Histoire du clavier alphabétique/De l'ordre des lettres et des premiers claviers

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ébauche

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Aucune (vous pouvez indiquer les ressources que vous suggérez qui pourraient aider d'autres personnes à compléter cette page dans le paramètre « ressources » du modèle? engendrant ce cadre)



Clavier Hughes[modifier | modifier le wikicode]

Le télégraphe de Hughes fabriqué par Siemens et Halske Les touches sont disposées sur deux rangées[1].

Clavier Brett[modifier | modifier le wikicode]

  • En 1852 existe déjà le télégraphe électrique et imprimant à clavier de 26 touches de monsieur Brett[2].

Le clavier de Brett est composé de 28 touches et parfois trente ou quarante[3].

Clavier à écrire la musique[modifier | modifier le wikicode]

Un clavier à écrire la musique est breveté en 1856 [4]

1866[modifier | modifier le wikicode]

Clavier Baudot[modifier | modifier le wikicode]

Le clavier et ses cinq touches.


Le code Baudot se compose de 31 symboles et d'un code de changement de jeu de caractère.

Les cinq premiers chiffres sont codés sur trois bits dans un ordre d'origine méconnue. Les cinq chiffres suivant sont codés dans le même ordre, mais avec le bit Modèle:N° positionné.

Aucun lien apparent ne semble unir le codage des lettres et le codage des chiffres.

Les lettres sont codées en classant les voyelles et les consonnes séparément dans l'ordre alphabétique, et en suivant le code de Gray, trois quart de siècle avant que celui-ci ne soit breveté aux Etats-Unis.

  • 1874, le téléscripteur d’Émile Baudot à cinq touches (une par doigt), 4 000 mots à l’heure

Ce téléscripteur utilise un clavier pour générer le code Baudot. Le code Baudot est dans l'histoire un des premiers codes binaires réfléchis (code de Gray) utilisé grâce à une machine. Il est aussi appelé code télégraphique Alphabet International (AI) Modèle:N° .

C'est un code binaire : chaque caractère est codé par une série de 5 bits (0 ou 1). Ce qui permet 25 = 32 combinaisons. Ces 32 caractères ne suffisent pas pour coder les lettres (26), les chiffres (10), les signes opératoires (+-/x=), la ponctuation (, ;.:!?), et les autres symboles (&, #..) ; le code Baudot utilise donc deux jeux de caractères appelés Lettres (Lower Case) et Chiffres (Upper Case). Le jeu de caractères Chiffre comprend les signes opératoires et de ponctuation et les autres symboles. Deux caractères, Inversion Lettres et Inversion Chiffres (code 31 et 27), permettent le passage d'un jeux de caractères à l'autre.

Le premier code Baudot a été développé par Émile Baudot en 1874 : il s'agissait de l'Alphabet International no .

Les caractères étaient composés à l'aide d'un clavier à cinq touches, où chaque touche correspondait à l'un des cinq bits de chaque caractère.

Les caractères ne sont pas classés dans l'ordre alphabétique, car les voyelles apparaissent avant les consonnes.

Clavier Murray (machine à écrire)[modifier | modifier le wikicode]

  • 1901, le téléscripteur avec clavier de machine à écrire et la bande perforée de Donald Murray

Ce clavier n'apporte pas de nouvelle disposition, il se contente de réutiliser le clavier e la machine à écrire, qui est décrit dans le chapitre suivant.

On peut toutefois noter que le code binaire utilisé par Murray, classe les lettres dans un ordre correspondant assez bien à la fréquence de l'usage des lettres.

Notes & références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Titre : Transmissions de la pensée et de la voix (2e éd.) / par Louis Du Temple,... Auteur : Du Temple, Louis (1819-1889) Éditeur : Librairie classique d’éducation, Ve Maire-Nyon (Paris) Éditeur : A. Pigoreau, successeur (Paris) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2048758/f296.image
  2. http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6322183q/f43.image Traité de télégraphie électrique, comprenant son histoire, sa théorie, ses appareils, sa pratique, son avenir, sa législation, précédé d’un exposé de télégraphie en général et de la télégraphie ancienne de jour et de nuit, par M. l’abbé Moigno,... 2e édition Auteur : Moigno, François (1804-1884) Éditeur : A. Franck (Paris) Date d’édition : 1852
  3. gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6219142f/f491.image
  4. gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6365356j/f255.image
  5. Ordre donné par en.wikipedia.org
  6. Code de Gray
  7. Ordre donné par en.wikipedia.org