Entre Bible et Coran/Prophètes

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Entre Bible et Coran

Entre Bible et Coran
Code de la route
Sommaire
  1. Le livre
  2. Attributs et noms du Dieu unique
  3. Prières
  4. Prophètes
  5. Introduction historique
  6. Anges
  7. Croyants
  8. Pays
  9. Amen
  • Généralités
  1. Canon
  2. Contexte géographique
  3. Contexte historique
  4. Concurrence religieuse
  5. Calendrier
  6. Commandements et guide
  • Récits
  1. Jardin d'Eden
  2. Abraham
  3. Égypte
  4. Moïse
  5. Noé
  6. Marie
  7. Jésus
  • Pratiques
  1. Entre Dieu et l'Homme
  2. Alimentation
  3. xxx
  4. xxx
  • Interdits
  1. Divination
  2. Idolatrie
  3. xxx
  4. xxx
  5. xxx
Modifier ce modèle ce sommaire
Inscription arabe en style coufique Muḥammad messager d'Allah relative au prophète Mahomet, gravée sur le fût d'une colonne de la Grande Mosquée de Kairouan.

Prophète, au féminin prophétesse (grec : προφήτης [profétès], docteur, interprète de la parole divine ; devin) est un mot provenant du W:latin chrétien et emprunté au grec prophêtês[1] qui désigne une personne qui tient, d'une inspiration que l'on croit être divine, la connaissance d'événements à venir et qui les annonce par ses paroles ou ses écrits.

Un faux prophète est un prophète non reconnu par les autres religions ou systèmes de croyances. Les critères pour différencier les deux dépendent de chaque religion. On les trouve par exemple dans des traités comme celui de W:Jean de Gerson sur l’« esprit de discernement »Modèle:Référence nécessaire ou les textes du W:Nouveau Testament pour les chrétiens [2].

Pour la reconnaissance des prophètes, dans la religion judéo-chrétienne, le livre d'Ezechiel pose une contrainte qu'il attribue à Dieu: «Ma main sera contre les prophètes Dont les visions sont vaines et les oracles menteurs; Ils ne feront point partie de l'assemblée de mon peuple, Ils ne seront pas inscrits dans le livre de la maison d'Israël» Ézéchiel 13,9.

«celui qu'on appelle aujourd'hui le prophète s'appelait autrefois le voyant» 1 Samuel 9,9.

Le prophète s'oppose au devin en ce qu'il n'est pas fataliste, il intervient pour que ceux qui l’écoutent changent leur vision et leur comportement, et qu'il ne fonde pas sa connaissance de l'avenir sur l'interprétation d'indices ou de signes concrets : cartes à jouer, vol des oiseaux, tirage au sort, ivresse, etc.

Le prophète se dit au service et mû par la divinité, et va souvent à l'encontre de l'opinion de ses concitoyens. Il forme ainsi un contre-pouvoir, forme d'antidote à l'embourgeoisement institutionnel[3].

  • Chez les musulmans, le cycle de la Prophétie est scellé par W:Mahomet, au sens d'homme inspiré par Dieu, dans les ouvrages traitant de l'W:islam.

Dans la bible[modifier | modifier le wikicode]

Les Nevi'im (en W:hébreu נביאים / nébīīm, « Prophètes ») forment la seconde partie du W:Tanakh (Bible hébraïque), après la W:Torah (Pentateuque) et avant les W:Ketouvim (Autres Écrits).

Les Nevi'im (ou Nəḇî'îm) sont souvent désignés sous le nom de « Livres prophétiques » ou « Livres des Prophètes » en W:français, ou même simplement de « Prophètes ». Cependant le nom hébreu נביא (nabī) comporte une autre notion que celle véhiculée par le mot « W:prophète », puisqu'il signifie « produire » plutôt qu'« apporter au-devant ».

