BiblioTIC : l'informatique et l'Internet au service des bibliothèques/Cédéroms et outils en ligne pour les bibliothèques

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les cédéroms de quotidiens et périodiques[modifier | modifier le wikicode]

Le Soir (Belgique)[modifier | modifier le wikicode]

En attente

Le Monde (France)[modifier | modifier le wikicode]

Le cédérom Le Monde contient l'ensemble des articles et éditoriaux provenants des parutions publiées depuis le 1er janvier 1987.

Clés de recherche disponibles : titre, texte intégral, auteur d'article, date, type d'article, taille, sujet (hiérarchique, alphabétique), sujet – France (idem), sujet – international (idem), nom propre, critique d'œuvre (genre d'œuvre, auteur, titre).

Configuration requise :

  • Windows : PC 386, 4 Mo de mémoire vive, Windows 95
  • Mac : processeur 68020, 4 Mo de mémoire vive, système 7

Abonnement annuel – mise à jour trimestrielle Editeur : CEDROM-SNi www.cedrom-sni.com Distributeur : OCD (France)

Plus qu’une simple transcription du quotidien sur support numérique, "Le Monde 1939-2002 – L’histoire au jour le jour" comporte de nombreuses archives vidéographiques, photographiques et sonores afin de donner un véritable côté multimédia au Monde.

Ce CD-ROM permet aussi d’accéder à une recherche complète en texte intégral, par thèmes (ex : guerre froide, mondialisation, …), par type de média (photos, textes, cartes, vidéos, discours), par année ou par zone géographique.

  • 23 dossiers thématiques
  • plus de 1400 articles du Monde
  • plus de 20 000 dates et évènements
  • près de 400 "Unes" du Monde
  • près de 50 vidéos plein écran
  • plus de 280 photos
  • près de 80 cartes "vectorielles"
  • plus de 80 discours et enregistrements radiophoniques

Configuration requise : Pentium 166 Mhz, 32 Mo de RAM, Windows 95/98/Me/NT/2000, lecteur CD-ROM x8.

Editeur : Emma.

Le Monde diplomatique (France)[modifier | modifier le wikicode]

Le Monde diplomatique 1980-2000 contient sur un seul cédérom l'ensemble des articles, éditoriaux, cartes, tableaux et graphiques provenant des numéros publiés chaque mois depuis le 1er janvier 1980.

Clés de recherche disponibles : titre, texte intégral, auteur d'article, type d'article, date, critique d'œuvre, pays, taille, dossiers-séries-suppléments, sujets

Configuration requise :

  • Windows : PC 386, 4 Mo de mémoire vive, Windows 95
  • Mac : processeur 68020, 4 Mo de mémoire vive, système 7

Mise à jour annuelle Editeur : CEDROM-SNi (www.cedrom-sni.com) Distributeur : OCD (France)

Libération (France)[modifier | modifier le wikicode]

Le cédérom Libération contient l'ensemble des articles et éditoriaux provenant des parutions publiées depuis le 1er janvier 1995.

Clés de recherche disponibles : titre, texte intégral, auteur d'article, date, section, type d'article, taille, sujet (hiérarchique, alphabétique), territoires français (idem), territoires étrangers (idem), personnalités, entreprises s

Configuration requise :

  • Windows : PC 386, 4 Mo de mémoire vive, Windows 95
  • Mac : processeur 68020, 4 Mo de mémoire vive, système 7

Abonnement annuel - Mise à jour trimestrielle Editeur : CEDROM-SNi (www.cedrom-sni.com) Distributeur : OCD (France)

Roularta (Belgique)[modifier | modifier le wikicode]

L'information publiée tout au long des années dans les magazines du Roularta Media Group représente une masse d'archives inestimable, tant pour ceux qui suivent la bourse et l'économie que pour ceux qui se passionnent pour la politique, le design, le lifestyle, la gastronomie ou le sport. Depuis une dizaine d'années, Roularta propose un accès aisé et pratique à cette importante banque d'archives. Le contenu d'années de publications de 14 magazines a en effet été compilé sur le cdrom RMG, rendu très maniable grâce à un moteur de recherche.

