Pôles d'éco-citoyenneté/Les principaux Pôles d'éco-citoyenneté dans le Nord-Pas-de-Calais/Les Parcs Naturels Régionaux/Le PNR Scarpe-Escaut

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Parc Naturel Régional (PNR) Scarpe-Escaut fait partie des 46 Parcs Naturels Régionaux français. C'est l'un des trois PNR du Nord-Pas de Calais, et le premier historiquement en France. Il est certifié au titre de la Fédération EUROPARC et s'est vu décerner la Charte Européenne du tourisme durable.

Situation géographique[modifier | modifier le wikicode]

Le territoire du Parc

Le PNR Scarpe-Escaut est situé entre Valenciennes, Douai et Lille. Le territoire du Parc jouxte la frontière belge, et forme avec le Parc Naturel wallon des Plaines de l’Escaut, le « Parc Naturel Transfrontalier du Hainaut ».

Il s’étend sur plus de 43 000 hectares (430 km²) et compte 55 communes adhérentes, qui adoptent la totalité de la Charte du Parc.
Des communes associées, au nombre de 2, collaborent avec le Parc sur certaines actions mais ne s’engagent pas sur l’ensemble du projet de territoire. Ces communes ont une frontière avec le Parc, à la différence des villes-porte.
Au nombre de 7, les villes-porte comme Valenciennes sont des communes urbaines périphériques qui ne rentreront jamais dans le territoire mais qui trouvent un intérêt au Parc. [1][2]


Historique[modifier | modifier le wikicode]

Le 13 septembre 1968, sur proposition du département du Nord, le parc naturel régional Saint-Amand-Raismes est créé par décret. Il se compose de 15 communes pour une superficie de 10 000 hectares. Le parc est alors constitué principalement de forêts et de zones humides, il est vu comme un "poumon vert" par les urbains. Les terrils n'avaient pas encore à cette époque leur valeur patrimoniale actuelle.
Le 11 février 1986, le nombre de communes et la superficie du parc sont quadruplés. Il devient alors le parc naturel régional de la « Plaine de la Scarpe et de l’Escaut ».
Le 17 avril 1998, il est labellisé PNR pour une durée de 12 ans et est renommé « Le Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut ».
Le 2 septembre 2010, son classement en tant que PNR est renouvelé pour 12 autres années, jusqu’en 2022. [3]

D'autres dates clés sont également à noter [2]:

  • En 1983, un protocole d'accord est signé entre le Nord-Pas de Calais et la Wallonie pour la création d'un « Parc naturel suprafrontalier ».
  • En 1996, le « Parc naturel des Plaines de l'Escaut » est créé du côté Wallon et le « Parc naturel Transfrontalier du Hainaut » est défini.

Actuellement, le PNR Scarpe-Escaut est géré par une structure appelée Maison du Parc. Le fonctionnement du côté belge est similaire, avec une Maison qui gère le Parc des Plaines de l'Escaut. Un des objectifs à long terme du PNR, inscrit dans sa Charte, est de regrouper la partie française et la partie belge au sein d'une unique structure de gestion qui gérerait les 2 Parcs.


Gouvernance[modifier | modifier le wikicode]

Le PNR Scarpe-Escaut est géré par un syndicat mixte, où siègent à part égale des conseillers régionaux, des conseillers généraux et des délégués communaux. Chacune des communes est représentée par deux de ses conseillers municipaux. Le syndicat mixte est responsable de l’application de la Charte du Parc. Chaque année, il arrête le programme d'action et vote le budget pour son exécution. La Charte est révisée tous les 10 ans et définit les mesures pour un développement durable du territoire.

Le siège social du Parc est situé dans la Maison du Parc. Cette structure est constituée uniquement de bureaux et d'une salle de réunion qui accueillent les différentes équipes techniques, dans les domaines de l'eau, de l'agriculture, du tourisme durable...

Le siège administratif est situé au Centre d'Amaury. Il est constitué par l'ADEPSE, Association pour le Développement des Equipements du Parc Scarpe-Escaut, et compte 12 personnes.

La gestion du Parc est assurée par l'organisation régulière de réunions. Elles peuvent concerner tous les élus ou bien uniquement certains groupes de travaux pour des missions spécifiques. [1]


Spécificités[modifier | modifier le wikicode]

Le Parc est traversé par la rivière de la Scarpe et par le fleuve de l’Escaut. Il comporte 106 km² de zones humides et 1 200 km de cours d'eau non canalisés. Le territoire se découpe en trois grands types de paysages [1]:

  • la campagne habitée : située à l’ouest du Parc, elle se compose de villages bordés de larges plaines agricoles et fortes d’un riche patrimoine rural (chapelles, censes…)
  • le cœur de nature : au centre du Parc, il comprend 11 000 hectares de sites de grande valeur écologique (plaines alluviales humides et 6 000 hectares de forêts)
  • l’arc minier : de l’est jusqu’au sud du Parc, il est formé d’anciens sites miniers reconquis par la nature.

Hors forêts et champs, le territoire est caractérisé par une densité élevée de population et est confronté à de fortes pressions de périurbanisation.


