspx
  2. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms188783.aspx
  3. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms190457.aspx
  4. https://msdn.microsoft.com/en-us/library/ms176009.aspx
  5. https://technet.microsoft.com/fr-fr/library/bb522495%28v=sql.105%29.aspx
  6. https://technet.microsoft.com/fr-fr/library/ms175191(v=sql.105).aspx
  7. https://msdn.microsoft.com/en-us/library/bb934097.aspx
  8. http://www.dbta.com/Editorial/Trends-and-Applications/Essential-Tips-on-SQL-Server-Database-Performance-108768.aspx


Importer et exporter

Interfaces graphiques[modifier | modifier le wikicode]

Importer[modifier | modifier le wikicode]

Dans SSMS, l'option d'importation de fichier Excel ou Access dans MSSQL est disponible par un clic droit sur la base de destination, Tâches..., Importer des données...[1].

Exporter[modifier | modifier le wikicode]

De même, il existe Tâches..., Exporter des données... ou Copier la base de données.

Il est par ailleurs possible d'exporter le résultat d'une requête. En effet, par défaut dans SSMS, le bouton Résultats dans des grilles est enfoncé. En cliquant sur Résultats dans un fichier, il devient possible d'exporter le contenu de tables dans un fichier .rpt avec une requête SQL.

Pour transformer une base MS-SQL en MySQL il existe MySQL Workbench[2]. Attention car la syntaxe des procédures stockées est différente[3].

xp_cmdShell[modifier | modifier le wikicode]

xp_cmdShell permet de d’interagir avec le système de fichier, en manipulant le shell du système d'exploitation : il comprend donc les commandes DOS.

Créer un fichier texte[modifier | modifier le wikicode]

EXECUTE master.dbo.xp_cmdShell 'echo Hello World! > C:\Test.txt'
-- ou en abrégeant :
xp_cmdShell 'echo Hello World! > C:\Test.txt'

Pour le lire, il suffit de le charger dans une table avec BULK INSERT.

Copier un fichier[modifier | modifier le wikicode]

xp_cmdshell 'copy C:\Test.txt C:\Test2.txt'

Cacher un fichier[modifier | modifier le wikicode]

xp_cmdshell 'attrib +h C:\Test.txt'

Supprimer un fichier[modifier | modifier le wikicode]

xp_cmdshell 'del C:\Test2.txt'

Créer un dossier[modifier | modifier le wikicode]

L'antislash de fin est facultatif :

xp_cmdShell 'mkdir C:\Test\'

Lister le contenu d'un dossier[modifier | modifier le wikicode]

xp_cmdShell 'dir C:\Test\'

Supprimer un dossier[modifier | modifier le wikicode]

xp_cmdShell 'rmdir C:\Test\'

OPENROWSET[modifier | modifier le wikicode]

Pour archiver vers d'autres formats que ceux de la base de données, il existe la fonction OPENROWSET[4]. Elle permet d'importer ou d'exporter des données aux formats MS-Access ou MS-Excel[5].

Si ce pilote XLS demande une activation[6], il faut configurer :

sp_configure 'Show Advanced Options', 1;
RECONFIGURE;
GO
sp_configure 'Ad Hoc Distributed Queries'; -- affiche l'état avant configuration
GO
sp_configure 'Ad Hoc Distributed Queries', 1;
RECONFIGURE;
GO
sp_configure 'Ad Hoc Distributed Queries'; -- affiche l'état après configuration
GO

Soient les fichiers C:\Test_OPENROWSET.csv, C:\Test_OPENROWSET.xls et C:\Test_OPENROWSET.xlsx existants, avec une feuille nommée "Feuil1", dont les en-têtes de colonnes sont "Nom" et "Prénom".

Insertions dans un tableur[modifier | modifier le wikicode]

INSERT INTO OPENROWSET('Microsoft.Jet.OLEDB.4.0', 'Excel 8.0;Database=C:\Test_OPENROWSET.xls;', 'SELECT * FROM [Feuil1$]')
SELECT Nom, Prénom
FROM table1
 si le fichier XLS(X) existe, il sera rempli à la suite avec le format de sa dernière ligne. Pour forcer les cellules en format texte (pour éviter les arrondis), il faut donc faire précéder leurs valeurs d'un apostrophe.
Attention !
link={{{link}}}

Si le fichier XLS(X) a des en-têtes de colonnes, il faut les nommer au lieu d'employer *.

Sélections dans un tableur[modifier | modifier le wikicode]

CSV[modifier | modifier le wikicode]

On définit le dossier puis le fichier. Il y a deux pilotes au choix :

SELECT * FROM OPENROWSET('MSDASQL','Driver={Microsoft Text Driver (*.txt; *.csv)};DBQ=C:\;','select * from Test_OPENROWSET.csv');

ou

SELECT * FROM OPENROWSET('MICROSOFT.JET.OLEDB.4.0','Text;Database=C:\;','SELECT * FROM [Test_OPENROWSET.csv]')

XLS[modifier | modifier le wikicode]

Pour lire un XLS ou ou l'importer dans une table, on définit le fichier puis la feuille :

SELECT * FROM OPENROWSET('Microsoft.Jet.OLEDB.4.0', 'Excel 8.0;Database=C:\Test_OPENROWSET.xls;', 'SELECT * FROM [Feuil1$]')

Plusieurs options peuvent aussi être placées après le nom du fichier. Elles n'impactent pas le mode écriture, seulement le mode lecture.

  • "HDR" (comme header) : les en-têtes de colonnes sont sur la première ligne (comportement par défaut) "HDR=YES". Si "HDR=NO", les colonnes sélectionnées s'appellent alors "F1", "F2", "F3"...
  • "IMEX" (pour ImportMixedTypes)[7] :
    • "=0" : Export mode, Excel devine les types des champs.
    • "=1" : Import mode, les champs sont tous convertis en texte.
    • "=2" : Linked mode.
  • Types des données[8] :
    1. "DT_BOOL" : booléen.
    2. "DT_CY" : devise.
    3. "DT_DATE" : date et heure.
    4. "DT_NTEXT" : texte.
    5. "DT_R8" : numérique.
    6. "DT_WSTR" : chaîne de caractères.