Magazines :

  • en français : Le Vif, Trends=Tendances, Bizz, Cash!, Industrie, Le Vif Weekend, Foot Magazine
  • en néerlandais : Knack, Trends, Bizz, Cash!, Industrie, Knack Weekend, Voetbal Magazine

Plusieurs formules d'abonnement sont à disposition. Outre la formule de l'abonnement, il est également possible de constituer une collection d'archives en achetant les cédéroms individuels.

RAMEAU[modifier | modifier le wikicode]

RAMEAU (Répertoire d'autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié) est le langage d'indexation élaboré et utilisé par la Bibliothèque nationale de France, les bibliothèques universitaires ainsi que de nombreuses autres bibliothèques de lecture publique ou de recherche.

Langage d'indexation précoordonné, RAMEAU est composé d'un vocabulaire de termes reliés entre eux et d'une syntaxe (règles de construction pour l'indexation). A la différence d'un thésaurus, la liste d'autorité encyclopédique n'est pas constituée a priori mais au fur et à mesure des besoins d'indexation et évolue sur la base des propositions (http://rameau.bnf.fr/proposition/index.htm) faites par le réseau de ses utilisateurs.

Il contient, dans des notices d'autorité reliées entre elles, le vocabulaire et les indications qui permettent de construire les vedettes-matières dans un fichier bibliographique.

Pour rappel : les notices d'autorité-matière

  • les types de notices
  • les zones d'une notice
  • présentation matérielle d'une notice

cf. http://rameau.bnf.fr/utilisation/guide/rameau2_1.htm

Pour la Belgique, on rappellera que l'Arrêté du 14 mars 1995 du Gouvernement de la Communauté française relatif à l'organisation du service public de la lecture indique en son article 8 : "En ce qui concerne les livres, périodiques et documents, les bibliothèques publiques doivent respecter les normes bibliothéconomiques suivantes :

  • la D.B.I.N. et la norme AFNOR Z 44-073 pour la description bibliographique;
  • la C.D.U. pour le rangement ou tout autre système qui s'en inspire;
  • le répertoire RAMEAU pour l'indexation par sujets.

Les bibliothèques publiques doivent travailler selon la dernière édition ou la dernière mise à jour des normes bibliothéconomiques auxquelles il est fait référence ci-dessus et, dans un délai raisonnable, adapter le classement déjà réalisé à ses modifications."

Ensemble des notices d'autorité-matière, la liste d'autorité est consultable en ligne (http://noticesrameau.bnf.fr:8096/) gratuitement.

La liste d'autorité est complétée par le Guide d'indexation (http://rameau.bnf.fr/formation/intervenants/Guide%206e/) qui en assure la lecture cohérente et le bon usage (règles d'établissement de la vedette : http://rameau.bnf.fr/utilisation/guide/rameau2_2.htm).

Ce site permet aux membres ou futurs membres du réseau RAMEAU de consulter la liste d'autorité, de s'informer et de faire des propositions portant sur les notices d'autorité.

Le Journal des créations et des modifications (http://rameau.bnf.fr/utilisation/journal.htm) informe des changements intervenus sur la liste d'autorité à une période donnée.

Question ou suggestion : rameau@bnf.fr - Rubrique Actualités : http://rameau.bnf.fr/actualites.htm

Electre[modifier | modifier le wikicode]

D'après EDIFICE (Espace de Documentation et d'Information pour la Formation Initiale et Continue dans l'Enseignement), IUFM, Académie de Grenoble.

Site web d'Electre : http://www.electre.com

Edité par le Cercle de la Librairie, le cédérom Electre contient l'ensemble des livres publiés en France et/ou en français (mais recense également les ouvrages épuisés) avec index par auteurs, par titres, par sujets et par éditeurs et collections. C'est l'équivalent numérique de Livres Hebdo, Le livre du mois, Le livre de l'année. Ces ouvrages doivent être disponibles dans les circuits de distribution du livre.

La base de données est également accessible via le web (http://www.electre.com).

Electre permet d'être informé sur les nouveautés de manière générale ou en fonction d'un sujet d'intérêt. Electre facilite les acquisitions en permettant d'être informé, de choisir, de sélectionner et de commander avec efficacité et rapidité. Le système permet de récupérer des notices dans son système de gestion, permettant ainsi d'éviter la saisie et le catalogage et de disposer d’un fichier cohérent.

