Utilisateur:Thierry Dugnolle/Projets

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'éveillé

(Le Bouddha)


« Il m'a insulté, il m'a battu, il m'a vaincu, il m'a volé ». S'attachent-ils à ces reproches : point d'apaisement pour leur haine !

« Il m'a insulté, il m'a battu, il m'a vaincu, il m'a volé ». Ne s'attachent-ils pas à ces reproches : apaisement pour leur haine !

Assurément, en ce monde jamais haine n'apaisa haine, mais absence de haine le fait : loi éternelle.

(Dhammapada 3-5, traduit par Jean-Pierre Osier)

Économie[modifier | modifier le wikicode]

La science économique est la science de la production et de la consommation des biens et des services.

Les services (le travail) sont consommés au moment où ils sont produits.

Les biens produits sont consommés après un certain délai, court (produits frais) ou plus ou moins long (biens durables, y compris les stocks de denrées non-périssables).

Certains biens durables sont quasi-éternels (logements de qualité, bijoux, objets d'art ...). D'autres sont consommés par l'usage au cours de leur durée de vie. Même les biens quasi-éternels requièrent en général du travail pour être entretenus.

La consommation finale est la consommation de biens et services qui améliorent directement la qualité de la vie : alimentation, vêtement , logement, santé, éducation, transport, sport et divertissement, communication à longue distance...

La consommation intermédiaire est la consommation de biens et de services qui servent dans la chaîne de production des biens et services finaux.

Certains biens comme les moyens de transport, les ordinateurs et les smartphones, peuvent servir à la fois comme biens intermédiaires et comme biens finaux.

La qualité de vie ne dépend pas que de la consommation finale : avoir un bon travail et bénéficier de bonnes conditions de travail, se sentir en sécurité au présent, pour son avenir, celui de ses enfants, de son pays et de toute l'humanité, être respecté par les autres, être aimé, respirer un bon air, bénéficier d'un bon climat et d'une nature accueillante ...

La richesse réelle (le capital) à un instant donné est l'ensemble de tous les biens durables.

On peut aussi inclure dans la richesse réelle l'intelligence, la compétence et la santé des êtres humains (le capital humain) et les richesses naturelles (les mers, les océans, les fleuves, les rivières et les lacs, les paysages, la faune et la flore naturelles ...).

La richesse marchande est la valeur marchande de la richesse réelle. Elle est évaluée à partir des prix de marché. Lorsque les biens ne sont pas vendus, on évalue leur valeur marchande à partir des prix de marché de biens équivalents. Comme les êtres humains ne sont pas vendus comme esclaves, leur valeur marchande ne peut pas être évaluée, sauf par des moyens indirects (somme actualisée des revenus au cours de la vie ou prix du risque) très discutables.

La richesse marchande dépend des anticipations de long terme. Les biens durables ont une valeur marchande parce qu'on anticipe qu'ils seront utilisés, et qu'ils pourront être vendus. Mais les modes de vie, et les anticipations des modes de vie à venir, peuvent varier. De telles variations sont difficiles à prévoir. Si par exemple, les êtres humains renoncent à l'usage des hydrocarbures, toutes les infrastructures et les équipements destinés à les produire et à les consommer perdent automatiquement leur valeur. Si les fiancés perdent l'habitude d'offrir des diamants, la valeur marchande des stocks de diamant sera grandement diminuée.

Les anticipations sont très fluctuantes. Elles varient avec la survenue d'événements imprévus (catastrophes ...) et sont souvent irrationnelles (les esprits animaux) parce que personne ne peut prévoir avec certitude ce que nous réserve l'avenir. C'est pourquoi la valeur boursière des actions peut varier brutalement. Des milliards de dollars peuvent disparaître en un jour sans qu'aucun billet n'ait été brûlé, simplement parce que les êtres humains ont changé d'avis.

L'investissement est la variation de la richesse réelle au cours d'une période. Un investissement négatif est une diminution de richesse réelle (non-renouvellement des biens durables consommés ou détériorés).