Pathologie/Pathologie générale/Anomalies tissulaires

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Au cours de tout phénomène pathologique, les tissus et les organes peuvent être l'objet d'anomalies morphologiques élémentaires, appelées « lésions élémentaires ». Ces lésions élémentaires peuvent se grouper en « syndrome lésionnel ».

Anomalies de volume[modifier | modifier le wikicode]

Hypertrophie[modifier | modifier le wikicode]

L’hypertrophie tissulaire ou organique est l'augmentation du volume d'un tissu ou d'un organe due à une hypertrophie cellulaire ou une hyperplasie cellulaire.

Elle peut être due à deux mécanismes: - une augmentation de l'activité mécanique ou métabolique (hypertrophie cardiaque du sportif) - une stimulation hormonale accrue (acromégalie par l'hormone de croissance)

La notion d'augmentation ou de diminution de cytoplasme spécialisé permet également d'écarter les fausses hypertrophies, liées à la dilatation de cavités ou à l'accumulation d'un tissu interstitiel, fibreux, lipomateux ou d'une substance anormale comme l'amylose (ex: lipomatose pancréatique, gliose cérébrale, amylose cardiaque). De même, ces modifications du tissu interstitiel peuvent masquer une réelle atrophie (ex: lipomatose musculaire).

La splénomégalie peut également être considéré comme une hypertrophie de la rate.

Hyperplasie tissulaire[modifier | modifier le wikicode]

L’hyperplasie correspond à l'augmentation de la masse d'un tissu, d'un organe, ou d'une portion d'organe due à une augmentation anormale du nombre de ces cellules, sans modification de l'architecture.

Elle est souvent associée à une hypertrophie cellulaire (cf plus haut) et à une hyperactivité fonctionnelle. Elle peut être physiologique, comme l'hyperplasie compensatrice d'un organe après chirurgie, ou l'hyperplasie mammaire par stimulation hormonale au cours de la grossesse. Elle peut être pathologique, comme l'hyperplasie surrénalienne au cours d'un hypercorticisme hypophysaire.

Hyperplasie épithéliale mammaire[modifier | modifier le wikicode]

L'épithélium canalaire mammaire est soumis à une importante stimulation hormonale. Il peut être le siège de lésions d'hyperplasie, pouvant progresser progressivement vers un carcinome mammaire, tout d'abord in situ et intraépithéliale, puis invasif et infiltrant.

Sur des critères morphologiques il est ainsi classé en différents stades de progression tumorale :

  • hyperplasie canalaire simple (HCS)
  • hyperplasie canalaire atypique (HCA)
  • carcinome canalaire in situ (CCIS)
  • carcinome canalaire infiltrant, invasif

Hyperplasie myoépithéliale de la prostate[modifier | modifier le wikicode]

Avec l'âge, peut se développer une hyperplasie myoépithéliale de la prostate. Celle-ci n'est pas une prédisposition à l'adénocarcinome prostatique. Il s'agit d'une hyperplasie mixte, intéressant à la fois les glandes prostatiques, et à la fois le muscle lisse interstitiel à l'origine de la contraction prostatique à l'éjaculation.

Hypotrophie tissulaire et atrophie tissulaire[modifier | modifier le wikicode]

L’hypotrophie tissulaire ou organique correspond à une diminution de la masse d'un tissu ou d'un organe due à l'atrophie des cellules qui le composent. Le volume apparent de l'organe peut rester normal. Elle peut être physiologique, au cours du vieillissement, le thymus s'atrophie, ou pathologique comme l'atrophie cérébrale par insuffisance circulatoire, l'atrophie des tubules rénaux dans les néphropathies chroniques.

Exemples :

  • atrophie thymique
  • atrophie corticale cérébrale
  • atrophie musculaire

Dystrophie tissulaire[modifier | modifier le wikicode]

La dystrophie désigne toute altération cellulaire ou tissulaire acquise, liée à un "trouble nutritionnel" (vasculaire, hormonal, nerveux, métabolique).

Elle correspond à des phénomènes d'adaptation cellulaire, et les transformations de la structure cellulaire correspondent à l'ajustement de son activité en fonction des modifications durables que lui impose son environnement. Ces lésions sont souvent réversibles lorsque cesse la cause. Il est rare que les lésions dues au "trouble nutritionnel" soient homogènes.

Le plus souvent, en raison des phénomènes de compensation et d'essais de régénération, les lésions d'atrophie, d'hypertrophie et d'hyperplasie cellulaire sont associées et créent des aspects histologiques complexes dont l'analyse est difficile.

Métaplasie[modifier | modifier le wikicode]

La métaplasie est une anomalie acquise résultant de la transformation d'un tissu en un autre tissu, de structure et de fonction différentes, normal quant à son architecture, mais anormal quant à sa localisation.

La métaplasie peut être physiologique (métaplasie déciduale du chorion cytogène de l'endomètre). Elle est en fait le plus souvent pathologique, liée soit à un processus inflammatoire, soit à une cause toxique, chimique ou hormonale.

Elle est rarement directe, se produisant à partir de cellules adultes déjà différenciées. Par exemple, la transformation d'une muqueuse malpighienne en une muqueuse malpighienne plus différenciée réalise la leucoplasie buccale.

Elle est le plus souvent indirecte (kératinisée); la nouvelle différenciation se fait par modification de la maturation des cellules jeunes. L'assise génératrice en s'adaptant aux conditions nouvelles, va acquérir une nouvelle différenciation et donner naissance à un tissu morphologiquement différent, comme la métaplasie malpighienne d'un revêtement cylindrique (bronche, endocol utérin, vésicule biliaire) ou la métaplasie osseuse du cartilage.

La métaplasie peut aussi aboutir à un tissu simplifié (métaplasie régressive): transformation d'un épithélium de type gastrique en un épithélium de type intestinal au cours des gastrites ou au voisinage d'un ulcère (dédifférenciation).

Anaplasie[modifier | modifier le wikicode]

Quand un ensemble cellulaire perd toute différenciation, elle est dite anaplasique. Ceci correspond toujours à un processus tumoral.

Nécrose tissulaire[modifier | modifier le wikicode]

Il existe deux types de nécrose:

- la nécrose de coagulation ou nécrose ischémique. L'ensemble de la cellule prend un aspect fantomatique avec conservation de sa taille et de sa forme, disparition du noyau, le cytoplasme est homogène, laqué. La nécrose de coagulation est liée à une interruption brutale de la vascularisation d'un tissu (infarctus et nécrose tumorale par exemple).

- la nécrose de liquéfaction ou nécrose suppurée. Il s'agit d'une autolyse avec digestion cellulaire, désintégration des structures, le tissu n'est plus reconnaissable (nécrose au cours de la pancréatite aiguë, par exemple).