Orthograve/Règles

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

er ou é   ?[modifier | modifier le wikicode]

infinitif er ou participe passé é

je vais   mang j’ai   mang
voir vu
boire bu
faire fait
ouvrir ouvert
lire lu
écrire écrit
  ⇓   ⇓
je vais   manger j’ai   mangé

ce n’est pas le sens des mots qui importe, même quand ça ne veut rien dire le truc fonctionne :

« Il est prudent de fix des conditions de quorum pour la validité des délibérations et de précis le nombre de pouvoirs pouvant être présents par une seule personne. »

~ Il est prudent de boire des conditions de quorum pour la validité des délibérations et de nourrir le nombre de pouvoirs pouvant être éteints par une seule personne. ~

Mots et grammaire


bref commentaire
infinif participe passé
er Je vais   manger
chanter
jouer

solutionner
positiver
surfer
zapper
J’ai   mangé
chanté
joué

solutionné
positivé
surfé
zappé
verbes er : on n’entend pas la différence,
et c’est grand dommage ici, car les verbes er sont très nombreux. C’est même leur espèce qu’on choisit le plus souvent pour en fabriquer d’autres. Parce qu’ils sont très réguliers.
non er voir
mettre
faire
finir
prendre
rendre
éteindre
lire
écrire
vu
mis
fait
fini
pris
rendu
éteint
lu
écrit
Les autres verbes sont souvent fantaisistes, irréguliers , typés. Ce qui ne gène pas quand ils sont d’usage courant. En tout cas, pour l’infinitif et le participe passé, le contraste des formes est très pratique :
on entend la différence.



Futur composé[modifier | modifier le wikicode]

Futur composé et passé composé : la conjugaison au quotidien

futur passé
Je vais jouer
tu vas jouer
elle il va jouer
on va jouer
………
Ce n’est pas encore fait → infinitif
J'ai joué
tu as joué
elle il a joué
on a (bien) joué
………
C’est fait → participe passé
    « Le CO² m’a tuer. »
Mais non, pas encore ! il va te tuer un jour.
J’ai travaillé ; je vais dormir
J’ai dormi ; je vais travailler
L’histoire du verbe


bref commentaire
  1. Nous constatons l’intérêt orthographique de la nette opposition de l’infinitif et du participe passé dans le passé et le futur du langage courant (c'est plus réjouissant que les tarabiscotages des règles d'accord du p.p., heureusement en voie d’extinction dans « l’usage »).
  2. Mais nous observons d’autre part que le futur composé (alias futur proche, futur périphrastique) est quasiment partout absent des tables de conjugaison (sauf, à notre connaissance, dans lemonde.fr/conjugaison). Il est pourtant attesté depuis longtemps (Peytard et Genouvrier, Linguistique et enseignement du français, Larousse 1970 p. 27) . Comment se fait-il ?
  3. On pourra lire : « De l’oral à l’écrit », « De l’écrit à l’oral », « B-a ba, bain, baignoire », « Véhiculaire – disciplinaire ».



é ou è   ?[modifier | modifier le wikicode]

En thēorie, on les distingue à l’oreille . En pratique, ce n’est pas fiable du tout.

remēdes :

apprendre par coeur
utiliser son correcteur
ou faire un accent de docteur …
 à la volēe, horizontal : e avec un accent plat

Plus on est instruit, plus on a le droit de singulariser son ēcriture

Si les sons vous conviennent, ne vous en privez pas. Mēfiez-vous quand même. A bon "entendeur" …

kitecat et telecomphonèmesGenouvrier


bref commentaire
Le trouble que beaucoup vivent en ne maitrisant pas une situation sonore complexe et changeante selon les âges, les lieux et les milieux, exigerait au moins un peu de commisération.. Il est stupide de donner à écouter, comme principal moyen de choisir l’accent à écrire, un " son " que partout on prononce de travers. Mais que les gens instruits peuvent, éventuellement, corriger à postériori … d’après l’orthographe. C’est une escroquerie. Elle justifie notre petite délinquance, inspirée d’ailleurs des usages lettrés (pas seulement celui du corps médical ; qu’il nous pardonne : c’était pour la rime.)

(En attendant l’accent plat que préconisait Nina Catach, grande linguiste spécialiste des écritures), le correcteur règle tranquillement ce problème. Quand on a le droit de l’utiliser, la dispute sur la façon d’accentuer " évēnement " devient quelque peu byzantine.