Activités[modifier | modifier le wikicode]

Objectifs du Parc[modifier | modifier le wikicode]

Le Parc a uniquement des missions, il n'a pas de pouvoir à proprement parler. Bien que les communes adhérentes soient soumises à un engagement moral, le Parc ne peut pas les obliger à entreprendre une quelconque action.
La mission principale du Parc est de faire connaître, de partager, de faire comprendre aux gens comment vivent les espèces dans leurs milieux. Le Parc cherche à convaincre ses utilisateurs (habitants, groupes scolaires...) du bien-fondé de certaines pratiques, afin de les propager à l’extérieur.

Le Parc n'a pas de compétence concernant l'aspect culturel, dont la gestion est confiée aux communautés d'agglomération.

Quelques exemples[modifier | modifier le wikicode]

  • Les randonnées [4]

Avec l'aide de nombreux partenaires, le Parc offre un large choix de randonnées pédestres, cyclotouristes et équestres. Cependant, le Parc veille à limiter la fréquentation de certains sites naturels dits sensibles. Les randonnées et balades sont des moyens de découverte de la faune, de la flore et du patrimoine culturel.

Le Parc naturel Transfrontalier du Hainaut met à disposition plusieurs cartes, sur lesquelles on peut trouver, en plus des circuits, les lieux d'informations, les monuments et sites remarquables, ainsi que la typologie des paysages (cultures, prairies, marais, peupleraies...).

Extrait du livret guide

Un exemple de randonnée est le sentier d’interprétation « Entre Terres et Eaux ». Ce circuit est un chemin de randonnée de 7 km traversant la commune d'Hergnies. Il permet de découvrir, sur une durée variant de 2 à 3 heures, l'omniprésence de l'eau sur le territoire de la commune.
Les lieux majeurs rencontrés sont :

  1. La "place en Herbe", ancien marais servant autrefois à la mise en pâture des oies.
  2. La "chasse Napoléon", allée de 600 mètres bordée de peupliers et entourée de prairies humides propices à la faune locale.
  3. Les "épousailles du saule têtard et de la prairie", cuvette formée par la prairie et abreuvant les saules.
  4. Le "Grand Marais", plan d'eau formés d'étangs qui accueille une grande variété d'oiseaux tels que le grèbe Huppé, des cygnes, des foulques et des canards.
  5. L'étang d'Amaury, issu d'un affaissement minier et propice aux sports nautiques.
  6. Le Jard, canal alimentant d'étang d'Amaury.

Le Centre d’Amaury et la mairie d’Hergnies mettent à disposition un livret guide pour parcourir ce sentier.

  • Les fêtes du Parc [4]

Chaque année, des fêtes sont organisées et ont pour but de valoriser l'identité et les atouts du territoire. Le Parc propose des animations culturelles et ludiques, des évènements avec les producteurs, éleveurs et artisans locaux, et des dégustations de leurs produits. Par exemple, des conférences sont organisées et des conseils de professionnels sont prodigués aux jardiniers ; des concours de chevaux de trait ont lieu ; en juin, le festival de l'eau se déroule à Saint-Amand les Eaux ; en septembre, à Raismes, a lieu la course des terrils. Les équipes du Parc présentent également lors de ces journées les actions en faveur de l'environnement, les programmes d'animation, et sensibilisent les populations au développement durable.

  • L'aide aux projets touristiques durables [4]

Un guide destiné aux porteurs de projets touristiques durables a été élaboré. Le Parc accompagne les démarches de création d'activités d'accueil, de loisirs et de découverte des patrimoines. Il apporte son expertise sur le respect de la qualité environnementale (maîtrise des consommations énergétiques, utilisation des énergies renouvelables) et paysagères (conseils en architecture, conseils en aménagement paysager). Le Parc fournit des informations relatives à la fréquentation du territoire, il aide au montage de dossiers de financement et à la labellisation de produits.

  • Les marchés à la ferme [4]

Une dizaine d'agriculteurs et d'artisans sont regroupés dans l'association des Producteurs de Scarpe-Escaut. Les clients peuvent venir directement dans les fermes pour faire leur marché.

Le Parc a également d'autres actions concrètes en lien avec les fermes :

  • valorisation des circuits courts avec la publication d'une carte du territoire listant les producteurs et les savoir-faire locaux.
  • aides aux fermiers à trouver des repreneurs pour leurs exploitations agricoles.


Les équipements du Parc[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs infrastructures situées dans le Parc aident à la réalisation des objectifs définis dans la Charte :

  • le Centre d'Amaury, espace d’éducation à l’environnement ;
  • la Maison de la Forêt, espace d’initiation aux milieux forestiers et de sensibilisation à l’environnement ;
  • le Gîte Panda du Luron, pour l’accueil des personnes et des groupes sur plusieurs jours.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Site du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut [1]
  2. 2,0 et 2,1 Maison du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, Un nouveau projet pour le Parc Scarpe-Escaut. Construisons-le ensemble !,
  3. Article wikipédia sur le PNR Scarpe-Escaut [2]
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 Anne-Marie Stiévenart, Espaces naturels régionaux, Parcs en poche,