On peut aussi créer un serveur lié pour l'occasion[9] :

EXEC sp_addlinkedserver
    @server = 'ExcelServer1',
    @srvproduct = 'Excel',
    @provider = 'Microsoft.Jet.OLEDB.4.0',
    @datasrc = 'C:\Test_OPENROWSET.xls',
    @provstr = 'Excel 8.0;IMEX=1;HDR=YES;'
GO
SELECT * FROM ExcelServer1...[Sheet1$]
GO
SELECT * FROM OPENROWSET(ExcelServer1, 'SELECT * FROM [Sheet1$]')

XLSX[modifier | modifier le wikicode]

Pour un XLSX c'est un autre pilote :

select * from OPENROWSET('Microsoft.ACE.OLEDB.12.0', 'Excel 12.0 Xml;Database=C:\Test_OPENROWSET.xlsx;', 'SELECT * FROM [Feuil1$]')

S'il faut enregistrer le pilote, l'installer depuis : https://www.microsoft.com/fr-FR/download/details.aspx?id=23734.

Modification d'un tableur[modifier | modifier le wikicode]

La fonction OPENROWSET de SQL Server 2008 ne permet pas de modifier les propriétés des cellules d'un tableur, pour se faire se reporter au paragraphe sur sp_OACreate. Dans tous les cas, il peut tout à fait mettre à jour ses valeurs comme si elles étaient dans des tables :

UPDATE OPENROWSET('Microsoft.Jet.OLEDB.4.0','Excel 8.0;Database=C:\Test_OPENROWSET.xls;HDR=yes','SELECT * FROM [Feuil1$]') 
SET F1 = '2'
WHERE F1 = '1'
 la commande DELETE ne fonctionne pas sur des lignes Excel.

BCP[modifier | modifier le wikicode]

bcp (pour Bulk Copy) est un utilitaire d'importation et exportation de données avec des fichiers plats uniquement (XML ou CSV[10]).

DECLARE @cmd VARCHAR(255)
SET @cmd = 'bcp "select ''Hello'', ''World''" queryout "C:\Test_bcp.csv" -U MonCompte -P MonMotDePasse -c'
Exec xp_cmdshell @cmd

sp_OACreate[modifier | modifier le wikicode]

master.dbo.sp_OAMethod est une procédure stockée étendue permettant de manipuler des fichiers et des dossiers[11]. Elle n'est pas activée par défaut sous SQL Server 2008, il faut donc le faire ainsi :

sp_configure 'show advanced options', 1;
GO
RECONFIGURE;
GO
sp_configure 'Ole Automation Procedures'; -- affiche l'état avant configuration
GO
sp_configure 'Ole Automation Procedures', 1;
GO
RECONFIGURE;
GO
sp_configure 'Ole Automation Procedures'; -- affiche l'état après configuration

Voici un exemple de création puis de modification de fichier XLS (les numéros des couleurs sont les mêmes qu'en VBA[12]) :

DECLARE @r int,	-- résultats des commandes
	@FileName varchar(512),
	@Excel int,
	@WorkBooks int,
	@WorkBook int,
	@WorkSheet int,
	@Cells int

-- 1) Création
SET @FileName = 'C:\Test_sp_OACreate.xls'
EXEC @r = sp_OACreate 'Excel.Application', @Excel output
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @Excel, 'Workbooks', @WorkBooks OUTPUT
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @WorkBooks, 'Add', @WorkBook OUTPUT, -4167
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @WorkBook, 'Worksheets(1)', @WorkSheet output, 2
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @WorkSheet, 'Activate'
IF @r=0 EXEC @r = sp_OASetProperty @WorkSheet, 'Name', 'Reporting'
IF @r=0 EXEC @r = sp_OASetProperty @WorkSheet, 'Cells(1,3).Value', 'Hello World!'
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @WorkBook, 'SaveAs', NULL, @FileName
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @WorkBook, 'Close'

-- 2) Une fois le fichier fermé on peut le remplir ici avec OPENROWSET

-- 3) Retouches
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @Excel, 'WorkBooks.Open', @WorkBook output, @FileName
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @WorkBook, 'Worksheets(1)', @WorkSheet output, 2
IF @r=0 EXEC @r = sp_OAMethod @WorkSheet, 'Activate'

EXEC @r = sp_OASetProperty @WorkSheet, 'Range("A1").Value', 'Hello World1!'

EXEC @r = sp_OAGetProperty @WorkSheet, 'Cells', @Cells OUTPUT, 2, 2 -- Position de la cellule B2
EXEC @r = sp_OASetProperty @Cells, 'Value', 'Hello World2!'
EXEC @r = sp_OASetProperty @Cells, 'Font.Bold', 1					-- gras
EXEC @r = sp_OASetProperty @Cells, 'Font.Colorindex', 3				-- rouge pour la police
EXEC @r = sp_OASetProperty @Cells, 'Interior.ColorIndex', 4			-- vert pour le fond
EXEC @r = sp_OASetProperty @Cells, 'Borders.ColorIndex', 5			-- bleu pour les bordures

EXEC @r = sp_OASetProperty @Excel, 'ActiveWorkbook.Worksheets(1).Cells(3,3).Value', 'Hello World3!'
EXEC @r = sp_OASetProperty @Excel, 'ActiveWorkbook.Worksheets(1).Cells(3,3).Font.Colorindex',  9

EXEC sp_OAMethod @Excel, 'ActiveWorkbook.Save'
EXEC sp_OAMethod @Excel, 'Workbooks.Close'
EXEC sp_OAMethod @Excel, 'Close'

EXEC sp_OADestroy @Cells
EXEC sp_OADestroy @WorkSheet
EXEC sp_OADestroy @WorkBook
EXEC sp_OADestroy @WorkBooks
EXEC sp_OADestroy @Excel

Sauvegardes .bak et .trn[modifier | modifier le wikicode]

Tout d'abord, il faut distinguer l'archivage des bases (copie d'un .mdf en .bak) de celui des logs (.ldf en .trn) appelés aussi journaux de transaction.

