Philosophie/Thalès de Milet/Classement thématique

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Présocratiques Anaximandre de Milet
En travaux
link={{{link}}}

Cette page est en travaux. Tant que cet avis n'aura pas disparu, veuillez en considérer le plan et le contenu encore incomplets, temporaires et sujets à caution. Si vous souhaitez participer, il vous est recommandé de consulter sa page de discussion au préalable, où des informations peuvent être données sur l'avancement des travaux.

Thalès de Milet
Les sources Textes
Études Littérature
Classement thématique

Vie de Thalès[modifier | modifier le wikicode]

Ses origines[modifier | modifier le wikicode]

  • Famille des Thélides, phéniciens descendants de Cadmos et d'Agénor
  • Son père : Examyas
  • Sa mère : Cléobuline
Sources :
Hérodote, Enquête, I, 170
« [...] Thalès de Milet, dont les ancêtres étaient originaires de Phénicie [...] »
Diogène Laërce, I, 22
« Thalès, au dire d’Hérodote, de Douris et de Démocrite, était fils d’Examios et de Cléobuline, et membre de la famille des Thélides, Phéniciens descendant en droite ligne d’Agénor et de Cadmus. »
Commentaire : L'École milésienne

Il devient citoyen de Milet.

Il vécut jusqu'à la cinquantième olympiade (-580 - 577).

Ses voyages[modifier | modifier le wikicode]

Thalès voyagea en Egypte, et y apprit la philosophie.

Source : Aétius, Opinions, I, III, I

Ses écrits[modifier | modifier le wikicode]

Thalès a-t-il écrit ?[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs opinions :

  • Thalès n'a rien écrit
Source :
Diogène Laërce, I, 23 :
« On croit qu’il ne laissa aucun écrit, car l’Astrologie nautique qu’on lui attribue est de Phocos de Samos. »
  • Il a écrit :
Sources :
Vitruve, De l'architecture, livre IX, 6 :
« 3. Mais si l'on veut connaître le principe des choses, il faut lire les savants ouvrages des Thalès de Milet, des Anaxagore de Clazomène, des Pythagore de Samos, des Xénophane de Colophon, des Démocrite d'Abdère, qui nous font connaître les lois qui gouvernent la nature, et les effets qu'elles produisent. »
Diogène Laërce, I, 23 :
« D’autres auteurs disent qu’il écrivit seulement deux ouvrages, un sur le solstice et un sur l’équinoxe, car il pensait le reste inaccessible. »
  • Mais, s'il a écrit :
1. il a écrit une Astronomie nautique
Source:
Plutarque, Pourquoi la prophétesse Pythie ne rend plus les oracles en vers, 18, 402, E
« [...] s'il est véritable que Thalès ait écrit l' Astronomie qu'on lui attribue. »
Simplicius, Commentaire sur la Physique d'Aristote, 23, 29
« On dit qu'il n'a laissé aucun ouvrage en dehors de celui intitulé Astronomie nautique »
Cette attribution fut contestée par Diogène Laërce, I, 23 (cf. plus haut)
2. il a écrit deux livres : Du Solstice et De l'équinoxe
3. il a écrit un livre Sur les principes
Source : Galien, Sur les humeurs d'Hippocrate, I, I

Forme et étendue de ses œuvres[modifier | modifier le wikicode]

Selon Lobon d'Argos, Thalès écrivit en tout deux cent vers.

Source : Diogène Laërce, I, 34
« L’Argien Lobon dit que ses écrits font un total de quelque deux cents vers. »

Thalès a écrit son Astronomie en vers.

Source : Pourquoi la prophétesse Pythie ne rend plus les oracles en vers, 18, 402, E

Sagesse et connaissance[modifier | modifier le wikicode]

Il fut le premier à porter le nom de sage (sophos, savant, sage).

Il est l'auteur du Connais-toi toi-même (Diogène Laërce, I, 40).

Il incarne une manière de vivre propre à ceux qui vouent leur vie à la connaissance :

Source : Platon, Théétète, 174 a
« L’exemple de Thalès te le fera comprendre, Théodore. Il observait les astres et, comme il avait les yeux au ciel, il tomba dans un puits. Une servante de Thrace, fine et spirituelle, le railla, dit-on, en disant qu’il s’évertuait à savoir ce qui se passait dans le ciel, et qu’il ne prenait pas garde à ce qui était devant lui et à ses pieds. La même plaisanterie s’applique à tous ceux qui passent leur vie à philosopher. Il est certain, en effet, qu’un tel homme ne connaît ni proche, ni voisin ; il ne sait pas ce qu’ils font, sait à peine si ce sont des hommes ou des créatures d’une autre espèce ; mais qu’est-ce que peut être l’homme et qu’est-ce qu’une telle nature doit faire ou supporter qui la distingue des autres êtres, voilà ce qu’il cherche et prend peine à découvrir. »

La politique[modifier | modifier le wikicode]

Comme un certain nombre de philosophes de l'Antiquité, Thalès a joué un rôle important dans les affaires politiques de sa cité.

Source : Elien, Histoires diverses
« On a vu des philosophes à la tête des affaires publiques : d'autres, se bornant à cultiver leur raison, ont passé leur vie dans le repos. Entre les premiers sont Zaleucus et Charondas qui réformèrent, l'un, le gouvernement des Locriens, l'autre, d'abord celui des Catanéens, puis, après qu'il eut été exilé de Catane, celui des Rhéginiens. Archytas servit utilement les Tarentins. Les Athéniens durent tout à Solon. Bias et Thalès rendirent les mêmes services à l'Ionie, Chilon à Lacédémone, Pittacus à Mitylène, Cléobule à Rhodes. »
Commentaire : Ce passage suggère que Thalès fut législateur.

