La Mabilière

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Mabilière

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Le château-fort, manoir et maison noble de La Mabilière (voir aussi La Mabilière sur Wikipedia) date, sur les écrits, du XIVe siècle. "La Mabilière" était autrefois un fief dans le Poitou (relevant de Germigny, à Braye-sous-Faye, et suivant la coutume d’Anjou) est maintenant devenu une vielle ferme d'Indre-et-Loire, dans la région Centre, à Courcoué, près de Richelieu. Ce fief a un passé historique médiévale digne des plus fabuleux avec des retournements des plus cocasses et rocambolesques, animés par les chevaliers de la région. Jehan Poret, vassal de Jehan de Beuil, son suzerain, qui ferra fortifier son fief, et restera aux services de Charles VII, qui lui avait accordé, pour son neveu Louis Amamin, des lettre de rémission pour le meurtre de Cassin Lenfant. "La Mabilière" a perdue peu à peu ses fortifications dont les vestiges disparurent, semble-t-il, au milieu du XXe siècle. Cette maison forte du XVe siècle, possédait des murailles et son pont-levis qui ont disparu au début du XIXe siècle. Vers 1945 on pouvait encore voir une tour de défense à demi arasée servant aussi de colombier. Celle-ci s'est écroulée lors de la démolition d’un bâtiment attenant. Désertée et les bâtiments abandonnés, une des trois tours transformée en fuye à toiture à pan coupé existait encore en 1956.

Géographie du site du fief[modifier | modifier le wikicode]

Carte de Courcoué au XVIIIe siècle.
Carte de Cassini de La Combe au XVIIe siècle.

La Mabilière : ancien fief fortifié, figurant sur la carte de Cassini sous le toponyme : "l’Amabilière"[1], et vous pouvez aussi situer le fief sur Google-Maps[2].

À mi-chemin entre les bourgs de Chaveignes et de La Tour-Saint-Gelin, sur le territoire de la commune de Courcoué, de petites forteresses se sont édifiées sur le plateau de cette dernière. L'endroit de ces implantations n'est pas anodin, puisque que du haut de ce promontoire les habitants pouvaient dominer la vallée richelaise et contrôler au nord la seule voie[3] majeure qui conduisait de Bléré/Sainte-Maure à Chinon via Champigny-sur-Veude et Rivière.

Ces maisons nobles étaient communes à Courcoué, paroisse soumise à la coutume de Faye qui limitait le droit d’aînesse, à "La Combe" (situé sur la cote de Courcoué). Entre "La Mabilière" et "La Messardière" on ne compte pas moins de 10 maisons nobles[4] : "La Mabilière", "La Girardière", "La Croix-Morin", "Le Puits-Morin", "Beaumené"[5], le fief de "Preugny"[6], le "Château de Courcoué", "La Robinière", le "Château de Boisé" et "La Messardière".

  • Notes et références (Géographie du site du fief)
  1. Fief relevant féodalement de Faye-la-Vineuse, de Germigny, à Braye-sous-Faye, suivant la coutume d’Anjou
  2. [http://maps.google.com/maps?ll=47.042111 ,0.371528&spn=0.001,0.001&t=k&q=47.042111,0.371528&hl=fr La Mabilière sur Google-Maps]
  3. Cette voie de circulation étant peu utilisée a été déclassée en 1858 sur proposition du Maire M. Guillemin au profit de la création de l'actuelle D 58 Sainte-Maure/Richelieu, construite sur un sentier, à l’époque, peu sûr et surtout impraticable l'hiver - Archives des délibérations du Conseil Municipale.
  4. Bulletin - Amis du vieux Chinon; Identifiant : ISSN 09881867; Date d'édition : 1905-1971; Source : les Amis du Vieux Chinon, 2010-30094; bnf.fr; Droits : domaine public
  5. L'ancien fief de Beaumené possède une tour circulaire qui a été transformée en pigeonnier.
  6. Le manoir-ferme privé de Preugny date des XVIe et XVIIe siècles Il possède un pigeonnier circulaire qui est une ancienne tour de défense comme le prouve la présence de meurtrières (ou archères).

Histoire du fief[modifier | modifier le wikicode]

Paléolithique[modifier le wikicode]

Découverte à Courcoué[1] : reste d'un coup-de-poing en amande largement entamé par des enlèvements gélifs. Récolté entre la Rivière-Marteau et la Bonde.

Néolithique[modifier le wikicode]

Les recherches[2] qui font l'objet de cette note ont été effectuées en 1945-1946 et 1947[3]. Elles ont porté particulièrement sur les communes de La Tour-Saint-Gelin et Courcoué, dont le territoire a été parcouru pas à pas, à l'occasion des travaux topographiques de révision de leur cadastre[4]. Le docteur Louis Dubreuil-Chambardel[5][6] signale que « le territoire de Courcoué, surtout la région élevée qui domine la Veude, a livré une quantité inusitée de belles haches polies ».

Deux points de trouvailles :

  • Il a été trouvé à La Mabilière (aux environs de la ferme) deux grattoirs. Sur le deuxième d'entre eux, les encoches symétriques de la base, sûrement pour accommoder pour un emmanchement.
  • Entre La Mabilière et Les Bruères il fut trouvé une hache polie en diorite (133 mm x 49 mm x 34 mm) et hache polie en roche verdâtre (112 mm x 49 mm x 29 mm).

Le fief de l’Amabilière[modifier le wikicode]

Au XVIIe siècle les châteaux forts sont en décadences. Le "Château de Boisé" est en ruine, le "Château de Courcoué" a été reconstruit au XVIe siècle et "La Mabilière" est délaissée[7] pour la maison de "Preugny" (XVIe siècle - XVIIe siècle).

La Mabilière (un bref rappel historique)[modifier le wikicode]

C’est un ancien fief qui relevait de la châtellenie de Faye-la-Vineuse et qui, sous le règne de Charles VII, avait pour seigneur et propriétaire un écuyer du nom de Jehan Poret.[8]

Consistance et dépendances[9][modifier le wikicode]

À la différence de la seigneurie de Courcoué, la seigneurie de Preugny s’est transmise sans solution de continuité entre la fin du XVIe siècle et la veille de la Révolution française (1789), passant simplement de la famille Butan à la famille Gébert par épuisement de la première dans la seconde. La généalogie foncière de l’ensemble territorial détenu par ces familles est néanmoins complexe.

Depuis la seconde moitié du XVe siècle, les Butan étaient, sur le territoire de la paroisse Saint-Denis de Courcoué, seigneurs de "La Mabilière" (fief relevant de Germigny, à Braye-sous-Faye, et suivant la coutume d’Anjou) et de Preugny (fief relevant d’Oigné, à Cravant, relevant lui-même de la châtellenie de lÎle-Bouchard; mais dépendant de la juridiction royale de Châtellerault, du présidial de Poitiers, et suivant la coutume du Poitou). Ils jouissaient encore du fief de Poully (apporté par Révérande Briant, épouse de Dimanche Butan[10][11]), de la forteresse de Preugny (incluant divers droits dans le bourg de Courcoué) et les paroisses de Braslou, Chaveignes, La Tour-Saint-Gelin, Le Sablon.