Backup des bases[modifier | modifier le wikicode]

Il est recommandé d'effectuer automatiquement celui un backup des bases toutes les nuits, à l'aide d'un job (dans SSMS, en bas de l'arborescence, menu Travaux). Un deuxième pourra s'occuper de supprimer les .bak après une certaine durée de rétention qui peut dépendre de l'espace disponible sur le serveur.

Exemple de sauvegarde sur un disque dur du serveur[13] (et non pas un du client où SSMS est lancé) :

declare @chemin as varchar(255) = 'C:\' + CONVERT(char(10), GetDate(),126) + '-sugarcrm.bak'
BACKUP DATABASE sugarcrm
TO DISK = @chemin
   WITH FORMAT,
   MEDIANAME = '',
   NAME = 'Full Backup';
GO

Journaux[modifier | modifier le wikicode]

Requêtes[modifier | modifier le wikicode]

Par défaut, SSMS ne permet pas de consulter les requêtes SQL envoyées au serveur.

Toutefois, les dernières requêtes sont stockées dans un fichier des traces .trc. Pour connaitre son nom :

SELECT * FROM ::fn_trace_getinfo(default)

Ensuite on peut en extraire les 10 dernières requêtes SQL envoyées au serveur :

SELECT top 10 StartTime, TextData
FROM fn_trace_gettable('D:\MSSQL10.MSSQLSERVER\MSSQL\Log\log_424.trc', default)
where ISNULL(convert(varchar,TextData,112), '')<>''
order by StartTime desc

Soit en une seule requête :

declare @logs varchar(255) = (SELECT top 1 convert(varchar(255),value,112) FROM ::fn_trace_getinfo(default) where property = 2)
SELECT top 10 StartTime, TextData
FROM fn_trace_gettable(@logs, default)
where ISNULL(convert(varchar,TextData,112), '')<>''
order by StartTime desc

Autre solution, passer par les statistiques de performance :

SELECT top 10 d.last_execution_time, e.text
FROM    sys.dm_exec_query_stats d
        CROSS APPLY sys.dm_exec_sql_text(d.plan_handle) AS e
order by d.last_execution_time desc
Attention !
link={{{link}}}

La plupart des requêtes des traces sont différentes de celles des statistiques, plus exhaustive mais sans les backups.

Transactions[modifier | modifier le wikicode]

Il existe une fonction pour lire les journaux des transactions non archivées :

SELECT * FROM fn_dblog(NULL, NULL)

Afin de gagner de la place, ces logs doivent par contre être supprimés régulièrement (c'est sans incidence sur l'utilisation du système). Il existe trois façons de les tronquer :

  1. DBCC SHRINKFILE (N'MaBase_log' , 0, TRUNCATEONLY). DBCC est le sigle de DataBase Console Commands (commandes en console de base de données), c'est un ensemble de commandes sur les bases[14].
  2. Clic droit sur la base, tâches, réduire... Fichiers, Type de fichier : Journal.
  3. Clic droit sur la base, tâches, détacher... (la base disparait ensuite de la liste), déplacer le .ldf, puis clic droit sur le serveur, joindre... En sélectionnant le .mdf, un nouveau .ldf vierge sera automatiquement créé avec.

Pour le définir automatiquement, il faut créer un job : Agent SQL server, Travaux, Clic droit : Nouveau travail[15].

Restaurations[modifier | modifier le wikicode]

Dans SSMS, pour restaurer une base de données, il faut faire un clic droit sur Bases de données, puis :

  1. Restaurer les fichiers : si le backup ne doit pas écraser la base originale.
  2. Restaurer la base de données... : pour remplacer une base (préalablement détachée) par sa sauvegarde. On doit ensuite choisir une base de données existante ou un fichier de backup (.bak) avec l'option "Périphérique".

Sinon en SQL ça donne[16] :

RESTORE DATABASE MaBase
FROM DISK = 'C:\Program Files\Microsoft SQL Server\MSSQL12.SQLEXPRESS\MSSQL\Backup\2016-02-16-MaBase.bak'
WITH REPLACE

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://blog.sqlauthority.com/2015/06/24/sql-server-fix-export-error-microsoft-ace-oledb-12-0-provider-is-not-registered-on-the-local-machine/
  2. http://www.mysql.fr/products/workbench/
  3. http://www.thegeekstuff.com/2014/03/mssql-to-mysql-stored-procedure/
  4. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms190312.aspx
  5. http://stackoverflow.com/questions/87735/how-do-you-transfer-or-export-sql-server-2005-data-to-excel
  6. http://www.excel-sql-server.com/excel-import-to-sql-server-using-distributed-queries.htm
  7. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms141683.aspx
  8. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms141036.aspx
  9. http://www.excel-sql-server.com/excel-import-to-sql-server-using-linked-servers.htm
  10. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms162802(v=sql.100).aspx
  11. http://sqlindia.com/copy-move-files-folders-using-ole-automation-sql-server/
  12. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/office/ff840443.aspx
  13. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms186865%28v=sql.120%29.aspx?f=255&MSPPError=-2147217396
  14. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms188796(v=sql.120).aspx
  15. http://communitybi.blogspot.fr/2011/12/comment-creer-un-job-dans-sql-server.html
  16. https://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/ms186858%28v=sql.100%29.aspx



Messages d'erreur

Certaines tables ou champs sont utilisables mais invisibles par l'explorateur d'objets du Management Studio[modifier | modifier le wikicode]

Faire un clic-droit sur la base ou la table et "Actualiser".

