Histoire de l'Europe/La réorganisation de l'Europe

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les révolutions[modifier | modifier le wikicode]

retour au sommaire
chapitres | Introduction | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19
annexes | Glossaire | Bibliographie | Liens | Auteurs
catégorie | Histoire > Histoire de l'Europe

Les Congrès de Vienne[modifier | modifier le wikicode]

Suite à la chute de Napoléon Bonaparte et de l'Empire français, les dirigeants et les représentants de la plupart des pays européens se réunissent à Vienne pour réorganiser l'Europe. Dans la pratique, les décisions sont prises par les grandes puissances européennes victorieuses (la Russie, la Prusse, l'Autriche et l'Angleterre) qui admettent finalement la France puis l'Espagne, le Portugal et la Suède. Les dirigeants de ces quatre nations poursuivent quatre buts à travers cette réorganisation : restaurer les frontières de l'Ancien Régime, restaurer les anciennes dynasties, empêcher toute expansion française et conforter l'absolutisme des monarchies européennes, mis à mal par la propagation des idées révolutionnaires françaises.

Les représentants aux Congrès de Vienne[modifier | modifier le wikicode]

Par raccourci, on parle des nations ayant participé au Congrès de Vienne, mais en réalité, il s'agit plutôt d'une réunion de souverains, comme en atteste le texte de la Sainte-Alliance (cf. infra).

Les États-tampons[modifier | modifier le wikicode]

Afin d'empêcher la France de s'étendre à nouveau, le Congrès de Vienne décide de ceindre son territoire d'États-tampons. Ces États ont un statut de neutralité garanti par les grandes puissances du Congrès de Vienne : ils n'ont pas le droit de s'allier (avec la France particulièrement) et, si la France les attaque, Angleterre, Autriche, Prusse et Russie viendront les défendre.

Ces États sont :

  • Le Royaume des Pays-Bas, réunissant la République des Provinces-Unis et les Pays-Bas autrichiens (correspond au territoire actuel des Pays-Bas, de la Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg)
  • La Rhénanie (placé cependant sous contrôle prussien)
  • Le Palatinat
  • Bade - Wurtemberg (en théorie deux États séparés, cependant la même famille règne sur les deux)
  • La Confédération helvétique
  • Le Royaume de Piémont-Sardaigne

Ces États sont souvent créés sans tenir compte du droit des peuples qui y habitent à disposer d'eux-mêmes et des différences culturelles qui peuvent exister entre eux.

Remarque : le roi d'Espagne Ferdinand VII étant un cousin du roi Louis XVIII, il est supposé ne pas être une cible potentielle de la France, ce qui explique l'absence d'État-tampon du côté des Pyrénées.

La Sainte-Alliance[modifier | modifier le wikicode]

Le sort de Napoléon[modifier | modifier le wikicode]

Bien que Napoléon Bonaparte ait été vaincu, la plupart des souverains ont de l'estime pour lui, d'une part car ils lui reconnaissent des qualités militaires et politiques, d'autre part car souvent Napoléon a pris soin, lors de ses conquêtes, de ramener le pouvoir à lui tout en laissant les souverains locaux en place. Pour cette raison, le Congrès de Vienne décide d'élever Napoléon au rang de Roi de l'Île d'Elbe (petite île près de la Corse).

La Campagne des Cent-Jours[modifier | modifier le wikicode]

Les révolutions de 1830[modifier | modifier le wikicode]

Les révolutions de 1848[modifier | modifier le wikicode]