Il existe plusieurs formules d'abonnement (le prix variant selon la localisation France métropolitaine ou étranger, nombre de disques par an, version monoposte, option multimédia, version réseau). Ces coûts ne permettent pas à toutes les bibliothèques de se l'offrir.

Bases et recherches[modifier | modifier le wikicode]

Electre comprend 2 bases :

  • la base bibliographique;
  • la base Editeurs/diffuseurs livres.

Recherches[modifier | modifier le wikicode]

A chaque base correspond une fenêtre de recherche distincte. Dans la partie médiane de la fenêtre, s'affichent les différentes recherches menées dans la base.

Chaque recherche s'inscrit sur une ligne ; les critères retenus y sont affichés, avec en bout de ligne, le nombre de documents trouvés.

Pour accéder aux documents trouvés à l'issue d'une recherche, il suffit de double-cliquer sur la ligne correspondante dans la fenêtre de recherche.

Les recherches sont, par défaut, indépendantes les unes des autres. Plusieurs lignes de recherche peuvent cependant être liées. Les boutons "Restreindre" et "Combiner" permettent, le cas échéant, de restreindre les recherches en utilisant un critère, ou de combiner, par les opérateurs booléens ET, OU et ET NON, plusieurs lignes de recherche.

Différents formats de restitution sont proposés. Ils varient selon la base où est menée la recherche et sont présentés sous la forme d'onglets.

Dans la liste, il existe des possibilités de trier les notices, modifier leur format, marquer les documents pertinents.

Autres possibilités : enregistrer une session de recherche, exporter les résultats, imprimer au format choisi.

La base bibliographique[modifier | modifier le wikicode]

La base bibliographique contient les notices d'ouvrages à paraître, disponibles, épuisés ou déclarés momentanément indisponibles par l'éditeur ou le distributeur. Les ouvrages sont soit publiés en France, quelle que soit la langue, ou publiés à l'étranger (76 pays) en langue française.

Electre assure le respect des règles bibliographiques et la cohérence et la clarté des différents fichiers de la base : auteurs, éditeurs, collections… Pour des données homogènes et des accès normalisés, des fichiers "autorité" ont été créés : un auteur, un éditeur, une collection ont une seule entrée dans la base avec d’éventuels renvois. Chaque livre est catalogué dans le respect de la norme Afnor Z 44-073 .

Les notices comportent une indexation systématique, selon la classification décimale Dewey, et des vedettes-matières, selon la liste Rameau depuis 1995.

Electre affirme ainsi être est la seule base bibliographique en France à fournir :

  • 2 niveaux d’indexation thématiques (Dewey et Rameau);
  • un résumé neutre du contenu des ouvrages (pour les livres parus depuis 1984);
  • le niveau de lecture (tout public, professionnel,…) depuis 1995;
  • 2 lexiques professionnels et universitaires (sciences humaines, sciences-techniques et médecine);
  • la catégorie de l’ouvrage selon les grands secteurs de vente : poche, jeunesse, livres pratiques, beaux livres… (depuis 1995);
  • les couvertures des ouvrages;
  • le texte des quatrièmes pages de couverture;
  • de nombreuses tables des matières.

Recherche dans la base Livres[modifier | modifier le wikicode]

Six types de recherche sont proposés :

  1. Rapide : accès direct aux notices en tapant quelques mots de l'auteur, du titre, de l'éditeur et/ou de la collection
  2. Bibliographique : 5 critères sont proposés (titre, mot du titre, auteur, éditeur et collection)
  3. Sujet : sélection des ouvrages à partir de mots extraits des vedettes-matières, des rubriques Dewey qui leur sont associées, ou étendue aux mots des titres et des résumés.
  4. Rameau : sélection des ouvrages à partir des vedettes-matières Rameau qui lui ont été associées.
  5. ISBN
  6. Panier constitué lors de recherches précédentes

Les recherches peuvent être modulées compte tenu de la disponibilité des ouvrages signalée par des boules de couleurs : vert disponible, rouge épuisé, jaune nouveauté, bleu à paraître.