Certaines procédures stockées sont utilisables mais invisibles par l'explorateur d'objets du Management Studio[modifier | modifier le wikicode]

L'installation du module SQL_Search.exe[1] peut réparer cela. De plus cette extension propose une interface pour lancer des recherches de chaines de caractères dans la structure (pas dans les données).

Sinon elles sont accessibles en lecture seule avec sp_helptext :

-- Consultation
SELECT name
FROM sysobjects syso
order by name
-- Affichage
sp_helptext Procedure1

OPENROWSET ou sp_OACreate tournent dans le vide pendant des heures[modifier | modifier le wikicode]

Un processus bloque leurs ressources : redémarrer le serveur.

PRINT ne renvoie que des lignes blanches[modifier | modifier le wikicode]

C'est peut-être que la variable qu'il tente d'afficher a été concaténée avec NULL.

SELECT isnull(...) renvoie quand-même NULL[modifier | modifier le wikicode]

C'est peut-être qu'il contient une jointure sans aucune correspondance.

En PHP[modifier | modifier le wikicode]

Échec de l’ouverture de session / Login failed for username[modifier | modifier le wikicode]

Se produit quand on se connecte avec un compte SQL alors que c'est interdit. Pour les autoriser, dans SSMS, clic droit sur le serveur, Propriétés, Sécurité, cocher le deuxième bouton radio : Authentification Windows et SQL Server[2].

Erreur de contexte[modifier | modifier le wikicode]

Le mot de passe du compte a expiré.

Fatal error: Call to undefined function sqlsrv_connect()[modifier | modifier le wikicode]

Installer le pilote correspondant à la version de PHP du serveur Web :

  1. Télécharger sur https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=20098.
  2. Copier dans le dossier PHP (ex : C:\Program Files (x86)\EasyPHP\binaries\php\php_runningversion\ext).
  3. Ajouter à PHP.ini.
  4. Redémarrer le serveur Web.

L’autorisation SELECT a été refusée sur l’objet…[modifier | modifier le wikicode]

Cocher les rôles.

This extension requires the Microsoft ODBC Driver 11 for SQL Server[modifier | modifier le wikicode]

Installer le pilote depuis https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=36434.

Unable to initialize module. Module compiled with module API=x. PHP compiled with module API=y. These options need to match[modifier | modifier le wikicode]

Se procurer une autre DLL à renseigner dans PHP.ini (ex : lien du paragraphe précédent).

Messages système[modifier | modifier le wikicode]

Sur SQL Server 2008, les numéros des erreurs vont de 1 à 35999[3].

Avertissement : la valeur NULL est éliminée par un agrégat ou par une autre opération SET[modifier | modifier le wikicode]

Résolu en remplaçant :

isnull(sum(

par

sum(isnull(

Ou encore :

where a = b

par

where isnull(a,0) = isnull(b,0)


Chargement en masse : DataFileType a été spécifié à tort comme étant char. DataFileType sera considéré comme étant widechar, parce que le fichier de données a une signature Unicode.[modifier | modifier le wikicode]

Voir ci-dessous.


Chargement en masse : DataFileType a été spécifié à tort comme étant widechar. DataFileType sera considéré comme étant char, parce que le fichier de données n'a pas de signature Unicode.[modifier | modifier le wikicode]

Se produit lorsque le paramètre "DATAFILETYPE" est renseigné pour importer de l'Unicode dans un "BULK INSERT" :

BULK INSERT MaTable1
FROM 'D:\MonFIchier1.csv'
WITH (
 FIELDTERMINATOR = ';',
 ROWTERMINATOR = '\n',
 DATAFILETYPE = 'widechar' 
)

Comme SQL Server ne supporte pas UTF-8, il faut réencoder le fichier en UTF-16[4].

Chargement en masse impossible car le fichier "xxx" est impossible à ouvrir[modifier | modifier le wikicode]

Retester avec le fichier dans un dossier accessible à tout le monde, situé sur le serveur SQL.


Échec de UPDATE car les options SET suivantes comportent des paramètres incorrects : 'ARITHABORT'.[modifier | modifier le wikicode]

Cela se produit quand on tente un UPDATE sur un champ protégé[5]. Peut-être utiliser un pilote ODBC.


Échec de la conversion de la date et/ou de l'heure à partir d'une chaîne de caractères.[modifier | modifier le wikicode]

Forcer la conversion en date :

INSERT INTO Table1 VALUES (convert(datetime, 'Date1', 121));

Si cela persiste, c'est que le résultat comporte une date impossible, comme le 31 février, juin, ou autres.


Erreur de conversion des données à charger en masse (troncation)[modifier | modifier le wikicode]

Lors d'une insertion, la valeur d'un champ dépasse ce qui était prévu. Par exemple en mode création il est en varchar(32) et qu'à la ligne indiquée par l'erreur on trouve une phrase de 33 lettres.


Échec de la conversion de la valeur varchar en type de données int.[modifier | modifier le wikicode]

Survient quand on compare un texte avec un nombre. Dans cet exemple il suffit de remplacer 2 par '2' :

select *
FROM Table1
where Champ1 = 2

Cela peut aussi se produire quand le premier résultat d'un case est un entier et le second une chaine :

select case when x=y then Entier1 else Chaine1 end
-- doit devenir
select case when x=y then convert(varchar,Entier1,112) else Chaine1 end


Erreur de conversion des données varchar en int.[modifier | modifier le wikicode]

S'il y a une comparaison avec un littéral, le mettre entre apostrophe.


Échec du chargement en masse. Valeur NULL attendue dans la ligne du fichier de données 1, colonne 1. La colonne de destination est définie comme NOT NULL.[modifier | modifier le wikicode]

Lors d'une insertion, la valeur d'un champ qui doit être non nulle n'est pas définie.


