Pathologie moléculaire/cycle cellulaire

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cycle cellulaire[modifier | modifier le wikicode]

Le cycle cellulaire est régulé par l’interaction de multiples protéines comme les cyclines (CCNs), les kinases dépendantes des cyclines (CDKs) et des phosphatases. Des complexes contenant les CDKs, les cyclines, la protéine PCNA (proliferating cell nuclear antigen) et plusieurs autres protéines régulent les différents points de transition entre chacune des étapes du cycle cellulaire, comme les transitions G1/S et G2/M.

En plus de CDKN1A (p21) et PCNA, le complexe kinase CDK2/CCNAs kinase comprend les protéines SKP1 (p19) et SKP2 (p45).

Régulation du cycle cellulaire et cancer[modifier | modifier le wikicode]

Points de contrôle (checkpoints) et cancer[modifier | modifier le wikicode]

CHEK2[modifier | modifier le wikicode]

La protéine kinase CHEK2 a également un rôle de point de contrôle. CHEK2 est une protéine kinase activée en réponse à des lésions de l’ADN et impliquée dans l’arrêt du cycle cellulaire. CHEK est un régulateur d’amont de la protéine p53 dans la voie de signalisation liée aux lésions de l’ADN.

Les mutations germinales de CHEK2 sont à l’origine de plusieurs prédispositions tumorales : certains syndromes de Li-Fraumeni (MIM.151623), certaines prédispositions aux cancers du sein ou de la prostate, certaines familles associant cancers du sein et du colon. Des mutations de CHEK2 sont ainsi trouvées chez 4.8% des patients porteurs d’un carcinome de la prostate (#12533788#)

Des mutations somatiques de CHEK2 ont également été trouvées dans des ostéosarcomes et des cancers de prostate.

Cycle cellulaire et virus

Le pouvoir pathogène de certains virus, comme les papillomavirus HPV, s’exerce par la capacité de certaines protéines virales à interagir avec les protéines régulant le cycle cellulaire.

En effet, ls oncoprotéines E6 et E7 de l’HPV peuvent inactiver les fonctions suppresseurs de tumeurs des protéines p53 (TP53) et Rb (RB). Le sous-type HPV16 a été impliqué dans la genèse de plusieurs carcinomes comme les carcinomes épidermoïdes du col utérin, des voies aéro digestives supérieures et du larynx.