Renaissance et Réforme/La nouvelle Europe

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Renaissance et Réforme

Auteurs · Bibliographie
00. Contexte · 01. XVe – XVIe siècles · 02. Les hommes, les idées
03. En Allemagne, en Suisse... · 04. Jean Calvin · 05. La nouvelle Europe



Renaissance et Réforme : 00 · 01 · 02 · 03 · 04 · 05

De la deuxième moitié du XVeme siècle à la fin du XVIeme siècle, s’est étalée une période où tout a été bouleversé et transformé. Les arts, les sciences, les lettres , le religion et les Églises ont basculé après des décennies de réflexions, de doutes, de menaces et de risques. On ne parle plus de ‘chrétienté’ mais déjà d’un christianisme éclaté et si le premier schisme de 1054 conservait une partie des concepts catholiques, celui de 1517 a déchiré le catholicisme en deux religions différentes. Outre les orthodoxes, on, parle désormais de catholiques et de protestants. Aux conflits politiques se greffent les religieux.

Ces conflits vont être dés lors démultipliés par la diversité et l’incompréhension, dans un même pays et entre les pays. Démultiplié encore le potentiel d’agressivité et de violence par le soubassement religieux, particulièrement au XVIeme siècle où la mort est partout présente, à tous les stades de la vie, sans concession ni compromis. Seul le plus fort résiste, physiquement, intellectuellement, spirituellement dans la ligne de sa religion. Et quand cette dernière explose, les repères pour certains disparaissent. Pour d’autres, ils sont remplacés par des objectifs différents, mais cette explosion des traditions a induit un déséquilibre, puis la peur, puis l’exclusion et / ou la violence.

Le vieux Moyen-Âge n’est plus, avec ses incertitudes et ses erreurs, sa force et sa faiblesse, sa beauté et ses valeurs qui pouvaient paraître pérennes. Est entré en scène le monde moderne qui bouscule et fait basculer les apparentes certitudes, forces et valeurs et ,dans un fourmillement d’idées, fait émerger un monde nouveau. Et quand tous ne peuvent pas en quelques décennies tout balayer ou tout faire oublier, la difficulté de ce monde nouveau sera de se faire admettre, accepter, adopter.


La Réforme, après l’humanisme, et avec les nouveaux savoirs intellectuels ou techniques, est un des tournants entre le Moyen - Age et l’époque moderne. Le dualisme politique et religieux ancien n’est plus et un retour à l'identité entre empereur et pape voulue par le "saint empire romain germanique" avant la "querelle des investitures" réapparait.

L’articulation se fait de plus en plus inévitable, paraissant comme le négatif d’une photographie ; cette articulation toujours existante était acceptée par tous, mais elle devra dés lors être imposée et donc induira des conflits avivés par l’aspect religieux.

Les deux religions, catholique et protestante, seront indissolublement liées, en miroir, ou en contraste , ou en guerre. Aux dogmes protestants intouchables on répond doctrines catholiques à toujours repenser, aux certitudes on rétorque interrogations et réflexions, face à la tradition on déclare la Réforme « semper reformanda », à l’Église catholique on oppose les Églises réformées, et enfin l’autorité cléricale est remplacée par le sacerdoce universel .


S’il existe une histoire des religions, la notion de conflit entre pouvoirs spirituels et temporels s’est vite imposée. Les pays de Réforme ont choisi de détruire tout pouvoir spirituel afin de laisser libre champ au pouvoir politique.

Au XVIeme siècle, l’Europe est divisée, et le restera, par les religions, celles –ci induisant, avec une démarche intellectuelle et une philosophie différentes, une économie et une société tout autant différentes. Le nord de l’Europe se voit en effet acquis au luthéranisme (nord du Saint - Empire, Suède, Danemark, Norvège, Ecosse et Angleterre), l’est européen est en partie favorable à la Réforme également, tandis que le sud reste latin et catholique (Allemagne du sud, Italie, Espagne) . La France , en tenaille, doit choisir ; François 1er le fait en 1534. Les conflits religieux d’où vont naître, en France, dés 1562, les ‘ troubles’ politiques s’inscrivent aussi dans cette spirale, et si la guerre de religion de 1562-1563, la première des huit qui s’enchaîneront, sera la plus ‘sincère’ et la plus ‘authentique’ , les sept autres ne pourront ignorer les enjeux politiques. Les édits qui signent les courts temps de trêve entre les guerres ne sont que ponctuels et ne peuvent déterminer une paix durable. Il faut attendre Henri IV qui, par son abjuration toute politique, son ‘saut périlleux’ de 1593, pourra signer l’Edit de Nantes en 1598. Seul édit de paix crédible et réel qui ne durera que douze ans jusqu’à l’assassinat du roi.

Dans le domaine religieux, la Réforme donnera naissance à la Contre Réforme catholique . L’Église et les fidèles ne sont restés ni indifférents ni seulement hostiles à la nouvelle Église qui s’imposait, ils se sont engagés dans une lutte intérieure et extérieure. Intérieure pour être mieux compris et mieux comprendre hommes, pensées et événements. Extérieure en diffusant un savoir mieux adapté et recentré sur l’essentiel du catholicisme.

Paris et Louvain, par leurs universités, vont exceller dans cet effort. Erasme s’opposera à Luther, John Fisher en Angleterre paiera de sa vie son opposition à Henri VIII dans sa rupture avec Rome. En Espagne, Ignace de Loyola, blessé en 1521, met à profit son immobilité pour choisir sa voie : se mettre au service de Dieu. Bientôt la Compagnie de Jésus sera approuvée par le pape Paul III en 1540, comptera environ mille membres, ouvrira des collèges et dispensera une formation poussée et reconnue.

C’est principalement le concile de Trente qui sera le moteur de la Contre -Réforme. Par son travail considérable de 1540 à 1562, le Concile, en voulant enrayer les thèses protestantes, a approfondi et affirmé les siennes. Ainsi va-t-on expliquer à nouveau et enseigner les sept sacrements, la tradition apostolique, l’autorité ecclésiastique ou la transsubstantiation.

Les besoins de réformes des humanistes chrétiens ont été entendus et désormais tout possesseur de bénéfice ecclésiastique doit résider sur son territoire ; les religieux devront obéissance stricte à la règle, et les évêques devront prêcher et visiter leurs diocèses tous les ans . Enfin plus tard , mais la réflexion est engagée, on instituera un Index des livres interdits en 1564, un catéchisme en 1566, un bréviaire en 1568 et un missel en 1570.

Cette ‘Réforme catholique’ ne sera pas accueillie avec le même succès dans tous les pays, notamment en Allemagne où les Etats sont divisés et les princes électeurs jaloux de leur pouvoir. Le Saint Empire, partagé entre nord et sud comprend donc catholiques et protestants, et rencontre donc des difficultés supplémentaires : la carte de l’Empire reste la même géographiquement, mais elle est à présent très différente religieusement et politiquement. Dans cet éclatement l’Europe conserve au XVIe siècle le tracé du ‘limes’, cette frontière de l’empire romain qui séparait le nord du sud et qui désormais sépare Réforme et Contre–Réforme, protestantisme et catholicisme.


Le XVIe siècle a donné naissance à un dualisme, père sans doute d’un pluralisme, de pensées et de réflexions, spirituel et religieux, politique, économique et social ; père d’une future tolérance, ni perçue ni connue alors qui s’amorce chez certains et devra attendre deux siècles pour exister et s’affirmer.


Renaissance et Réforme : 00 · 01 · 02 · 03 · 04 · 05