Afin d’honorer la lourde dot accordée à Gabrielle de Butan pour la marier à Josias Pierres, sa famille lui donna en partage "La Mabilière" et le fief de Poully, à tenir en indivis avec son frère Jean Butan, qui conservait la seigneurie de Preugny et son droit d’aîné dans les deux seigneuries en indivis. Isaac de Gébert, époux de la fille de Jean Butan, prénommée Gabrielle (comme sa tante), fit entrer dans l’hommage qu’il rendit en 1642 à Oigné comme seigneur de Preugny et aîné du fief de Poully, son cousin germain, fils de Josias Pierres et de Famille de Bustan (XVIe-XVIIe)|Gabrielle de Butan]], Hector Pierres, sieur de Narçay et de "La Mabilière", considéré ainsi comme tenancier d’un « arrière-fief » de Preugny. De même, Famille de Pierres (XVIe-XVIIe)|Anne Suzanne Pierres]], fille de Josias Pierres et de sa première épouse, Suzanne Carré', et veuve d’Isaac, fils du précédent Isaac de Gébert, fit entrer Gabrielle Pierres, dame de "La Mabilière", fille cadette d’Hector Pierres et épouse de Prosper de La Mothe, seigneur de Montberard, dans l’hommage qu’elle rendit à Oigné. Entre-temps, le fief de Poully, tenu conjointement de 1612 à 1657, avait été partagé entre Isaac de Gébert et Hector Pierres. La partie vers Chaveignes et Le Sablon, principalement Les Varennes Rouées, les frérêches de La Combe (village de La Mabilière) et des Douets, le clos de vigne des Horson, fut réunie à "La Mabilière". Le reste (c’est-à-dire en premier lieu les droits au Bois Godet, aux Bouchets, à Bourg-Neuf, à La Picardie, les dîmes et les droits dans l’église de Courcoué), demeura à l’aîné des Butan, comme annexé au fief de Preugny. Ces règlements familiaux dépossédèrent le chartrier de Preugny non seulement des titres propres de "La Mabilière", mais aussi de titres de la famille Butan, dont les Pierres avaient à connaître pour prouver leur noblesse en ligne maternelle.

"La Mabilière" revint à François de La Fouchardière, puis fut vendue à Charles Drouin, seigneur de Courcoué, sans être confondue avec ce fond principal : elle resta dans la famille Drouin au-delà de la Révolution.

Titres des dîmes de L’Aubuis et des Chilloux[modifier le wikicode]

Titres des dîmes de L’Aubuis et des Chilloux[12] (1449-1769)

Désaveu du fief de "La Touche-Boisé" ou "Monbracq" pour le quart de la dîme de L’Aubuis dépendant de "Preugny", portée sous le fief de "Poully" à la châtellenie des "Roches-Tranchelion" à cause de la seigneurie "d’Oigné" : vente par Jeanne de Targé, au seigneur de "La Touche-Boisé", de la dîme de "La Nonnain", portion de la dîme de L’Aubuis levée à Courcoué et Chaveignes (1449, copie collationnée de 1643), sentence de la cour de la seigneurie de "Boullier", fief de "La Chapelle-Baillou", "La Touche", "Monbracq" et dépendances, appelant Isaac de Gébert à réviser la déclaration de ses biens, assignation à comparaître (1641). Baux (1616-1757), cession de bail (1623), lettre du curé de Courcoué envisageant d’affermer la dîme de L’Aubuis à François de La Fouchardière (1729). Règlement de dîme (1728), portant notes complémentaires (1732, 1744). Accords avec François de La Fouchardière, sieur de "La Mabilière" : acte de vente de la petite dîme des Chilloux, paroisse de Chaveignes, à partager par moitié avec François de La Fouchardière, prêtre, fils du précédent (1747), acte de constitution de rente en remboursement de lourdes dettes (1752)[13]. Contestation entre le curé de Courcoué et le fermier de "La Mabilière" : lettre (1769).

Cens et rentes[modifier le wikicode]

Cens et rentes dus aux seigneurs de "Preugny", "La Mabilière", et du fief de "Poully" (1566-1771)

Rentes des seigneuries de "Preugny", de "La Mabilière" et du fief de "Poully" : livre de recette (1579-1595). Biens tenus de "Preugny" et du fief de "Poully" en dépendant : déclarations (1683, 1738). Cens et rentes dus à "La Mabilière" : déclaration (v. 1722), actes d’acquisitions de terres entre particuliers formant titre (1566, 1771)[14].

Dépendances[modifier le wikicode]

Généralité sur le fief de "Poully", la partie réuni à "Preugny", et la partie à "La Mabilière". Soutien de l’exemption des gabelles et des privilèges du sel pour tous les domiciliés et tenanciers du fief de "Poully". 1720-[1755] Sentence d’adjudication de la maison des "Varennes Rouées" à Gabrielle Pierres, épouse de Prosper de La Mothe, chevalier seigneur de "Montberard", héritière de Maximilien Pierres, seigneur des "Varennes Rouées" (1676-1677, copie de 1726). Procès-verbal ou inventaire des titres justificatifs en vertu desquels Isaac Prosper de Gébert prétend prouver être rédîmé de gabelle (1720). Notes et anciennes analyses de liasses destinées à « prouver le Poitou » des terres de Courcoué (1726 et s.d.)[15]. Rôle et mémoire des sommes que chaque domicilier du fief de "Poully" doit donner pour soutenir le privilège du sel contre les adjudicataires des gabelles [1755].

Accord entre Isaac de Gébert, sieur de "Baugé", "Preugny" et autres places, et Gabrielle de Butan, son épouse, d’une part, et d’autre part Hector Pierres, sieur de "Narçay", "La Mabilière" et autres places, afin de régler entre eux les censive, droits, propriété, jouissance et revenus du fief de "Poully", et de partager les rentes des fiefs de "Poully", "Preugny" et "La Mabilière"[16].

Mémoire justificatif des droits que le seigneur de "Preugny" prétend, comme aîné du fief de "Poully", sur la partie de ce fief annexée en partage à la seigneurie de "La Mabilière". (document lacunaire) s.d., ap. 1723. Ce cahier regroupe :

  • un état général des biens des Butan (sous Pierre II);
  • une copie de l’autorisation de rebâtir une fuie à pigeons près la forteresse de "Preugny", délivrée à Pierre Butan par les sieurs "d’Oigné" (1582);
  • le consiste du fief de "Poully", divisé en deux lots entre Jean de Butan, seigneur de "Preugny", et sa soeur Gabrielle de Butan, épouse de Josias Pierres;
  • une généalogie de la famille Butan;
  • des notes critiques sur le partage [de 1612] entre Jean de Butan et Josias Pierres et ses conséquences.

Contestation de droits[modifier le wikicode]

Contestation de droits à "La Mabilière"[17] (1686-1772)[18] ====

Sortie de biens de "La Mabilière" au village de "La Combe" : accord entre Hector Pierres, écuyer, sieur de ""Narçay" et de "La Mabilière", et Antoine Michau, son domestique, portant notamment don d’une maison, cour et jardin au village de "La Combe" (1636, copie 1686). Dossier de procédure contre Charles Drouin, seigneur de Courcoué (1765, copie-1772).

Suite au décès de Maximilien de Pierres, la seigneurie des Varennes Rouées revint en 1677 à Gabrielle de Pierres, fille d’Hector de Pierres, nièce du défunt. En 1726, elle appartenait à Archambault de La Gatinelle.

L'histoire de "La Mabilière" est très liée a celle de "Preugny", car les deux fiefs ont souvent appartenu à la même famille. Nous allons maintenant suivre la descendance des différents propriétaires des murs de l'Amabilière/"La Mabilière" et poursuivre avec l'histoire du fief au travers de leur vie.

