L'économie de la téléphonie/Les sociétés

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'économie de la téléphonie
Plan
Modifier ce modèle


Ébauche

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Aucune (vous pouvez indiquer les ressources que vous suggérez qui pourraient aider d'autres personnes à compléter cette page dans le paramètre « ressources » du modèle? engendrant ce cadre)

Historiquement, chaque État disposait d'une administration pour gérer la téléphonie. Lors de l'apparition de la dérégulation, on a créé plusieurs sociétés pour commercialiser ces services, et pour fournir les infrastructures et les services dont les opérateurs avaient besoin.

En France, par exemple, certaines sociétés sont propriétaires d'une parti de réseau de certaines villes notamment le long des tramway, d'autres sociétés disposent de câbles couvrant de longues distances, notamment le long des autoroutes ou des chemins de fer. Certaines sociétés ont acquis le statut d'opérateur d'immeuble, d'autres commercialisent leurs services auprès du grand public ou de sociétés ou encore à d'autres opérateurs...

Parmi les sociétés commercialisant es offres de téléphonie, on peut en particulier vouloir distinguer des opérateurs classiques, des opérateurs virtuels (MVNO), ou à mi chemin, des fulls-MVNO.

Les opérateurs[modifier | modifier le wikicode]

Les opérateurs de réseaux mobiles[modifier | modifier le wikicode]

opérateurs de réseaux mobiles en France[modifier | modifier le wikicode]

Fin septembre 2012, on comptait en France, environ 69 millions d’abonnés mobiles actifs dont 11 % chez des MVNO, soit un taux de pénétration de la population légèrement supérieur à 100 %[1] ; certaines personnes ont plusieurs abonnements et ce chiffre inclut aussi les abonnements non téléphoniques (tablettes ou clés 3G par exemple).

La répartition en France métropolitaine était la suivante à la fin du troisième trimestre 2012[2] :

Rang Opérateur (Marque et société) Technologie Abonnés au réseau mobile
(en millions)
Part de marché Propriétaire (Groupe) Chiffre d'affaire (mobile) (trimestriel et/ou annuel)
1 Orange UMTS, GSM 27 (septembre 2012) 39 % France Télécom en France: 2,6 milliards d'euros/trimestre (T3 2012) [3].
2 SFR UMTS, GSM 21 (septembre 2012) 29 % Vivendi
3 Bouygues Telecom UMTS, GSM 10,4 (septembre 2012) 14 % Bouygues
4 Free Mobile UMTS 5,6 (janvier 2013)(Référence nécessaire) 7,8 % Iliad 237 millions d'euros par trimestre (T3 2012)
5 MVNO UMTS, GSM 7,8 (septembre 2012) 11,3 %[1] divers
  • Virgin mobile: 470 millions d'euros pour l'année 2011
Total Environ dans les soixante millions * Le chiffre d'affaire total, tout opérateur confondu ets de 20,4 milliards en 2011 [4].

Les sociétés des gestions des points hauts[modifier | modifier le wikicode]

Dans un contexte de concurrence acérée, le marché des points haut est en mutation. Pour réduire les couts d’exploitations, les opérateurs externalisent les actifs-passifs de points hauts[5].

En particulier, en Afrique, la fourniture en électricité a un caractère aléatoire et sporadique qui conduit les opérateurs à s’alimenter avec des groupes électrogènes Diesel, ou à l’énergie solaire exposée aux vols récurrents des panneaux photovoltaïques.

Les deux sociétés les plus actives dans le marché de l’externalisation des points hauts, sont la société étasunienne American Towers et la société britannique Eaton Towers.

American Towers dispose d'un chiffre d'affaire d'environ deux milliards de dollars des États-Unis, et de deux milles employés à temps plein.

Les fournisseurs d'équipements[modifier | modifier le wikicode]

Les sociétés Alcatel-Lucent et Cisco se sont unies dans un syndicat FTTH Council Europe afin de défendre leurs intérêts [6].

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0 et 1,1 Les chiffres de pénétration du mobile en France Arcep, novembre 2012
  2. Nombre d’abonnés Mobile en France, total au 31 mars 2012 Pcinpact.com, mai 2012
  3. http://www.orange.com/fr/finance/investisseurs-et-analystes/tous-les-resultats-consolides
  4. http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/publications/chiffres-cle/chiffres-cle-2011-juin2012.pdf
  5. http://www.osiris.sn/Telecommunications-une-rude.html
  6. http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20130211trib000748109/fibre-optique-les-telecoms-sacrifiees-dans-le-budget-europeen-.html