Erreur lors de la localisation de Server/Instance spécifié[modifier | modifier le wikicode]

Lors d'une jointure entre deux serveurs, vérifier que les ports 1433 TCP et UDP des serveurs sont ouverts.

Si oui, recréer le serveur lié en indiquant le login et mot de passe distant tout en bas du menu "Sécurité", dans "Seront effectuées dans ce contexte de sécurité".


Fatal error: Allowed memory size of 134217728 bytes exhausted[modifier | modifier le wikicode]

Augmenter la valeur de la ligne memory_limit = 128M du fichier php.ini. Puis relancer IIS ou Apache.


Il y a moins de colonnes dans l'instruction INSERT que de valeurs spécifiées dans la clause VALUES[modifier | modifier le wikicode]

Revoir la syntaxe de l'insertion[6], ex :

INSERT INTO Table1 VALUES ('Ligne1_Champ1', 'Ligne1_Champ2'), ('Ligne2_Champ1', 'Ligne2_Champ2'), ('Ligne3_Champ1', 'Ligne3_Champ2');


Il manque un agrégat dans la liste de définition d'une instruction UPDATE[modifier | modifier le wikicode]

Un UPDATE n'arrive pas à sélectionner les champs à mettre à jour dans le WHERE. Essayer d'exécuter cette sous-requête individuellement.


Impossible d'appeler des méthodes sur char[modifier | modifier le wikicode]

Un champ doit avoir été tapé deux fois, ex : Table1.Champ1.Champ1.


Impossible d'effectuer un cast d'un objet COM[modifier | modifier le wikicode]

La connexion au serveur est devenue caduque (ex : car il a rebooté). Normalement en relançant la commande elle n'apparait plus.


Impossible d'extraire une ligne du fournisseur OLE DB "BULK" du serveur lié "(null)"[modifier | modifier le wikicode]

Lors d'une importation de fichier dans une table (BULK INSERT), le nombre de champs entre les deux ne correspond pas.


Impossible d'initialiser l'objet de la source de données du fournisseur OLE DB "Microsoft.Jet.OLEDB.4.0" du serveur lié "(null)".[modifier | modifier le wikicode]

Eventuellement accompagné de : Le fournisseur OLE DB "Microsoft.Jet.OLEDB.4.0" du serveur lié "(null)" a retourné le message "Erreur non spécifiée"..

Le fichier ou la feuille Excel à ouvrir avec ce pilote sont introuvables ou déjà ouverts. Il faut revoir la configuration (en retestant après chaque étape) :

  • Rebooter le serveur.
  • Nom du fichier et de la feuille sans espace, sur le serveur.
  • 'Ad Hoc Distributed Queries' activé.
  • Désactiver le contrôle de comptes Windows (UAC).
  • Taper en DOS : regsvr32 C:\Windows\SysWOW64\msexcl40.dll.
  • Répertoire final et temporaire accessible au compte "SQL Server Service" (ou relancer le service SQL server avec une plus haute permission). Pour trouver le chemin auquel le logiciel tente d'accéder, on peut utiliser Process Monitor.
  • Activer :
EXEC master.dbo.sp_MSset_oledb_prop N'Microsoft.Jet.OLEDB.4.0', N'AllowInProcess', 1
EXEC master.dbo.sp_MSset_oledb_prop N'Microsoft.Jet.OLEDB.4.0', N'DynamicParameters', 1
  • Checker les requêtes en attente qui peuvent verrouiller les nouvelles :
select * from sys.dm_exec_requests

Et les tuer en reportant leur "session_id" (alias "SPID", première colonne) à la place du nombre en exemple ci-dessous :

kill 135
Attention !
link={{{link}}}

Il est déconseiller de tuer les SPID dont le numéro est inférieur à 50 car ils sont réservés au système.

Impossible d'insérer une valeur explicite dans la colonne identité de la table table quand IDENTITY_INSERT est défini à OFF.[modifier | modifier le wikicode]

Au moins une clé de la table s'incrémente automatiquement, et ne peut pas être définie par une requête. Il faut soit la retirer des insertions, soit en désactiver la contrainte (ce qui ne stoppe pas l’auto-incrémentation) :

SET IDENTITY_INSERT table ON

Impossible d'utiliser le prédicat CONTAINS ou FREETEXT sur table ou vue indexée, car il n'y a pas d'index de texte intégral[modifier | modifier le wikicode]

Utilisez sp_fulltext_database pour activer la recherche en texte intégral dans la base[7].


Impossible de créer index sur la vue car celle-ci n'est pas liée au schéma[modifier | modifier le wikicode]

Il faut recréer la vue avec l'option WITH SCHEMABINDING.


Impossible de détacher la base de données car elle est en cours d'utilisation ou Échec de ALTER DATABASE parce qu'un verrou n'a pas pu être placé dans la base de données[modifier | modifier le wikicode]

Aller dans le Moniteur d'activité (Ctrl + Alt + A) et fermer les connexions existante à la base en faisant Clique droit + Terminer le processus.


Impossible de lier au schéma vue car le nom n'est pas valide pour la liaison au schéma.[modifier | modifier le wikicode]

Il ne faut pas nommer la base de données dans la commandes, ni oublier le mot "dbo" : FROM [dbo].[table1].


Impossible de traiter l'objet "SELECT * FROM [Feuil1$]". Le fournisseur OLE DB "Microsoft.Jet.OLEDB.4.0" du serveur lié "(null)" indique que l'objet n'a pas de colonne ou que l'utilisateur actuel ne dispose pas des autorisations nécessaires sur cet objet.[modifier | modifier le wikicode]

Le fichier appelé dans OPENROWSET n'a pas de feuille nommée "Feuil1".