  • Notes et références (Histoire du fief)
  1. Bulletin - Amis du vieux Chinon; Identifiant : ISSN 09881867; Date d'édition : 1905-1971; Source : les Amis du Vieux Chinon, 2010-30094; bnf.fr; Droits : domaine public
  2. Bulletin - Amis du vieux Chinon; Identifiant : ISSN 09881867; Date d'édition : 1905-1971; Source : les Amis du Vieux Chinon, 2010-30094; bnf.fr; Droits : domaine public
  3. Un premier compte-rendu succinct a été fait à la Société Archéologique de Touraine en 1948, Cordier : « Recherches préhistoriques dans la région de La Tour Saint-Gelin » (avec observation de Janin), Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, tome XXIX, 1946, page 209. Ce compte-rendu n'étant que préliminaire à la présente note, il n'en est pas fait état dans les renseignements bibliographiques donnés pour chaque commune
  4. Tous ceux qui ont participé à ces travaux — géomètres et auxiliaires — ont apporté d'intéressantes trouvailles et des renseignements précieux. En particulier nous remercions bien cordialement : Marius Ondet (L'Ile-Bouchard),Pierre Jouvault (Richelieu), Gaétan Baranger (Pouzay), Joseph Bougreau et René Segrettrain (La Tour-Saint-Gelin), Jarnes Deplaix (Courcoué).
  5. Dubreuil-Chambardel : La Touraine préhistorique, 1923.
  6. Dubreuil-Chambardel : « La Préhistoire du Chinonais », B. S. A. V. C, 1924, pp. 262 à 264)
  7. Histoire de la migration de "La Mabilière" à "Preugny"
  8. On a peu de renseignement sur ce personnage qui semble pourtant avoir connu, de son vivant, une notoriété certaine
  9. Fonds des seigneuries de Courcoué, Preugny et Dépendances 1336-[1836]; Sous-série 35 J; établi par Éric Syssau, assistant qualifié de conservation du patrimoine; Archives Départementales d'Indre-et-Loire Tours 2006.
  10. Note portée sur la « chemise » de la liasse 35 J 23.
  11. Bulletin - Amis du vieux Chinon; Identifiant : ISSN 09881867; Date d'édition : 1905-1971; Source : les Amis du Vieux Chinon, 2010-30094; bnf.fr; Droits : domaine public
  12. 35 J 24, Documents copieusement annotés au XVIIIe siècle. La dîme de L’Aubuis est partagée entre les seigneurs de "Preugny" et de "La Mabilière" (un quart chacun), et le curé de Courcoué (la moitié). La dépendance de la seigneurie de "Preugny" est d’un quart en ce qui est de la paroisse de Courcoué, et pour une moitié en ce qui est de celle de La Tour-Saint-Gelin et Chaveignes. La dîme des Chilloux, paroisse de Chaveignes, appartient pour moitié au seigneur de "Preugny", pour moitié à celui de "La Mabilière". Elle relève censitairement du fief de "Poully", réuni à la seigneurie de "Preugny". Les baux, de deux à neuf ans selon les cas, datent de 1616, 1649, 1674, 1689 (deux exemplaires), 1746, 1752 et 1757.
  13. Acte attaché au précédent.
  14. L’acte de 1771 concerne également un cens dû au seigneur de Courcoué.
  15. Concerne également les partages entre aînés et cadets de "Preugny", avec mention d’actes absents du fonds.
  16. Cet accord du 23 octobre 1657 met un terme à la jouissance commune du fief de "Poully" entre les familles Butan et Pierres, décidée par Jean de Butan, père de Gabrielle (« la jeune », épouse d’Isaac de Gébert), et Josias Pierres, époux de Gabrielle de Butan (« l’aînée », sœur de Jean) et père d’Hector, à l’occasion du règlement de la succession de Pierre Butan, père de Jean et Gabrielle (« l’aînée »), et afin d’honorer les clauses du contrat de mariage conclu en 1599 pour Gabrielle de Butan et Josias Pierres (partage du 15 mars 1612 devant Guerain, notaire sous la baronnie de Faye, confirmé par sentence du siège royal de Châtellerault du 17 septembre 1620) – qu’une seconde transaction du 8 février 1642 devant Deforges, notaire royal à Saumur, n’avait pas remis en cause. Désormais, le seigneur de "Preugny" jouira de la censive et féodalité dépendant du fief de "Poully" du côté de Courcoué (à l’exception des "Varennes Rouées", revenant aux Pierres), et le seigneur de "La Mabilière" jouira de la censive et féodalité du fief de "Poully" du côté de Richelieu. Les actes de 1612, 1620 et 1642, mentionnés dans le présent accord de1657, sont absents du fonds. Notes d’Isaac Prosper de Gébert au revers de l’acte et sur un feuillet ajouté (1737). Pièces jointes : deux billets signés d’Hector Pierres de "Narçay" (1657-1658).
  17. voir "Titres de La Picardie"
  18. 35 J 29

Les propriétaires de La Mabilière[modifier | modifier le wikicode]

Famille Poret (XIVe-XVe)[modifier le wikicode]
Guillaume Poret
Guillaume Poret père d'au moins quatre enfants :
Jehan Poret
Jehan[1], issu de la famille de Guillaume Poret, naquit vers 1410.
Entré lui même, de bonne heure, au service du roi, il avait ensuite, avec son suzerain, Jehan de Bueil[2], guerroyé des années durant contre les Anglais et une fois ceux-ci chassés de France, il avait regagné son manoir de "La Mabilière"[3].
Mais la sécurité n’étant pas rétablie et suivant l’exemple de nombreux seigneurs de l’époque, Jean Poret sollicita de son suzerain la permission de fortifier son hôtel, et par acte donné à Tours en date du 7 décembre 1438, Jehan de Beuil, seigneur de "Beuil" de Faye-la-Vineuse et de "Mirebeau", accorda à son serviteur en raison de ses loyaux services : « Le droit de fortifier et emparer l’hôtel de "La Mabilière", sise en la paroisse de Courcoué en la châtellenie de Faye et de faire en icelui hôtel, cloison de muraille, pallis, fossés, ponts, planches, barrières, guérites, hourdels, créneaulz, portaulz, pont-levis et toutes autres manières de fortifications et emparements[4]. »
De ces fortifications, relativement importantes pour l’époque, le fief rassemblaient encore en 1639 trois tours à créneaux, des fossés, portaux et murailles[5].
En écrivant ces lignes en 1876, l’abbé Chevalier constatait qu’une partie de ces défenses existaient encore[4].
La date de fondation du prieuré de "Saint Biaise en Gaudrée", appartenant à "l'abbaye de Bois-Aubry"[6] qui lui est toute proche (près de Luzé), reste assez imprécise. En effet, les titres les plus anciens conservés remontent à 1339. Ils montrent que cet établissement reçut rapidement l'aide de nombreux bienfaiteurs ce qui permit d'agrandir son domaine.
Par exemples :
Le samedi après la Saint Martin d'été 1339, il fut acheté de Guillaume Bodin une "chaintre" de pré et le lundi avant la Saint André de cette même année, il fut fait don d'une "mine de terre"[7]. Le 22 mai 1396, Aimeri Paillard et sa femme, de Courcoué cédèrent une rente de 3 "mines" de froment!
Aussi, ne faut-il pas s'étonner si certains seigneurs commencèrent à prendre ombrage de ce petit fief ne cessant de se développer à proximité de leurs terres. C'est ainsi que Jean Poret en 1446, seigneur de "la Mabilière"[8], voulut contester au prieur certains droits temporels[9]. Ce fut le début d'une très longue procédure qui se prolongea avec ses successeurs qui se virent débouter de leurs prétentions par deux arrêts, le premier de la cour royale de Chinon en 1500 et confirmé par la justice de Chatellerault en 1560[10].
Jehan Poret, maintenant à l’abri des murailles de son castel, espérait bien mener une vie quiète et tranquille, s'il n'était en butte à l’animosité persistante d’un certain Cassin Lenfant, "Homme chaud, extrait du pays de Picardie, grand renieur de Dieu, batteur de gens et hôte assidu des tavernes" qui durant cinq années ne manqua jamais de témoigner son hostilité aux gens de "La Mabilière". Un jour d’octobre 1450, tous deux allaient en venir aux mains chez un voisin où ils s'étaient rencontrés, quand tout à coup, l’énergumène s’effondra.
Croyant son oncle Jehan Poret en danger, et pour lui venir en aide, son neveu Louis Amamin, avait décoché une flèche dans le dos de cet ennemi commun, qui passa bientôt de vie à trépas. Effrayé par les conséquences de ce meurtre, Jehan Poret alla se réfugier dans la Collégiale de Saint-Georges de Faye-la-Vineuse et implora la grâce de Charles VII qu’il avait loyalement servi en Normandie en 1449. Le roi se montra clément et lui accorda des lettres de rémissions. Jehan Poret put quitter son asile où il s’était reclus pendant un mois et rentrer à "La Mabilière", où espérons-le, il put finir ses jours en paix[11].


