Histoire du clavier alphabétique/Instruments de musique à clavier

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ébauche

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Aucune (vous pouvez indiquer les ressources que vous suggérez qui pourraient aider d'autres personnes à compléter cette page dans le paramètre « ressources » du modèle? engendrant ce cadre)



Les instruments de musique à clavier peuvent être plus nombreux que ce que peut croire le néophyte. On trouvera notamment une liste de ces instruments sur Wikipédia.

Dans ce livre on se consacrera uniquement aux technologies ayant préexisté aux claviers alphabétiques.


  • Le piano

Le plus ancien de ces instruments à clavier pourrait être le virginal. Par rapport aux instruments précédents, comme la harpe, cet apporte une amélioration technique, le clavier, dont on peut pense qu'il simplifie à la fois le toucher des cordes et l’identification des notes. Toutefois, le nombre de touche (41 ou un peu mois) est voisin du nombre de corde d'une harpe celtique (32 ou 38 cordes d'après Wikipédia), ce qui permet d'adresser trois octaves environ.

La Psaltérion, instrument à cordes frappées est toutefois considéré comme le prédécesseur plausible d'un instrument à clavier.

Virginal/Clavecin[modifier | modifier le wikicode]

Virginal flamand (Ruckers)

Virginal (mot venant peut-être du bas latin Virga, vergette), était employé en Angleterre pour désigner le clavecin. À partir de 1650 les termes harpsichord et spinet ont été préférés.

Le virginal est un instrument de musique à « vergettes » (sautereaux), de la famille des instruments à clavier et à cordes pincées qui comprend également le clavecin et l'épinette. L'apparition la plus ancienne du terme se situerait en 1460 dans le Tractatus de Musica de Paulus Paulinirus. Sa forme est celle d'un coffre, avec un clavier rentrant dans une niche appelée boîte à clavier.

La disposition clavier/plan de cordage du virginal flamand est d'origine italienne. Il n'a qu'un seul clavier. L'unique rang de cordes chromatiques permet de disposer les cordes, en travers de la touche du clavier (angle de 10 degrés) plutôt que dans le prolongement de la touche comme dans le clavecin — c'est également le cas des épinettes à l'italienne, dont les cordes sont en biais. Il y a une corde par note, les cordes consécutives sont rassemblées par deux. Il y a une corde à gauche et une à droite dans la travée recevant deux sautereaux alternés. C'est la travée double. Par exemple Mi bémol à gauche et Mi à droite. Il existe une sorte de virginal à l'octave, deux fois moins long : l'ottavino.

La facture flamande est massive comparée à l'italienne. Emploi du tilleul/peuplier en Flandres, de cyprès en Italie. Dans le virginal flamand le meuble est rectangulaire souvent sur un piétement à balustrade et peint en faux-marbre (1,50 m × 45 cm). Le point de pincement est généralement de 15 % aux graves, 45 % aux aigu, ce qui explique la position du clavier vers la gauche.

  • Une variante du virginal, de même apparence, autant répandue, appelée muselaar, a le clavier placé au centre ou vers la droite, ce qui lui procure un timbre assez différent et particulier. On peut voir de belles représentations chez Johannes Vermeer de Delft (1632-1675).

Le virginal était l'instrument favori de la bourgeoisie anglaise et flamande du XVIIe siècle. Une légende voudrait que le virginal ait été joué surtout par des jeunes filles et même une jeune reine - Elisabeth Ire, réputée pour en toucher suffisamment bien pour régaler les ambassadeurs.

Vers 1460, Paulirinus de Prague est le premier à citer le virginal (instrument de forme rectangulaire comme le clavicorde et de sonorité identique au clavecin) ; il en donne une description ainsi qu'une appréciation — d'ailleurs plus élogieuse que précise — du son qu'il émet ; quant au nom lui-même, il en fournit l'explication suivante : « virginale dictum quod uti virgo dulcorat mitibus et suavissimis vocibus » (« On l'appelle virginal car, tout comme une vierge, il charme par des sons doux et très suaves »). L'iconographie de cette époque et du siècle suivant montre de fait, la plupart du temps, des femmes et des jeunes filles au clavier, plutôt que des hommes.

