Histoire de l'Europe/Absolutisme et Lumières

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Absolutisme et Lumières[modifier | modifier le wikicode]

La plupart des monarques européens des XVIIe siècle et XVIIIe siècle sont des rois absolus, qui s'affrontent très souvent dans des guerres de prestige, même si les considérations religieuses, économiques et d'équilibre des puissances n'en sont pas absentes. La rivalité entre le roi de France et les Habsbourgs d'Espagne et d'Autriche est constante. C'est Louis XIV qui parvient à supprimer la menace espagnole en plaçant son petit-fils Philippe V d'Espagne sur le trône après la mort du dernier Habsbourg d'Espagne. L'Allemagne est ravagée par la Guerre de Trente Ans (1618-1648). Le roi de France Louis XIV, modèle du souverain absolu, provoque quatre guerres. Les renversements d'alliance sont fréquents au XVIIIe siècle, marqué par l'essor de la Prusse comme puissance militaire, et la domination maritime, coloniale et économique du Royaume-Uni.

La période voit se développer l'art baroque, puis l'art classique.

Cependant l'absolutisme est contesté. Les Provinces-Unies se soulèvent à la fin du XVIe siècle contre leur souverain, le roi d'Espagne, et parviennent à obtenir leur indépendance au prix d'une longue lutte (Guerre de Quatre-Vingt ans), tout en devenant une grande puissance coloniale et commerciale. L'Angleterre connaît deux révolutions au XVIIe siècle, qui aboutissent à la mise en place d'une monarchie constitutionnelle en 1689. Enfin la France, où s'est développée au XVIIIe siècle la philosophie des Lumières, connaît à son tour une Révolution en 1789 c'est le declin de l'autorité des nobles sur le peuple et c'est un retour de l'idée de démocratie et de la république en Europe,.

La révolution française (1789-1799) a non seulement mis fin à la monarchie absolue et à l'Ancien Régime en France, mais également provoqué un choc dans toute l'Europe. Les autres monarchies européennes se sont vues menacées, ce qui déclenche une guerre entre la France et le reste de l'Europe à partir de 1792. Son véritable début date vraisemblablement de 1788. Les nombreuses intempéries ayant frappé Paris et le mauvais temps qui a saccagé les récoltes ont sûrement contribué à la mauvaise humeur du peuple. Le serment du Jeu de Paume constitue en lui-même une révolution puisqu'il ne tient pas compte de l'avis du roi. Les victoires militaires de la France révolutionnaire, puis de napoléonienne (1799-1815) ont pour conséquence la conquête ou la domination d'une grande partie de l'Europe par les Français, qui suppriment l'Ancien régime, confisquent les biens de l'Eglise, imposent l'usage du code civil et du système métrique.

L'opposition à la France ne se nourrit pas que de sentiments contre-révolutionnaires. Le nationalisme se développe chez les Allemands humiliés en 1806, ou chez les Espagnols qui mènent une longue guerre pour chasser les Français (1808-1813) : ce nationalisme sera à la base de l'histoire des relations internationales européennes jusqu'en 1945. Napoléon Ier réussit à limiter l'influence de l'Autriche en Allemagne en rayant de la carte le Saint Empire romain germanique après neuf siècles d'existence. L'empereur des Français est finalement vaincu par toute l'Europe coalisée (1812-1815, la France perd quasiment toutes ses conquêtes et la nouvelle carte de l'Europe est établie par le traité de Vienne (1815). Voir aussi la chronologie comparative Europe 1745-1940.

retour au sommaire
chapitres | Introduction | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19
annexes | Glossaire | Bibliographie | Liens | Auteurs
catégorie | Histoire > Histoire de l'Europe