  • Notes et références
  1. On a peu de renseignements sur ce personnage qui semble pourtant avoir connu, de son vivant, une certaine notoriété.
  2. Rappel historique de Jehan de Bueil : Jean V de Bueil né en 1406 et mort en juillet 1477 à Vaujours, chevalier, capitaine, grand-maître des arbalétriers de France, comte de Sancerre en 1451 (Cher), amiral de France et vicomte de Carentan (Manche) en 1450, seigneur de Bueil (Bueil-en-Touraine), Montrésor et d’Aubijoux, de Château-la-Vallière, de Courcillon, de Vaujours, Ussé (voir le Château d'Ussé en Indre-et-Loire), Saint-Calais (Sarthe), et Vailly (à Vailly-sur-Sauldre, Cher), il était le fils de Jean IV de Bueil (tué à Azincourt en 1415 avec ses oncles), seigneur de Montrésor et de Marguerite de Clermont, dauphine d'Auvergne, comtesse de Sancerre, ses aïeux paternels sont Jean III de Bueil († v. 1390) et Anne d'Avoir et ses aïeux maternels sont Béraud dauphin d'Auvergne, comte de Clermont, et Marguerite comtesse de Sancerre. Il fut marier deux fois, d'abord avec Jeanne de Montejean (fille de Jean de Montejean et d'Anne de Sillé-le-Guillaume), puis Martine Turpin en 1456 (fille de d'Antoine Turpin seigneur de Crissé et d'Anne de la Grésille) dont il a eu un fils : Antoine de Bueil. Il fut capitaine de Tours, capitaine-général du roi en Anjou et Maine, capitaine de l'une des compagnies d'ordonnance en 1445, amiral de France en 1450. En 1418, Jean de Bueil reçut de son oncle, Hardouin de Bueil, évèque d’Angers, la seigneurie et la forteresse remaniée de Vaujours. Ce dernier vint plusieurs fois à Vaujours et il y mourra en son château en juillet 1477. En août 1422, Jean V terminerait son apprentissage auprès du vicomte de Narbonne. Jean V n’avait que 18 ans lors de sa première bataille, en 1424, à Verneuil, où il servit aux côtés du jeune duc d’Alençon et sous le vicomte de Narbonne, qui y fut tué. Il rentra alors au service du mercenaire La Hire (Étienne de Vignolles, 1390-1443, compagnon de Jeanne d'Arc). Malgré sa jeunesse, Jean de Bueil fut surnommé le Fléau des Anglais. Il est alors nommé capitaine de Tours 1428. Jean dee Bueil combattit sous la bannière de Jeanne d'Arc, pendant la campagne de 1429 sur la vallée de La Loire et contribua à la fin du siège d’Orléans. Il il figure parmi les compagnons de Jeanne d’Arc. Il fut présent au côté d'elle à Orléans, Jargeau, Meung-sur-Loire, Beaugency, Patay, [[w:Reims|Reims] où ils accompagnent le dauphin Charles pour son sacre, et Paris. Sur ordre du roi, 200 livres-tournois lui ont été payées par le trésorier dans les mois d’avril et de mai 1429|1429, pour le dédommager, ainsi que ses 30 gens d’armes et 40 gens de traict, des dépenses effectuées durant l’escorte des marchandises pour le réapprovisionnement de la ville assiégée d’Orléans. Jean V de Bueil participa à de nombreuses batailles en Normandie, et obtint la charge de capitaine-général du roi en Anjou et Maine, à la fin des années 1430, provinces alors aux frontières du royaume. Bueil défendit les terres de Yolande d’Anjou contre les attaques de compagnies de mercenaires francaises et anglaises. Il s’engagea également dans une petite guerre comtre le Maréchal de Rais et son château de Sablé-sur-Sarthe
  3. En 1429 Jeanne d’Arc entrait à Chinon
  4. 4,0 et 4,1 Cf. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, tome III, page 403
  5. Archives du château de la Brèche à Parçay-sur-Vienne
  6. [http://eocf.free.fr/gal_monastere_bois_aubry.htm L'abbaye de Bois-Aubry sur le site de l'Église orthodoxe des Gaules].
  7. Archives départementales H 708.
  8. Voir la Mabilière dans le tome 6 des "Vieux logis de Touraine", page 49.
  9. Bulletin des Amis du Vieux Chinon (1955) page 418
  10. L. Bosseboeuf. Le prieuré de Saint Biaise en Gaudrée à Luzé, dans le Bulletin des Amis du Vieux Chinon (1925) pages 385 à 391. Nous avons fait à cette étude de nombreux emprunts.
  11. Bulletin des Amis du Vieux Chinon 1955-1956 page 416


Famille de Bustan (XVIe-XVIIe)[modifier le wikicode]
La famille de Bustan (ou Butan ou de Butan).
Dimanche Butan
Dimanche Butan, Seigneur de "Preugny" †1543, épouse en 1514 damoiselle Révérande Briant († av. 1542), dame de "La Juderie", paroisse de Braslou, dont :
  • Louis (qui suit);
  • Pierre (qui suit), Seigneur de "Preugny";
  • René, († 1574), écuyer, seigneur des Varennes Rouées, époux de Françoise de Maincarque, fille de M. de Beauregard.
Louis Butan
Louis Butan, écuyer, prêtre et chanoine de l’église Notre-Dame de Montreuil-Bellay, qui cède son droit d’aînesse au fief de La Mabilière (1536) et généralement l’ensemble de ses droits dans la succession de ses parents (1542) à son cadet, Pierre.
Pierre Butan
Pierre Butan, seigneur de Preugny, de La Mabilière et du fief de Poully, épouse damoiselle Françoise Rageau, fille de Gabrielle de Gannes, sont issTexte en Texte en italiqueitaliqueus :
  • Marguerite épouse de Jacques des Robinières;
  • Mathieu, Seigneur de "La Mabilière" (qui suit);
  • Pierre II, Seigneur de Preugny †1599 (qui suit);
  • Louise, épouse de René Dupuy, écuyer, seigneur de La Couture et de La Touche;
  • Anne.
À la fin du XVIe , le fief était passé entre les mains de Pierre Butan, qui vers 1600 aurait fait reconstruire la ferme de "Preugny" en la même paroisse[1].
Mathieu Butan
Mathieu Butan, Seigneur de "La Mabilière", marié et mort sans héritier.
Pierre II Butan
Pierre II Butan, †1599, seigneur de Preugny, de La Mabilière et du fief de Poully, épouse en 1574 damoiselle Louise de Saint-Jouin, fille de Bertrand de Saint-Jouin, écuyer, et de Marguerite de Mosson.
Cadet, il refait la branche aînée à la mort de son frère Mathieu.
  • Jehan †1633, qui suit;
  • Gabrielle †1610, cadette, qui épouse (en 1599) Josias Pierres, seigneur de "La Bonninière" (paroisse d’Usseau, en Poitou), fils aîné de Guy Pierres et Jeanne de Mauléon, veuf en premières noces de Suzanne Carré;
  • Marguerite de "La Mabilière", bâtarde née av. 1591, épouse de Louis Bedar, tailleur d’habits.
Louise de Saint-Jouin épouse en secondes noces (1599) Guy Pierres, veuf de Jeanne de Mauléon et père de Josias Pierres.
Jehan de Butan
Jehan de Butan, écuyer, seigneur de "Preugny" et de "La Mabilière", est le premier pour lequel les documents originaux emploient parfois la particule. Il épouse en premières noces (1610) Suzanne de Lescure, † 1618, fille de Louis de Lescure, écuyer, sieur du "Breuil", et d’Isabelle de Barbezier. De cette union sortent :
  • Gabrielle de Butan, Dame de "Preugny" †1673;
  • Madeleine de Butan, elle épousera Josias Marvillant[2], écuyer, sieur de "Fourchetière" à la Forest-sur-Sèvre et de "Pelouaille";
  • Élisabeth (Isabelle, Isabeau) de Butan épouse de Vital Rocas, écuyer, sieur de "La Nces de Philippe de Gébert(!), sœur d’Isaac de Gébert.
En secondes noces (1619) Jean de Butan épouse Marthe Damours († av. ou en 1643), dont :
  • Marthe de Butan, épouse (v. 1648-1649) de Jean de Guieffron, écuyer, sieur de "Beauregard".
Il procédera le 31 janvier 1623 avec le curé Louis Chergé à un échange de terres et de rentes[3].
Gabrielle de Butan
Gabrielle de Butan, Dame de "Preugny" et du fief de "Pouilly", épousera en 1639 sieur Isaac de Gébert, Seigneur de Baugé †1665. Ils auront un enfant : Isaac II de Géber, Seigneur de Preugny 1647-1694.


