Pathologie moléculaire/cancer de l'ovaire

Un livre de Wikilivres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Pathologie moléculaire du cancer de l'ovaire

Etude de BRCA1 et BRCA2[modifier | modifier le wikicode]

  • Enjeux
  • Indications
  • Méthode d'étude
  • Coûts
  • Résultats

Enjeux : L'indication des anti-PARPs Poly(ADP-ribose) polymérase et le statut BRCA1.

Les enzymes PARPs forment une famille de 17 membres qui ont des structures et des fonctions très diverses dans la cellule. On les trouve dans le noyau cellulaire.

Les poly(ADP-ribose) polymérases (PARPs) sont des glycosyltransférases qui catalysent la réaction liant NAD+ et ADP-ribosyl.

Des molécules anti-PARPs ont été développées comme :

D'autres sont en cours de test, comme l'iniparib, le talazoparib, le veliparib.

Les protéines BRCA1, BRCA2 et PALB2 jouent un rôle important dans la réparation des lésions doubles brins de l'ADN par recombinaison homologue (HRR), un mode de réparation fiable dont le taux d'erreurs est faible. Lorsqu'une mutation intervient sur l'un de ces gènes, elle peut altérer le mécanisme de réparation de l'ADN, ce qui peut à son tour entraîner l'apparition d'un cancer du sein.

La PARP-1 est une enzyme poly(ADP-ribose) polymérase importante dans la réparation des lésions simples brins de l'ADN. Lorsque de telles lésions s'accumulent sans être réparées jusqu'à la réplication de l'ADN, qui précède la division cellulaire, cette dernière peut conduire à la formation de lésions doubles brins.

Les inhibiteurs de la PARP-1 provoquent ainsi l'accumulation de lésions doubles brins. Elles sont réparées normalement par le système des gènes BRCA1, BRCA2 et PALB2. Ces lésions ne sont pas réparées par les cellules cancéreuses, dont l'un de ces gènes est altéré, ce qui conduit à la mort de ces cellules, ce qui les rend particulièrement sensibles au traitement chimiothérapique.