Histoire de l'Europe/Les Carolingiens

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Consultez également ces pages dans d’autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.
Article encyclopédique sur Wikipédia.
Définition sur Wiktionnaire.


La construction carolingienne[modifier | modifier le wikicode]

Les origines de l’empire[modifier | modifier le wikicode]

Vers 500, Clovis, un chef franc de la dynastie mérovingienne, impose sa domination à une grande partie de l’empire romain d’Occident : la Gaule, la Rhénanie et l’Allemagne du Sud. Il considère son royaume comme un butin de guerre personnel. Son état sera donc divisé entre ses quatre fils : au Nord-Ouest la Neustrie (royaume de l’Ouest) ; au Sud-Ouest l’Aquitaine ; au Sud-Est la Bourgogne et au Nord-Est l’Austrasie (Meuse, Moselle, Rhin). La dynastie mérovingienne va s’affaiblir suite à différents mariages consanguins. Les rois mourant prématurément vont amener sur le trône de jeunes enfants. L’État sera dès lors dirigé par le maire du palais. Il y a un maire par état. Le maire de l’Austrasie va faire en sorte que sa charge devienne héréditaire. Il s’emparera par la suite des trois autres mairies, réunifiant par cette occasion l’état vers 700. L’Aquitaine reste cependant une principauté autonome dirigée par un duc sous la dépendance directe du royaume franc. En 732, CHARLES MARTEL est appelé par le duc d’Aquitaine afin de stopper l’avancée musulmane qui voulait atteindre Tours. Après ce coup de force, il serait tout naturel que Charles Martel s’empare de la couronne. Il n’en est rien car, pour le peuple, la dynastie mérovingienne est de nature surnaturelle, elle protège le royaume.

Ce dernier est dès lors dirigé par deux dynasties : une royale, les Mérovingiens et l'autre composée de maires du palais : les Carolingiens. Dès lors, lorsque Pépin III « Le Bref » (N.B. : surnom tardif) va déposer les Mérovingiens en 751, il va s’appuyer sur l’aristocratie et sur le pape qui accueille sa demande à bras ouverts. En effet, à ce moment, les États pontificaux sont encerclés par les Lombards et l’Empire de Constantinople, iconoclaste, lui refuse son aide. Une fois déposé, le roi sera envoyé dans un monastère et rasé. PÉPIN sera « elevatus et unctus » par Saint Boniface qui agit en tant que légat pontifical. C’est la naissance de la monarchie sacrée qui durera jusqu’en 1825. En 800, Charlemagne est sacré empereur. Il est à la tête d’un empire énorme s’étendant de l’Èbre à l’Elbe et de la Marche de Bretagne au Sud de Rome. La Bretagne n’est pas soumise. Il y a de nombreuses révoltes car, vu sa grandeur, l’empire présente une grande diversité ethnique, linguistique, sociale… Ex. : Aquitaine, Bavière, Italie, Saxe… C’est grâce à sa forte personnalité que Charlemagne parvient à maintenir l’ordre.

Les divisions administratives de l’empire[modifier | modifier le wikicode]

Outre les quelques domaines personnels de l’empereur, notamment à Herstal et à Aix-la-Chapelle, l’empire est divisé en comtés et en marches.

  • Comté : circonscription administrative dirigée par un comte, représentant du roi, nommé, déplacé ou destitué par celui-ci.
  • Marche : territoire frontière dirigé par un marquis chargé de protéger les frontières de l’empire. Il a le pouvoir de lever les troupes sans l’aval de l’empereur. Il est choisi parmi les favoris de l’empereur afin d’éviter les coups d’état.

Exemple : Marche de Bretagne (Roland) protège des Bretons, Marche d’Espagne/Catalogne protège des Musulmans, Marche de l’Est (Danube, Vienne) protège des Avars (turcs, puis hongrois)… Ils cherchent tous deux à rendre leur fonction héréditaire, forçant l’empereur à prendre différentes mesures :

  • Contrôle par les missi dominici : au nombre de deux (un comte et un évêque), ils sont chargés d’effectuer le contrôle, chacun dans leur domaine, des autres comtés.
  • Installation de parents pour jouer le rôle de vice-roi, notamment dans les zones à problèmes comme l’Italie, l’Aquitaine, la Bavière…
  • Installation de gens de l’aristocratie d’Austrasie pour diriger ces comtés. Exemple : les Robertiens, ancêtre des Capétiens (le comte de Tour et l’abbé de Saint Martin proviennent d’Austrasie).
  • Développement de l’institution féodo-vassalique. Cela va se retourner contre l’empereur et n’aura pas l’effet escompté : elle va favoriser l’indépendance.
  • Exigence de ses sujets libres de prêter serment de fidélité.