é ou è quand l’accent plat est impossible

Règle :

«  Devant une syllabe graphique contenant un e instable (dit « e muet »), on écrit è et non é.
Ainsi :

  • on écrit évènement sur le modèle de avènement, règlementaire sur le modèle de règlement, etc ;
  • les formes conjuguées des verbes du type céder, au futur et au conditionnel, s’écrivent avec un accent grave (ex. : elle cèderait sur le modèle de elle lèverait) ;
  • dans les inversions interrogatives, la première personne du singulier en e suivie du pronom personnel je porte un accent grave (ex. : aimè-je).

> Exceptions, en raison de leur prononciation normée en syllabe initiale :

  • les préfixes dé- et pré- (ex. : dégeler, prévenir) ;
  • les é- initiaux (ex. échelon, édredon, élever) ;

ainsi que médecin et médecine  »

— RENOUVO (Réseau pour la nouvelle orthographe du français), « Le millepatte sur un nénufar, Vadémécum de l’orthographe recommandée », règle C1

Les simplifications de 90 soulagent considérablement la mémoire pour choisir entre é et è. Mais en acceptant de s’éloigner du vécu de la langue orale. Comment faire autrement ? L’accent plat, malheureusement, est impossible. C’était ça ou laisser l’arbitraire et la confusion. Cette règle et beaucoup d’autres rectifications sont donc une invitation à réfléchir aux problèmes du français écrit.

B-a ba


 



Verbes er et  er [modifier | modifier le wikicode]

au présent,

verbes er, dits du 1er groupe les autres : non er
je ________ e
tu ________ es
il ________ e
je ________ s
tu ________ s
il ________ t
je joue , elle crie ,
elle essuie ,tu plies ,
je lie …
je peins , tu dis , elle dort ,
tu mens , je ris , je prends , elle jaunit ,
… je lis
le 2ème groupe ne sert à rien !


bref commentaire
Il ne s’agit ici que des trois premières personnes du singulier au présent . Mais c’est ici que se situe le gros problème " d’oreille ".
Il y a deux sortes de terminaisons non discernables à l’oreille, mais cependant très régulières à l’écrit ; et seulement deux :
  • _e , _es , _e
  • _s ,  _s , _t …
_t , ou _d ou _c ? Certes ! Mais ne laissez pas ces cactus vous cacher une forêt somme toute assez tranquille. Surtout si vous rognez leurs épines :
  conjugaison au présent des verbes non er aux 3 premières personnes du singulier (je, tu, il) ⇒ _s , _ s , _ t . (Animation : Image:SST.svg).

D’autre part, le classement en deux groupes est d’intérêt général. Il suffit partout. « De l’oreille aux règles ».
Le fameux [s], qui permet de repérer le 2e groupe, par définition … s’entend. Même quand on est très mauvais en orthographe, on arrive à se souvenir qu’il s’écrit ss.

cactus, exceptions et transfuges (verbes en _dre, _tre, _tir …, pouvoir, cueillir, aller, convaincre …)



" On " est con[modifier | modifier le wikicode]

On est bien cons d’accepter ça !
… et même connes parfois

Mais, pour l’instant, il vaut mieux être prudent :
S’il faut écrire avec distinction :
" On " ne sera pas con ! Pour se faire bien considérer : NOUS quand on est dans le coup !
Si on a les coudées franches , C’est le (bon) sens qui guide :

  • « On a encore augmenté les impots » …. On est incontestablement con !
  • « On est sortis au cinéma. Y a du jambon dans le frigo.»

          aucune occasion ne doit être perdue de cultiver une bonne orthographe

on = nousLe p.p. comme adjectif ↓


bref commentaire
on = nous , on = on

Partout, dans tous les milieux, dans toutes les conversations courantes et pas seulement familières, " on " tend à remplacer le " nous " officiel. Mais " on ", d’autre part, continue à jouer son rôle de " pronom indéfini ". Et personne ne s’emmêle. Cette évolution ne trouble que quand " on " passe à l’écrit et qu’il faut décider de faire ou non des accords.



rai , erai[modifier | modifier le wikicode]

nous dirons que les terminaisons du futur (et du conditionnel) sont

rai ras ra rons rez ront
rais rais rait rions riez raient

et que si le verbe est en er, on rajoute un e (qu’on l’entende ou pas)

erai eras era erons erez eront
erais erais erait erions eriez eraient
je lirai (lire) , je lierai (lier)
Qu’est-ce qu’on entend ?


