La documentation/La documentation et l'enseignement

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LA DOCUMENTATION


CDU:0

Books-aj.svg aj ashton 01.svg
  1. Introduction
  2. La documentation et l'enseignement
  3. Notions de documentation et de document
  4. Chaîne documentaire et fonctions des documentalistes
  5. Performances d'un système documentaire
  6. Langages documentaires à structure hiérarchique, classifications
  7. Langages documentaires à structure combinatoire, thésaurus
  8. Informatique documentaire
  9. Rédaction technique
  10. Durées de conservation
  11. Gestion d'un centre de documentation et d'information
  12. Essai : les catégories dans Wikibooks
  13. Bibliographie


Quelques problèmes généraux d'enseignement et de qualification[modifier | modifier le wikicode]

Comme tout le reste, les techniques documentaires s'apprennent. Il s'agit même d'une discipline difficile mais il faut distinguer deux niveaux : celui qui correspond à une pratique de la documentation comme utilisateur et celui des professions documentaires, beaucoup plus complexe, car il intègre à la fois tous les éléments permettant une gestion économique de collections souvent très importantes et la mise à disposition du public concerné du contenu de ces collections.

Dans l'esprit de beaucoup, une documentaliste est avant tout une sorte de secrétaire, mais c'est évidemment une lourde erreur. En France, la plus faible qualification que l'on puisse acquérir dans le domaine de la documentation est un DUT, ce qui représente tout de même deux ans d'études à plein temps. Dans les établissements d'enseignement secondaire, le rôle des documentalistes est particulier ; depuis quelques années, après de longues luttes syndicales, ils, ou plutôt elles, car la profession est outrancièrement féminisée, ont acquis le statut de professeurs, ce qui était pour le moins logique ; l'accès à la profession se fait sur concours au niveau CAPES. Naturellement, d'autres formations de plus haut niveau existent, comme celles dispensées à l'École nationale des chartes [1].

De nombreuses entreprises importantes possèdent un ou plusieurs services de documentation, dans lesquels travaillent souvent de façon conjointe des documentalistes diplômé(e)s et d'autres personnes hautement qualifiées dans d'autres domaines, par exemple des ingénieurs ayant une ancienneté suffisante pour bien connaître tous les rouages de la production. Ces derniers ont été souvent formés à la documentation sur le tas, d'autant plus que les formations classiques de documentalistes sont beaucoup plus consacrées à la gestion des livres et des périodiques qu'à celle de la « littérature grise » constituée par toutes sortes de documents de forme mal définie et très variable, rapports internes, catalogues industriels, notes de calculs, etc.

À propos des diverses manières d'apprendre[modifier | modifier le wikicode]

Il n'y a finalement que trois manières d'apprendre :

  • La première est l'expérimentation. C'est la seule ou presque dont dispose le petit enfant, qui grandit en essayant de faire les choses lui-même, ce qui ne va pas toujours sans risque. C'est également la seule manière possible lorsque l'on explore un domaine totalement inconnu.
  • La seconde est l'enseignement. On va demander à quelqu'un qui sait. Lorsque la question est répétitive, alors il vaut mieux que celui qui sait puisse transmettre ses connaissances simultanément à beaucoup de « récepteurs ».
  • La troisième est la documentation. L'information ne vient plus toute seule comme sur les bancs de l'école, il faut aller la chercher, par des méthodes qui exigent d'ailleurs également un certain apprentissage.

Naturellement, toutes les connaissances et tout le savoir faire qu'un homme peut acquérir ne relèvent pas des mêmes modes d'acquisition. Par exemple, pour apprendre à monter à bicyclette, il n'existe guère d'autre méthode que celle qui consiste à enfourcher l'engin, puis à payer de sa personne. On n'apprend pas à monter à bicyclette auprès de quelqu'un qui sait, ni en se plongeant dans les livres. Par ailleurs, deux étudiants différents pourront peut-être acquérir plus facilement les mêmes notions de mécanique appliquée, l'un en partant de l'expérience, l'autre en partant de la théorie, sur ce plan les différences individuelles sont énormes.

On aurait donc grand tort, non seulement de vouloir trop normaliser la pédagogie et les modes d'apprentissage, mais surtout de rendre l'enseignement de plus en plus théorique sous le fallacieux prétexte de faire des économies.