Plusieurs recherches peuvent être combinées au moyen des opérateurs booléens ET, OU, ET NON.

Format de restitution disponibles : liste, intitulé, ISBD, Unimarc, Electre.

Base Editeurs/diffuseurs livres[modifier | modifier le wikicode]

Cette base recense les notices des organismes publiant en langue française dans le monde entier, ainsi que les notices de leurs diffuseurs ou distributeurs.

La notice contient la raison sociale, la forme bibliographique, et éventuellement les autres appellations, l'ISBN, les coordonnées, la mention des spécialités et les renseignements de diffusion et de distribution.

Recherche dans la base Editeurs/diffuseurs livres[modifier | modifier le wikicode]

La recherche s'effectue uniquement par la recherche multicritère. Les critères sont proposés sous la forme d'onglets : nom, mot du nom, spécialité, pays, département, ville, n° ISBN.

Plusieurs recherches peuvent être combinées au moyen des opérateurs booléens ET, OU, ET NON

Formats de restitution disponibles : liste, fiche

BN Opale Plus[modifier | modifier le wikicode]

Un document disponible dans un espace ou un site particulier[modifier | modifier le wikicode]

Le catalogue BN-OPALE PLUS réunit l'ensemble des livres et périodiques présents à la BnF (Bibliothèque nationale de France), quel que soit le site (Tolbiac-François-Mitterand, Richelieu, Arsenal, etc.) ou l'espace (haut ou rez-de-jardin).

Si vous utilisez plus particulièrement une salle ou un espace de la bibliothèque (par exemple, les salles du haut-de-jardin) et que vous souhaitez n'effectuer une recherche que dans cet espace, vous devez limiter la recherche à ce sous-ensemble particulier. Quel que soit le mode de recherche utilisé, une option "Voir ou modifier votre sélection" est proposée sur l'écran de recherche. Cliquer sur la croix blanche pour l'activer. Cette option vous permet de ne sélectionner qu'un espace ou qu'une salle de la bibliothèque, par exemple : "Haut-de-jardin". Par défaut, tous les sous-ensembles sont sélectionnés. Pour limiter une recherche aux documents en libre-accès en haut-de-jardin, décocher tous les autres sous-ensembles. Valider, puis effectuer la recherche.

Dans cette version du catalogue, les documents accessibles en libre-accès en rez-de-jardin ne peuvent pas être sélectionnés.

Un document consultable sur internet[modifier | modifier le wikicode]

Une partie de la collection des documents numérisés peut être consultée sur Internet. Ces documents comprennent des livres, des revues, des images, etc. Ils appartiennent tous au domaine public. Un catalogue spécifique leur est dédié : Gallica.

Vous pouvez aussi y avoir accès à partir de BN-OPALE PLUS, via l'option "Voir ou modifier votre sélection" qui vous est proposée sur l'écran de recherche. Vous devez cliquer sur la croix blanche pour l'activer. Par défaut, tous les sous-ensembles sont sélectionnés. Vous devez décocher tous les sous-ensembles et ne garder coché que le sous-ensemble "Collections numérisées".

Vous disposez aussi d'un accès direct à ces documents sur la page d'accueil de BN-OPALE PLUS, en cliquant sur "Accès direct aux collections des imprimés numérisés".

Des périodiques : revues, magazines, journaux[modifier | modifier le wikicode]

Pour retrouver un périodique, il est préférable d'utiliser le mode "recherche combinée". Vous pouvez y sélectionner l'index "Titre - > Périodique".

Si vous connaissez le titre exact d'une revue, sélectionnez au dessus du champ de saisie, l'option "commence par".

Les périodiques en libre-accès ne sont le plus souvent disponibles que pour les années les plus récentes. Après avoir trouvé la référence d'un titre, vérifiez que la période souhaitée est bien disponible. Pour les documents en libre-accès, cette période est indiquée à la suite de la cote. Pour les documents en magasin, vous devez cliquer sur le numéro affiché en bleu, avant la cote.