Il conseilla aux Ioniens d'établir un conseil pour l'ensemble de leur cité, conseil dont le siège serait à Téos (Hérodote, I, 170).

Physique et théologie[modifier | modifier le wikicode]

Il se serait occupé de l'étude de la nature, après s'être intéressé de politique.

Le principe[modifier | modifier le wikicode]

Il y a un principe de toute chose qui est l'eau

Source : Aristote, Métaphysique, A, III, 983.
« Thalès, le fondateur de cette manière de philosopher, prend l'eau pour principe, et voilà pourquoi il a prétendu que la terre reposait sur l'eau, amené probablement à cette opinion parce qu'il avait observé que l'humide est l'aliment de tous les êtres, et que la chaleur elle-même vient de l'humide et en vit ; or, ce dont viennent les choses est leur principe. »

Théologie[modifier | modifier le wikicode]

Toutes choses sont remplies de dieux.

L'âme[modifier | modifier le wikicode]

L'âme est une force motrice

Source :
Aristote, De l'âme, I, II, 405 a 19 :
Il semble aussi que Thalès, d’après ce qu’on rapporte, ait pensé que l’âme est une force motrice, s’il est vrai qu’il a prétendu que la pierre d’aimant possède une âme parce qu’elle attire le fer.

Thalès affirma que l'âme est immortelle, et il fut le premier à énoncer cette thèse.

Source : Diogène Laërce, I, 24
« On dit encore (le poète Choirilos) qu’il fut le premier à affirmer l’immortalité des âmes. »

L'âme se meut éternellement.

Astronomie[modifier | modifier le wikicode]

Thalès prévoit une éclipse de soleil

Source : Hérodote, I, 74
Pendant cinq années qu'elle dura, les Mèdes et les Lydiens eurent alternativement de fréquents avantages, et la sixième il y eut une espèce de combat nocturne : car, après une fortune égale de part et d'autre, s'étant livré bataille, le jour se changea tout à coup en nuit (50), pendant que les deux armées en étaient aux mains. Thalès de Milet avait prédit aux Ioniens ce changement, et il en avait fixé le temps en l'année où il s'opéra. Les Lydiens et les Mèdes, voyant que la nuit avait pris la place du jour, cessèrent le combat, et n'en furent que plus empressés à faire la paix.
Commentaire : L’éclipse prédite par Thalès

Dimensions du Soleil et de la Lune[modifier | modifier le wikicode]

Théorie sur la Terre[modifier | modifier le wikicode]

Thalès formula des théories sur la Terre :

sur son support ;
sur sa forme
Thalès pensait que la Terre est ronde
Source : Cicéron, République, I, 22
« Marcellus avait déposé dans le temple de la Vertu une autre sphère d'Archimède, plus connue du peuple et qui avait beaucoup plus d'apparence. Mais lorsque Gallus eut commencé à nous expliquer, avec une science infinie, tout le système de ce bel ouvrage, je ne pus m'empêcher de juger qu'il y avait eu dans ce Sicilien un génie d'une portée à laquelle la nature humaine ne me paraissait pas capable d'atteindre. Gallus nous disait que l'invention de cette autre sphère solide et pleine remontait assez haut, et que Thalès de Milet en avait exécuté le premier modèle ; »
sur ses dimensions ;
sur la cause des tremblements de terre ;
sur les solstices.

Mathématiques[modifier | modifier le wikicode]

Thalès ne s'est pas beaucoup occupé des nombres. S'intéressant principalement aux figures géométriques comme les cercles, les droites et les triangles, il fut le premier à considérer l'angle comme un être mathématique à part entière. L'angle fut dès lors la quatrième grandeur de la géométrie. Thalès affirma par exemple que les angles opposés par le sommet formés par deux droites sécantes sont égaux.

Thalès établit aussi divers liens entre les objets géométriques. Il chercha par exemple le lien entre le triangle et le cercle. Il en tira que par trois points non-alignés ne passe qu'un et un seul triangle, ce qui semble évident, mais il déduisit aussi, que par les mêmes trois points non-alignés ne passe qu'un et un seul cercle. Ainsi fut né le cercle circonscrit.

Thalès a aussi démontré plusieurs propriétés des triangles. Par exemple, il démontra qu'un triangle isocèle avait deux angles égaux. Cette propriété qui aujourd'hui paraît anodine fut une révolution car elle établissait un lien fort entre les longueurs et les angles: à deux côtés égaux, deux angles égaux.

Si l'on prend une droite et un cercle, comment la droite doit-elle être située pour que les deux demi-cercles soitent égaux. Thalès affirma que pour que la droite coupe le cercle en deux parties égales, elle doit absolument passer par le centre: c'est le diamètre.

Ce qui fait de Thalès un génie n'est pas qu'il ait démontré plusieurs propriétés de géométrie qui aujourd'hui paraissent évidentes, mais surtout que Thalès fut le premier à ne pas traité uniquement une série de cas particuliers. Par exemple, la réponse de Thalès sur le diamètre ne concerne pas uniquement un cercle en particulier, mais n'importe quel cercle. Il n'établit d'ailleurs aucun résultat numérique, comme le faisait avant lui les Egyptiens et les Babyloniens. La volonté de Thalès dépassait le simple résultat numérique. Il souhaitait affirmer des vérités pour une classe entière d'objets correspondant aux mêmes propriétés. Pour y parvenir, Thalès va être obligé, par sa seule pensée de concevoir un être idéal, "LE cercle", qui serait en quelque sorte le représentant de tout les cercles du monde. Naturellement on ne peut s'imaginer ce cercle que comme une liste de propriétés communes à tous les cercles du monde.