Précis d'épistémologie/Mode d'emploi de la raison

Un livre de Wikilivres.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Apprendre par le raisonnement ce que les bons principes enseignent[modifier | modifier le wikicode]

La science (ou le savoir) est de donner de bonnes preuves.

Une bonne preuve est une bonne observation ou un bon raisonnement.

Un bon raisonnement part de bonnes prémisses pour arriver à une bonne conclusion par un cheminement clair et logique.

Les bonnes prémisses sont des bons principes ou des bonnes observations, ou des conclusions déjà établies à partir de bons raisonnements.

Les bonnes conclusions sont les énoncés qui nous aident à bien penser et à bien vivre, les fruits de la raison. Une pensée est un fruit de la raison lorsqu'elle nous aide à bien penser et à bien vivre. Ce qui est bien pensé nous aide à bien penser. Ce qui ne nous aide pas à bien penser n'est pas bien pensé.

Un raisonnement révèle explicitement ce que des principes déterminent implicitement, il développe ce qui est enveloppé, il déplie ce qui plié, il dévoile ce qui est présent mais caché tant qu'on n'a pas raisonné.

Pour récolter les fruits de la raison il faut apprendre par le raisonnement ce que les bons principes enseignent.

La science la plus fondamentale de toutes est éthique[modifier | modifier le wikicode]

Pour faire une science il faut toujours la faire bien. Bien penser, bien observer, bien imaginer, bien parler, bien vouloir, bien agir...

Un savoir qui n'est pas un bon savoir n'est pas un savoir du tout.

L'épistémologie est le savoir sur le savoir. Elle est fondamentale pour tous les savoirs, parce qu'on ne peut pas développer un savoir sans savoir reconnaître le bon savoir.

L'éthique est le savoir sur le bien de l'esprit. Comme le savoir est un bien de l'esprit, l'épistémologie fait partie de l'éthique.

Toutes les sciences sont fondées sur des bons principes. On reconnaît les bons principes à leurs fruits, leurs conséquences qui nous aident à bien penser et bien vivre. Pour reconnaître les bons principes il faut reconnaître leurs fruits. Comme l'éthique est le savoir sur le bien penser et le bien vivre, elle est le savoir qui reconnaît les fruits de la raison, elle est par conséquent nécessaire pour reconnaître tous les principes des sciences. La science la plus fondamentale de toutes est donc éthique.

L'éthique est une science dès qu'elle donne de bonnes preuves, fondées sur des bons principes et des bonnes observations.

Les bons principes sont toujours bons pour tous les esprits. Si un esprit peut récolter les fruits de bons principes, alors tous les esprits peuvent récolter les mêmes fruits. Quand on cherche des bons principes, on cherche un bien pour tous les esprits, on met en pratique un grand principe de l'éthique : le bien d'un esprit est de vivre pour le bien de tous les esprits.

Les conditions de possibilité de la vérité[modifier | modifier le wikicode]

Pour que la vérité d'un énoncé soit déterminée il faut que sa signification soit déterminée. Un même énoncé peut être tantôt vrai, tantôt faux, selon les diverses façons de l'interpréter.

Pour dire la vérité il faut qu'elle soit déterminée. On ne peut rien savoir tant qu'on n'a pas déterminé clairement les concepts qu'on emploie.

Un concept peut être défini à partir d’autres concepts plus fondamentaux. Par exemple, un cercle est un ensemble de tous les points, dans un plan, à égale distance d’un même point, le centre du cercle. Mais pour que cette définition soit utile, il faut au préalable avoir déterminé les concepts d’ensemble, de point, de plan, de distance et d'égalité.

Les concepts les plus fondamentaux sont les concepts qui ne sont pas définis à partir d’autres concepts. On les détermine soit d’une façon empirique, soit d’une façon théorique.

On détermine un concept de façon empirique en déterminant l’ensemble des détecteurs, des instruments de mesure ou des dispositifs d’observation destinés à signaler la présence du concept.

On détermine des concepts de façon théorique en donnant des principes (axiomes et définitions) qui permettent de raisonner avec eux. Les concepts les plus fondamentaux sont déterminés théoriquement avec des axiomes, les autres avec des définitions.

Par exemple, tous les instruments de mesure des distances déterminent de façon empirique le concept de distance. Des axiomes qui fondent une géométrie le déterminent de façon théorique.