Des articles de périodiques[modifier | modifier le wikicode]

Les articles de périodiques ne sont pas signalés dans BN-OPALE PLUS, il n'est donc pas possible de faire une recherche par un nom d'auteur ou un titre d'article, non plus que sur un sujet d'article. Ces recherches peuvent être effectuées sur les bases de données disponibles dans les salles de lecture.

Vous voulez retrouver :

  • un document dont vous connaissez le titre et / ou l'auteur : utilisez l'écran "recherche simple".
  • un document dont vous connaissez le titre exact : il est préférable d'utiliser le mode "recherche combinée". Vous pouvez y sélectionner l'index "Titre - > livre" ou "Titre - > périodique", sélectionnez au dessus du champ de saisie, l'option "commence par". Si vous utilisez simultanément plusieurs critères, vous obtiendrez une liste de réponses plus restreinte. Attention toutefois, mieux vaut commencer avec un unique critère et affiner votre question au fur et à mesure si vous constatez que vous obtenez un nombre de réponses trop important.
  • un document pour lequel vous avez des références imprécises ou incertaines : si vous n'êtes pas sûr de vos références, mieux vaut utiliser la recherche par mots du mode "recherche combinée". L'ordre des mots est indifférent. Vous ne devez pas en ce cas saisir les articles. BN-OPALE PLUS contient un très grand nombre de références et certains mots courants ne sont pas suffisamment significatifs pour pouvoir être utilisés en recherche par mots (par exemple : dictionnaire, traité, etc.). Pour ce type de recherche, il vaut mieux n'utiliser qu'un seul critère, choisir l'option "commence par" et saisir le début du titre. Vous pouvez préciser votre question en ajoutant un et un seul critère de recherche parmi les critères suivants : date de publication (avant ou après une date), langue de publication, pays de publication.
  • Pour retrouver un document portant sur un sujet particulier : la recherche par sujet est possible selon différents modes :
    • Sujet : il s'agit des sujets RAMEAU (Répertoire encyclopédique et alphabétique unifié), utilisés à la BnF pour les documents entrés à la BnF depuis 1980. ** Dewey : la recherche par classification "Dewey (indice numérique)" est plutôt conseillée aux utilisateurs expérimentés. ** Dewey : la recherche par classification "Dewey (libellé)" est une recherche par mot, plus facile à utiliser. Mieux vaut utiliser le mode "contient le(s) mot(s)" que "commence par". L'indexation Dewey est utilisée à la BnF pour les documents entrés à la BnF depuis 2000 et pour les ouvrages disponibles en libre-accès. ** Cote libre-accès : La recherche par cote libre-accès est facilitée par le menu "Aide" qui vous présente le déroulé des différentes cotes, classé par disciplines (architecture, droit, etc.), par salle (haut-de-jardin / rez-de-jardin ; Salle A, B, C…), puis par cote et libellé précis (Économie - généralités ; Mathématiques économiques ; etc.). Vous ne pouvez sélectionner qu'un libellé à la fois.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous êtes invité à consulter le Guide de la recherche documentaire, disponible en ligne sur le site, et qui présentera les principales étapes pour élaborer une recherche de références bibliographiques.

Ce que l'on ne trouve pas dans BN-OPALE PLUS[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui, le catalogue BN-OPALE PLUS n'est pas encore tout à fait complet. En particulier, on n'y retrouve pas :

  • les références des documents appartenant aux collections audiovisuelles (documents sonores, vidéos, documents électroniques, etc.) peuvent être consultées sur le catalogue audiovisuel.
  • les références des documents appartenant aux collections spécialisées (manuscrits, estampes, cartes et plans, médailles, etc.) peuvent être consultées sur le catalogue BN-OPALINE.
  • les références des documents appartenant aux langues écrites en caractères non latins (russe, arabe, sanskrit, etc.) peuvent être consultées à la Bibliothèque nationale de France, dans les salles I ou X (salle de référence bibliographique du haut et du rez-de-jardin).

