Orthograve/exceptions et transfuges

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Verbes er et  er 

En les regardant d’un autre œil, ils suivront la règle commune.
Nous adoptons un point de vue parfaitement pragmatique : "ce qui est vrai, c’est (vraiment) ce qui est bon (pour chacun)".
(aussi bien, si vous vous sentez mieux avec d’autres habitudes, n’en changez surtout pas, tout est bon, dans ce binz)

verbes en dre[modifier | modifier le wikicode]

ceux qui gardent le d ceux qui perdent le d
peindre je peins
je prends prendre
craindre je crains
tu attends
il fendt
il coudt
attendre
fendre
coudre
résoudre
il résout
s s t ? Disons qu’il y a un t caché.
La preuve on l’entend : "entendt-il ?"
ce sont les verbes en "indre" et
"soudre" (pas en oudre ! coudre)

Cette histoire de t caché peut passer pour une petite escroquerie ; il faut être plus clair.
La liaison qui s’entend [t] avec d est une affaire phonétique automatique, qui se produit ailleurs. Ex. Quand_ il est parti. (Il faut noter qu’on l’accepte très bien ; on doute même du t de "quant à"). T et d ont une ressemblance phonétique, la même que celle de c-g, p-b … qui produit souvent des troubles orthophoniques.
Ceci n’a rien à voir cependant, à priori, avec le genre d’explication employé dans la description des conjugaisons. Le d de ’il prend’ est une " lettre de famille " qui appartient à la "figure" du mot prendre ; ce n’est pas une terminaison. Mais pas davantage il en cache une. Il a simplement évincé un t incongru visuellement et sans utilité phonétique importante.

verbes en tre et en tir[modifier | modifier le wikicode]

quand on n’ entend plus le t, il faut se méfier ! Ils perdent un t : 1 - 1 = 0 , 2 - 1 = 1 (sauf vêtir : je vêts , tu vêts , il vêt .)

naitre mettre mentir ralentir
je nais je mets je mens je ralentis
tu nais tu mets tu mens

pas de problème on entend ce qu’on écrit

il nait il met il ment

il mett ? on peut dire que le t de la conjugaison est superposé à l’autre : il mett

Règle blédienne classique. Et un peu trop là pour pas grand chose. " De l’oreille à la main ", on se simplifie l’approche, à condition … de connaitre l’orthographe de l’infinitif : le verbe "naitre" ne s’écrit pas nettre, ni nètre , et "mettre" n’est pas de la famille de Maitre Zen.
Quand on sait cela, il saute aux yeux (après l’oreille) que je n[ai]s et je m[et]s coulent de source. Ces verbes perdent tout ce qui devient muet. Exactement comme dormir → je dors, servir → je sers, vivre → je vis …; mais pas rompre → je romps. On ne va pas se plaindre que ceux-là font simple !
Reste battre et sa grande famille : rebattre, rabattre, combattre, débattre, s’ébattre. La règle pour " tre ", c’est à cause d’eux.
Reste vêtir et sa famille : revêtir, dévêtir. Quand on n’est pas trop tenté de l’envoyer … se rhabiller, on l’écrit comme … forêt : ex, je revêts ma tenue d’apparat.

les transfuges[modifier | modifier le wikicode]

les traitres : ouvrir cueillir assaillir …

j’ouvre / je souffre
tu couvres / tu cueilles
il offre / il défaille

Ils changent de camp sans scrupule. Mais on ne voit pas trop comment. ils pourraient vivre autrement : il ouvrt ! ?

l’ individualiste : aller , je vais , tu vas , il va

pouvoir, valoir, vouloir[modifier | modifier le wikicode]

quand on les conjugue, on entend [eu] ou [au], alors : je peux tu vaux il veut

s et x sont des lettres sœurs , eu et au attirent les x

( Sauf, cactus de cactus, (é)mouvoir : je meus , je m’émeus )

convaincre vaincre[modifier | modifier le wikicode]

je convaincs tu convaincs , il convainc …

L'épopée " s s t "[modifier | modifier le wikicode]

Animation : conjugaison au présent des verbes non er aux 3 premières personnes du singulier (je, tu, il) ⇒ _s , _ s , _ t . (Image:SST.svg).