bref commentaire
Le futur, dit simple, et le conditionnel, pour tout le monde, à l’oreille, c’est : [ rè, ra, ra … rè, rè, rè … ] au bout du verbe. Alors même qu’on ignore, ou qu’on joue à ignorer, comme le fait Renaud dans une chanson fameuse, la forme irrégulière du radical, cette terminaison s’impose : « Quand les vents souffleront, nous nous en all’rons » (alias " irons "). Variation du radical (all - i) ; efficacité immuable de la terminaison. Il faut seulement se contraindre à " passer " chaque fois par l’infinitif pour ne pas oublier d’écrire le e muet (" de famille ") des verbes er.



rai cube, dans quel sens le voyez vous ? rais[modifier | modifier le wikicode]

C’est comme vous le pensez
les Français pensent en français


bref commentaire
Il s’agit de choisir à coup sûr entre la terminaison rai du futur et rais du conditionnel présent. Plus personne n’entend la différence officielle [é]-[è]. On peut choisir grâce au sens. Ici, le truc orthographique, c’est le sens à l’état pur. L’acceptation voluptueuse d’un ordre propre à l’écriture est à la clé. Cela devrait bouleverser de joie les lettrés. Pour se laisser convaincre, les Français pensent en français.



Terminaison …[modifier | modifier le wikicode]

Terminaison Débutaison
j’
tu
il
nous
vous
ils
écris
écris
écrit
écrivons
écrivez
écrivent
j’
tu
il
nous
vous
ils
ai écrit
as écrit
a écrit
avons écrit
avez écrit
ont écrit
Dans les temps "composés" rien ne change à la fin du verbe pour cause de conjugaison
C’est que ça change quand on conjugue
Le p.p. comme adjectif ↓


bref commentaire
Nous osons cette description (avec un mot inventé pour désigner la chose) ! Ceci malgré les difficultés théoriques. A notre avis, les avantages orthographiques de ce point de vue dépassent largement les inconvénients théoriques. C’est un argument suffisant. Il permet notamment de mieux montrer que le participe passé ne change pas pour cause de conjugaison ; c’est alors l’équivalent de ce qu’on appelle le radical dans les temps simples.

 écrire
tu écris
tu as écrit
j’ écrirai
j’ aurai écrit
ils écrivaient
ils avaient écrit
il avait très souvent écrit
j’ avais très souvent écrit
Le t de ce " écrit " n’est pas celui de " il écrit "
Le t de " il a écrit " ou le s de " il a pris " sont exactement comparables au t ou au s de petit et gris dans un petit lapin gris
une petite souris grise >>> la lettre est écrite , la Bastille est prise



e avec un accent droit - accent ?[modifier | modifier le wikicode]

e , e , es , er , et , ei , ez … Une lettre peut servir d’accent. On la repère en articulant comme à l’école (À quelque chose malheur est bon)

Tu     a chè tes     u ne     bel le     tu li pe
ce s ne sert
pas d’accent
ça s’entend
un des 2 l
sert d’accent
é.lec.tri.ci.té — je.ter — je jet.te — cher.cher — mer.cre.di — mè.tre — met.tre — dé.sert — des.sert — …
e avec un accent droit … é ou è ? événement ou évènement ?


le e papillon


brefs commentaires

'

«  La lettre e, prononcée [é] ou [è], ne prend un accent que si elle termine la syllabe (…) Cette règle essentielle ne comporte pratiquement pas d’exception. Elle nécessite cependant …  » — code orthographique et grammatical de Thimonnier p.53

« Cependant » ?
… Tellement de cactus qu’on a envie d’annuler la règle !
Ex. : desceller, déstructurer, destruction … (bien entendu, tout s’explique ! Surtout en fin de mot : accès, forêt, faciès, dès, près, prêt, congrès (dont le pluriel se confondrait avec celui de congre, n’importe quoi !) …
Pas de remède indolore. Adapter son comportement aux différents cas de " figure " :


avec x on peut penser. X, c’est deux lettres en une qui contiennent des sons différents :

exact ≡ egⅼzact , réflexion ≡ réflecⅼsion


Avec ^ rien à penser .

