BiblioTIC : l'informatique et l'Internet au service des bibliothèques/Les programmes informatiques des bibliothèques

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les programmes informatiques des bibliothèques[modifier | modifier le wikicode]

Les logiciels sont des programmes informatiques permettant de travailler avec des ordinateurs et leurs périphériques. Les logiciels sont distribués sur cédéroms ou peuvent être téléchargés, moyennant paiement ou non, sur le web.

Le système d'exploitation[modifier | modifier le wikicode]

Le système d'exploitation (operating system) dirige tous les autres programmes appelés applications. Parmi les systèmes d'exploitation 'commerciaux':

  • Microsoft Windows (95, 98, 2000, NT, XP puis windows 7, 8 et [en 2017] la version 10)
  • Macintosh Système OS

et parmi les systèmes dits 'libres':

  • GNU/Linux, un système d'exploitation de type Unix (nombreuses variantes [distributions] debian, ubuntu...)

Le système d'exploitation est souvent fourni d'office avec l'ordinateur. Il est compris dans le logiciel de base avec les programmes de service.

Dans le débat portant sur le choix des systèmes d'exploitation, on fait souvent face à des arguments de popularité (Windows est fort répandu, souvent installé par défaut sur les ordinateurs), éthiques (le logiciel libre préserve l'indépendance de l'utilisateur vis-à-vis de fournisseurs) et financiers (coût des licences des logiciels fonctionnant sur le système d'exploitation, coût d'installation et de maintenance).

Aujourd'hui, les systèmes d'exploitation ne se distingueraient plus du point de vue des fonctionnalités et de la facilité d'utilisation : ils seraient aussi simples à utiliser les uns que les autres, et les utilisateurs ne verraient en général pas la différence.

Du point de vue des coûts, le débat est animé et tous montrent que leur système est moins cher. Des études neutres montreraient cependant que les systèmes scriptables, basés sur Unix, tels GNU/linux ou MacOSX seraient moins chers à maintenir dans un environnement professionnel que ceux basés sur les multiples versions de Windows.

Rappelons que GNU/Linux est un système libre, c'est-à-dire que l'utilisateur est libre d'utiliser et de partager tout le système, et peut disposer du code source. Par code source, on entend un ensemble d'instructions écrites usant des langages de programmation maîtrisés par les informaticiens. GNU/Linux est considéré comme plus fiable dans la mesure où les bogues (erreurs de programmation ou bugs) peuvent être détectés et corrigés par l'ensemble de la communauté informatique qui a accès à ce code source.

Le système d'exploitation d'Apple est également considéré comme stable, et il est basé sur un système Unix libre, et les codes ont également été rendus publics.

Les logiciels libres[modifier | modifier le wikicode]

Un logiciel est dit libre lorsque les utilisateurs, sans discrimination, ont le droit :

  • de l'exécuter pour tous les usages, dans tous les domaines;
  • de le copier;
  • de le distribuer;
  • d'en étudier le fonctionnement, de le modifier, de l'adapter à leurs besoins;

de l'améliorer et de publier ses améliorations pour en faire profiter toute la communauté. Une des conséquences fondamentales de ces libertés, est l'accès libre au code source (voir plus haut), redistribuable.

Une autre conséquence, importante pour beaucoup d'utilisateurs, qui ne voient parfois que celle-ci, est la gratuité, quasi systématique, des logiciels libres.

Les logiciels d'application[modifier | modifier le wikicode]

On appelle logiciels d'application les programmes dont se sert directement l'utilisateur.

Il peut s'agir de logiciels d'application "propriétaires" comme de logiciels "open source". Aujourd'hui, presque toutes les fonctionnalités qu'un utilisateur peut rechercher sont disponibles comme logiciels libres, tournant tant dans l'environnement GNU/linux que Microsoft Windows.

On trouvera par exemple une sélection très importante de logiciels libres et gratuits fonctionnant sur le système d'exploitation Microsoft Windows, ainsi qu'un cédérom téléchargeable et également libre et gratuit sur GnuWin. De nombreux sites, tel Framasoft, proposent des catalogues, présentations thématiques, et clefs usb, CDs ou téléchargement gratuit de logiciel pour toutes plateformes telles Linux, Windows ou même Android.

Les logiciels de bureautique[modifier | modifier le wikicode]

Le traitement de texte : logiciel permettant la création de textes. Les logiciels de traitement de texte permettent de choisir des polices de caractère (taille, couleur, type), d'intégrer des tableaux, des images, des diagrammes, de déplacer ou d'aligner les textes,... Libre Office [LO] Writer (libre) ou MS Word (commercial) sont des logiciels de traitement de texte.

Le tableur : un tableur est un logiciel qui permet de construire et de visualiser des tableaux contenant des données et, également, d'effectuer des calculs. LO Calc (lib.) ou MS Excel (com.) sont des tableurs.