Pour en savoir plus[modifier | modifier le wikicode]

Pour faire une interrogation dans le catalogue : consulter le catalogue (http://catalogue1.bnf.fr/aide/texteAide/consulterlecatalogue2)

Pour utiliser au mieux les services offerts par le catalogue : Services et fonctionnalités du catalogue (http://catalogue1.bnf.fr/aide/texteAide/servicesetfonctionnalites2)

Pour localiser un document : Consulter un document (catalogue1.bnf.fr/aide/texteAide/consulterundocument2)

Taurus[modifier | modifier le wikicode]

Historique[modifier | modifier le wikicode]

En 1995, la bibliothèque centrale (de la Province du Hainaut) fait le choix d'adopter le logiciel intégré de gestion de bibliothèque Vubis de la firme GEAC afin d'assurer l'ensemble de ses tâches bibliothéconomiques de manière plus harmonieuse et efficace. Afin de ne pas léser les autres institutions provinciales qui n'avaient pas la nécessité d'un logiciel intégré de gestion de bibliothèque mais qui souhaitaient conserver un catalogue informatisé de leurs collections, CIP a mis au point un catalogue collectif sous le logiciel Taurus.

Ce catalogue s'est développé et reprend aujourd'hui, en plus des collections des institutions provinciales, les fonds de nombreuses bibliothèques communales ou autres de la province de Hainaut et forme aujourd'hui le catalogue collectif des bibliothèques hennuyères, consultable via des bornes installées dans plus de 54 bibliothèques du Hainaut et en ligne sur le site de Biblio Pages? (site satellite du site de la Province de Hainaut http://www.hainaut.be).

Le catalogue collectif reprend les fonds de plus de 54 bibliothèques du Hainaut (plus d'un million et demi de références) et, pour les périodiques, le travail du groupe de dépouillement partagé "Départ Hainaut" qui compte une quinzaine de bibliothèques actives.

Taurus et périodiques[modifier | modifier le wikicode]

Le cédérom Taurus permet une recherche sur plusieurs critères (titre, date, sujet, ...) dans une base de données de plus de 170.000 articles de revues dépouillés. Ce cédérom reprend le dépouillement du groupe DEPART Hainaut mais aussi celui de plusieurs bibliothèques d'enseignement et/ou de niveau provincial.

DEPART Hainaut est un groupe créé en 1991 et composé de plusieurs bibliothèques de types divers qui vise à dépouiller un maximum de revues et couvrir ainsi le plus de domaines possible. Le dépouillement signifie la sélection d'articles de revues, l'analyse et l'établissement d'une fiche normalisée.

Chaque bibliothèque qui participe au dépouillement reçoit en retour deux outils : le DEPART Hainaut Sommaires (bulletin des sommaires des revues dépouillées par le groupe) et le cédérom Taurus.

Une recherche sur le cédérom fournira les références de nombreux articles pour une recherche approfondie sur un sujet précis.

Remarques[modifier | modifier le wikicode]

Après avoir fait une recherche sur les articles de revue et avoir identifié la revue recherchée, on ne peut pas identifier davantage cette revue et sa localisation (les bibliothèques n'ayant pas encodé leurs collections).

Les encyclopédies numériques[modifier | modifier le wikicode]

Les encyclopédies sur cédérom[modifier | modifier le wikicode]

A développer avec informations actualisées.

Pour qu'elles puissent donner leur pleine mesure, les encyclopédies devraient être installées sur des ordinateurs connectés à l'Internet.

Les encyclopédies en ligne[modifier | modifier le wikicode]

A développer

Une sitothèque (base de sites de références) dans les "favoris" du navigateur devrait recenser les encyclopédies en accès libre.

Wikipédia[modifier | modifier le wikicode]

Est-il possible d'imaginer une encyclopédie à laquelle chacun participerait? Autrement dit, d'adopter la philosophie du logiciel libre pour développer une encyclopédie? C'est le principe de Wikipedia (contraction de Wiki et Encyclopedia) (http://fr.wikipedia.org), un projet d'encyclopédie libre et collaborative s'appuyant sur l'hypertexte.

La notion d'écriture libre signifie que tout article écrit dans l'encyclopédie est automatiquement couvert par la Licence de Documentation Libre de GNU; ainsi chacun a le droit d'accéder, de reprendre, modifier, enrichir, diffuser les articles de l'encyclopédie. La seule contrainte (et protection) est que la même licence s'applique à toute copie, version dérivée ou modifiée. L'écriture est dite collaborative dans la mesure où tout le monde peut participer au développement, à l'amélioration et à l'enrichissement de l'encyclopédie. Un travail qui s'appuie sur des milliers de collaborateurs volontaires.