Une bible est une sélection de livres (par une église), dénommée canon.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Par rapport ) la question de l'ordre d'écriture de ces livres, la théorie dominante, celle de l'W:histoire deutéronomiste, propose une écriture par couches successives d'un récit historique partant du W:Deutéronome pour s'achever au livre des Rois. Cependant certains exégètes, comme Konrad Schmidt, rejettent cette hypothèse. Selon Schmidt, il aurait existé avant l'exil un récit couvrant les époques de Moïse et de Josué. Pendant l'exil, un récit retraçant la vie des rois d'Israël et de Juda (les W:livres de Samuel et les livres des Rois) y aurait été ajouté. Lors de la création du W:Pentateuque, ces deux ensembles auraient été remaniés et le groupe de textes, du livre de Josué à ceux des Rois, aurait été créé, devenant ainsi les Nevi'im Rishonim. La rédaction continue cependant après l'exil, et ce jusque vers 200 av. J.-C.[4].

Canon juif[modifier | modifier le wikicode]

Les Nevi'im sont traditionnellement regroupés en deux ensembles :

  • Les Premiers Prophètes (Nevi'im Rishonim נביאים ראשונים - c'est-à-dire prophètes antérieurs à la chute du Premier Temple et l'exil) dont le récit s'étend de Josué aux Rois.
  • Les Derniers Prophètes (Nevi'im Aharonim נביאים אחרונים - c'est-à-dire prophètes ultérieurs à l'exil), (contenant surtout des prophéties sous forme poétique.)

L'ordre des livres (dans la bible) du W:judaïsme est repris dans la bible du W:protestantisme.

Dans la tradition juive, les livres de Samuel et des Rois ne sont pas subdivisés en deux livres chacun. Par ailleurs, les livres des derniers prophètes étant relativement courts, ils sont regroupés en un ouvrage, appelé Trei 'Assar (les Douze W:petits prophètes), « petit » ne se rapportant pas à leur importance mais à la longueur des écrits.
La tradition juive compte donc un total de huit livres dans les Nevi'im (parmi 24 livres dans tout le Tanakh) :


Les livres des premiers prophètes couvrent l'histoire du W:Israël de son installation en terre de Canaan à sa déportation à W:Babylone. Ils comprennent les livres suivants :

Josué
(Yehoshua [יהושע}])
Juges
(Shoftim [שופטים])
Samuel
(Shmou'el שמואל)
Rois
(Melakhim [מלכים])
Le Livre d'Isaïe dans une Bible anglaise.

Les livres des prophètes seconds sont à proprement parler des prophéties : pour les croyants, ils donnent à entendre la parole de W:Dieu rapportée par les W:prophètes. Ces prophètes seconds sont eux-mêmes répartis en deux catégories, les grands prophètes :

Isaïe
(יְשַׁעְיָה [yša`yah])
Jérémie
(יִרְמְיָה [yrmyāh])
Ézéchiel
(יחזקאל [yeḥzeqāel])


et les W:petits prophètes, au nombre de douze :

Osée
(הוֹשֵׁעַ [hōše`a])
Joël
(יוֹאֵל [yōel])
Amos
(עָמוֹס [`amōs])
Abdias
(עֹבַדְיָה [`obadiyah])
Jonas
(יונה [yohnah])
Michée
(מִיכָה [mīḫah])
Nahoum
(נַחוּם [naḥūm])
Habaquq
(חֲבַקּוּק [ḥabaqūq])
Sophonie
(צְפַנְיָה [ṣefaniyah])
Aggée
(חַגַּי [ḥaġay])
Zacharie
(זְכַרְיָה [zaḫariyah])
Malachie
(מַלְאָכִי [malāḫy])

Canon catholique[modifier | modifier le wikicode]

Le W:catholicisme ordonne ces livres des prophètes différemment.

D'abord, le [catholicisme appelle les prophètes premiers du nom de W:livres historiques. Il leur ajoute, entre le W:livre des Juges et le W:premier livre de Samuel :

et après le W:deuxième livre des Rois, une liste de livres qui dans la Bible hébraïque se trouvent dans les Ketouvim, à savoir :

Chroniques I Chroniques II Esdras Néhémie Esther

et enfin, les W:Livres deutérocanoniques suivants :

Tobit Judith [[W:Premier livre des Maccabées|Maccabées ]] Maccabées II

Quant aux prophètes seconds, le W:catholicisme les nomme livres prophétiques. Il leur ajoute les livres suivants, qui dans la W:Bible hébraïque se trouvent dans les W:Ketouvim :

Lamentations de Jérémie Daniel

et ajoute aussi le livre deutérocanonique suivant :

Baruch

Les prophètes selon l'islam[modifier | modifier le wikicode]

Pour plus de détails voir : W:Prophètes de l'islam.