En anglais : virginall (ancien), masc.sing. virginal, masc.plur. virginals.

En latin et en italien, l'orthographe est virginale. En Italie la traduction actuelle pour la famille d'instruments à sautereaux (salterelli) est : virginale ou spinetta rettangolare/pentagonale, clavicembalo, claviciterio, spinettino.


Clavicorde[modifier | modifier le wikicode]

Gnome-speakernotes.svg

Prélude et chaconne (J.C.F. Fischer) joués au clavicorde (info)

Des problèmes pour écouter le fichier ? Aidez-moi

Clavicorde
Clavicorde à pédalier par Benedikt Claas, d'après J. H. Silbermann (manuel)


Le clavicorde est un instrument de musique qui remonte au tympanon médiéval. Il est le prédécesseur du piano-forte, qui lui-même engendra le piano moderne. Le plan s'apparente à celui du virginal. Les instruments à claviers, jusqu'à la pratique du piano-forte, furent les clavecins, l'orgue et le clavicorde.

Le clavicorde est construit sur un fond rigide. La table d'harmonie n'occupe que la partie droite de l'instrument, si bien que l'on peut voir le clavier à travers les cordes.

Dans le clavicorde, les cordes sont frappées par une pièce métallique appelée « tangente », selon un mécanisme beaucoup plus élémentaire que celui du piano-forte et plus encore que celui du piano moderne. Quand la tangente frappe la corde, elle sépare la corde en deux parties : l'une libre, vibrante, dont la fréquencehauteur de la note — dépend de la longueur entre l'extrémité et la tangente (création d'un nœud de vibration), l'autre étouffée par une bande de feutre placée à demeure — il n'y a donc pas d'étouffoir mobile comme sur un piano. La continuité entre le doigt de l'instrumentiste et la tangente permet un certain vibrato. Les clavicordes dits « liés » utilisent cette propriété pour faire produire plusieurs sons, différents mais non simultanés, par une corde unique — à la manière d'une guitare. Ils requièrent une technique de jeu beaucoup plus spécifique que les clavicordes « non liés », où il y a une corde par son émissible et dont la technique demande autant de netteté que sur un clavecin.

Le clavicorde émet un son très discret et il est donc uniquement un instrument d'étude, et non de concert — on peut encore voir celui de Mozart dans sa maison de Salzbourg. Son répertoire est celui du clavecin, dans la limite des possibilités techniques du clavier unique et de son étendue — quelques octaves seulement.

Clavicorde dit de Lépante, anon. XVIe siècle - Musée de la Musique, Paris

Les clavicordes sont construits par les facteurs de clavecins. Les premiers clavicordes apparaissent à la fin du Moyen Âge. Leur ancien nom est manichordion. Leur fabrication cesse au début du XIXe siècle, avant de reprendre au début du XXe siècle pour répondre au besoin de renouveau dans la pratique de la musique ancienne.

Dans les années 1950, un modèle de piano électrique inspiré du clavicorde a été inventé : il s'agit du Clavinet. Ce clavier n'a pas de caisse de résonance, les cordes sont métalliques et leurs vibrations amplifiées à l'aide de capteurs électromagnétiques (microphones).

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Consultez également ces pages dans d’autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.


La clavecin[modifier | modifier le wikicode]

Un clavecin est un instrument de musique à cordes muni d'un ou plusieurs[1] claviers dont chacune des cordes est « pincée » par un dispositif nommé sautereau.

Terme générique, il désigne différents instruments d'une même famille, distincts par leur structure, leur forme, leurs dimensions ou leur timbre, chacun d'entre eux ayant souvent un nom spécifique. Le mot « clavecin », au sens restrictif, désigne alors le plus grand, le plus complet et le plus techniquement développé d'entre eux, généralement appelé « grand clavecin ».

Instruments spécifiques de la musique européenne, les clavecins ont connu leur apogée et suscité un très large répertoire au cours des XVIIe et XVIIIe siècles avant de connaître une longue éclipse pendant tout le XIXe siècle. Ils ont retrouvé la faveur des musiciens et du public depuis le début du XXe siècle.

