Réseaux TCP/IP/NAT

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
Les réseaux TCP/IP
schéma de réseau
Sommaire
  1. L'adressage IP version 4
  2. L'adressage IP version 6
  3. Les serveurs DNS
  4. Le routage IP statique
  5. Translation d'adresses NAT/PAT
  6. Les VPN
  7. La pile TCP/IP
  8. DHCP
  9. Le routage dynamique
  10. Les routeurs CISCO
  11. Administration sous Windows
  12. Administration sous Linux
  13. Analyse des messages
Bibliographie
Autres livres

Traduction d'adresses NAT/PAT[modifier | modifier le wikicode]

Traduction d'adresses réseau (NAT) Network Address Translation

Traduction d'une adresse IP (Internet Protocol) d'un réseau en une adresse IP différente d'un autre réseau. Un réseau est désigné réseau interne et l'autre est le réseau externe. Le réseau interne s'affiche sous la forme d'une entité pour le monde extérieur. Dans le cas de réseaux locaux sans fil avec une connexion Internet externe, la fonctionnalité NAT d'un logiciel de partage de connexion Internet permet le partage d'une connexion Internet entre des ordinateurs sans fil connectés.

Objectif de la traduction d'adresse NAT :[modifier | modifier le wikicode]

Permettre aux machines d'un réseau (ou un groupe de machines) de n'apparaitre que sous l'identifiant d'une seule adresse ip (éventuellement choisie parmi un groupe d'adresses prédéfinies : pool) pour les réseaux extérieurs (c'est un masquage).

Une image: c'est comme si un seul interlocuteur parlait au nom de tout un groupe à une entité extérieure.

C'est une opération associée aux routeurs (ou passerelles). Votre passerelle Internet fait du NAT entre votre réseau privé et le réseau Internet et de ce fait votre fournisseur d'accès ne vous fournit (en général) qu'une seule IP alors que vous pouvez très bien avoir plusieurs machines (voire plusieurs réseaux) connectés à Internet à partir de votre zone locale.

La mise en place de ce protocole est dûe principalement au manque d'adresses ip dans le plan d'adressage ipV4 pour l'accès à Internet.

IpV4 est limité à 4 octets ce qui correspond à peu près à 2^32 adresses possibles. IpV6 (un nouveau plan d'adressage sur 16 octets) permet 2^128 adresses possibles; ce qui est considérable mais pas infini.

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]