Les ASCII de 0 à 127/La notion de caractère

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les ASCII de 0 à 127
Plan

Le contexte

Les textes ASCII

Pour les développeurs

Annexes

Modifier ce modèle


Ébauche

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Aucune (vous pouvez indiquer les ressources que vous suggérez qui pourraient aider d'autres personnes à compléter cette page dans le paramètre « ressources » du modèle? engendrant ce cadre)


En informatique, le caractère est à la fois un type de donnée et une notion abstraite. Comme en typographie, un caractère informatique peut représenter une lettre minuscule, une lettre majuscule, un chiffre ou un signe de ponctuation, mais aussi une espace typographique, une tabulation, un retour à la ligne et quelques autres opérations spéciales (sonnerie, effacement, etc.) (notion de Caractère de contrôle).

En informatique, la notion de caractère est une notion qui dans le principe associe à un graphème imprimable un numéro, de manière à dissocier la représentation physique du caractère de sa signification

Page de code[modifier | modifier le wikicode]

Une page de code est un standard informatique qui vise à donner un numéro à chaque caractère d'une langue, ou de quelques langues proches. Elle constitue donc une méthode simple de pratiquer du codage de caractères.

Le plus souvent elle associe un caractère ou symbole graphique à chacune des 256 valeurs que peut avoir un octet. L'ensemble des langues de la planète utilise des milliers de caractères ou de symboles graphiques différents, un même octet représente donc un caractère/symbole différent, selon la page de code utilisée par le système informatique. Les pages de code introduisent donc des incompatibilités entre documents de langues différentes (exemple français-russe) ou de systèmes informatiques différents (exemple DOS-Windows).

Alors que l'ASCII a été inventé en 1961, les premières pages de code ont été définies et nommées ainsi par IBM autour de l'EBCDIC en 1964[1], la même année où l'union soviétique définissait les pages de code GOST. Par la suite les nouvelles pages de code ont été définies autour de la norme ASCII, sous-ensemble commun à nombre de pages de code. Ces dernières ont eu une meilleure notoriété car elles ont été répandues avec l'essor des "ordinateurs personnels", vers les années 1980-1995.


Police de caractères[modifier | modifier le wikicode]

L'affichage d'un caractère sur un moniteur d'ordinateur ou de son impression avec une imprimante nécessite les données spécifiant le dessin exact du caractère, le glyphe. Comme en typographie, un ensemble de glyphes d'une même famille de caractères est une police de caractères.

A l'origine, l'ASCII est généralement rendu visible avec des polices à chasse fixe alignant le texte verticalement. L'arrivée d'un grand nombre de logiciels graphiques peut questionner ce concept, même si les logiciels éditeurs de textes ont tendance à conserver ce principe.

De manière plus anecdotique, l'ASCII peut être détourné pour contenir une image, c'est ce qu'on appelle l'art ASCII.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://homepages.cwi.nl/~dik/english/codes/stand.html#gost