Cette philosophie "open content" se retrouve également dans le projet Nupedia (http://www.nupedia.com)(uniquement en anglais).

Les dictionnaires en ligne[modifier | modifier le wikicode]

Les encyclopédies gratuites en ligne sont de plus en plus rares. Qu'en est-il des dictionnaires ? Peut-on encore aujourd'hui disposer sur le web de dictionnaires de français, de dictionnaires dans d'autres langues, de dictionnaires bilingues... Lesquels pourraient figurer dans la sitothèque de la bibliothèque.

Dictionnaires de français[modifier | modifier le wikicode]

Seule difficulté dans la quête de ces dictionnaires : l'identification de leur origine. Pas toujours aisé de savoir qui porte ce dictionnaire en ligne : une association, une université, un éditeur, un particulier ? C'est parfois surprenant. Ainsi un dictionnaire français-anglais qui peut se nourrir de vos suggestions est-il proposé par la UMR 6061 - Génétique et Développement (CNRS - Faculté de Médecine de Rennes) ! Il propose pas moins de 102.000 termes (http://sun-recomgen.univ-rennes1.fr/FR-Eng.html).

Une de ces richesses en ligne est certainement le Trésor de la langue française informatisé (http://atilf.inalf.fr). L'originalité du TLF réside dans la possibilité de rechercher classiquement (avec le mot correct) mais aussi, très simplement, en tapant le mot phonétiquement, en omettant les accents, les tirets des mots composés, en tapant les mots fléchis (c'est-à- dire des formes conjuguées de verbes, des pluriels de substantifs. des formes quelconques d'adjectifs) Il est également possible d'opérer une saisie phonétique à partir de boutons (ainsi A-R-M-O-N-i-O-M devient "Harmonium").

Dans le domaine linguistique, on pouvait certainement compter sur nos cousins québécois qui mettent à disposition le Grand dictionnaire terminologique, le résultat de 30 années de travail de spécialistes de l'Office québécois de la langue française. Ce grand dictionnaire (http://www.oqlf.gouv.qc.ca/) vous donne accès à près de 3 millions de termes français et anglais du vocabulaire industriel, scientifique et commercial, dans 200 domaines d'activité.

Faire oeuvre de pionnier vous intéresse? Alors rendez-vous sur le Wiktionnaire (http://fr.wiktionary.org), un cousin de Wikipédia. Autrement dit un projet de dictionnaire de français écrit collectivement qui s'est lancé le 22 mars 2004. Selon le principe du wiki, chacun est libre de modifier n'importe quelle page, sans aucune nécessité de s'enregistrer.

Si vous vous intéressez aux synonymes, un des meilleurs outils est sans doute l'austère dictionnaire des synonymes réalisé par le CNRS et l'université de Caen (http://elsap1.unicaen.fr/cherches.html). On peut y introduire des unités lexicales (mots, expressions) et les résultats sont classés.

Certains outils ont l'avantage d'être multifonctions comme chez TV5.org (http://www.tv5.org) où l'on peut accéder à des dictionnaires de français, des synonymes, français-anglais, anglais-français et aux règles de conjugaison.

Bilinguisme en ligne[modifier | modifier le wikicode]

On peut disposer en ligne de nombreux dictionnaires bilingues. Dans des langues qui nous sont familières comme les autres langues principales européennes mais aussi dans des langues minoritaires en Europe. Ou dans des langues plus exotiques. On trouve ainsi un Dictionnaire français-japonais (http://dico.fj.free.fr/index.php) en ligne; il peut également être téléchargé. Dans nos bibliothèques, ces dictionnaires bilingues peuvent être des outils pour l'étude des 2e, 3e et 4e langues. Ou peuvent aider à l'apprentissage du français chez des primo-arrivants.