L’accent circonflexe, comme partout, ne sert (s’il sert) qu’à donner une "figure" aux mots. mémoire visuelle et correcteur.


avec dé , des , préfixes ou autres, on peut penser … un peu, beaucoup, passionnément.
« La lettre e, prononcée [é] ou [è] , ne prend un accent que si elle termine la syllabe » Thimonnier

dé struc tu rer     dé sta bi li ser     pres cien ce        
des truc tion         des cel ler             pré scien ti fi que
des tin            

Il suffit de bien terminer la syllabe ( il y a toujours, bien sûr, une raison )


avec

abcès , accès , décès , excès , procès , succès , congrès , progrès , après , auprès , exprès , dès , près , très , … , palmarès , faciès

rien à penser

s peut servir d’ accent … Mais Monsieur Plus peut " en rajouter " (ci-dessus la liste à mémoriser)

mais les, des, ces, … normal


avec les homonymes , il faut penser. Car c’est l’âme de l’orthographe qui ici palpite. Il faut distinguer les homonymes :

desdès (que) des présprès (de) ≠ prêt (à) (mal)gré ≠ du grès (de fontainebleau)

comme pour

du ≠ dû mur ≠ mûr sur ≠ sûr jeune ≠ jeûne il croit (croire) ≠ il croît (croitre) ou ≠ où a ≠ à la ≠ là



Le p.p. comme adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Le participe passé, comme un adjectif

salade
Je suis mangée dit la salade
salade Lapin
Je l’ ai mangée dit le lapin

Evidemment, on choisit ici, malhonnêtement, un verbe où l’aspect adjectif du participe est tout à fait crédible.
Parfois, il faut se forcer un peu pour l’imaginer

Il   l’   a   vue         elle   vue   : lui     En tout cas ce n’est pas "lui" qui est vue

autre exemple : il l’ a écrite   ,   elle est écrite (la lettre)

L’histoire du verbe
bref commentaire
Pour le fameux << quand il est placé avant >> , on peut se raconter cette fable :

Le lapin a mangé_ la salade

Au moment où j’écris, je ne sais pas encore ce qu’il a mangé, le lapin.
On ne peut pas prendre de décision d’accord.
Et après, c’est trop tard !

C’est la règle classique que tout le monde a appris(e) par coeur : le participe passé conjugué avec avoir s’accorde avec le c.o.d. quand celui-ci est placé avant. Ce n’est déjà pas de la tarte, on le voit ici même. Nous faisons de notre mieux pour la rendre plaisante. Mais le reste, avec en et y, avec les verbes pronominaux, avec un infinitif … ! Ces règles byzantines dont Mme Catach, la grande spécialiste de l’orthographe décédée en 1997, disait « qu’il faudra bien que l’on trouve le moyen de diminuer le cout extravagant en angoisses et en heures perdues » … Ce n’est pas pire que la famine en Somalie, mais il faut bien vivre là où l’on vit ; le mieux possible, ça ne mange pas le pain. Quant au reste, verbes pronominaux et tutti quanti …. voir les meilleurs manuels.



tu ⇒ s , ils ⇒ nt[modifier | modifier le wikicode]

on peut affirmer aussi
(de l’oreille aux règles)
tu ⇒ s (x) ils ⇒ nt nous ⇒ ons vous ⇒ ez
tu vois , tu verras ,
tu vas voir , tu as vu ,
tu vis , tu eus vu ,
tu voyais , tu avais vu ,
tu aurais vu , tu eusses vu
elles voient , ils vont voir ,
ils ont vu , ils virent ,
les anciens voyaient , ils avaient vu ,
les citoyens verront ,
ils verront …
quand on entend [on]



… nous verrons
quand on entend [é]
à condition de le poser au bon endroit :
vous av
ez mangé
c’est
, c’est pas
Terminaison … ↑
bref commentaire
tu ⇒ s ; ils ⇒ nt ; nous ⇒ ons ; vous ⇒ ez

Ce sont des règles absolues, y compris pour " nous " et " vous " quand on a adopté la démarche " de l’oreille aux règles ". Qui pourrait avoir l’idée saugrenue d’essayer de placer un " on " (ons) et un " ē " (ez) dans " nous sommes " et " vous faites " ?
La seule embrouille vient de l’impératif. L’impératif est une forme brève, et en plus, quand on commande, on sait à qui on s’adresse : il n’y a pas de tu, mais on sait bien qu’il s’agit de " toi " : " Va, cours, vole et nous venge " ( Toi, tu vas, tu cours, tu voles et tu nous venges). On voit qu’il n’y a pas de s partout ( ça doit être pour écrire plus vite les ordres de mission ). Il n’y a pas de s quand il s’agit des verbes er, de cueillir et compagnie, et de avoir (aie) … Sauf qu’on le retrouve dans " vas-y " et " voles-en "… Attention ! ce n’est pas à cause de la 2e personne, c’est seulement pour que ça coule mieux, on dit " par euphonie " (voir apostrophe et trait d’union).