Comme pour l'orgue, la puissance des sons émis ne dépend pas de la force avec laquelle le claveciniste frappe les touches, c'est la présence de registres affectés à chacun des claviers qui permet de varier les timbres. Pendant toute la période « baroque », le clavecin a été un des instruments privilégiés de l'écriture en contrepoint et de la réalisation de la basse continue. Mais ses possibilités expressives se sont révélées moins appropriées au style du classicisme naissant, et surtout, par la suite, à la sensibilité du romantisme : les compositeurs lui ont préféré le piano-forte, puis le piano, nouvellement inventés. C'est à l'occasion de la redécouverte de la musique ancienne que le clavecin a connu son actuel renouveau.

Cet article traite par priorité le grand clavecin. Tous les instruments de la famille partagent une histoire et des techniques de facture communes, ainsi qu'un répertoire en grande partie commun ; les points qui leur sont propres sont traités dans des articles séparés.

La musique très ornée de François Couperin est inséparable du clavecin
(L'art de toucher le clavecin, 5e prélude
par Robert Schröter).


Le(s) clavier(s) du clavecin[modifier | modifier le wikicode]

Clavier à étendue de 5 octaves Fa0 à Fa5 : correspondance des touches et des notes

Le clavecin possède un ou deux claviers voire trois de manière très exceptionnelle[2]. Leur étendue n'est pas normalisée, elle est inférieure à celle du piano et varie généralement entre 4,5 et 5 octaves, soit de 56[3] à 61 notes[4] : souvent de Fa0 à Fa5 (anglais/allemand : FF à f''', américain : F1 à F6). N.B. le la3 correspond au diapason, 440 Hz (classique) ou 415 Hz voire 392 Hz (baroque) ; le do4 définit le module des cordes.

Le clavier supérieur, s'il existe, est en retrait par rapport au clavier principal et peut, selon la disposition, s'accoupler comme dans l'orgue, au clavier inférieur (ou clavier principal).

Détail de clavier unique
Détail de clavier double

L'image classique du clavier de clavecin est celle de couleurs inversées par rapport à celui du piano. Ceci est surtout vrai pour les clavecins de tradition française, et l'est beaucoup moins pour les autres traditions de facture. En revanche, les touches sont moins longues que celles d'un piano et leur partie frontale est généralement ornée d'arcades plus ou moins travaillées (voir photo).

La présence de plusieurs claviers rend le clavecin particulièrement adapté à la musique ancienne où le contrepoint est important : chaque main peut jouer sur un clavier différent sa propre ligne mélodique indépendante. Elle permet aussi de jouer sur les oppositions de timbre entre les différentes sections d'une même pièce.

Les touches diatoniques ou naturelles s'appellent les marches. Les touches chromatiques (dièses ou bémols) s'appellent feintes.

Le clavecin français possède en principe des claviers dont les marches sont noires et les feintes blanches (écoles parisienne et lyonnaise) à l'inverse des clavecins flamands. Pour augmenter l'étendue des claviers, beaucoup de clavecins flamands ont été ensuite agrandis (ravalés), les claviers refaits et la transposition unifiée par les facteurs parisiens, cette caractéristique apparaît assez souvent dans ces instruments.

Dans les autres pays, et notamment l'Italie et le sud de la France actuelle, il n’y avait guère de règles et toutes les possibilités ont été exploitées : avec des touches de bois plus ou moins clair et des matières précieuses telles que la nacre ou l'écaille ont aussi été utilisées. C'est l'usage de l'os (pratiquement jamais de l'ivoire) qui permet de réaliser des plaquages blancs.

Lorsque les touches chromatiques sont blanches, c’est seulement la partie supérieure qui reçoit un plaquage en os. Les touches massives en os ne se trouvent que très rarement, dans les feintes d'épinette anglaise par exemple.

