Mini-guide du catalogue Messier/Introduction

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Retour au sommaire << Mini-guide du catalogue Messier >> Nébuleuses


Portrait de Charles Messier (par Ansiaume).

Avant-propos[modifier | modifier le wikicode]

Le catalogue Messier est un répertoire formidable d'objectifs pour l'astronome amateur. Ce manuel se propose de répertorier les objets du catalogue, en leur associant une petite description — l'astronomie, c'est regarder en comprenant — et bien entendu un « cheminement » pour les retrouver dans le ciel. Il se veut avant tout pratique et concis ; il ne s'agit pas de décrire chaque objet avec précision, mais plutôt d'offrir un support à consulter avant de partir en observation, voire même à garder dans la poche.

Les objets du catalogue Messier appartiennent au ciel profond, c'est-à-dire qu'ils sont tous localisés en-dehors du système solaire, voire même pour certains en-dehors de la Voie Lactée. Leur grand éloignement (de 400 à 60 000 années-lumière) les rendent peu lumineux ; on cherchera donc à observer sous un ciel bien sombre avec un télescope à fort pouvoir collecteur de lumière. Quelques-un sont cependant visibles à l'œil nu ou aux jumelles.

En ce qui concerne les conventions de notation, nous avons choisi d'utiliser différents symboles. Pour le choix du matériel « minimal » à employer, vous rencontrerez les icônes Logo télescope.png (télescope, dans l'idéal de diamètre > à 200 mm pour l'observation du ciel profond), Logo lunette.png (jumelles) et Logo oeil.png (observation visuelle). En complément, un indice d'intérêt a été donné pour chaque objet : entre « très bon » (Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg), « bon » (Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark half gold silverlight.pngFairytale bookmark silver.svgFairytale bookmark silver.svg) et « bof » (Fairytale bookmark half gold silverlight.pngFairytale bookmark silver.svgFairytale bookmark silver.svgFairytale bookmark silver.svgFairytale bookmark silver.svg). Chacun pourra avoir, éventuellement, un ou deux avis divergeant : rappelons-nous que ces évaluations ne sont là uniquement pour guider vers des astres surprenants. Sauf mention contraire, l'indication grecque des étoiles d'une constellation renvoie à l'étoile appartenant à la constellation de l'objet décrit.

La couverture du livre représente la nébuleuse de la Lagune (M8), photographiée par le télescope VISTA de l'observatoire de l'ESO à Paranal, au Chili. Les cartes des constellations ont été produites en utilisant le logiciel libre PP3.

Charles Messier[modifier | modifier le wikicode]

Charles Messier est né dans le petit village de Badonviller, en Meurthe-et-Moselle (France), le 26 juin 1730. De 1760 à 1801, il étudie les comètes, en découvrant une vingtaine, d'où son surnom de « furet ». Il faut cependant reconnaître que la renommée de Charles Messier est avant tout issue de son catalogue de 110 objets du ciel profond d'aspect diffus (amas stellaires et nébuleuses au sens de l'époque), catalogue qu'il produisit à l'intention des chercheurs de comètes afin d'éviter toute confusion avec ces objets fixes mais encore étranges. Aujourd'hui, ce catalogue n'est pas tant utilisé par le chasseur de comètes que par l'astronome amateur désireux d'avoir un aperçu des objets les plus spectaculaires qu'il pourra trouver dans le ciel nocturne. Il répertorie en effet la plupart des amas, nébuleuses et galaxies les plus brillants du ciel boréal et, dans une moindre mesure, austral. Il est décédé le 12 avril 1817 à Paris, après avoir été décoré en 1806 de la légion d'honneur par Napoléon.

Le catalogue Messier[modifier | modifier le wikicode]

La première publication du catalogue date de 1774 et regroupait les 45 premiers objets. Le catalogue final, qui comprenait 103 objets, fut achevé en 1781 et publié en 1784 dans le périodique Connaissance des Temps. Les objets M104 à M110, furent découverts par Messier ou son ami Pierre Méchain après la publication de 1781. Ils ne furent ajoutés au catalogue que bien plus tard, le dernier ayant été ajouté en 1966 par Kenneth Glyn Jones.

De nombreux autres catalogues astronomiques ont par la suite été établis, conférant aux objets du catalogue Messier nombre d'autres dénominations. Ainsi la galaxie d'Andromède, voisine de notre Galaxie, s'appelle M31 dans le catalogue Messier et NGC 224 dans le New General Catalogue.

Unités[modifier | modifier le wikicode]

Cette section est un rappel des unités employées en astronomie.

En astronomie, les distances étant trop grandes pour utiliser le mètre ou le kilomètre, d'autres unités ont été définies.

Année-Lumière (al)
L’année-lumière est une unité de longueur dont le symbole est al (ly en anglais pour light year). Une année-lumière est égale à la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne, soit environ 9 461 milliards de kilomètres, soit encore, en ordre de grandeur, environ kilomètres, 10 pétamètres ou environ 0,30659 parsec.
L'Union astronomique internationale la définit comme la distance parcourue par un photon dans le vide, en une année julienne (soit 365,25 jours, ou 31 557 600 secondes). La vitesse de la lumière dans le vide étant une constante fixée à 299 792 458 m/s, une année-lumière est exactement égale à 9 460 730 472 580,8 km.
Parsec-fr.svg
Parsec (pc)
Le parsec (/paʁ.sεk/), de symbole pc, est une unité de longueur définie comme valant exactement unités astronomiques, soit environ 3,26 années-lumière.
Le nom parsec est la contraction de « parallaxe-seconde », car initialement défini comme la longueur du rayon correspondant à un angle d'une seconde avec une demie-corde d'une unité astronomique (voir figure).
Unité astronomique (ua)
L’unité astronomique (de longueur) (astronomical unit (of length) en anglais), est l'unité de longueur du système astronomique d'unités ; elle correspond approximativement à la distance entre la Terre et le Soleil soit environ 150 millions de kilomètres. Elle est couramment notée « au », « AU », « ua » ou « UA ».
Elle est principalement utilisée pour exprimer les distances entre les objets célestes du Système solaire ainsi qu'entre ceux situés dans d'autres systèmes planétaires. L’Union astronomique internationale définit l’unité astronomique comme valant exactement 149 597 870 700 m (soit 149,6 Gm, pc, ou al). Une année-lumière vaut donc approximativement 63 241 unités astronomiques.