L'autorisation SELECT a été refusée sur l’objet...[modifier | modifier le wikicode]

Dans SSMS, Sécurité, Connexions, il faut éditer le compte concerné dans Rôles du serveur, et cocher les cases manquantes.


L'identificateur en plusieurs parties "xxx" ne peut pas être lié[modifier | modifier le wikicode]

  • Un champ de la sélection est absent des tables.
  • Dans le cas d'une sélection de sélection, une table.champ de l'imbriquée n'est plus dans la seconde, il faut donc appeler le champ dans cette table en préfixe.
  • Un UPDATE avec une jointure sans FROM.


L'index se trouve en dehors des limites du tableau[modifier | modifier le wikicode]

Cela peut se produire quand on manipule une grande base avec la version Express sur SSMS 2008.

Il faut alors passer par le code SQL plutôt que par SSMS, ou bien migrer en SSMS 2016.

La clause ORDER BY n'est pas valide dans les vues, les fonctions inline, les tables dérivées, les sous-requêtes et les expressions de table communes, sauf si TOP ou FOR XML est également spécifié[modifier | modifier le wikicode]

On peut utiliser top après select pour trier une sous-requête avec order by. Si le top


La colonne 'xxx' a été spécifiée plusieurs fois pour 'Z'[modifier | modifier le wikicode]

Lors d'un SELECT * FROM (SELECT * FROM X join Y) Z, les champs de X qui ont le même nom que ceux de Y font doublon dans Z. Il faut donc éviter d'utiliser *.


La colonne n'est pas valide dans la clause HAVING parce qu'elle n'est pas contenue dans une fonction d'agrégation ou dans la clause GROUP BY.[modifier | modifier le wikicode]

Placer simplement la colonne citée par l'erreur dans le group by au-dessus du having.


La conversion d'un type de données varchar en type de données (small)datetime a créé une valeur hors limites[modifier | modifier le wikicode]

Forcer la conversion en date :

INSERT INTO Table1 VALUES (convert(datetime, 'Date1', 121));

Si cela persiste, c'est que le résultat comporte une date impossible, comme le 31 février, juin, ou autres.


La définition de l'objet 'ProcédureStockée1' a changé depuis la compilation[modifier | modifier le wikicode]

La procédure stockée a été mise à jour pendant son exécution. Il faut donc la relancer.


La sous-requête a retourné plusieurs valeurs. Cela n'est pas autorisé quand la sous-requête suit =, !=, <, <= , >, >= ou quand elle est utilisée en tant qu'expression.[modifier | modifier le wikicode]

Un champ dans une requête imbriquée envoie plusieurs résultat au lieu d'un seul. Il est inclut dans l'opérande d'une formule avec opérateur de comparaison. Utiliser TOP 1.

Parfois un trigger doit être désactivé pour régler cela.


Le fournisseur OLE DB "Microsoft.ACE.OLEDB.12.0" n'a pas été enregistré.[modifier | modifier le wikicode]

Il faut l'installer depuis : https://www.microsoft.com/fr-FR/download/details.aspx?id=23734.


Le fournisseur OLE DB 'Microsoft.Jet.OLEDB.4.0' ne peut pas être utilisé pour les requêtes distribuées, car le fournisseur est configuré pour s'exécuter en mode STA.[modifier | modifier le wikicode]

STA signifie Single Threaded Apartment. Il faut donc passer en mode MTA (Multi-Threaded Apartment)[8].

Le [sic] identificateur qui commence par '...' est trop long. La longueur maximale est 128.[modifier | modifier le wikicode]

Probablement dû à l'utilisation des guillemets comme séparateur de chaine. Remplacer :

SET ANSI_NULLS ON
GO
SET QUOTED_IDENTIFIER ON
GO

par

SET ANSI_NULLS OFF
GO
SET QUOTED_IDENTIFIER OFF
GO


Le jeu de sauvegarde contient la sauvegarde d'une base de données qui n'est pas la base de données[modifier | modifier le wikicode]

Utiliser :

WITH REPLACE

A la fin de la commande de restauration.


Le nom 'xxx' n'est pas un identificateur valide.[modifier | modifier le wikicode]

Ajouter des parenthèses autour des paramètres de la fonction EXEC().

Le nom ou le numéro de colonne des valeurs fournies ne correspond pas à la définition de la table.[modifier | modifier le wikicode]

Le nombre de champ à insérer n'est pas le même que celui de la table, il faut donc soit les nommer entre parenthèses après la table, soit ajouter des valeurs par défaut aux champs manquants :

-- Si la table a trois champs :
INSERT INTO table1 (champ1, champ2) VALUES (champ1, champ2)
-- ou
INSERT INTO table1 VALUES (champ1, champ2, 0)

Le nombre d'expressions de valeurs de ligne de l'instruction INSERT dépasse le nombre maximal autorisé de 1000 valeurs de ligne[modifier | modifier le wikicode]

Scinder en plusieurs requêtes.


Le type de données de l'opérande datetime n'est pas valide pour l'opérateur sum[modifier | modifier le wikicode]

Operand data type datetime is invalid for sum operator.

Il convient de préférer DATEADD à SUM.


Les colonnes de la table ne correspondent pas à une clé primaire existante ou à une contrainte UNIQUE[modifier | modifier le wikicode]

Il faut définir une contrainte d'unicité[9].


Les données de chaîne ou binaires seront tronquées[modifier | modifier le wikicode]

L'insertion d'un enregistrement contient une valeur qui ne rentre pas dans un champ varchar(x). Il faut donc la tronquer ou bien modifier la taille du champ (ex : left(v, 50)).

Sinon il s'agit d'un caractère indésirable qui s'est glissé dans une chaine à insérer, le retrouver par exemple par dichotomie.


Les requêtes hétérogènes requièrent les options ANSI_NULLS et ANSI_WARNINGS pour être définies pour la connexion. Cela assure la cohérence sémantique de la requête. Activez ces options et relancez la requête.[modifier | modifier le wikicode]

Placer les commandes suivantes avant de recréer la procédure stockée :

SET ANSI_NULLS ON
SET ANSI_WARNINGS ON

Sinon, vérifier qu'elles ne sont pas définies à OFF à un autre endroit.

