Construire sa maison/Les cloisons

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

<< Gaines et canalisations | Sommaire général | Réalisation des sols >>

Une fois que la maison est hors d'eau et que l'isolation des murs est en place peut commencer la pose des cloisons de doublage (des murs "froids") et des cloisons de distribution qui vont partitionner le volume habitable en pièce, couloirs et séparations.

Doublage intérieur des murs périphériques[modifier | modifier le wikicode]

Lorsqu’une couche d’isolant thermique (laine de verre...) a été plaquée contre les murs extérieurs, une cloison de doublage doit être dressée pour protéger et cacher cette isolation. La pose de cette cloison suit celle de l’isolant et précède la réalisation des dalles flottantes.

La cloison de doublage peut être réalisée comme les cloisons de distribution :

  • brique creuse ou parpaing recouverts de plâtre,
  • béton cellulaire,
  • carreau de plâtre,
  • plaque de placoplâtre fixés sur structure métallique,
  • plaque de bois aggloméré fixé sur structure bois.

Les trois dernières solutions sont les plus faciles à mettre en œuvre par l’autoconstructeur. Le carreau de plâtre est un matériau qui permet de monter facilement des cloisons parfaites et très solide. On peut aussi associer carreaux de plâtre et plaque de placo (pour les tableaux de fenêtre, par exemple).

Les gaines électriques sont passées dans ou derrière le doublage et renforcées localement si nécessaire.

Cloisons de distribution[modifier | modifier le wikicode]

Pour séparer les différentes pièces d’un étage, on construit des cloisons dont le rôle est multiple :

  • séparer les différentes fonctions du logement (chambre, cuisine, toilettes...),
  • isoler phoniquement,
  • protéger l’intimité,
  • éviter les courants d’air froid (entrée...) ou pollués (toilettes, cuisine...),
  • empêcher la lumière de passer (chambres...).

Quelques contraintes sont à prendre en compte :

  • solidité et possibilité d’accrochage d’objets ou de meubles lourds,
  • épaisseur, rigidité, masse par mètre,
  • masse et capacité à isoler du bruit,
  • isolation.

.............................

Différents types de cloison[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs solutions s’offrent à l’autoconstructeur qui choisira surtout en fonction de ses compétences.

  • carreau de plâtre — massif, régulier, belle finition, peut supporter des charges importantes, assez facile à poser,
  • plaque de plâtre à peindre (dites Placo en hommage à une marque connue) — légère, permet des découpes compliquées, supporte plus difficilement des charges lourdes, à enduire sérieusement, assez facile à poser sur structure métallique,
  • panneau de bois aggloméré rainurés — à fixer sur une structure en bois. Finition assez grossière, joints difficiles à masquer (risque de fissures dans le revêtement), robuste et peu fragile, possibilité de visser directement dans la plaque, supporte des charges importantes, convient plutôt dans un local technique, assez facile à poser,
  • frise de pin sur structure bois — léger, décoratif, ne peut supporter que des charges légères (à moins de s’accrocher dans la structure), assez facile à poser,
  • brique creuse plâtrée — technologie traditionnelle, belle finition si le plâtre est bien fait, peut supporter des charges importantes à condition de prendre certaines précautions (scellements, chevilles spéciales...), nécessite un savoir-faire de professionnel,
  • béton cellulaire — léger, isolant, à enduire soigneusement, supporte difficilement des charges importantes, assez délicat à bien poser.
  • parpaing ordinaire de 10 cm d’épaisseur — massif, à enduire ou à plâtrer (traditionnel ou plaques de plâtre), supporte des charges importantes, résistant au feu, assez facile à poser,
  • brique pleine traditionnelle — cloisons lourdes, supporte des charges massives, belle finition originale si la brique, la pose et les joints sont parfaits, long et difficile à poser.

Isolation phonique[modifier | modifier le wikicode]

Empêcher le bruit généré dans une pièce d’être gênant dans une pièce adjacente (sur le même niveau ou sur un autre étage) peut se faire de différentes manières :

  • réduire le niveau de bruit en tapissant les murs de la pièce avec des matériaux absorbants (tentures, moquette au sol...), qui agiront sur la reflexion du bruit, et empêcheront la transmission air/structure ;
  • construire des cloisons lourdes (loi de masse) ou isolantes, qui limiteront les vibrations intrinsèques à la structure ;
  • rompre les liaisons entre cloisons pour éviter la transmission des vibrations ;
  • utiliser des double-portes et double-fenêtres.

Le carreau de plâtre est un bon produit, lourd, donc bon isolant phonique et permettant de réaliser une belle surface finie. Inconvénient : sa masse qui en limite l’utilisation sur les plancher sur solives.

Une solution plus légère est la double cloison garnie d’isolant absorbant (laine de verre). Les éventuelles portes de communication peuvent également être doublées.

Une cloison posée directement sur une dalle en béton transmet les vibrations (donc le son). Une semelle résiliente constitue une coupure pour la transmission des sons. D’autre part, il faut isoler mécaniquement les différentes structures. Ainsi, un plancher flottant monté sur semelle isolante ne touchera pas les murs, sous peine de transmettre à la structure les bruits d’impact. De même, les plinthes posées, le seront en ménageant un jour avec le sol.

Il faut également s'assurer de bien éviter la transmission directe du son d'une pièce à l'autre, en supprimant toute communication d'air. Un trou de la taille d'une tête d'épingle entre deux pièces réduit de 80% l'efficacité de l'isolation[1].

Enfin, la pose de boitiers électriques dans des cloisons de plaques de plâtre peut engendrer des pertes d'isolation importantes. Il faudra rester très vigilant sur la qualité de la pose, notamment le scellement des boitiers et prises[2].

Portes intérieures[modifier | modifier le wikicode]

En général il s’agit de blocs-portes composés d’un ouvrant (huisserie) articulé dans un chambranle (bâti) qui sera fixé sur le mur ou la cloison.

L’ouvrant peut être de plusieurs sortes :

  • porte isoplane formée de deux feuilles de contre-plaqué séparées par une sorte de grille de lames de carton collées en nid d’abeille,
  • huisserie de style, en bois noble d’origine locale (chêne) ou exotique,
  • porte vitrée partiellement ou entièrement en verre,
  • porte coulissante ou en accordéon,

L’ouvrant peut être simple ou en deux parties dans le cas d’une porte large. Le sens d’ouverture doit être déterminé dès l’étude en fonction de l’utilisation de la porte.

<< Gaines et canalisations | Sommaire général | Réalisation des sols >>

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://www.nrc-cnrc.gc.ca/obj/irc/doc/pubs/bpn/25_f.pdf
  2. Effet des Boîtiers Électriques sur l'isolement Acoustique des Cloisons en Plaques de Plâtre Nightingale, T.R.T. Quirt, J.D. Sultan, M.A. Solution constructive, 27 pp. 4. 1999-05-01 http://www.nrc-cnrc.gc.ca/fra/idp/irc/sc/ctus-n27.html