Dans les sciences empiriques, on veut que nos concepts soient déterminés à la fois d’une façon empirique et d’une façon théorique, parce qu’on veut des théories qui expliquent nos observations.

Les principes d'une théorie déterminent un ensemble de vérités : les théorèmes, les conséquences logiques des axiomes et des définitions. Ces vérités théoriques sont des vérités par définition. Elles résultent des définitions des concepts. Les axiomes peuvent être considérés comme des définitions des concepts fondamentaux.

N'importe quelle théorie, n'importe quel système de principes, même insensés, détermine un ensemble de vérités par définition, pourvu qu'elle soit non-contradictoire. Mais de telles vérités par définition ne suffisent pas pour faire un véritable savoir. On veut des bonnes théories, fondées sur des bons principes, qui nous montrent leur valeur quand ils portent des fruits.

Une remarque sur la précision des concepts : un concept est précisément déterminé lorsque la vérité de son application est déterminée dans tous les cas. Une telle précision est rarement atteinte et n'est pas forcément souhaitable. Le flou conceptuel, l'indétermination partielle, peut rendre l'usage des concepts plus souple et mieux adapté à la réalité. Pour qu'un concept puisse servir à développer un savoir, il suffit que la vérité de son application soit déterminée dans un certain domaine, il n'est pas nécessaire qu'elle soit toujours déterminée.

Que savons-nous des bons principes ?[modifier | modifier le wikicode]

Logique : on connaît tous les principes logiques (les règles du raisonnement correct) ou presque, parce que la logique classique suffit pour faire toutes les sciences. Les logiques non-classiques ne sont pas sans intérêt, mais il ne semble pas qu’elles aient une importance fondamentale.

Mathématiques : on connaît des principes (ceux de la théorie des ensembles de Cantor, Zermelo...) qui suffisent pour fonder le savoir mathématique. On peut prouver (Gödel, Tarski...) que nos principes mathématiques ne suffiront jamais pour prouver toutes les vérités mathématiques, qu’on peut toujours trouver de nouveaux principes qui prouvent davantage, mais en pratique les principes que nous avons déjà suffisent très largement pour presque tous nos besoins théoriques.

Physique fondamentale : on ne connaît pas toutes les lois fondamentales parce qu’on ne sait pas unifier de façon satisfaisante la physique quantique et la théorie de gravitation (la relativité générale) et parce qu’on connaît mal la matière et l’énergie noires. Mais nos théories présentes peuvent expliquer la plupart des phénomènes physiques. Il faut s’interroger sur l’Univers dans son ensemble, le Big Bang, la formation des galaxies, les trous noirs, les expériences dans les grands accélérateurs de particules... pour rencontrer leurs limites.

Sciences matérialistes : on justifie en général nos explications non avec les lois physiques fondamentales mais avec des lois intermédiaires (mécanique des fluides, dynamique des populations...) qu’on arrive parfois à justifier à partir de lois physiques plus fondamentales. On peut toujours inventer de nouvelles façons d’expliquer avec de nouveaux principes intermédiaires. On ne peut pas savoir par avance tout ce que nous découvrirons ainsi.

Psychologie : la physique fondamentale n’explique pas la présence de l’esprit (la vie d’une conscience) : il y a des atomes et du vide - et les esprits ? Il se trouve que l’activité électrique des cerveaux peut faire exister l’esprit mais on ne sait pas pourquoi. En pratique on essaie de marier une approche psychologique (ce que nous savons sur l’esprit parce que nous sommes des esprits) avec une approche matérialiste (comment fonctionne le cerveau).

Un grand principe de la psychologie : on est conscient de soi pour pouvoir agir volontairement sur soi d'une façon adaptée.

Philosophie : on trouve des bons principes pour bien penser et pour bien vivre mais on ne sait jamais tout. On peut toujours inventer de nouveaux principes.

Un grand principe de l'épistémologie : pour savoir, il faut apprendre par le raisonnement ce que les bons principes enseignent.

Un grand principe de l'éthique : le bien d'un esprit est de vivre pour le bien de tous les esprits.

Un grand principe de la métaphysique : tout l'être d'un être est d'être dans un tout, ou d'être un tout, ou les deux.