La gestion de base de données : un système de gestion de base de données (SGBD) est un logiciel qui permet de décrire, manipuler et interroger les données d'une base de données. LO Base (lib.) ou MS Acces (com.) sont des logiciels de gestion de base de données.

La présentation assistée par ordinateur (PréAO). LO Impress (lib.) ou MS Powerpoint (com.) sont des logiciels de PréAO.

Les suites bureautiques[modifier | modifier le wikicode]

Une suite bureautique est un ensemble de logiciels tels que traitement de texte, tableur, base de données, outil de dessin et de retouche.

La suite bureautique sans doute la plus utilisée (en logiciel dit 'commercial' ou 'privateur'ou encore 'propriétaire') est Microsoft Office.

Une suite bureautique très complète, libre et gratuite, dont les fichiers sont compatibles avec les suites Microsoft Office, et dont la communauté des utilisateurs est très active est OpenOffice.org (http://fr.openoffice.org). Cette solution libre est dérivée de StarOffice (suite payante - existe en français) de Sun. En 2017, et ce depuis quelques années, OpenOffice ayant un temps été racheté par la société Oracle, a vu nombre d'utilisateurs décliner au profit de l'étoile montante du logiciel dit 'libre' libre : la suite "LO" (Libre Office) aux très nombreuses fonctionnalités (et centre de la 'communauté' la plus active).

Un élément essentiel est le format natif dans lequel les fichiers de Open et/ou Libre Office sont sauvés, qui est complétement ouvert et permet une intégration simple et très évoluée de l'outil avec des solutions web ce que peu d'autres outils offrent aujourd'hui.

Ces suites bureautiques complètes offrent aujoud'hui toutes les fonctionnalités nécessaires à une utilisation de bureau standard et elled proppsent en plus un éditeur d'images et un éditeur d'équations, ainsi que d'autres fonctionnalités telles que par exemple la sauvegarde directe au format pdf utilisé pour la transmission de documents qui ne sont pas censés être modifiés, ce que la suite Microsoft Office ne permettait pas.

La suite LibreOffice.org remplace aujourd'hui avantageusement la suite propriétaire Microsoft Office et est adoptée par de très nombreuses institutions telles que des administrations, PME et même grandes entreprises, sans compter les écoles et individus.

Parmi les autres propositions gratuites (non libres) :

  • 602 PC SUITE (en anglais uniquement) : traitement de texte, tableur, logiciel d'édition graphique.
  • Easy Office (en anglais uniquement) : traitement de texte, tableur, application de présentation, gestionnaire d'adresses, éditeur de pages web, module permettant de conversion en PDF.

Les logiciels d'édition[modifier | modifier le wikicode]

Ces logiciels (PAO) permettent de mettre en page des rapports, livres, journaux, revues, dépliants, invitations. Mais aussi des calendriers, cartes de visite, étiquettes de CD, banderoles,… Certains d'entre eux sont réservés aux professionnels en raison de leur coût et des compétences exigées; d'autres ont une vocation plus amateure.

Les logiciels d'édition professionnel les plus connus etaient PageMaker et Quark Xpress mais le prix de ce dernier et sa complexité le réserve à une activité professionnelle. Depuis quelsues années ces deux ex-leaders de marchés ont pas disparus au profit (dans le champ du logiciel 'privateur') d'une évolution de PageMaker nommée Indesing, et dans le monde du logiciel dit 'libre' de Scribus. Ce dernier offrant la gamme la plus étendue de fonctionnalités et, si idéalement conçu pour Linux, accepte son utilisation sous les systèmes d'exploitation 'privateurs'.

En matière de logiciel simple d'édition, dans le passé [maj 2017] on a souvent utilisé Publisher ou Ragtime dont il existe une version gratuite.

Des travaux d'édition déjà très élaborés peuvent être effectués avec des programmes tels que OOo ou LO (LibreOffice).

Les logiciels de création de site web[modifier | modifier le wikicode]

Pour créer un site web, il faut recourir à un éditeur. Cet éditeur sera souvent wysiwyg ("what you see is what you get") c'est-à-dire que vous visualisez directement votre travail sur la page en construction; il vous est cependant possible de travailler sur le code HTML.

Un élément déterminant est la qualité des pages générées et leur conformité aux standards d'internet, tels que définis par le W3C. Seul le respect de cette dernière assure en effet que la page peut être lue par tous, sans limitation liée à l'outil de lecture, le navigateur.

Des outils simples et permettant cependant des éditions déjà très évoluées, respectant ces critères, sont la suite Open Office.org (OOo) ou plus clairement Libre Officeou l'outil Composer intégré au navigateur Mozilla. (Aujourd'hui en 2016, BlueGriffon ou Kompozer)

Des solutions propriétaires courantes sont[2017: étaient!] Macromedia Dreamweaver ou encore Microsoft Frontpage ou Adobe Golive. Webexpert est un autre produit bon marché.