Les moyens de puissance de l’empire[modifier | modifier le wikicode]

La puissance est basée sur cinq piliers :

  1. L’armée : le roi est un chef de guerre, la guerre est une institution. Naissance de la cavalerie lourde vers le VIIIe siècle. (potentiel de 35.000 cavaliers, 100.000 fantassins)
  2. La Justice : synonyme de pouvoir, pouvoirs qui ne sont pas divisés. Charlemagne s’empare donc de toutes les grandes affaires, les autres sont données aux comtes. Vers 780, des échevins assistent les comtes. Ils sont au nombre de sept. Les comtes président, et, quand les témoins ont été entendus, les échevins trouvent le jugement que les comtes font appliquer.
  3. Les finances :
    • Villae (c.1.000 villae pour 2.000.000 ha).
    • Tonlieu : taxe douanière sur la circulation et la vente des marchandises.
    • Dons annuels provenant des aristocrates. Il s’agit d’un don occasionnel pour obtenir une faveur qui est devenu obligatoire. Il est constitué le plus souvent de lingots d’argent et de chevaux.
    • Exercice de la justice : amendes, confiscations…
    • Pillage de vaincus : l’État s’est construit, puis maintenu par l’art de la guerre victorieuse et donc du pillage.
    • Monnaie : c.Ve-VIIe siècles, la monnaie est privatisée. Charlemagne y met fin et réinstaure la monnaie royale vers 800.

    Charlemagne réforme la monnaie de manière conséquente :
    • Monométallisme argent : l’or n’est plus frappé parce qu’il est thésaurisé, car le pouvoir de l’argent est suffisant.
    • Comptes en « livre-sou-denier » : une livre = vingt sous = 240 deniers ; un sou = 12 deniers. Ce système subsiste en Angleterre jusqu’en 1971.
      • La livre est une unité de poids correspondant à un lingot de 470 g d’argent et se présente sous la forme d’un lingot.
      • Le sou est simplement une unité de compte.
      • Le denier est une pièce d’argent frappé de 2 g. C’est la seule pièce qui circule.
      • L’obole ou la maille est un demi denier pour permette aux pauvres de faire des dons à l’Église.
    • Réduction du nombre d’atelier monétaire fixe à 30 et création d’un atelier mobile qui suit Charlemagne. Il y a donc un contrôle étroit. De plus, ces ateliers sont confiés à des comtes sûrs provenant de l’entourage de l’empereur.
    L’argent est un élément de prestige à valeur symbolique. Il représente une certaine quantité de matière qui n’a pas d’équivalence exacte. En effet, un lingot d’une livre d’argent équivaut à 240 deniers, mais l’état en taille 260. Il y a donc un bénéfice brut de 20 deniers qui correspondent au seigneuriage.
    À la mort de Charlemagne, la situation va se dégrader et les ateliers monétaires vont s’accroître jusqu’à des centaines dans tout l’empire. Chaque comte va vouloir son propre atelier. De plus, ils vont augmenter le nombre de pièces taillées hors du lingot, ce qui va occasionner une dévaluation de cours de la monnaie ainsi qu’une inflation (hausse) des prix.
    Au XIIIe siècle, il y a une réforme à cause du développement du commerce international. Le besoin d’une monnaie plus forte, plus coûteuse, avec un pouvoir libératoire plus élevé se fait rudement sentir. Cette réforme consiste à :
    • Frapper de plus grosses pièces (monnaie de gros) correspondant au sou.
      • Naissance en Italie (Pise, Gênes, Venise, Florence) c.1240 du Florin d’argent.
      • Naissance en France avec Saint LOUIS (Tour) du Gros Tournois.
    • Frapper l’or qui correspond à 10-12 fois l’argent.
      • Naissance en Allemagne avec Frédéric II en tant que roi de Sicile de l’Augustale. Cette tentative est un échec parce que les gens les gardent comme souvenirs, collectionneurs… (cf. Euros du Vatican).
      • Florence vers 1250 : Florin d’or.
      • Venise vers 1284 : Ducat ou Sequin (de Sikki).
      • France avec Saint Louis vers 1266-1270 : l’Écu (10 sous).
      • Vers 1300, l’or va s’imposer.
    C’est donc la renaissance du bimétallisme or-argent.
  4. La religion : facteur d’unité le plus efficace. Le roi est maître de l’église. L’église est une institution royale. Le roi nomme les principaux dignitaires ecclésiastiques : évêques et abbés.
    Il s’agit de théocratie royale ! Les évêques et les abbés sont considérés comme des fonctionnaires (cf. missi dominici). Au IVe siècle, le roi convoque les conciles et les préside. Il peut même trancher les problèmes religieux. La religion est donc un auxiliaire du pouvoir. De plus, l’évangélisation forcée permet une assimilation plus aisée des populations conquises.
    La Renaissance Carolingienne est instaurée par Alcuin. Elle a pour but de développer l’enseignement du latin pour pouvoir l’utiliser dans l’administration et la religion et, dès lors, retranscrire quelques 8.000 manuscrits comprenant c.10 oeuvres importantes de l’Antiquité et notamment la Vulgate de Saint Jérôme. C’est Alcuin lui-même qui va s’en occuper.
    Le but ultime est de créer un clergé compétant et instruit pour bien prier et pour s’occuper de l’administration. Le latin est, à l’époque, une langue vivante apprise comme l’Anglais aujourd’hui.
  5. L’aristocratie : bien connue de Charlemagne puisqu’il en est issu, elle occupe tous les grands postes (ex. Robertiens).