Ayant acquis un certain savoir, une certaine expérience, l'être humain qui avance en âge se doit d'en faire profiter les générations suivantes ; après avoir été longtemps un récepteur d'informations, il devient à son tour producteur. La boucle est bouclée, même si bien sûr l'apprentissage ne s'arrête véritablement jamais, tant que l'on est sain d'esprit.

À propos de l'enseignement des techniques documentaires[modifier | modifier le wikicode]

En France, contrairement à ce qui se passe dans de nombreux autres pays, l'intérêt d'enseigner les techniques documentaires n'est pas convenablement perçu. Pourtant il s'agit là d'un élément vital dans tous les secteurs d'activité. Dans le domaine industriel, par exemple, quiconque veut lancer un produit ou un procédé de fabrication nouveau sans se préoccuper de l'état de la technique et des données économiques du marché s'expose à de cuisantes désillusions ! Détenir le maximum d'informations fiables permet de décider avec une probabilité maximale de succès.

La plupart des petites ou moyennes entreprises françaises fonctionnent sans aucune structure documentaire digne de ce nom. Les données nécessaires à leur activité y sont malgré tout recherchées, recueillies et utilisées, mais avec quel « rendement » et, finalement à quel coût ? Sachant qu'une bonne information est à la fois rapide, complète, fiable et à jour, on peut s'interroger.

Cette situation est d'autant plus paradoxale que le savoir-faire des intellectuels français en matière de théories et techniques documentaires est de tout premier ordre. Ailleurs, du Japon au Canada, de la Tunisie à l'Allemagne, les étudiants sont initiés, parfois depuis de nombreuses années, aux techniques documentaires. La « pratique de la documentation et de l'enquête », inscrite au programme fondateur des IUT en 1966 dans un accès de clairvoyance, n'est entrée dans les faits sous forme d'un enseignement organisé qu'à l'IUT de Bordeaux, dans le Département de Génie Mécanique et Productique. Les mots eux-mêmes ont disparu des programmes un peu plus tard, n'y faisant en 1985 qu'une fausse rentrée. Il est comme toujours plus facile de mettre les principes en accord avec les actes, que l'inverse ; les meilleures intentions du monde restent au niveau des beaux discours, si elles ne sont pas accompagnées des moyens humains et matériels qui permettent de les concrétiser.

Sait-on qu'il a même fallu une loi, du reste peu appliquée, pour imposer à nos Grandes Écoles d'Ingénieurs d'organiser une information sur la propriété industrielle ? Pourtant, parmi les milliers de brevets d'invention déposés chaque année dans le monde entier, 80% décrivent des techniques dont il n'est question nulle part ailleurs.

La « Mission Interministérielle pour le Développement de l'Information Scientifique et Technique » (MIDIST), créée en 1979, n'a pu commencer à travailler sérieusement qu'à partir de 1981, lors de l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement de gauche. Le mathématicien Jean-Pierre Kahane, qui la présida de 1981 à 1986, n'a pas ménagé ses efforts pour faire avancer les choses.

La mission de la MIDIST était « d’étudier et de proposer au gouvernement les orientations de la politique nationale dans le domaine de l’information scientifique et technique, d’animer l’action des ministères et organismes intéressés et d’assurer leur cohérence ; de promouvoir toute action d’intérêt commun de nature à renforcer les moyens d’information scientifique et technique et de veiller à la compatibilité technologique des bases de données et des réseaux ».

En 1983 et 1984, à l'initiative de la Conférence des Grandes Écoles, diverses réunion de travail avaient ensemencé un terrain qui aurait pu se montrer fertile si les moyens à la fois matériels mais surtout humains avaient suivi. Nous avions participé à ces réunions et répondu à l'époque à ceux qui décrivaient alors « ce qu'il faudrait faire » dans ce domaine faisait déjà l'objet d'un enseignement en bonne et due forme, depuis 1972, à l'IUT GMP de Bordeaux. Nous n'avions alors fait que notre devoir, qui était de mettre en application dans les meilleures conditions possibles les diverses disciplines définies dans les programmes pédagogiques.

Aujourd'hui... il va encore falloir attendre car le retour des gouvernements de droite a balayé la plupart de ces initiatives depuis déjà pas mal d'années.