  • Notes et références (Famille de Bustan)
  1. Voir Preugny, Modèle:1er volume des Vieux Logis de Touraine, page 79. Il existe aussi aux Archives Départementales, une copie de l’autorisation de rebâtir une fuie à pigeons près de la forteresse de "Preugny", délivrée à Pierre de Bustan par les sieurs d’Oigné en 1582
  2. Archives nationales, 1 AP 393/62
  3. Archives départementales G 787


Famille de Gébert (XVIIe-XVIIIe)[modifier le wikicode]
Isaac de Gébert
Isaac de Gébert, cadet de la maison de Noyant, seigneur de Baugé †1665, fils de Jean de Gébert et d’Antoinette de Périon, épouse en 1639 damoiselle Gabrielle Butan, dame de Preugny et du fief de Poully (veuve en 1665, † av. ou en 1673), dont :
Isaac II de Gébert, Seigneur de Preugny (qui suit).
Isaac II de Gébert
Isaac II de Gébert (1647-1694), chevalier, seigneur de "Preugny", aîné du fief de "Poully", Capitaine au régiment de grenadiers royaux de Touraine, épouse en premières noces (1678) Marguerite Lemesnager, dame de "La Crouezerye", fille de Pierre Lemesnager, écuyer, sieur de "Lambraye", et de Marie Pasquereau, dont aucun enfant; et en secondes noces (1680-1681) damoiselle Anne Suzanne Pierres (1664-ap. 1731), fille de Josias Pierres, seigneur de "Périgny" et de Suzanne Carrey, de "Bellemare", dont :
  • Isaac Prosper de Gébert 1692-1765 (à suivre)
  • Anne de Gébert
  • Marie de Gébert
Isaac Prosper de Gébert
Isaac Prosper de Gébert (1692-1765), chevalier, seigneur de "Preugny", aîné du fief de "Poully", épouse damoiselle Marie Elisabeth de Gréaulme, fille aînée de Pierre Paul de Gréaulme, chevalier, seigneur de "Pont" †1679 (paroisse de Razines) et de Marie Favereau, Dame de Colombiers). Parmi leurs deux filles et quatre garçons :
  • Isaac Prosper Hardouin de Gébert 1725-1778;
  • Pierre Isaïe de Gébert, Chevalier de l'Ordre de St-Louis 1728;
  • Jean Baptiste Hardouin de Gébert;
  • Julie Rose de Gébert.
Pierre Isaïe de Gébert
Pierre Isaïe de Gébert (1728-v. an II/an VII), chevalier de "Saint-Louis", seigneur de "Pont", "Bournay", "La Couture", partie des fiefs de "Chantejean", capitaine au régiment de grenadiers royaux de Touraine, épouse en 1780 Thérèse Rosalie de Blet (1754-v. 1810), dont :
  • Thérèse Antoinette Armande de Gébert, épouse de Louis Joseph de Mangin d’Hermantin;
  • Perrine Rosalie Jeanne Marthe de Gébert, épouse de François Louis de Mauvise.
Les deux sœurs et leurs époux se partagent en deux lots les immeubles échus de la succession de leurs parents et beaux-parents : domaine de "Pont" à Razines, métairies de "La Couture" et de "Bournay" à Braslou, domaine de "Preugny" à Courcoué (acte sous seing privé enregistré à Richelieu le 26 décembre 1810)[1]. Louis Joseph de Mangin d’Hermantin et son épouse vendent leur part, du moins les domaine, terre et château de "Preugny", maison et métairie du même lieu, maison et métairie de "Bourg-Neuf", maison et borderie des "Bouchets" et toutes leurs dépendances, à François Joseph Pierre de Mondion le 26 août 1811, devant maître Fourchault, notaire à Richelieu[2].
La réunion de ces deux seigneuries en un « domaine de Courcoué » au XIXe a laissé une documentation touchant l’acquisition de biens nationaux, des états de constitution des terres, une comptabilité journalière suivie (à voir plus loin).
  • Notes et références (Famille de Gébert)
  1. Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7115.
  2. Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 11 /630.
Famille de Pierres (XVIe-XVIIe)[modifier le wikicode]
Famille de Pierres (XVIe-XVIIe), PIERRES ou LA PIERRE, famille de l'Anjou, divisée en plusieurs branches, dont deux au moins embrassèrent les doctrines de la Réforme. Nous n'avons rien à ajouter à ce que nous avons dit (Voy. IV, p. 498) de Pierre de La Pierre, chef de la branche Du Plessis-Baudouin, laquelle ne paraît pas avoir persisté dans la profession du protestantisme. Il n'en est pas de même de la seconde, celle de La Boniniere.
Jean Pierres
Jean Pierres, sieur du Poirier, de La Boninière, de Beaurepaire et de La Bigotlière, écuyer de Renée de France, eut cinq enfants de son mariage avec Charlotte Clavurier
  • Guy, qui continúa la descendance (qui suit);
  • Antoine, sieur de Fontenailles, marié, en 1565, à Marguerite de Mons, et père de René, sieur d'Epigny, et d'Antoine;
  • Marc;
  • Charles;
  • Louise, femme de Guy d'Aurillé, sieur de La Coursaye.
Il était lieutenant-général en la sénéchaussée de La Rochelle depuis 1544, magistrat aussi intègre qu'éclairé, mais d'un caractère impétueux, et très-zélé pour la Réforme, fut élu maire en 1563. Le roi ne confirma pas l'élection et nomma Michel Gui, que le parti modéré portait. Pierres a donné des preuves de son savoir dans son Commentaire sur l’édit des arbitre, La Rochelle, 1564, in-8°, qu'il dédia à Charles IX. La dédicace est suivie d'une Epitre à L'Hospital[1]. Jean Pierres mourut en 1588.
Guy de Pierres
Guy de Pierres, chevalier, seigneur de "la Boninière", de "Chaillou", de "la Gaudinière", gentilhomme de la chambre du prince de Condé et maître-d’hôtel ordinaire du prince de Conti, épousa , le 30 décembre 1565, damoiselle Jeanne de Montléon (†1599), (fille de Louis de Montléon, chevalier, seigneur de Narsay, et de damoiselle Louise Goulard). Jeanne de Montléon avait pour sœurs :
  • Marie de Montléon, mariée à Christophe de Chezelle, seigneur de "la Bourie";
  • Anne, mariée à Joachim Aymard, écuyer, seigneur de "la Roche-aux-Enfants";
  • Simonne, mariée à Pierre de Guineuf, écuyer, seigneur de "la Tesserie")
Guy Pierres demeuré veuf épousera damoiselle Louise de Saint-Jouin, veuve de Pierre de Butan, chevalier, seigneur de "Preugny". Il n’eut point d’enfants de ce second mariage.
Du premier lit (avec Jeanne de Montléon) vinrent trois enfants :
  • Josias (qui suit)
  • Henri sieur de "Princay", mort sans hoirs de son mariage avec N. Du Puy;
  • Marie qui épousera (le 04/02/1593) Pierre Du Drac (fils de Charles du Drac, seigneur de "Claye", époux de Catherine de Puyselay), chevalier, seigneur de "la Clairbaudière", "des Mées", "Boismorand" et des "Hors", 1er écuyer du Prince de Condé (12 avril 1597).
Josias de Pierres
Josias de Pierres, chevalier, seigneur de la Boninière et du Chaillou, épousera le 6 avril 1599 damoiselle Gabrielle de Bustan, fille de Pierre de Bustan, chevalier, seigneur de "Preugny", "Vougaudry" et de "La Mabilière", et de damoiselle Louise de Saint-Jouin, par un acte passé devant Lomeron, notaire à Chinon. Josias Pierres, demeuré veuf, épousa devant Verroneau, notaire à la Rochelle, le 24 avril 1610, damoiselle Nérée Courault, fille de haut et puissant seigneur Antoine Courault, chevalier, seigneur, baron de Chatellaillon, et de damoiselle Perrote-Baudouin. De cette union naquirent deux enfants Hector et Maximilien :
  • Hector de Pierres, seigneur de Narcay est devenu également celui de "La Mabilière", peut être à la suite d’une alliance.
  • Maximilien, puîné, mari de damoiselle Marie du Pont, dont sortit Josias, mort sans postérité.
Du deuxième lit sont issus :
  • Josias, chevalier, sieur de Perigny, épousa damoiselle Susanne Carrey de Bellemare ils auront une fille Anne Suzanne de Pierres (1664-1731).
  • Daniel, puîné[2], (voir ci-dessous), et qui a continué la postérité
  • Cassandre, mariée à François de Messemé, chevalier, seigneur de Tavilois et seigneur de la Cour-au-Berruyer (frère de César Phébus et de Nérée il est le fils de Charles de Messemé, Seigneur de St-Christophe, 1581-1650 et de damoiselle Marie du Guet).
Daniel de Pierres
Daniel de Pierres seigneur de Narsay et des Epaux, major pour le Roi des ville, cité et château de Carcassonne, lieutenant de cent hommes de morte paye; marié le 18 mars 1662 avec damoiselle Marie de Refuge (fille de Jean de Refuge, comte de "Couesmes", baron de "la Boutelaye" et damoiselle Suzanne de Meaussé). En 1673, il assista encore au synode de l'Anjou, tenu à Bellesme ; mais il abjura à la révocation, et son apostasie lui valut, le 1er avril 1686, une pension de 200 livres[3]. Ils auront deux enfants :
  • Gédéon de Pierres[4], chevalier , seigneur des Epaux, capitaine au régiment de Montluc, fils puîné épousa en premières noces damoiselle Claude de Beauvau, dame de Basse, fille de Louis de Beauveau, chevalier, seigneur de Courcoué, et de damoiselle Marie de la Chesnaye; et en deuxièmes noces il épousa Louise de Boittereau, fille de Pierre de Boittereau, chevalier, seigneur de Villiers, duquel mariage sont issus :
  • Gabriel, marié deux fois, sans enfants;
  • Louise, religieuse à Fontevrault;
  • Angelique qui resta demoiselle.
  • Jacques de Pierres
Hector de Pierres
Hector de Pierres chevalier, seigneur de la Boninière, de Lecortière, des Gardes épousa, le 11 décembre 1630, damoiselle Claude de Villiers, fille de Jean de Villiers, chevalier, sieur de "la Boissonnière"; duquel mariage sont issus :
  • Josias-Louis, mort sans postérité;
  • Horace, puîné, mort sans postérité;
  • Claude, femme de Henri de Brusse, sieur de "La Boninière", à qui elle donna, entre autres enfants, un fils nommé Daniel-Charles, qui épousa, en 1676, en l'église de Charenton, Catherine Falaiseau, fille du banquier Samuel Falaiseau et de Madelaine Du Four;
  • Gabrielle, mariée à Prosper, seigneur de la Motte-Montbrard.
Le 12 août 1652[5], les chanoines prébendés de l’église royale et collégiale de Sainte-Radegonde de Poitiers cédèrent à Hector de Pierres, écuyer, seigneur de Narcay et de "La Mabilière", paroisse de Courcoué leur part de dîme de l’Aubuye[6] se levant dans les paroisses dudit Courcoué, Chaveignes et de La Tour-Saint-Gelin, et Hector de Pierres décharge ledit chapitre de la rente seconde foncière de 31 septiers 3 boisseaux de blé, seigle, orge et avoine, qui lui est due sur la même dîme (la dîme de l’Aubuis est partagé entre les seigneurs de "Preugny" et de "La Mabilière" - un quart chacun), et le curé de Courcoué (la moitié). La dépendance de la seigneurie de "Preugny" est d’un quart en ce qui est de la paroisse de Courcoué, et pour moitié en ce qui est de celle de La Tour-Saint-Gelin et Chaveignes. La dîme des Chilloux[7], paroisse de Chaveignes, appartient pour moitié au seigneur de "Preugny", pour moitié à celui de "La Mabilière". Elle relève censitairement du fief de "Pouilly", réuni à la seigneurie de "Preugny"[8].
La famille de Pierres ne semble pas très riche, car dans son livre des comptes, François Bedart, leur proche voisin, résidant à La Girardiere, note dans son livre de raison (cahier véritable de ma vie auquel il faut ajouter foi comme si c’etoit ma parole)[9] : "J’ai donné à monsieur de "La Mabilière" une paire de pistolets valant 25 livres qu’il m’a promis de payer".
"En avril 1664 j’ai apporté à madame de "La Mabilière", une paire de gants pour 50 sols qu’elle ne m’a point payée"[10]
La famille de Pierres avait adhéré à la religion protestante, ce qui donne tout son sens à l’inscription des Commandements de Dieu sur la cheminée de la grande salle de "La Mabilière". Mais c’est peut-être aussi ce qui explique la mort du cadet M. De la Bissonniere, le 30 janvier 1660, tué à Courcoué par des enfants de La Tour-Saint-Gelin et quelques autres. "Il sera ensépulturé au pied d’une tourette qui est dans le jardin de "La Mabilière", note François Bedart qui ajoute : "Il me devait 9 livres"[10].
Suzanne Anne de Pierres
En 1680, peu de temps avant la révocation de l’Édit de Nantes, Suzanne Anne de Pierres de "La Mabilière", adjura le protestantisme après avoir épousé Isaac de Gebert de Preugny[10].


