Enseignement du corse : variété bonifacienne

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Retourner au livre de Corse : variété bonifacienne, variété sartenaise ou variété taravaise.


La particularité de Bonifacio est plurielle. On l'appelle d'ailleurs "l'île dans l'île", preuve d'une différence affichée et aussi d'une certaine incompréhension de la part des Corses de l'intérieur. Au niveau linguistique, le bonifacien, bien différent du Corse, est une conséquence de la longue gouvernance génoise dont on retrouve encore des traces aujourd'hui: spécialités culinaires, patronymes, et rites religieux.

Le bonifacien, est donc bien plus qu'un dialecte, c'est une véritable langue vivante que l'on parle dans la vieille ville, non loin des falaises de calcaire, elles aussi uniques en Corse, mais pas seulement... En effet, cette langue que parle les bonifaciens, est la sœur jumelle du génois que pratique les vieux monégasques, et évidemment la langue historique de nos amis génois!

Pour Jean Marie COMITI, Maitre de Conférence à l'IUFM Corte. Chercheur en linguistique, sociolinguistique et sciences de l’éducation.

"Le bonifacien (u bunifazzinu, comme disent les habitants de Bunifazziu) est un isolat linguistique pris en étau entre les variétés corses du sud de la Corse et du nord de la Sardaigne. Ce cas est intéressant à deux titres : d’une part, c’est une réalité linguistique vivante qui, malgré l’exiguïté de son territoire langagier, mérite que l’on étudie ses particularités (notamment en relation avec l’aire ligure dont il est issu) ; et d’autre part, parce qu’il représente une illustration parfaite des phénomènes de distanciation linguistique opérée par une variété de ligure qui a fini par se constituer en un véritable système autonome que l’on nomme aujourd’hui « a lengua bunifazzina » (la langue bonifacienne). S’agit-il d’une « nouvelle langue romane » ou demeure-t-il un dialecte ligure ?

Il appartient à la communauté bonifacienne de se prononcer sur la question et de donner l’impulsion nécessaire, si elle le désire, d’accéder à une véritable « reconnaissance-naissance ». Une langue n’est-elle pas, au delà d’un système de sonorités organisé, l’expression de la volonté populaire ?"

A lire à ce sujet, de Jean-Marie COMITI Bunifazziu e a se lengua - Bonifacio et sa langue, Ed. Squadra di u Finusellu, Aiacciu, 1994, 168 pages.