Dans l'islam, sont appelés prophètes les « vrais prophètes »Modèle:Référence nécessaire, les douze patriarches de la Bible, d'autres personnalités importantes, puis W:Mahomet, le sceau des prophètes Vingt-cinq prophètes (nabi / anbiya) sont nommés dans le W:Coran. Selon le Coran, le premier est W:Adam. Les plus importants en dehors de Mahomet lui-même sont Noé, Abraham, Moïse, David, Salomon et Jésus.

Le Coran cite plusieurs séries de messagers (rasûl) et de prophètes (nabî), certains sont connus de la Bible comme patriarches et non comme prophètes. Dans les sourates XXI (Les prophètes[5]), IV (Les femmes[6]), et III (ʿImran[7]) un certain nombre sont cités dans une liste de « justes[8]. »

W:Adam[9]
آدم, ādam
Énoch[10]
إدريس, idrīs
Idrîs
Noé[11]
نوح, nūḥ
Nuh
W:Abraham[12]
إبراهيم, ibrāhīm
Ibrâhîm
W:Ismaël[13]
إسماعيل, ismāʿīl
Ismâʿîl
W:Loth[14]
لوط, lūṭ
Lût
W:Isaac[15]
إسحاق, isḥāq
Ishâq
W:Jacob[13]
يعقوب, yaʿqūb
Yaʿqûb
Joseph[16]
يوسف, yūsuf
Yûsuf
(fils de Jacob)
Joachim[7]
2 عمران, ʿimran (2)
ʿImran
(père de Myriam)
W:Moïse[17]
مُوسَى, mūsā
Mûsâ
Aaron[13]
هارون, hārūn
Hârûn
Job[13]
أَيّوب, ayyūb
Ayyûb
W:Jonas[18]
يونس, yūnas
Yûnas
Salomon[13]
سُلَيْمان, sulaymān
Sulaymân
David[13]
داوود, dāwūd
Dâwûd
W:Élie[19]
إِلْيَاس, ilyās
Ilyâs
W:Élisée[20]
اليَسَعَ, al-yāsʿa
al-Yâsʿa
W:Ézéchiel[10]
ذَو الكِفْل, ḏū'l-kifl
Dhû'l-Kifl
W:Esdras[21]
عزير, ʿUzair
W:Luqman[22]
لقمان, Luqman
Luqman

Venant du Nouveau testament sont nommés comme prophètes :

Zacharie[23]
زَكَرِيَّا, zakarīyā
Jean Baptiste[24]
يحْيى, yaḥyā
Yahyâ
Jésus[25]
عِيسى, ʿīsā
ʿIsâ

Il y a aussi les prophètes purement arabes, parfois inconnus de la Bible. Chacun a été le prophète d’une tribu arabe[26].

Hûd[27]
prophète des ʿAd
هود, hūd
W:Jethro[28]
prophète des Madian
شُعَيْب, šuʿayb,
Chuʿayb
(beau-père de Moïse)
W:Sâlih[29]
prophète des Thamûd
صالح, ṣāliḥ

Selon l'islam, certain de ces prophètes auraient été rejetés ou trahis par leur communauté, et celle-ci, détruite par Dieu.

Vient alors W:Mahomet, dernier prophète et récipiendaire de la révélation divine sous la forme du W:Coran. Pour l'W:islam ce serait donc le dernier prophète envoyé par Dieu auprès des hommes.

« Quiconque est bien dirigé, n'est dirigé que pour lui-même.
Quiconque est égaré n'est égaré qu'à son propre détriment.
Nul ne portera le fardeau d'un autre.
Nous n'avons jamais puni un peuple, avant de lui avoir envoyé un prophète. »

— Le Coran, « Le Voyage nocturne », XVII, 15, arabe الإسراء.

Les prophètes W:Josué[30] et W:Samuel[31] sont aussi des personnages coraniques mais ils ne sont pas cités dans leur nom.

