BiblioTIC : l'informatique et l'Internet au service des bibliothèques/La sécurité en général

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le stockage et la sauvegarde des données[modifier | modifier le wikicode]

Les données sont habituellement stockées sur l'ordinateur de l'utilisateur ou un serveur auquel celui-ci est connecté. Cependant, la volatilité des données stockées sur un support informatique est très grande : il suffit de peu de chose pour que tout disparaisse. Il est donc utile de sauvegarder des données sur d'autres supports pour pouvoir les transférer, éventuellement à un autre utilisateur, ou par sécurité face aux risques de problème informatique, de vol, d'incendie,… Des notes de travail jusqu'au tapuscrit d'un rapport en passant par des bases de données, la comptabilité…, toute une série de données devraient être prudemment stockées. En jargon informatique, on parle de faire des back up.

On parle de sauvegarde incrémentale lorsque l'opération de sauvegarde permet de ne sauvegarder que les fichiers créés ou sauvegardés entre deux sauvegardes. Les systèmes plus perfectionnés de sauvegarde compressent les fichiers avant de les sauvegarder de manière à limiter les temps de transfert ainsi que l'espace utilisé.

Le stockage[modifier | modifier le wikicode]

Le stockage des données peut être effectué sur des supports physiques tels que disquettes, cédéroms, DVD, Zip (Iomega), qu'il faut pouvoir distinguer, classer et, éventuellement, placer en un autre endroit physique que le lieu où se trouve la station de travail.

Ces données peuvent également être stockées sur des espaces virtuels. Examinons les différents supports de stockage.

Le disque dur supplémentaire[modifier | modifier le wikicode]

Ce 2e disque dur peut éventuellement être glissé dans un casier extractible et donc emporté. Il peut également s'agir d'un disque externe dont la capacité varie généralement entre 20 et 80 Go (dans certaines gammes, la capacité varie entre 120 et 300 Go). Ce disque externe se branche aisément sur la machine (via un port Fire Wire ou USB).

La disquette[modifier | modifier le wikicode]

Support très courant, la disquette a une dimension de 31/4 et une capacité de 1,44 Mo.

La disquette est bon marché, peu encombrante mais elle est relativement fragile et sa capacité est limitée. Elle ne peut donc stocker des images de qualité ou des contenus multimédias.

La cartouche magnétique[modifier | modifier le wikicode]

La plus connue des cartouches magnétiques est la cartouche Zip de Iomega d'une capacité de 100 (équivalant à 70 disquettes), 250 Mo (équivalent à 173 disquettes) ou 750 Mo. Elle nécessite un lecteur/enregistreur branché sur le port parallèle, SCSI ou USB de l'ordinateur. Le lecteur/enregistreur de Zip peut être déplacé d'un poste à l'autre. Il est également possible d'intégrer un lecteur Zip dans l'ordinateur.

Les lecteurs de Zip de plus grande capacité peuvent lire des cartouches de moindre capacité mais ne peuvent enregistrer sur ces supports.

Le ruban magnétique de sauvegarde[modifier | modifier le wikicode]

Ce ruban magnétique de sauvegarde (ou tape back up) permet de sauvegarder l'équivalent de 2.500 disquettes. Le système s'installe à l'intérieur du boitier d'ordinateur.

Les disques magnéto-optiques[modifier | modifier le wikicode]

Ces disques de 3,5 ou 5,25 ont des capacités variant entre 128 Mo et 5,2 Go. La durée d'archivage est censée être supérieure à 40 ans. Ce support est prisé dans le domaine de l'échange et de l'archivage de données.

Le cédérom[modifier | modifier le wikicode]

Le cédérom inscriptible (CD-R) ou réinscriptible (CD-RW) bénéficie d'une capacité de 650 ou 700 Mo (équivalent à 450 disquettes). Un CD-RW devrait pouvoir être reconverti un millier de fois.

Ce support a l'avantage d'être résistant. Il a le désavantage de nécessiter un logiciel spécifique pour l'enregistrement des données.

Le prix en est très bas puisqu'un CD-RW coûte autant que 5 disquettes avec une capacité 90 fois supérieure.

Le DVD[modifier | modifier le wikicode]

Le DVD peut lui aussi être inscriptible (DVD-R) et réinscriptible (DVD-RW). Sa capacité de 4,7 Go est 7 fois supérieure à celle du cédérom.

C'est l'outil idéal pour le multimédia. La gravure nécessite aussi un logiciel spécifique. La diffusion de ce support de données est encore entravée par le coût à la fois du disque DVD lui-même et du graveur de DVD (en diminution cependant).

La carte mémoire[modifier | modifier le wikicode]

Ces cartes dotées d'une puce mémoire sont surtout utilisées dans le domaine du multimédia numérique (photographie, baladeur) pour enregistrer des informations (images fixes ou animées, fichiers) sur un espace réduit. Leur capacité est de 64 à 128 Mo.

Les cartes mémoire souffrent de formats différents et d'incompatiblité (mais il existe des lecteurs multi-cartes). Le prix est considéré comme élevé en fonction de la capacité.