Le couronnement de Charlemagne[modifier | modifier le wikicode]

Charles, roi des Francs, est couronné empereur en la basilique Saint Pierre de Rome par le pape Léon III. De cela, nous possédons des sources en les annales royales et les annales de l’abbaye de Lorsch. L’empire deviendra donc un empire :

  • Romain : comme il n’y avait plus d’empereur à Constantinople mais une impératrice, il fallait donc trouver de toute urgence un nouvel empereur. Le pape décide donc de couronner Charlemagne, ce qui met fin à l’interrègne. Charlemagne devient l’héritier des « César ». Il a été adoré par le pape. Ce sera la seule et unique fois que le pape reconnaîtra la supériorité du temporel par rapport à l’éternel. Charlemagne est donc le successeur d’Auguste et de Constantin.
  • Chrétien : les évêques se réunissent en concile le jour de Noël et de l’an pour couronner un empereur en la basilique Saint PIERRE de Rome. Ce lieu sera repris par tous les autres empereurs parce que Saint PIERRE est un des protecteurs les plus importants avec Saint JÉRÔME. L’empereur est considéré comme la seconde moitié de Dieu avec le pape.

Revenons-en à Charlemagne, son titre complet est : « Charles sérénissime Auguste couronné par Dieu, grand qui maintient l’ordre, empereur gouvernant l’empire des Romains, roi des Francs et des Lombards. », il donnait une impression de solidité et de cohérence.

La débâcle d’un empire[modifier | modifier le wikicode]

Comme le royaume était un bien familial, il devait être divisé entre les différents fils de l’empereur : Charles, Pépin et Louis. Mais, étant donné que Charlemagne a vécu longtemps, ses deux premiers fils sont décédés avant lui (respectivement en 811 et 810). Donc, à la mort de Charlemagne en 814, l’empire est arrivé entre les mains de son seul héritier, en un seul morceau. L’empire ne sera divisé qu’en 840. Louis, de caractère diamétralement opposé à celui de son père, rencontrera quelques difficultés. En effet, il manque de caractère, de jugement, de clairvoyance ; il est casanier, il a lutté sa vie durant contre son fils Lothaire qui voulait le destituer. En 840, Louis meurt et ses trois fils, Lothaire, Louis et Charles, vont se disputer la succession. En 843, Lothaire est chassé d’Aix-la-Chapelle jusqu’au traité de Verdun qui détermine les frontières entre les trois frères. Il s’agit d’un événement important mais pas exceptionnel :

  • Important parce qu’il a formé les deux blocs les plus importants (la France et l’Allemagne), qui sont toujours deux piliers de l’Europe actuelle.
  • Pas exceptionnel parce que le partage est un fait courant (cf. patrimoine personnel).

Il s’agit du dernier grand partage de l’empire carolingien. Il sera divisé en trois, entre Charles, Lothaire et Louis. Charles le Chauve obtiendra la Francia de l’Ouest : de Barcelone et la Marche de Bretagne à l’Escaut, la Haute-Meuse, la Saône et le Rhône. Louis, la Germanie : du Rhin (excepté la Frise) à l’Elbe, aux Alpes, à la Bohème, la Marche du Danube et la Carinthie. C’est ce qui lui vaudra le surnom de « Louis le Germanique ». Lothaire, de la Frise à l’Italie centrale en passant par la Provence. Il s’agit d’un territoire de 1.500 Km de long. Il possède donc le royaume le plus riche, le Palais d’Aix-la-Chapelle, il domine les Ardennes, le cœur de l’Austrasie, il contrôle Rome, le Pape et la chrétienté. Il possède également la couronne impériale. Ce dernier royaume ne subsistera pas. Il va se diviser au profit de la Germanie qui va l’absorber. En 855, Lothaire meurt et son royaume sera divisé en trois : Italie, Provence et Lotharingie. Ils seront absorbés successivement en 950, 1030 et 925. L’Escaut, la Haute-Meuse, la Saône et le Rhône deviennent donc les nouvelles frontières de la Germanie. En 843, le royaume franc est divisé, tout en restant unifié. En effet, la couronne impériale ainsi que le titre de roi des Francs subsistent. Aux IXe-Xe siècles l’ancien empire de Charlemagne sombre dans une anarchie profonde dont le mouvement n’est pas uniforme et se propage de l’Est vers l’Ouest à cause :

  • Des guerres civiles entre les successeurs de Charlemagne.
  • Des invasions normandes (IXe siècle).
  • Des invasions hongroises (900-950).
  • De l’esprit d’indépendance des comtes : une fois leur charge héréditaire, ils ne peuvent plus être destitués et ils forment dès lors des principautés territoriales indépendantes.
retour au sommaire
chapitres | Introduction | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19
annexes | Glossaire | Bibliographie | Liens | Auteurs
catégorie | Histoire > Histoire de l'Europe