  • Notes et références (Famille de Pierres)
  1. en assez mauvais vers latins. Cet ouvrage est divisé en treize sections, dans lesquelles l'auteur cherche à prouver le droit qu'ont le souverain et les magistrats de faire les lois, et le devoir pour le peuple d'y obéir.
  2. Tout enfant qui est venu au monde après l'aîné(e).
  3. Arch. gen. ??. 252
  4. Branche des seigneurs des Epaux
  5. Féodalité, communes, bourgeoisie, familles - E. 321. (Portefeuille.) — 1 pièce, papier.
  6. Aubuis appellation d’une terre argilo-calcaire
  7. La dîme des Chilloux, paroisse de Chaveignes, appartenait pour moitié au seigneur de "Preugny", pour moitié à celui de "La Mabilière". Elle relevait censitairement du fief de "Poully", réuni à la seigneurie de "Preugny". Elle fut acquise en 1747 d’Isaac Prosper de Gébert par François de La Fouchardière, à fin de la partager par moitié avec son fils, prêtre, également prénommé François.
  8. Archives départementales E 321
  9. Achives communales de Courcoué
  10. 10,0, 10,1 et 10,2 Bulletin des Amis du Vieux Chinon 1955-1956 page 439 note 5
Famille de la Fouchardière (XVIIIe)[modifier le wikicode]
François de la Fouchardière
Au suivant, "La Mabilière", sans cesser d'être considérée comme arrière-fief de "Preugny", revint en 1728 à François de la Fouchardière, puis transmise à Charles Drouïn, contrôleur ordinaire des guerres à L'Île-Bouchard en 1782 Carré de Busserolle[1], seigneur de Champmorin, de Parçay, de Courcoué, de la Brèche, de Boisé, de Gareuil, de la Bellonniere et de Bel-Endroit ainsi que le château de Courcoué[2].
Note :
À la révolution, le manoir "du Prieuré" de Parçay-sur-Vienne et ses dépendaTexte en italiquences furent l’objet d’une adjudication au profit de Charles Drouïn, pour 33 600 livres le 1er février 1793. Cette acquisition fut effectuée pour soustraire le Prieuré aux révolutionnaires et en faire don aux missions étrangères. Ce qui ne se réalisa pas, il resta incorporé à la terre de la Brèche et appartint par la suite à Charles, son petit fils Charles, puis à sa fille Julie.
Il eut un fils :
  • François de la Fouchardière : prêtre (1747).