Sinon, cela peut fonctionner depuis une requête séparée préalable.


Les valeurs DEFAULT et NULL ne sont pas autorisées comme valeurs d'identité explicites.[modifier | modifier le wikicode]

Provoqué par un INSERT d'une valeur nulle dans un champ clé AUTO_INCREMENT. Il suffit donc de ne pas modifier ce champ du tout quand on modifie son enregistrement.


Nom de colonne non valide : 'xxx'[modifier | modifier le wikicode]

Remplacer les guillemets par des apostrophes : "xxx" → 'xxx'.


Ouvrez les guillemets après la chaine de caractères[modifier | modifier le wikicode]

Le nombre d'apostrophes délimitant les chaines de caractères est impair, la balance n'est donc pas à l'équilibre. Sinon un " est utilisé comme un ' à tort.


Procédure stockée 'xxx' introuvable.[modifier | modifier le wikicode]

Voir ci-dessous.


SQL Server a bloqué l'accès à ... du composant '...', car ce composant est désactivé dans le cadre de la configuration de la sécurité du serveur[modifier | modifier le wikicode]

Il faut activer le module mentionné. Des exemples sont proposés dans le chapitre Importer et exporter pour sp_OACreate et Ad Hoc Distributed Queries.

Syntaxe incorrecte vers 'xxx'.[modifier | modifier le wikicode]

Lors de la sauvegarde d'une procédure stockée, si le curseur contient une sélection son contenu tente d'être exécuté indépendamment du reste du code. Il faut donc faire un clic ailleurs.


Syntaxe incorrecte vers '+'.[modifier | modifier le wikicode]

Les variables et les case sont interdits dans les from.


Syntaxe incorrecte vers le mot clé 'case'.[modifier | modifier le wikicode]

Les variables et les case sont interdits dans les from.


Syntaxe incorrecte vers le mot clé 'end'.[modifier | modifier le wikicode]

Si en passant la souris sur le end il est écrit "Attendu CONVERSATION", c'est qu'il suit un if vide.


Syntaxe incorrecte vers le mot clé 'group'[modifier | modifier le wikicode]

  • Lors de plusieurs SELECT imbriqués, il faut nommer la sélection. L'exemple suivant fait la somme des heures de chaque personne, dont une qui a deux noms :
SELECT SUM(Heures), Personnes FROM (
  SELECT SUM(Heures), case Personnes when 'Mr X²' then 'Mr X' else Personnes end as Personnes
  FROM TableH
  group by Personnes) h -- Erreur sans cette lettre
group by Personnes
order by Personnes


Un agrégat ne peut pas apparaître dans une clause WHERE à moins que ce ne soit une sous-requête contenue dans une clause HAVING ou une liste de sélection, et que la colonne à agréger soit une référence externe.[modifier | modifier le wikicode]

Il y a un count() sur un champ de la requête dans sa sous-requête.


Une erreur de dépassement arithmétique s'est produite lors de la conversion de varchar en type de données numeric.[modifier | modifier le wikicode]

Si l'augmentation de la taille de la variable de destination ne suffit pas (ex : decimal(38,10)), il faut lever les exceptions, par exemple en ajoutant une condition en amont (ex : where (isnumeric(Chaine) = 1 and... )), ou TRY CATCH[10], voire THROW dans SQL 2014[11].

Une seule expression peut être spécifiée dans la liste de sélection quand la sous-requête n'est pas introduite par EXISTS.[modifier | modifier le wikicode]

Cela arrive quand dans la close WHERE une condition IN renvoie vers plusieurs champs au lieu d'un seul (ex : where Num_Client in (select * from...) au lieu de where Num_Client in (select Numero_Client from...)).


Une valeur explicite de la colonne identité de la table ne peut être spécifiée que si la liste des colonnes est utilisée et si IDENTITY_INSERT est défini sur ON.[modifier | modifier le wikicode]

Provoqué par un INSERT d'une valeur dans un champ clé AUTO_INCREMENT. Il suffit donc de ne pas modifier ce champ du tout quand on modifie son enregistrement.


Violation de la contrainte UNIQUE KEY[modifier | modifier le wikicode]

Lors d'une insertion dans une table dont la clé ne s'incrémente pas automatiquement, il faut soit y remédier soit la spécifier pour chaque enregistrement de l'insertion.

Références[modifier | modifier le wikicode]



Mots réservés

A[modifier | modifier le wikicode]

   ADD
   ALL
   ALTER
   AND
   ANY
   AS
   ASC
   AUTHORIZATION

B[modifier | modifier le wikicode]

   BACKUP
   BEGIN
   BETWEEN
   BREAK
   BROWSE
   BULK
   BY

C[modifier | modifier le wikicode]

   CASCADE
   CASE
   CHECK
   CHECKPOINT
   CLOSE
   CLUSTERED
   COALESCE
   COLLATE
   COLUMN
   COMMIT
   COMPUTE
   CONSTRAINT
   CONTAINS
   CONTAINSTABLE
   CONTINUE
   CONVERT
   CREATE
   CROSS
   CURRENT
   CURRENT_DATE
   CURRENT_TIME
   CURRENT_TIMESTAMP
   CURRENT_USER
   CURSOR

D[modifier | modifier le wikicode]

   DATABASE
   DBCC
   DEALLOCATE
   DECLARE
   DEFAULT
   DELETE
   DENY
   DESC
   DISK
   DISTINCT
   DISTRIBUTED
   DOUBLE
   DROP
   DUMP

E[modifier | modifier le wikicode]

   ELSE
   END
   ERRLVL
   ESCAPE
   EXCEPT
   EXEC
   EXECUTE
   EXISTS
   EXIT
   EXTERNAL

F[modifier | modifier le wikicode]