Les marches plaquées d'os, d'ébène ou de poirier noirci, sont ornées en bout de touche (faisant face à l’instrumentiste) de diverses façons : soit de frontons trilobés sculptés dans la masse de la touche, ou de parchemin sur fond d'étoffe, d'arcades tournées en buis, d'une moulure, voire d'arcades en cuir gaufré…

Le mécanisme du clavecin[modifier | modifier le wikicode]

Schéma d’un sautereau (seule la partie supérieure est représentée) : 1- corde ; 2- axe de la languette ; 3- languette ; 4- plectre ou bec ; 5- étouffoir.
Fonctionnement du sautereau : 1- chapiteau 2- feutre 3- étouffoir 4- corde 5- plectre ou bec 6-languette 7-axe de la languette 8-ressort en soie de sanglier 9- sautereau 10- escamotage de la languette et du bec - A : touche au repos, l'étouffoir repose sur la corde et l'empêche de vibrer - B : enfoncement de la touche : le sautereau s'élève contre la corde et fléchit - C : le sautereau lâche la corde qui se met à vibrer (émission du son), le sautereau vient en butée contre le chapiteau - D : la touche relâchée, le sautereau redescend par son poids, la languette s'escamote par rotation vers l'arrière au passage de la corde, l'étouffoir reviendra arrêter la vibration de la corde

L'élément principal du mécanisme du clavecin est une lamelle de bois dur[5] appelée sautereau qui se présente verticalement au-dessus de la partie arrière (cachée) de la touche.

Il est maintenu dans cette position par les registres disposés horizontalement et parallèlement au(x) clavier(s). Les registres sont généralement au nombre de deux par rang de sautereaux : celui du bas est fixe ; celui du haut est mobile et peut se déplacer latéralement de quelques millimètres, permettant de mettre en action ou non le rang de sautereaux correspondant. Dans les instruments les plus simples, ne possédant qu'un rang de sautereaux, il n'y a pas de registre mobile (l'unique jeu de sautereaux étant toujours actif). Les registres sont percés d'orifices rectangulaires, éventuellement garnis d'une basane, au travers desquels le sautereau peut coulisser librement, mais avec un jeu très ajusté, de bas en haut.

La touche constitue un levier : lorsque le claveciniste appuie sur son extrémité, l'autre extrémité se soulève et fait monter le sautereau muni d'un bec qui va « pincer » la corde correspondante.

À l’extrémité supérieure du sautereau se trouve une petite languette de bois dur[6] articulée de façon élastique (ressort en soie de sanglier) sur le sautereau et munie du « bec » ou « plectre » (en plume de corbeau, en cuir ou en plastique) qui soulève la corde. Lorsque le sautereau continue à s’élever, le bec se courbe progressivement puis finit par « lâcher » la corde ainsi mise en vibration. Le chapiteau, barre de bois placée horizontalement au-dessus des rangées de sautereaux, limite leur déplacement vertical.

Lorsqu'on cesse d'appuyer sur la touche, la queue de la touche revient sur le châssis du clavier ; le sautereau retombe et le bec repasse sous la corde, mais sans bruit (ou presque) grâce à la conception de l'articulation de la languette et du sautereau : la languette s’escamote vers l’arrière, et revient ensuite à sa place grâce au ressort. Le sautereau redescend en position basse, l'étouffoir en drap de laine vient reposer sur la corde pour faire cesser le son.

Coupe longitudinale (schéma de principe) d'un clavecin de type flamand à un clavier et deux jeux de huit pieds. 1) touche, 2) couteau, 3) barre de nom, 4) chevilles d'accord, 5) sillet, 6) chapiteau, 7) registres mobiles, 8) corde, 9) chevalet, 10) pointe d'accroche, 11) contre-éclisse, 12) éclisse courbe/pointe, 13) barre d'enfoncement, 14) table d'harmonie, 15) fosse, 16) contre-sommier, 17) sautereaux, 18) masse, 19) fond, 20) peigne, 21) pointe de guidage, 22) registres fixes, 23) sommier, 24) pointe de balancement, 25) cadre du clavier


Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. deux ou exceptionnellement trois
  2. Hieronymus Albrecht Hass en a construit un en 1740 cf Mercier-Ythier, op.cit. pages 103, 110 ; un instrument de Bartolomeo Cristofori possède aussi 3 claviers après transformation cf Mercier-Ythier, op.cit. page 38
  3. dans ce cas, souvent de Sol0 à Ré5
  4. cette étendue réduite correspond aux exigences effectives du répertoire, jusqu'à Bach et Scarlatti
  5. généralement du poirier
  6. généralement du houx