La mémoire USB[modifier | modifier le wikicode]

La mémoire USB se branche directement sur le port USB de l'ordinateur (fixe ou portable) où il est considéré comme un disque interne. Les opérations de transfert de fichiers s'effectuent donc simplement. La mémoire peut ensuite être branchée sur le port USB de n'importe quel autre ordinateur. Aucun pilote de périphérique n'est requis. On trouve maintenant plus rarement des clés USB d'une capacité de 16 ou 32 Mo, plus fréquemment des clés de 64, 128, 256, 512 Mo. On peut aussi en trouver d'une capacité de 1024 Mo (1 Go)ou plus.

Le système est simple mais, à l'heure actuelle, le rapport prix-capacité est encore défavorable par rapport aux autres supports.

De plus, sa durée de vie (que certains estiment de 2 à 5 ans) est trop limitée pour un stockage durable et donc fiable.

Le stockage externalisé[modifier | modifier le wikicode]

Le système le plus simple consiste à mettre en ligne ses données les plus importantes chez un prestataire gratuit (par exemple, les parties "Fichiers" ou "Porte-document" de Yahoo ou chez un prestataire spécialisé (Freedrive ou Xdrive, idrive) . Le système a l'avantage d'être bon marché sinon gratuit mais l'opération peut se révéler fastidieuse. Il existe des systèmes (par exemple Oodrive) permettant une sauvegarde sécurisée, à distance, automatique (à la fréquence et aux heures désirées) des données informatiques. Ces données peuvent être cryptées lors de leur transfert et stockées dans des locaux sécurisés.

La sauvegarde[modifier | modifier le wikicode]

La perte de données (textes, fichiers de membres, comptabilité) peut être extrêmement dommageable pour une association La sauvegarde (back-up) consiste à copier le contenu d'un support de stockage sur un autre support afin que ce contenu ne soit par perdu en cas d'incident (vol, destruction) sur le premier support.

On considère que, pour être efficace, la sauvegarde doit faire l'objet d'une stratégie, tenant compte du risque couru et de la contrainte imposée par l'opération de sauvegarde, du souci de sauvegarder tout ou partie des données, de la volonté de conserver plusieurs sauvegardes successives. Pour envisager une sauvegarde professionnelle, il faut tenir compte d'éléments tels que : la sauvegarde à partir d'un ou plusieurs site, à partir de serveurs ou de postes de travail (fixes ou itinérants), le volume de données à sauvegarder et son évolution potentielle, la plage horaire de sauvegarde, les systèmes d'exploitation des serveurs, les types de fichiers à sauvegarder,...

La sauvegarde des données peut dépendre d'un acte volontaire de l'utilisateur qui prend la décision de les enregistrer sur l'un ou l'autre support. Il peut aussi s'agir d'un système de sauvegarde automatique; cette formule est conseillée même si elle n'exclut pas la vérification périodique des sauvegardes automatiques afin de s'assurer qu'elles ne causent pas de problèmes.

Il est possible d'effectuer des sauvegardes simultanées de données en ayant recours à des disques durs en miroir localisés sur le même serveur ou sur des serveurs différents. Si l'un des disques est défectueux, on peut récupérer les données sur l'autre (pour autant qu'il ne s'agisse pas du même serveur présentant des problèmes). Il est vivement conseillé de disposer d'une sauvegarde "hors site".

La sauvegarde peut être "virtuelle" dans le sens où vous utilisez l'Internet pour sauvegarder vos données (en réalité sur des serveurs distants).

La sécurité en général[modifier | modifier le wikicode]

La sécurité comprend plusieurs aspects, pour certains (sécurité par rapport aux données) déjà évoqués plus haut.

La protection contre le vol[modifier | modifier le wikicode]

Les dispositifs de protection que vous mettrez en place pourront être mis en valeur auprès de votre compagnie d'assurance.

Le matériel doit se trouver dans des locaux sécurisés contre le vol (portes pouvant fermer à clé, fenêtres protégées) et fermés en l'absence de responsable. Les logiciels et les données sur support doivent être enfermés dans des armoires non fracturables.

Divers systèmes permettent de dissuader les voleurs, d'avertir de la tentative de vol, de rendre le matériel invendable ou de le suivre à la trace :

  • câble antivol
  • tatouage ou marquage antivol (mécanique, par plaque résistante, par empreinte chimique indélébile, gravure au laser) et enregistrement auprès d'une base de données

alarme détectant tout mouvement d'ordinateur

  • logiciels informatique de prévention. Ce type de logiciel indétectable, résistant au formatage du disque dur, émet vers une centrale de surveillance un signal dès que l'ordinateur volé est branché sur Internet, permettant ainsi la localisation de l'utilisateur.

La bibliothèque doit disposer (avec copie hors site) d'un inventaire détaillé du matériel

La protection contre la surcharge électrique[modifier | modifier le wikicode]

Le courant doit être transmis à l'ordinateur de transfert à travers un dispositif anti-foudre et un filtre antiparasites. L'onduleur se met en service uniquement lorsque le courant électrique disparaît. L'onduleur prend alors la relève. Cet appareil est utile contre les coupures et les micro-coupures, les variations de tension, les parasites, la foudre.