c , s [modifier | modifier le wikicode]

Ces choses-là
cette ceci cela  
celui-ci celle-ci  
où ? là
c’est le pitbull qui s’est sauvé
la lettre c montre la lettre s se montre soi-même
  ses affaires perso
  les miennes les siennes
sa mob sa meuf
bref commentaire
Rien de plus qu’une façon imagée de mémoriser
  • le démonstratif , il montre
  • le possessif , il possède (il tourne tout vers soi)

« C’est le pitbull qui s’est sauvé » est un exemple pris dans Bled,6ème p.10. Si, si : on s’est contenté de remplacer chien par pitbull. C’est un clin d’oeil. Mais c’est aussi pour faire honneur en passant au vénéré maitre de l’orthographe pour tous. En tordant le cou au principal argument qui servit naguère à le déconsidérer : ses exemples et les phrases de ses exercices étaient ringards . Il n’y avait qu’à les changer !



eu, au attirent les x [modifier | modifier le wikicode]

Il faut mettre un x aux noms en eu et au quand ils sont au pluriel.
les ---→ aux
des ---→ eaux
1000 ---→ eux
Mais il y a quelques exceptions : Les exceptions d’usage courant :
des landaus
des pneus
des bleus
Pour les noms en ou , c’est le contraire La fameuse chanson, la connaissez-vous ?

trouvez 7 x dans cette image
les mots en ou qui prennent un s au pluriel Le 8ème mot en ou qui prend un s au pluriel
bref commentaire
Rien à penser , Mieux vaut chanter :

{
\relative a'{
    \key f \major
    \time 2/4
 \unfoldRepeats
% Bi i ... pou
 \repeat "percent" 2 {
    \partial 4*1
    a8g8 
    a8 d8 c8 bes16 c16
    a4 a8g8
    a8d8 c4
   \partial 4*1
    a8 r8 
 }
    \break
% sont par ... ex cep ti on
    \partial 4*1
    a8f8
    f8a8 a8 g16a16
    g4 e8g8
    f8e8 d16e16f16g16
    a4 
    \break
    \bar ":|"
% parceque ... S
    d,8d16e16
    f8f16g16 a16a16a16a16
    d4 a8a16bes16 a16bes16a16g16 a4
    d,4 r4
   \bar "|."
 }
}
\addlyrics {
  \lyricmode {
Bi -- i -- jou, ca -- illou, chou, ge -- nou, hi -- i -- bou, jou -- jou, pou 
Bi -- i -- jou, ca -- illou, chou, ge -- nou, hi -- i -- bou, jou -- jou, pou 
sont par -- mis tous les noms en "OU" les sept noms qui font ex -- cept -- ti -- on
par -- ce que lors -- qu’on les é -- crit au plu -- riel, il faut leur mettre un "X" et pas "S"
  }
}
Suite :

Je - e m’a - a - a - pè - er - çois qu’a -a - pè - er - ce - voir (bis)
ne s’é - crit qu’a - vec un seul "P", tâ - chez donc de ne pas l’ou - bli - er .
Je m’a - per - çois, he bien oui, je m’a - per - çois qu’a - per - ce - voir ne prend qu’un seul "P".

Le - e pa - a r - ti - cip’ pas - sé em - ploy é a - vec être (bis)
s’a - ac - corde en genre et en nombre tou - jours a - vec le su - jet du verbe,
l’ par - ti - cip’ pas - sé em - ploy é a - vec être s’ac - cor - d’a - vec le su - jet du verbe.

Lè - es noms fé - mi - nins en "i" se ter - min’ par i - e (bis)
à l’ex - cep - tion des noms sui - vants : bre - bis, four - mi, nuit, per - drix, sou - ris,
Les noms fé - mi - nins en "i" prenn’ i - e sauf bre - bis, four - mi, nuit, per - drix, sou - ris.