Nous pouvons aussi citer NVU (prononcez "N-View"), qui est un logiciel gratuit et Open Source développé par les créateurs de Mozilla. (tjrs Maj : remplacé par outils grease /monkey.. Kompozer..)

Les logiciels de transfert de fichiers[modifier | modifier le wikicode]

Le logiciel FTP (file transfert protocol) permet l'envoi ou la réception de fichiers. Il est utilisé pour le transfert de pages HTML, d'images, de sons destinés à un site web. Exemple : FTP Expert.

Logiciels de création de CD[modifier | modifier le wikicode]

Ces logiciels sont indispensables pour graver un cédérom.

Images, musique, vidéo[modifier | modifier le wikicode]

Des logiciels permettent la retouche et le traitement d'images. Pour l'audio et la vidéo, si l'on installe des logiciels de lecture, il faut encore prévoir le branchement de casques ou de haut-parleurs. D'autres logiciels permettent le montage audio et vidéo (vidéo assistée par ordinateur ou VAO) ou la musique assistée par ordinateur (MAO).

Le traitement d'images est utile pour l'édition ou pour un site web. La lecture audio et vidéo est consommatrice de bande passante; elle peut cependant avoir toue sa place en bibliothèque ou espace public numérique (EPN) (consultation d'archives ou de journaux audio ou vidéo en ligne).

Tant dans le domaine du traitement d'image que de la lecture audio et vidéo, des logiciels libres et gratuits sont à disposition.

La gestion du réseau et des postes[modifier | modifier le wikicode]

Des logiciels (utilisés en EPN) permettent le 'contrôle parental' et donc interdisent la fréquentation de certains sites. D'autres permettent de définir des zones (espace sur le disque dur, logiciels) auxquelles l'utilisateur pourra accéder ou non.

La sécurité informatique[modifier | modifier le wikicode]

La sécurité sera assurée par des antivirus (avec mises à jour), nécessaires actuellement uniquement avec des systèmes basés sur Microsoft Windows, et par des pare-feux (firewalls). Ceux-ci visent à améliorer la protection du réseau et à défendre le réseau local connecté à l'Internet des attaques et tentatives d'intrusion qui peuvent provenir de l'extérieur ainsi que de contrôler et de réguler les connexions du réseau interne vers l'extérieur. Les systèmes Mac et GNU/Linux sont réputés être moins sensibles aux attaques de virus car les aspects essentiels de sécurité ont été intégrés à la base de la création de ces systèmes.

Il faut également s'équiper d'anti-spyware c'est-à-dire d'un logiciel qui déloge les espiogiciels (qui peuvent par exemple observer vos comportements sur le web).

La sécurité des données sera assurée par des logiciels de sauvegarde et de restauration.

Licence d'utilisation et coût des logiciels[modifier | modifier le wikicode]

Un aspect essentiel qui distingue les logiciels est la question des licences selon lesquelles ils sont distribués. Celles-ci précisent les droits et devoirs des utilisateurs à l'occasion de l'utilisation des logiciels. Elles ont comme conséquences et effets les prix et coûts relatifs à ces logiciels. Dans presque tous les cas, la propriété intellectuelle et les droits d'auteur restent ceux de l'éditeur du logiciel.

les logiciels libres, dont les licences précisent les libertés qui ont été définies ci-dessus, et qui garantissent la liberté des utilisateurs, et l'indépendance de ceux-ci par rapport à des vendeurs et donnent à l'utilisateur un maximum de droit et peut de devoir. Ceci encourage aussi le partage et la mutualisation, tant des outils que des documentations associées. Ces licences ont aussi comme conséquence que les logiciels libres sont librement distribuables, et par conséquent souvent gratuits en tant que tels, bien que des services associés soient le plus souvent payants.

les logiciels propriétaires pour lesquels l'utilisateur a des droits en général très limités d'utilisation exclusive et à titre individuel, et beaucoup de devoirs. L'utilisateur est souvent tenu d'acquérir une licence d'utilisation, éventuellement pour une durée limitée. Dans chacune de ces catégories, on distingue encore les logiciels gratuits et les logiciels payants.

Parmi les logiciels propriétaires, on peut donc rencontrer :

  • les logiciels en version d'essai soit pour une durée limitée (généralement 30 jours), soit pour un certain nombre d'utilisations, soit avec des fonctionnalités bridées (avec, par exemple, une impossibilité de sauvegarder son travail);
  • les partagiciels (sharewares) c'est-à-dire les logiciels distribués librement mais dont l'utilisation requiert toutefois une rétribution payable à l'auteur.

Les sites de téléchargement de logiciels[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les nombreux sites de téléchargement, citons :

Les références pour bibliothécaires[modifier | modifier le wikicode]