   FETCH
   FILE
   FILLFACTOR
   FOR
   FOREIGN
   FREETEXT
   FREETEXTTABLE
   FROM
   FULL
   FUNCTION

G[modifier | modifier le wikicode]

   GOTO
   GRANT
   GROUP

H[modifier | modifier le wikicode]

   HAVING
   HOLDLOCK

I[modifier | modifier le wikicode]

   IDENTITY
   IDENTITY_INSERT
   IDENTITYCOL
   IF
   IN
   INDEX
   INNER
   INSERT
   INTERSECT
   INTO
   IS

J[modifier | modifier le wikicode]

   JOIN

K[modifier | modifier le wikicode]

   KEY
   KILL

L[modifier | modifier le wikicode]

   LEFT
   LIKE
   LINENO
   LOAD

M[modifier | modifier le wikicode]

   MERGE

N[modifier | modifier le wikicode]

   NATIONAL
   NOCHECK
   NONCLUSTERED
   NOT
   NULL
   NULLIF

O[modifier | modifier le wikicode]

   OF
   OFF
   OFFSETS
   ON
   OPEN
   OPENDATASOURCE
   OPENQUERY
   OPENROWSET
   OPENXML
   OPTION
   OR
   ORDER
   OUTER
   OVER

P[modifier | modifier le wikicode]

   PERCENT
   PIVOT
   PLAN
   PRECISION
   PRIMARY
   PRINT
   PROC
   PROCEDURE
   PUBLIC

R[modifier | modifier le wikicode]

   RAISERROR
   READ
   READTEXT
   RECONFIGURE
   REFERENCES
   REPLICATION
   RESTORE
   RESTRICT
   RETURN
   REVERT
   REVOKE
   RIGHT
   ROLLBACK
   ROWCOUNT
   ROWGUIDCOL
   RULE

S[modifier | modifier le wikicode]

   SAVE
   SCHEMA
   SECURITYAUDIT
   SELECT
   SEMANTICKEYPHRASETABLE
   SEMANTICSIMILARITYDETAILSTABLE
   SEMANTICSIMILARITYTABLE
   SESSION_USER
   SET
   SETUSER
   SHUTDOWN
   SOME
   STATISTICS
   SYSTEM_USER

T[modifier | modifier le wikicode]

   TABLE
   TABLESAMPLE
   TEXTSIZE
   THEN
   TO
   TOP
   TRAN
   TRANSACTION
   TRIGGER
   TRUNCATE
   TRY_CONVERT
   TSEQUAL

U[modifier | modifier le wikicode]

   UNION
   UNIQUE
   UNPIVOT
   UPDATE
   UPDATETEXT
   USE
   USER

V[modifier | modifier le wikicode]

   VALUES
   VARYING
   VIEW

W[modifier | modifier le wikicode]

   WAITFOR
   WHEN
   WHERE
   WHILE
   WITH
   WITHIN GROUP
   WRITETEXT

Références[modifier | modifier le wikicode]



SugarCRM

SugarCRM logo.gif

SugarCRM est logiciel de gestion de la relation client compétitif et open source, sous forme de site PHP qui être configuré pour MSSQL (ou MySQL).

Installation[modifier | modifier le wikicode]

Il existe des versions gratuites payantes du logiciel[1], ainsi que des modules complémentaires également gratuits et payants[2]. La présente page traite de la version gratuite à télécharger sur https://sourceforge.net/projects/sugarcrm/files/latest/download?source=files.

Une fois décompressée et placée dans un répertoire de serveur HTTP (ex : Apache ou IIS), il suffit d'y accéder dans un navigateur par le nom du dossier (ex : http://localhost/SugarCRM), et d'y renseigner le nom de la base de données (ex : SugarCRM) et le mot de passe associé, précédemment défini dans Microsoft SQL Server Management Studio (nouvelle connexion).

Architecture de la base[modifier | modifier le wikicode]

SugarCRM - class diagram.PNG

La base est à la première forme normale, et certaines tables font juste le lien entre les clés primaires d'autres :

  • accounts_contacts : associe un contact à une entreprise, avec la date d'association.
  • accounts_opportunities : associe une entreprise à un devis, avec date de mise à jour.
  • email_addr_bean_rel : associe une adresse email à une personne. En effet, bien qu'un même individu puisse avoir une fiche employé (users), une contact (contacts) et une prospect (leads) séparées, son adresse email est stockée à part et est la même pour tous ses rôles.

Requêtes[modifier | modifier le wikicode]

Insertion de comptes et de contacts liés :

insert into accounts (id, name)
values ('1', 'Entreprise1'),
values ('2', 'Entreprise2')

insert into contacts (id, last_name, first_name)
values ('1', 'Doe', 'Jane'),
values ('2', 'Doe', 'John')

insert into accounts_contacts(id, contact_id, account_id, date_modified)
values ('1', '1', '1', convert(datetime,getdate(),121))  -- Met Jane Doe dans l'entreprise 1
values ('2', '2', '2', convert(datetime,getdate(),121))

Liste des entreprises avec leurs contacts :

select *
from accounts a
inner join accounts_contacts ac on ac.account_id = a.id
inner join contacts c on c.id = ac.contact_id

Après avoir ajouté des adresses emails, liste des contacts avec leurs emails :

select c.first_name + ' ' + c.last_name, e.email_address
from contacts c
inner join email_addr_bean_rel er on er.bean_id = c.id
inner join email_addresses e on e.id = er.email_address_id

Références[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liste d'autres logiciels compatibles MSSQL :

Gratuits
Payants
GFDL GFDL Vous avez la permission de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la licence de documentation libre GNU, version 1.2 ou plus récente publiée par la Free Software Foundation ; sans sections inaltérables, sans texte de première page de couverture et sans texte de dernière page de couverture.