Certains dictionnaires étonnent car jouant sur d'autres logiques. Ainsi les dictionnaires français-anglais et anglais-français développés par le CNRS, l’Université de Lyon 1 et l’Université de Caen (http://dico.isc.cnrs.fr/dico_html/fr/index_tr.html) permettent d'aboutir à des représentations graphiques.

On a parfois dit que l'Internet allait tuer nos langues nationales au détriment de l'anglais. Il n'en est heureusement rien et même nos langues endogènes peuvent s'épanouir sur la Toile. On y a repéré Li "Ptit Larousse" do walon (le "Petit Larousse" du Wallon) (moti.walon.org) et un dictionnaire français-picard (http://www.chti.org/chti/glossaire/index.php) avec une base de données qui contient 2390 mots ou expressions.

Ce medium modene qu'est l'Internet ne tourne pas le dos au passé et aux langues dites mortes. Ainsi on peut s'appuyer sur le Dico Latin? (http://www.dicolatin.com), le dictionnaire français latin et latin-français de Patrick Contart basé sur le constat qu'aucun dictionnaire ne prenait en compte le siècle de l'auteur de référence pour la traduction.

Pour chaque langue[modifier | modifier le wikicode]

Si l'on s'intéresse aux dictionnaires unilingues, il peut être intéressant de télécharger le dictionnaire Freelang (http://www.freelang.com/dictionnaire/). C'est un programme gratuit à télécharger auquel on peut ensuite ajouter autant de listes de mots qu'on le souhaite. 167 dictionnaires sont actuellement proposés ! De l'afrikaans au wolof en passant par le grec ancien ou le tamoul.

Rareté[modifier | modifier le wikicode]

Cet outil moderne qu'est l'Internet a l'avantage de mettre à la portée de chacun des ouvrages rares. N'importe quel internaute peut aujourd'hui accéder aux différentes versions du dictionnaire de l'Académie française (http://dictionnaires.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/index.htm) depuis celle de 1694. Grâce encore au Projet ARTFL (Project for American and French Research on the Treasury of the French Language), on peut également se pencher sur le Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne de Jean Nicot (1606) (http://www.lib.uchicago.edu/efts/ARTFL/projects/dicos/TLF-NICOT/) ou le Dictionaire critique de la langue française de Jean-François Féraud (1787-1788) (http://www.lib.uchicago.edu/efts/ARTFL/projects/dicos/FERAUD/). Un site (http://www.catholicon.net) vous permet même de télécharger le Catholicon rédigé par Jehan Lagadec en 1464 et qui serait le premier dictionnaire trilingue du monde (breton-français-latin). On vous livre ainsi la copie numérisée de l'exemplaire complet détenu par la ville de Quimper (édition Calvez de 1499).

Dans tous les domaines[modifier | modifier le wikicode]

Dans des domaines comme l'informatique et l'Internet, il est bon également de disposer de dictionnaires spécialisés. Ce sont souvent des sites qui se présentent davantage comme des sites classiques que comme des traditionnels dictionnaires en ligne. On citera le Dictionnaire de l'informatique et de l'Internet (http://www.dicofr.com) et le Dictionnaire de l'internaute (http://www-03.ibm.com/ondemand/ca/fr/dictionnaire/). Mais ce ne sont pas les seuls domaines où l'on peut trouver des dictionnaires.

Pour les trouver, vous pouvez vous appuyer sur Lexicool.com (http://www.lexicool.com), un moteur de recherche qui contient actuellement plus de 7500 liens vers des dictionnaires et glossaires bilingues et multilingues consultables gratuitement sur Internet.

Un musée virtuel[modifier | modifier le wikicode]

Et si vous faites partie de ces passionnés des dictionnaires, rendez-vous au Musée virtuel des dictionnaires (http://www-bu.bibu.u-cergy.fr/Culture/Musee_dictionnaire/musee_du_dictionnaire.htm). Ce site propose un historique des dictionnaires français, une chronologie, apporte des informations précises sur chaque dictionnaire (genèse, auteur, contenu), accessibles par la chronologie ou la liste des auteurs, avec des extraits significatifs (premières pages, préface, articles, illustrations) et un signalement bibliographique (articles et ouvrages, colloques, autres sites).


--Philippe Allard 23 mar 2005 à 10:47 (UTC)