Il y a également des références à W:Isaïe[32].

Par ailleurs, un hadith mentionne que chaque peuple de l'histoire a reçu au moins un prophète et qu'il y en a eu cent vingt-quatre mille en tout

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. W:Dictionnaire historique de la langue française. W:Alain Rey. Éd. W:Dictionnaires Le Robert, 2010
  2. Mathieu 7,15-20 - Mathieu 24,1-36 - Marc 13,1-37 - Luc 6,17-26 - Romains 16,17-20 - 2 Corinthiens 11,17-33 - 2 Pierre 2,1-22 - 1 Jean 4,1-6 - Actes 13,4-12 - Actes 20,14-38 - Apocalypse 16,1-21 - Apocalypse 19,19-21 - Apocalypse 20,1-10 cf. citationsbibliques.org
  3. André Vauchez, Prophètes et prophétisme, Payot, , 496 p. (ISBN 9782021028201)
  4. Ernst Axel Knauf, « 1-2 Rois », dans Thomas Römer, Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, , 902 p. (ISBN 9782830913682, [%5B%5B:Modèle:Google%20livre%5D%5D lire en ligne]), p. 387
  5. Le Coran, « Les Prophètes », XXI, arabe الأنبياء
  6. Le Coran, « Les Femmes », IV, arabe النساء
  7. 7,0 et 7,1 Le Coran, « La Famille d’Imran », III, arabe آل عمران
  8. Les justes, en arabe : aṣ-ṣāliḥīn الصَّالِحِين
  9. Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 33, arabe آل عمران
  10. 10,0 et 10,1 Le Coran, « Les Prophètes », XXI, 85, arabe الأنبياء
  11. Le Coran, « El-Araf », VII, 61, arabe الأعراف
  12. Le Coran, « Marie », XIX, 41, arabe مريم
  13. 13,0 13,1 13,2 13,3 13,4 et 13,5 Le Coran, « Les Femmes », IV, 163, arabe النساء
  14. Le Coran, « Les Poètes », XXVI, 162, arabe الشعراء
  15. Le Coran, « Les Rangs », XXXVII, 112, arabe الصافات
  16. Le Coran, « Joseph », XII, arabe يوسف
  17. Le Coran, « El-Araf », VII, 104, arabe الأعراف
  18. Le Coran, « Les Rangs », XXXVII, 139, arabe الصافات
  19. Le Coran, « Les Rangs », XXXVII, 123, arabe الصافات
  20. Le Coran, « Le Bétail », VI, 86, arabe الأنعام
  21. Le Coran, « La Vache », II, 259, arabe البقرة
  22. Le Coran, « Lokman », XXXI, 12, arabe لقمان
  23. Le Coran, « Les Prophètes », XXI, 89, arabe الأنبياء
  24. Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 39, arabe آل عمران
  25. Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 49, arabe آل عمران
  26. W:Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans, Éditions Albin Michel, p. 352
  27. Le Coran, « El-Araf », VII, 67, arabe الأعراف
  28. Le Coran, « El-Araf », VII, 85, arabe الأعراف
  29. Le Coran, « El-Araf », VII, 73, arabe الأعراف
  30. Josué serait celui que le Coran désigne comme serviteur de Moïse sans le nommer (Voir : Le Coran, « La Caverne », XVIII, 60, arabe الكهف).
  31. Samuel est le prophète auquel ce passage fait allusion (Voir : Le Coran, « La Vache », II, 246-247, arabe البقرة) en référence à la Bible (Voir : La Bible, 1 Samuel 1,6-9).
  32. Références à Isaïe : il s'agit plutôt de ressemblance avec le texte des livres d'Isaïe que de référence puisqu'il n'y a rien d'explicite (Voir par exemple la ressemblance entre Ésaïe 40,28 et Le Coran, « Alahkaf », XLVI, 33, arabe الأحقاف). De nombreux autres exemples de telles rencontres sont cités dans Jacques Berque, Facultés universitaires Saint-Louis, Aspects de la foi de l'Islam, Publications des Fac. St Louis (aperçu limité), , 241 p. (ISBN 978-280280040-8, présentation en ligne, lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]