Lè - es verb’ com - men - çant par "ap" s’é - criv’ a - vec deux "P" (bis)
à l’ex - cep - tion des verb’ sui - vants : a - pla - nir, a - pla - tir, a - pai - ser;
et pour êtr’ sûr de ne pas en ou - bli - er,
dans l’ dic - tion - nair’ il vous fau - dra al - ler cher - cher !



a ou à   ?[modifier | modifier le wikicode]

a C’est un verbe, donc ça se conjugue : il a , il avait , il aura

Il avait un point de côté.
Il avait vraiment trop couru. (avait marche très bien)

Il se traîne jusqu’àvait son lit. Si c’est pas a (~ avait) alors c’est à . . . une préposition

( Il n’est pas inutile de comprendre son rôle dans la phrase, pour penser dans l’autre sens : pas à => a )

Analyse
bref commentaire
Si " pas a " (alias avait) alors " à " . C’est bête ! C’est ce qu’il faut pour justement ne pas trop réfléchir dans l’action d’écrire. Mais réfléchir n’est pas un péché, même en orthographe. Nous ouvrons donc la piste " préposition ". Si " pas à "(préposition) alors " a " . Car une préposition, c’est passionnant quand on l’envisage dans son rôle fonctionnel , qui consiste à faire entrer des êtres et des choses dans des histoires .



c et g[modifier | modifier le wikicode]

c et g se prononcent
[s] et [j]
avec e , ē , i , y
[c] et [g]
avec les autres lettres
ceci , cygne , céleri , …
gène , gym , girafe , gageüre * , …
mais
e
a → geai      
o → georges
u → gageure
mais
maçon
u
e → guenon
é → guérite
i → gui      
y → Guy    
clou , écrou , car , cul , comme , …
gros , gland , garde , godasse , ambigüité * , …
* réforme de 1990
mais
eu / ue ?
[eu] feu , [eu] ≡ e : fleur , [eu] ≡ u : il a eu
gageure gageure , cueillir , cercueil , cerfeuil , …
 
bref commentaire
Vigilance, zone de turbulences graphiques et phoniques.

Vigilance et correcteur ! Ce que c et g font avec { e,é,i,y } ou avec { les autres lettres }, tout le monde le connait ; ainsi que la manière d’inverser avec e, u ou la cédille. Il se produit pourtant parfois des fautes étranges. Pas de ces fautes banales qui font écrire esturgeon comme goujon, mais de franche révolte primitive contre la logique biscornue du système (toujours explicable dans ses moindres détails, bien entendu : c’est ce qui énerve encore plus !).
C’est au contact du phonogramme eu surtout que ça dérape, quand il est suivi du micmac encore pire qui sert à faire entendre [i] et [y].
Nous suggérons déjà de déconstruire « eu » : eu , eu , eu

  • le eu de peur c’est le e de petit (quand on le prononce) ; mais, pour l’écrire, il faut mettre un tampon, sinon ça ferait [pèr] ; u ici encore sert de tampon.
  • les jeunes de Lyon sont des jeunes. L’orthographe est véhiculaire : unité et diversité. C’est bon pour les Lyonnais que eu soit polyvalent.
  • « j’eus »,« il a eu » … sont bien connus. Plus que gageure ! Gageüre, en bonne orthographe de 1990.



’ -[modifier | modifier le wikicode]

L’apostrophe et le trait d’union légal illégal
oiseau apostrophe
trait d’union
j ai vu l oiseau .
tu as vu
jlai applé ,
donne - lui des cerises
donne - men
donnes - en
cheville sonore légale
(et incorporée!)
je ai vu , le ptit - oiseau
t as vu
i ma rgardé
des crises (?)
donne - moi -z- en
    cheville sonore illégale
    —
où va -t- on ?
 
La norme est ce qu’elle est
Et les outils ce qu’ils sont
bref commentaire
L’apostrophe et le trait d’union rafistolent les mots écrits malmenés par la parole.
  • L’apostrophe indique qu’une lettre a disparu. ( Elle s’est envolée, il ne reste que sa trace.)
  • Le trait d’union attache ensemble ce qui tend à faire bloc. ( Il sert beaucoup dans les mots composés, avant leur éventuelle soudure finale.) C’est " L’usage " qui décide des soins appropriés. C’est à dire le " bon usage ". C’est à dire le " sentiment de la langue " de ceux qui décident. On le voit clairement à l’œuvre ici. Mais on voit très bien aussi avec " cerise " qu’on ne peut pas aller n’importe où.

En tout cas, légitime ou illégitime, l’utilisation des deux outils est intelligible. Dans un usage familier, rien n’interdit d’en user avec pertinence. Et qui sait si cet usage familier ne sera pas un jour légitime ? Ainsi, « i’ joue », à priori, est plus proche d’une bonne règle d’écriture que « y joue » si souvent adopté. Et le trait d’union dans les noms composés rend légitime un s et un seul de pluriel à la fin. (Comme la réforme de 90 l’a décidé pour ceux composés d’un verbe et d’un nom ou d’une préposition et d’un nom . ex : des abat-jours, des sans-abris) .