  • Notes et références (Famille de la Fouchardière)
  1. Dictionnaire d’Indre et Loire, tome 4, page 139
  2. Voir l’article sur le château de Courcoué volume des Vieux Logis de Touraine page 79.
Famille Drouïn (XVIIIe-XIXe)[modifier le wikicode]
Charles Drouïn
Son petit-fils prénommé également Charles, Charles Drouïn de Parçay (voir plus loin), mourut le 4 juillet 1844 à la Bellonnière[1]Cravant, cette magnifique demeure, dont la construction remonte au XVe siècle et qui a longtemps été l'habitation principale des gouverneurs de Chinon, trône au milieu du vignoble des graves des bords de Vienne), il avait eu une fille unique :
Il était écuyer Seigneur de Champmorin, de Parçay, de Courcoué, de la Brèche, de Boizé, Gareuil, la Mabilière, la Bellonière, Bel-Emdroit (du XVIe au XVIIIe).
Famille très ancienne et à laquelle appartenait Daniel Drouin, Seigneur de Bel-Endroit, né à Loudun, vers 1550, auteur de plusieurs ouvrages estimés, entre-autres, du "Miroir des Rebelles" et du "Revers de la fortune", traitant de l'instabilité mondaine. Elle s'est alliée aux familles de Picot de Limoelan, de Bouteiller, Budan de Russé, de Fadate de Saint-George, etc.
Guillaume Drouïn
Guillaume Drouïn était chanoine doyen de la Sainte chapelle de Champigny en 1765. À cette époque était la pacification de la Vendée (voir les Commentaires de Napoléon premier, Volume 4) à la Mabilière[2].
Pierre Guillaume Drouin
Pierre Guillaume Drouin[3], officier du Point-d'-honneur et son épouse Marie-Anne Radegonde Gaillard auront un fils Charles Drouïn de Parçay (voir ci-dessous). Il était le cousin issu de germain[4] de Charlotte Drouin, née le 14 septembre 1761, paroisse Saint-Nicolas, à Saumur, morte à La Flèche, rue du Quai, n° 3, le 15 décembre 1834, fille de Guillaume-Charles Drouin, écuyer, Seigneur de Briacé, Beauverger, Contrôleur ordinaire des guerres, et de Jeanne Le Née. Elle était l'épouse de Victor-René Cardin Le Bret, Seigneur du Doussay, de la Potardière[5] et la Bruère, Chevalier de Saint-Louis, Lieutenant-Colonel de Cavalerie, Colonel des Gardes nationales de l'arrondissement de La Flèche, Maire de Crosmières; Né à La Flèche, le 6 mars 1748. Il est mort le 15 septembre 1827, au château de la Potardière où il est inhumé.
Françoise Drouin, épouse de Messire Jean-Pierre Pallu de Marigny, était la tante de Charlotte Drouin.
Charles Drouïn de Parçay
Charles Drouïn, écuyer, remplissait en 1782 les fonctions de contrôleur ordinaire des guerres.
(Armoiries : d'argent, aux chevaux d'azur, surmonté de deux larmes de gueules, et accompagné en pointe d'une gerbe de blé au naturel, liée de gueules)[6].
Il était le neveu et associé de Louis Drouin (Louis Drouin, était l'un des plus grands armateurs de Nantes à l'époque de la traite négrière et du commerce triangulaire).
Il avait hérité de son père Pierre Guillaume Drouin et de Marie-Anne Radegonde Gaillard, du château de la Brèche, à Parçay-sur-Vienne et du fief de "La Mabilière". (La Brèche appartenait alors à Charles, son fils, marié à Marie-Madeleine Voisine de la Fresnay, dont le descendant sera le célèbre chanteur Roch Voisine).
Julie Drouïn
Julie s’étant marié le 8 juillet 1834 à Jacques-Louis de Fadate (voir ci-dessous), ils auront deux enfants, l’aîné Edmond Jacques de Fadate-de-Saint-Georges et Raoul-Jacques-Patrice de Fadate-de-Saint-Georges.


  • Notes et références (Famille Drouïn)
  1. Manoir de la Bellonnière, 37500 Cravant les Côteaux.
  2. Commentaires de Napoléon premier, Volume 4 PACIFICATION DE LA VENDÉE 147 ...beaucoup de partisans; les violences qu'il venait d'exercer sur quelques uns des chefs signataires du traité avaient porté le dernier coup à sa faveur populaire. Il fut contraint de fuir avec une poignée d'hommes qu'il appelait sa garde prétorienne. Elle était composée d anciens gardes chasse et de déserteurs dévoués. Il se tint longtemps caché dans la forêt de Vezieu. Son habile conseiller l'abbé Bernier sentit que si la faiblesse de ce corps vendéen était connue du général Caudaux il ny avait plus ni paix ni pardon à espérer: en conséquence il dépêcha la nuit un émissaire à ce général pour demander une suspension d'armes et proposer une conférence espérant que la défection de ses troupes ne serait pas encore connue au quartier général républicain. Canclaux l'accorda sans hésiter. La conférence eut lieu à Varades Stofflet accéda purement et simplement au traité de la Jaunaye et reçut 2 millions d'indemnité. La République s'engageait en outre à lui solder un corps de 2,000 hommes. Cette dernière clause, qui était commune aussi aux autres chefs vendéens, les faisait passer subitement de la position de généraux royalistes à celle de généraux républicains, puisqu ils étaient soldés, eux et leurs troupes, par la République, et qu ils devaient faire concurremment avec ses troupes, le service des places et la police des routes, qu'infestaient toujours quelques bandes de Chouans ou de brigands, qui s'en donnaient le nom. Il en fut de même pour les Chouans qui avaient d'abord refusé toute espèce d accommodement. Le général Canclaux, après avoir terminé avec Stoflle,t fit passer son armée en Bretagne. A la vue de ces forces, les Chouans s'amendèrent et signèrent à la Mabilière, le 21 avril 1795, un traité où fut stipulée la soumission des Chouans aux lois de la République;, on leur donna aussi de l'argent et une partie des bons royaux qu'ils avaient émis fut acquittée.
  3. Titre : Maison Le Bret, généalogie historique établie sur documents authentiques, avec renvois à ces documents, par le Cte Robert Cardin Le Bret; Auteur : Le Bret, Robert Cardin (Cte); Date d'édition : 1889; Droits : domaine public; Identifiant : ark:/12148/bpt6k5759145s; Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, FOL-LM3-2083; Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb307623302
  4. cousin au cinquième degré, pour définir le descendant de son cousin germain
  5. Château construit dans le style du XVIIIe angevin
  6. Titre : Armorial général de la Touraine, Auteurs : Carré de Busserolle, Jacques-Xavier (1823-1904), Éditeur : Impr. de Ladevèze (Tours), Date d'édition : 1866-1867, Contributeur : Société archéologique de Touraine. Éditeur scientifique, Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LM2-412 (1), Droits : domaine public
Famille de Fadate (XIXe-XXe)[modifier le wikicode]
La Famille de Fadate, est une famille d’origine italienne de la région de Crémone.
Baptiste de Fadate
Baptiste de Fadate, venu en France comme capitaine de l’escorte de Catherine de Médicis. Il fut Naturalisé par Charles IX en 1553.
Jacques-Louis Edmond de Fadate
Jacques-Louis de Fadate, recueillit "La Mabilière", après son décès en 1888, il cédera ses biens à son fils cadet Raoul-Jacques-Patrice de Fadate-de-Saint-Georges[1]
Edmond Jacques de Fadate-de-Saint-Georges
Edmond Jacques de Fadate-de-Saint-Georges, né à la Bellonnière le 16 août 1835[2], l'ainé de Jacques-Louis de Fadate et de Julie Drouïn. Il recueillit "La Mabilière" qui passa, après le décès de son père en 1888, à son frère cadet Raoul-Jacques-Patrice de Fadate-de-Saint-Georges.
Raoul-Jacques-Patrice de Fadate-de-Saint-Georges
Raoul-Jacques-Patrice de Fadate-de-Saint-Georges, né à Tours le 8 février 1838, demeurant à Épineuil-le-Fleuriel au château de Cornançay[3] (dans le Cher, XVIIIe , source d'inspiration du "domaine mystérieux" dans le Grand Meaulnes), celui-ci décédera à Paris le 11 mars 1893, marié à Marie Girard de Villesaison[4], laissera pour seul héritier Louis Marie Charles Jacques.
Louis Marie Charles Jacques, vicomte de Fadate-de-Saint-Georges
Louis Marie Charles de Fadate-de-Saint-Georges né le 2 février 1869 à Paris, qui épousera le 3 février 1894 à Paris Claire Marie Mathilde Radegonde de Chabaud la Tour, née le 4 août 1871 à Thauvenay (Cher). Ils gardèrent la propriété de "La Mabilière" que peu de temps puisqu’ils la revendirent le 27 novembre 1895 à monsieur et madame Louis Fabre.


  • Notes et références (Famille de Fadate)
  1. P. Robert "Familles de Touraine et Alliances").
  2. SAT 1866 Page 351
  3. Le Château de Cornançay, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  4. Ces actes sont dus aux recherches de monsieur Michel Maitre
Famille Fabre (XIXe-XXe)[modifier le wikicode]
Louis Fabre
Louis Fabre et son épouse de Courcoué acquirent "La Mabilière" en 1895.
Ce sont deux de leurs petits-enfants qui en héritèrent et s’en séparèrent le 22 juillet 1972 au profit de madame Kuhl-Lumeau.


  • Notes et références (Famille Fabre)


Famille Lumeau (XXe)[modifier le wikicode]
Madame Lumeau
Madame Kuhl-Lumeau (fille de Maître Lumeau, notaire à Chinon), est mariée à un ressortissant allemand. Ils laissèrent "La Mabilière" à l’abandon pendant sept longues années. Désertée, ouverte à tous vents, les bâtiments squattés furent rachetés et restaurés en 1979 par les actuels propriétaires.
"La Mabilière" a été depuis restaurée et soigneusement remise en valeur.


  • Notes et références (Famille Lumeau)





Architecture[modifier | modifier le wikicode]

Architecture extérieure[modifier | modifier le wikicode]

Qui voit "La Mabilière" aujourd’hui a bien de la peine à en retrouver les traces de sa splendeur d’antan note André Montoux[1].

Elle apparaît composée de deux bâtiments accolés, dont le plus élevé, avec une avancée au midi, s’appuie à l’est sur un mur d’environ un mètre d’épaisseur, à l’ouest elle est bordée par un mur de deux mètres d’épaisseur, vestige probable de l’édifice médiévale.

Devenue, depuis très longtemps, une simple ferme, "La Mabilière" a perdu peu à peu ses fortifications dont les vestiges disparurent, semble-t-il, au début du XXe . En 1932 on pouvait encore remarquer un très ancien puits à toiture conique au milieu de la cour intérieure et une très belle porte[2].

Le texte faisant description du fief est ici reproduit : Château de La Mabilière.

La ferme de "La Mabilière" (commune de Courcoué) est située entre la Tour Saint-Gelin et Richelieu (Indre-et-Loire). C'est un ancien château qui relevait jadis de la baronnie de Faye-la-Vineuse, et qui, en 1639, possédait trois tours crénelées.[3]

On accède à la cour au midi par une entrée charretière entre deux piliers dont l’un à côté de la porte piétonne est consolidé par un contrefort. Dans la cour à l’ouest, une dépendance s’appuie sur un pan de mur incurvé portant au sommet quatre rangées de six boulins avec cordon d’appui à la base, fragment d’un colombier cylindrique encore visible en 1945.

Ce fragment cylindrique flanquant l'enceinte d'origine et encore garnie de deux meurtrières, transformé en colombier puisqu’il porte à son sommet quatre rangées de six boulins avec leur cordon d’appui (au total, elle devait compter 80 niches. Les propriétaires de terres nobles pouvaient détenir deux boulins par arpent, ce qui conduit à penser que "La Mabilière" possédait environ 168 hectares). De l’extérieur, elle a encore l'apparence de ce qu’elle fut à l'époque l'une des trois tours qui fortifiaient "La Mabilière". Celle-ci s'étant écroulée en 1956 lors du mariage d’une fille Fabre.

Dans une autre servitude, on remarquera un four à pain, ayant curieusement deux bouches donnant chacune dans un bâtiment différent.

On accède à la cour au midi par une entrée charretière entre deux piliers dont l’un à coté de la porte piétonne est consolidé par un contrefort. Dans l’axe de l’entrée de "La Mabilière", sur le bord du plateau, une guérite servait de poste de surveillance, nommée « la grotte du clos labouré ».

Architecture intérieure[modifier | modifier le wikicode]

Pourtant, sous son aspect de vieille ferme du terroir, subsiste plusieurs éléments, qui à l’intérieur, en attestent l’ancienneté.

À l’intérieur, une arcature en plein cintre donne accès à un escalier à volées droites inégales puisqu’elles ont respectivement, huit, deux et six marches en tuffeau très usées.

La vaste salle basse du corps de logis adjacent donne à "La Mabilière" tout son caractère et son originalité.

Décalogue de La Mabilière.
Décalogue de La Mabilière.

Celle-ci est chauffée par une imposante cheminée du XVIIe siècle avec Jambages en forme de console et hotte droite à corniche. Son trumeau quadrangulaire entouré de moulures en bas-relief, porte en lettres d’or sur fond noir et sur deux colonnes en lettres capitales : "LES DIX COMMANDEMENS DE LA LOI DE DIEV EXODE XX". Le septième commandement relatif à la luxure s’énonce ainsi : "TU NE PAILLARDERAS POINT"[4] L’inscription se termine par : "LE SOMMAIRE DE TOVTE LA LOI. MATTHIEV".

Retranscription du décalogue de "La Mabilière".

Dans un "Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français"[3], nous trouvons un ancien descriptif du décalogue :

À l'intérieur, dans une pièce haute de plafond, au-dessus de la grande cheminée, se voient les tables de la Loi; l'inscription entourée de moutures en bas-relief n'a pas pu être transporté d'ailleurs, car elle est gravée sur les pierres mêmes du mur. Les lettres d'or sur fond noir ont perdu beaucoup de leur éclat. Par endroits, elles ont été grattées ou recouvertes de plâtre. L'ensemble peut avoir 1 m. 75 de haut.
Les poutres décoratives siglées

On observera aussi dans la vaste salle, ou se trouve la grande cheminée, inscrit sur les chevrons apparents du plafond ainsi que sur deux des quatre poutres maîtresses sur lesquelles ils reposent, des monogrammes polychromes répétant inlassablement les lettres entrelacées D, C, H, P, V, qui pourraient être l’anagramme d’ Hector de Pierres et de Claude de Villers son épouse (ces inscriptions couvertes par des siècles de suie ont été mises à jour, après sablage, par les derniers propriétaires) Cette vaste pièce et l'étage au dessus datée du XVIIe siècle aurait été rajoutée aux bâtiments existants par Hector de Pierres, dans les années 1630 et 1650 (voir paragraphe Famille de Pierre)


  • R. Ranjard (La Touraine Archéologique)
  • Bulletin des Amis du Vieux Chinon
  • Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français
  • J. X. Carré de Busserolle (Dictionnaire d’Indre et Loire M.S.A.T.)
  • Archives Communales et Départementales
  • Archives des délibérations du Conseil Municipale

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. A. Montoux, Vieux Logis de Touraine du 8 juin 1982
  2. Bulletin de la Société de l’histoire du Protestantisme français, janvier-mars 1932 5e volume, 6e série page 37
  3. 3,0 et 3,1 Bulletin - Société de l'histoire du protestantisme français; Date d'édition : 1903; Identifiant : ISSN 00379050; Droits : domaine public; Source : Bibliothèque nationale de France, 8-Lc-1897; Provenance : bnf.fr; Pages 37 et 38
  4. Littré : Paillarder /Faire des actes d’impudicité, Jean Calvin employa pour la première fois ce mot

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]